Benetton B191

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Benetton B191
Benetton B191B

Benetton B191

La Benetton B191 au Festival de vitesse de Goodwood en 2006.

Présentation
Équipe Drapeau : Royaume-Uni Camel Benetton Ford
Constructeur Benetton Formula
Année du modèle 1991
Concepteurs John Barnard
Mike Coughlan
Spécifications techniques
Châssis Monocoque en fibres de carbone
Suspension avant Poussoirs
Suspension arrière Poussoirs
Nom du moteur Ford-Cosworth HBA4/HBA5
Cylindrée 3 494 cm3
650 ch à 13 000 tr/min
Configuration 8 cylindres en V à 75°
Boîte de vitesses Transversale semi-automatique
Nombre de rapports 6
Système de freinage Freins Carbone Industries / Brembo
Poids 505 kg
Dimensions Empattement : 2 880 mm
Voie avant : 1 818 mm
Voie arrière : 1 720 mm
Carburant Mobil
Pneumatiques Pirelli
Goodyear
Partenaires AutoPolis, Camel
Histoire en compétition
Pilotes 1991
19. Drapeau : Brésil Roberto Moreno
19. Drapeau : Allemagne Michael Schumacher
20. Drapeau : Brésil Nelson Piquet
1992
19. Drapeau : Allemagne Michael Schumacher
20. Drapeau : Royaume-Uni Martin Brundle
Début Grand Prix automobile de Saint-Marin 1991
Courses Victoires Pole Meilleur tour
17 1 0 1
Championnat constructeur 1991
4e avec 38,5 points
1992
3e avec 91 points
Championnat pilote 1991
Nelson Piquet : 6e
Roberto Moreno : 10e
Michael Schumacher : 14e
1992
Michael Schumacher : 3e
Martin Brundle : 6e

Chronologie des modèles (1991-1992)

La Benetton B191 est une monoplace de Formule 1 engagée par l'écurie Benetton Formula dans le cadre du championnat du monde de Formule 1 1991. Elle est pilotée par le Brésilien Roberto Moreno, remplacé en cours de saison par le novice allemand Michael Schumacher et le Brésilien Nelson Piquet.

Saison 1991[modifier | modifier le code]

La Benetton B191 fait son apparition au Grand Prix de Saint-Marin, troisième épreuve de la saison, l'écurie ayant engagé une B190B en début de la saison. À Imola, les deux pilotes se qualifient en milieu de grille, Moreno et Piquet étant treizième et quatorzième. En course, si Piquet abandonne dès le premier tour à la suite d'un tête-à-queue, son coéquipier termine treizième malgré une défaillance de sa boîte de vitesses survenue au cinquante-troisième tour[1],[2].

À Monaco, Moreno, qualifié huitième, termine quatrième de l'épreuve à un tour du vainqueur Ayrton Senna, alors que Piquet, quatrième sur la ligne de départ, percuté par la McLaren MP4/6 de Gerhard Berger dès le premier tour, abandonne[3],[4].

Le point culminant de la saison est le Grand Prix du Canada où Nelson Piquet, élancé de la huitième place, remporte sa vingt-troisième et dernière victoire, en profitant de l'abandon de Nigel Mansell survenu à l'avant-dernier tour de l'épreuve, tandis que Moreno, cinquième au départ, abandonne à la suite d'un tête-à-queue au dixième tour[5],[6],[7].

Les cinq manches suivantes sont plus délicates pour l'écurie britannique qui n'obtient que deux cinquièmes places grâce à Moreno au Grand Prix du Mexique puis Piquet en Grande-Bretagne. La B191 abandonne à trois reprises en raison d'une boîte de vitesses défaillante, en Grande-Bretagne, en Allemagne et en Hongrie[8],[9].

Au Grand Prix de Belgique, Piquet, qui obtient son soixantième et dernier podium, termine troisième tandis que Moreno,quatrième, réalise son unique meilleur tour en course[10],[11],[12].

À la fin de l'épreuve belge, Moreno est échangé contre l'Allemand Michael Schumacher, qui vient de disputer, avec Jordan Grand Prix, son premier Grand Prix de Formule 1. Dès l'épreuve suivante, en Italie, le novice marque ses deux premiers points dans la discipline et récidive lors des deux manches suivantes, Schumacher abandonnant lors des deux dernières courses de la saison.

