Cabris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cabris
Cabris
Cabris
Blason de Cabris
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Arrondissement de Grasse
Canton Canton de Saint-Vallier-de-Thiey
Intercommunalité Communauté de communes des terres de Siagne
Maire
Mandat
Pierre Bornet
2014-2020
Code postal 06530
Code commune 06026
Démographie
Gentilé Cabriencs
Population
municipale
1 427 hab. (2011)
Densité 263 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 25″ N 6° 52′ 28″ E / 43.6569444444, 6.87444444444 ()43° 39′ 25″ Nord 6° 52′ 28″ Est / 43.6569444444, 6.87444444444 ()  
Altitude Min. 240 m – Max. 762 m
Superficie 5,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Cabris

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Cabris

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cabris

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cabris

Cabris est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Cabriencs.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cabris est situé à quelques kilomètres de Nice (48 km), Cannes (30 km) et Grasse (7 km). Du haut des 550 m d'altitude, les nombreux points de vue offrent un magnifique paysage sur la mer Méditerranée. À proximité, on trouve de nombreux autres petits villages tels que Spéracèdes, Saint-Cézaire-sur-Siagne, Saint-Vallier-de-Thiey. Le village est accessible via la route de Cabris (D4) ainsi que la D11. Il est desservi par plusieurs lignes du réseau Sillages :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur le territoire cabrienc, une première agglomération a vu le jour dès le néolithique (2500 ans avant J.-C.).

Au sud-est et à 1 km à vol d'oiseau du village actuel, se trouve ce site lequel fut appelé Cabrios Mostaïré puis Monestié ; les vestiges de cette époque sont encore très visibles avec en leur centre la partie « rescapée » de l'église que les moines de Lérins vinrent y implanter vers 940/950. Ce site antique est désormais complètement délaissé.

Concernant ce village, « frère puiné » du premier cité, son château féodal aurait été créé en 997 puis suivirent les maisons, lesquelles depuis furent restaurées deux ou trois fois[réf. nécessaire], l'exception venant des caves voûtées, qui offrent authentiquement une perception claire des caves primitives.

Raymond de Grasse (?-1351), chevalier, fut seigneur de Cabris. Membre de la branche des Grasse, seigneurs de Cabris, qui participa à "l'aventure angevine dans le royaume de Naples[2]". Il fut le premier fils de Bertrand de Grasse et de Marie d'Alamanon.

Lors de la crise ouverte par la mort de la reine Jeanne Ire, Jean de Grasse-Cabris, seigneur de Cabris, soutient Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le ralliement de Grasse à la cause angevine, en 1386, entraîne son changement d’engagement, et il prête hommage au jeune duc d’Anjou, Louis II[3]. Seigneurie des Grasse-Cabris depuis le début du XIIIe siècle, Cabris passe dans la famille des Clapiers de Gréoux, par mariage en 1655, qui garderont le fief jusqu’à la Révolution[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1911 1934 Michel Belletrud   Médecin, conseiller général[5]
1934 février 1941 Octave Gras SFIO Ingénieur
février 1941 novembre 1944 délégation spéciale    
mars 1989 mars 2008 Michel Joly DVD  
mars 2008 en cours Pierre Bornet[6] SE[7] Chirurgien

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 427 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 800 1 700 1 773 1 737 1 848 1 795 1 757 1 785 1 787
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 735 1 725 1 642 1 069 1 018 920 829 779 783
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
725 693 400 339 318 347 326 321 387
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
489 658 770 1 131 1 307 1 472 1 534 1 558 1 404
2011 - - - - - - - -
1 427 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • L'Appel de l'âne : le soir de Noël, un grand feu est allumé dans le pré. Marie (une jeune fille du village) montée sur un âne va jusqu'à l'église accompagnée du tambourinaire et du joueur de galoubet. Au cours de la traversée du village, la procession réveille des villageois qui s'interpellent en provençal en annonçant la bonne nouvelle : la naissance du Sauveur. À l'arrivée à l'église a lieu la messe de minuit
  • Fête de la St Roch : Fête patronale se déroulant sur 3 jours autour du 15 août, Bal/Concerts, procession, messe et aoïli
  • Brocantes vide-greniers  : en moyenne 200 exposants dans le grand pré (avril, juillet, septembre)
  • Fête des Bergers, concours de chien de berger, métiers anciens (mai)
  • Marché artisanal, 40 exposants (mai ou juin)
  • Cirque Arlette Gruss, 9 représentations (juillet - août), présent tous les étés dans le grand pré
  • Commémoration de Saint-Exupéry, parade militaire et hommage sur la place éponyme (juillet)
  • Marché de Noël, 40 exposants (décembre)
  • 'Expositions d’art et d’artisanat d’art de mai à septembre à la chapelle Sainte-Marguerite

Économie[modifier | modifier le code]

Cabris possède sept restaurants, des entreprises de parfums, des commerces, associations, etc.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Grotte des Audides : la grotte était habitée dès l'aube de l'humanité comme l'attestent les outils taillés, fossiles et ossements retrouvés. Six gouffres ont été découverts en 1988. Sur 60 m de profondeur - le tiers de ce qui a été exploré -, on découvre le beau paysage géologique d'un aven en pleine activité de concrétion, avec son cours d'eau souterrain.
  • Dolmens de Stramousse et de Pomeiret : sépultures mégalithiques érigées au Chalcolithique. Article complet dans l'inventaire des mégalithes des Alpes-Maritimes sur le site Archeoprovence[10]
  • Les édifices religieux sont importants à Cabris. L'église construite au XVIIe siècle abrite des reproductions d’œuvres de Murillo. Les chapelles sont au nombre de quatre : Saint-Sébastien, Sainte-Marguerite, Saint-Jean Baptiste et Saint-Jean de Pape et sont édifiées aux quatre coins du village.

Chaque été, la chapelle Sainte-Marguerite accueille les œuvres d'artistes nationaux et internationaux[11].

Cabris et la télévision[modifier | modifier le code]

Pendant près d’une semaine, plusieurs personnes habitant un même village, Cabris dans les Alpes-Maritimes, vont vivre sans électricité. Diffusion : mardi 3 janvier 2012, 20 h 35 sur France 2.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cabris Blason D’azur à la chèvre d’argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noël Coulet, Affaires d’argent et affaires de famille en Haute-Provence au XIVe siècle : Le dossier du procès de Sybille de Cabris contre Matteo Villani et la compagnie des Buonaccorsi, Rome, École française de Rome, 1992. (ISBN 2-7283-0247-2)
  • Anne-Marie Prat, Il était une fois… Cabris, Alandis Éditions, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Horaire de la ligne Sillages à la demande no 307
  2. Coulet, affaires d'argent, p. 17
  3. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 422.
  4. Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, Principauté d'Orange, Comté de Nice, et Principauté de Monaco, par E. Baratier, G. Duby, E. Hildesheimer (Atlas Belfram, Paris, Armand Colin, 1969).
  5. Né à Cabris en 1866, il a laissé son nom au canal d'alimentation en eau qu'il a fait construire, achevé en 1931 ; cf. Nice-Matin, 19 juillet 2011, p. 7.
  6. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  7. « Cabris », sur http://www.acteurspublics.com/, Acteurs Publics (consulté le 28 septembre 2013)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  10. Site Archeoprovence
  11. Site de l'office du tourisme de cabris