Beočin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Beočin
Беочин
Blason de Beočin
Héraldique
L'église orthodoxe serbe de Beočin
L'église orthodoxe serbe de Beočin
Administration
Pays Serbie Serbie
Province Voïvodine
Région Syrmie
District Bačka méridionale
Municipalité Beočin
Code postal 21 300
Démographie
Population 7 839 hab. (2011)
Densité 220 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 11′ 54″ N 19° 43′ 21″ E / 45.1983, 19.722545° 11′ 54″ Nord 19° 43′ 21″ Est / 45.1983, 19.7225  
Altitude 196 m
Superficie 3 560 ha = 35,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Serbie

Voir la carte administrative de Serbie
City locator 14.svg
Beočin

Géolocalisation sur la carte : Serbie

Voir la carte topographique de Serbie
City locator 14.svg
Beočin
Municipalité de Beočin
Administration
Maire
Mandat
Bogdan Cvejić (DS)
2012-2016
Démographie
Population 15 726 hab. (2011)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Superficie 18 600 ha = 186 km2
Liens
Site web Site officiel

Beočin (en serbe cyrillique : Беочин) est une ville et une municipalité de Serbie situées dans la province autonome de Voïvodine. Elles font partie du district de Bačka méridionale. Au recensement de 2011, la ville comptait 7 839 habitants et la municipalité dont elle est le centre 15 726[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Bien que rattachée au le district de Bačka méridionale, Beočin fait partie de la région de la Syrmie.

Histoire[modifier | modifier le code]

En dialecte local, le nom de la ville dérive d’un mot signifiant le « père blanc », en référence au monastère de Beočin voisin.

Beočin est mentionnée pour la première fois en 1702. La ville connut un développement rapide quand s’y installa une usine de ciment qui est l’une des plus grandes d’Europe.

Localités de la municipalité de Beočin[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La municipalité de Beočin compte 8 localités :

Beočin est officiellement classée comme une « localité urbaine » (en serbe : градско насеље et gradsko naselje) ; les autres localités sont considérées comme des « villages » (село/selo).

Démographie[modifier | modifier le code]

Ville[modifier | modifier le code]

Évolution historique de la population dans la ville[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1948 1953 1961 1971 1981 1991 2002 2011
3 639 4 082 5 145 6 563 7 298 7 873 8 058[2] 7 839[1]


Évolution de la population

Données de 2002[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2002)
Répartition de la population par nationalités dans la ville (2002)

Données de 2011[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2011)

En 2011, l'âge moyen de la population de la ville était de 39,1 ans, 37,4 ans pour les hommes et 40,8 ans pour les femmes[5].

Répartition de la population par nationalités dans la ville (2011)

Municipalité[modifier | modifier le code]

Données de 2002[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2002)
Répartition de la population par nationalités dans la municipalité (2002)

Données de 2011[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2011)

En 2011, l'âge moyen de la population dans la municipalité était de 40,8 ans, 39,4 ans pour les hommes et 42,2 ans pour les femmes[5].

Répartition de la population par nationalités (2011)

Les localités de la municipalité de Beočin possèdent une majorité de peuplement serbe, à l’exception du village de Lug qui est habité par une majorité de Slovaques. Le recensement de 2011 marque une légère progression des Serbes qui représentent un plus de 69 % de la population totale ; les Roms représentent 9 % de la population de 2011, en augmentation par rapport à 2002 où ils constituaient 6,5 % de l'ensemble. Les Croates, les Hongrois et les Slovaques voient leur proportion diminuer. La catégorie de recensement des Yougoslaves, qui se réfère à la République fédérative socialiste de Yougoslavie sans marque de nationalité, est également en nette diminution[4],[6].

Religions (2002)[modifier | modifier le code]

Sur le plan religieux, la municipalité de Beočin est peuplée par une majorité de Serbes orthodoxes ; elle dépend de l'éparchie de Syrmie (en serbe cyrillique : Епархија сремска), dont le siège est à Sremski Karlovci.

L'église Saint-Basile d'Ostrog à Beočin
Religion Nombre %
Orthodoxes 11 412 70,94
Catholiques 1 513 9,40
Musulmans 943 5,86
Protestants 887 5,51
Athées 55 0,34
Religions orientales 1 0,00
Juifs 0 0,00
Autres[7]

En 2002, les Catholiques représentaient un peu moins de 9,5 % de la population de la municipalité. Leur culte relève du diocèse de Syrmie, qui a son siège à Sremska Mitrovica ; ce diocèse dépend de l'archidiocèse de Đakovo-Osijek, dont le siège est en Croatie.

