Bouville (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouville.
Bouville
L'église Notre-Dame
L'église Notre-Dame
Blason de Bouville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement de Rouen
Canton de Pavilly
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau Vert
Maire
Mandat
Chantal Verhalle
2014-2020
Code postal 76360
Code commune 76135
Démographie
Population
municipale
944 hab. (2012)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 33′ 48″ N 0° 53′ 41″ E / 49.5633, 0.894749° 33′ 48″ Nord 0° 53′ 41″ Est / 49.5633, 0.8947  
Altitude Min. 72 m – Max. 126 m
Superficie 12,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bouville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bouville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouville

Bouville est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bouvilla en 1222, Bovilla entre 1236 et 1244.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1982 décembre 1994 Léopold Petit    
février 1995 mars 2008 Marie-Hélène Joyen-Conseil    
mars 2008 en cours Hervé Petit    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 944 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
822 968 838 855 1 107 1 108 1 091 1 106 1 153
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 011 922 894 838 830 780 844 816 817
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
799 802 730 736 720 735 628 664 637
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
618 559 576 924 1 020 994 919 932 944
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Calvaire
  • Église Notre-Dame : Le clocher-tour d'origine romane, sur plan rectangulaire, est la partie la plus ancienne du monument, inscrite Monument Historique par arrêté du 28 mars 1939[3]. Le clocher roman normand se situe entre la nef et le chœur. On observe une différence architecturale entre le bas et le haut de la tour du clocher. Côté nord, une vieille porte en plein cintre surmontée d'une étroite ouverture, nous plonge au début du XIIe siècle. La présence de tuf confirme cette datation. La partie haute de la tour, avec l'étage des cloches, a fait l'objet d'une fine restauration à la fin du XIIe siècle, avec des bandeaux de silex et des pierres taillées. La tour est percée de quatre grandes baies composées chacune de deux fenêtres géminées, séparées par une colonnette, et surmontées d'un arc brisé finement sculpté rappelant le début du gothique. Cette tour est surmontée d'une flèche en ardoise et d'une girouette neuve en forme de coq. Après la démolition d'une nef d'origine romane, la nouvelle nef constitue une belle construction, en pierre de taille de la région, datant d'avant les guerres de religion. Pour recevoir un nombre supérieur de fidèles, elle est plus large que la précédente, ce qui constitue toutefois un rétrécissement au niveau du clocher préjudiciable pour suivre les offices dans le chœur. Le chantier de la nouvelle nef devait certainement se poursuivre avec le clocher et le chœur mais, pour des raisons sans doute financières, on arrêta l'opération d'où les arrachements bien visibles. Le chœur roman n'existe pourtant plus. Il semble reconstruit avec des matériaux de récupération et sans style particulier avec un chevet plat qui précède une sacristie datant du XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bouville

Les armes de la commune de Bouville se blasonnent ainsi :
d’azur à l’étai d’or accompagné de trois tours d’argent maçonnées de sable. Ces armes sont inspirées du blason de la branche aînée de la famille de Grossin de Bouville " de sable à un chevron d'or accompagné de trois tours d'argent maçonnées de sable" avec la devise "Fidus et Fidens". La couronne de comte fut attribuée à Louis-Jacques de Grossin en 1783. Le titre était attaché à la seigneurie de Bouville en Normandie.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]