L'église catholique Sainte-Barbe à Beočin

Politique[modifier | modifier le code]

Élections locales de 2004[modifier | modifier le code]

À la suite des élections locales serbes de 2004, les sièges de l’assemblée municipale de Beočin étaient répartis de la manière suivante :

Parti Sièges
Parti radical serbe 11
Parti démocratique 5
Parti socialiste de Serbie 4
Parti démocratique de Serbie 3
Mouvement Force de la Serbie 3
G17 Plus 3
Parti social-démocrate des Roms de Serbie 2
Nouvelle Serbie 2

Élections locales de 2008[modifier | modifier le code]

Le bâtiment de l'assemblée municipale à Beočin

À la suite des élections locales serbes de 2008, les 34 sièges de l'assemblée municipale de Beočin se répartissaient de la manière suivante[8] :

Parti Sièges
Parti radical serbe 8
Parti démocratique 8
G17 Plus 4
Parti démocratique de Serbie 4
Parti socialiste de Serbie - Parti des retraités unis de Serbie 3
Ensemble pour la Voïvodine 3
Liste Goran Kalabić 2
Parti rom Beočin 1
Nouveau parti démocratique 1

Bogdan Cvejić, membre du Parti démocratique du président Boris Tadić, a été élu président (maire) de la municipalité[8].

Élections locales de 2012[modifier | modifier le code]

À la suite des élections locales serbes de 2012, les 29 sièges de l'assemblée municipale de Beočin se répartissaient de la manière suivante[9] :

Parti Sièges
Parti démocratique 9
Parti socialiste de Serbie 4
Régions unies de Serbie 4
Donnons de l'élan à Beočin (Parti progressiste serbe, Mouvement Force de la Serbie) 4
Parti démocratique de Serbie 3
Ligue des sociaux-démocrates de Voïvodine 3
Parti démocratique des Roms 2

Bogdan Cvejić a été réélu président de la municipalité[10].

Culture[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Beočin est le siège de la cimenterie Lafarge, héritière de la Beočinska fabrika cementa, l’« usine de ciment de Beočin », en abrégé BFC, créée en 1952 ; à cette époque, il s’agissait d’une entreprise publique. Une fois la société privatisée, en 2001, le groupe français Lafarge a acheté 70 % de son capital, puis s'est porté acquéreur du reste du capital en 2008 pour un montant de 15,5 millions d’euros[11]. En 2006, Lafarge Beočin se situait à la 5e place dans la liste des 100 entreprises les plus rentables de Serbie ; elle réalisait un profit net de 21,7 millions d’euros[12].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La façade ouest du château Špicer

Parmi les monuments culturels de la ville Beočin, on peut citer une maison rurale (première moitié du XVIIIe siècle, GI)[13], l'église de la Transfiguration (1906, GI)[14] et le château Špicer. Le monastère de Beočin est situé à proximité de la ville.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Coopération internationale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (sr)(en)[PDF] « Recensement de la population, des ménages et des logements dans la République de Serbie 2011 », sur http://webrzs.stat.gov.rs, Site de l'Institut de statistiques de la République de Serbie,‎ 10 novembre 2011 (consulté le 6 avril 2013)
  2. (sr) Livre 9, Population, analyse comparative de la population en 1948, 1953, 1961, 1971, 1981, 1991 et 2002, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, mai 2004 (ISBN 86-84433-14-9)
  3. Population par âge (Serbie)
  4. a, b et c (sr) Livre 1, Population, origine nationale ou ethnique, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, février 2003 (ISBN 86-84433-00-9)
  5. a, b, c, d et e (sr)(en)[PDF] « Livre 2 : Âge et sexe - Données par localités », sur http://stat.gov.rs, Site de l'Institut de statistiques de la République de Serbie,‎ 14 décembre 2012 (consulté le 6 avril 2013)
  6. a, b et c (sr)(en)[PDF] « Livre 1 : Nationalités - Données par municipalités », sur http://stat.gov.rs, Site de l'Institut de statistiques de la République de Serbie,‎ 29 novembre 2012 (consulté le 6 avril 2013)
  7. (en)[PDF] « Langues et religions », sur http://webrzs.stat.gov.rs, Site de l'Office national de statistique de la République de Serbie (consulté le 6 septembre 2012)
  8. a et b (sr) « Pregled funkcionera za opštinu Beočin (Lokalni 2008) », sur http://direktorijum.cesid.org, Site du CeSID (consulté le 4 décembre 2010)
  9. (sr) « Odbornici Skupština opštine Beočin », Site officiel de la municipalité de Beočin (consulté le 19 décembre 2012)
  10. (sr) « Bogdan Cvejić », Site officiel de la municipalité de Beočin (consulté le 19 décembre 2012)
  11. (en) « Lafarge bids for remaining stake in Serb cement co », sur http://www.forbes.com, Forbes,‎ 27 juin 2008 (consulté le 28 août 2008)
  12. (sr) « Najviši profit od duvana », sur http://www.politika.rs, Politika,‎ 10 septembre 2007 (consulté le 4 décembre 2010)
  13. (sr) « Seoska kuća, Beočin », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 15 décembre 2012)
  14. (sr) « Crkva preobraženja, Beočin », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 15 décembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Miloš Lukić, Putevima slobode - naselja opštine Beočin u ratu i revoluciji, Novi Sad, 1987.
  • Slobodan Ćurčić, Broj stanovnika Vojvodine, Novi Sad, 1996.