Piquet marque des points en Italie, au Portugal et en Australie (où il inscrit la moitié des trois points de la quatrième place, la course étant interrompue par la pluie au quatorzième des 81 tours prévus), mais est dominé par son jeune équipier en qualifications, sauf lors de la manche australienne[13],[14],[15].

À la fin de la saison, Benetton Formula termine à la quatrième place du championnat des constructeurs avec 38,5 points. Nelson Piquet obtient la sixième place du championnat des pilotes avec 26,5 points. Roberto Moreno marque huit points et se classe dixième tandis que Michael Schumacher est quatorzième avec quatre unités[16],[17].

Saison 1992[modifier | modifier le code]

En 1992, Benetton aligne pour les trois premières manches du championnat une version B de la B191 en attendant l'arrivée de la Benetton B192. La B191B est une évolution de la B191 dont l'une des principales différences est un réservoir pouvant détenir quatre litres de carburant de plus que l'année passée. Durant l'intersaison, Nelson Piquet, qui a quitté la Formule 1, est remplacé par le Britannique Martin Brundle, en provenance de l'écurie Brabham.

Lors du Grand Prix inaugural, en Afrique du Sud, Michael Schumacher se qualifie en sixième position, à 2,1 secondes de la pole position du pilote Williams, Nigel Mansell, tandis que Martin Brundle réalise le huitième temps, à sept dixièmes de son coéquipier. En course, si Brundle abandonne dès le premier tour à la suite d'un accident, Schumacher termine quatrième[18],[19].

Au Mexique, les deux pilotes Benetton occupent la deuxième ligne de la grille, Schumacher ayant réalisé le troisième temps qualificatif à neuf dixièmes des Williams de Mansell et Riccardo Patrese, et Brundle étant à deux secondes du Britannique. En course, les quatre pilotes de tête maintiennent leur position, jusqu'au quarante-septième tour où Brundle abandonne en raison d'une surchauffe de son moteur Ford-Cosworth. Schumacher termine troisième de l'épreuve, obtenant ainsi son premier podium en Formule 1[20],[21],[22].

Lors du Grand Prix du Brésil, Schumacher obtient le cinquième temps qualificatif à 2,8 secondes du temps de la pole position détenu par Mansell alors que Brundle est septième à moins de deux dixièmes de son coéquipier. En course, alors que Brundle abandonne au trentième tour à la suite d'un accident, Schumacher termine à nouveau troisième, à un tour des deux pilotes Williams[23],[24].

La B191B est remplacée par la B192 à partir de la manche suivante, disputée en Espagne.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats détaillés de la Benetton B191 en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Moteur Pneus Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
1991 Camel Benetton Ford Ford-Cosworth HBA4
V8
Pirelli USA BRÉ SMR MON CAN MEX FRA GBR ALL HON BEL ITA POR ESP JAP AUS 38,5* 4e
Roberto Moreno 13e 4e Abd 5e Abd Abd 8e 8e 4e
Michael Schumacher 5e 6e 6e Abd Abd
Nelson Piquet Abd Abd 1er Abd 8e 5e Abd Abd 3e 6e 5e 11e 7e 4e
1992 Camel Benetton Ford Ford-Cosworth HBA5
V8
Goodyear AFS MEX BRÉ ESP SMR MON CAN FRA GBR ALL HON BEL ITA POR JAP AUS 91* 3e
Michael Schumacher 4e 3e 3e
Martin Brundle Abd Abd Abd

Légende : ici

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Qualifications du Grand Prix de Saint-Marin 1991 », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  2. « Classement du Grand Prix de Saint-Marin 1991 », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  3. « Qualifications du Grand Prix de Monaco 1991 », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  4. « Classement du Grand Prix de Monaco 1991 », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  5. « Qualifications du Grand Prix du Canada 1991 », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  6. « Classement du Grand Prix du Canada 1991 », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  7. « Victoires de Nelson Piquet », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  8. « Classement du Grand Prix du Mexique 1991 », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  9. « Classement du Grand Prix de Grande-Bretagne 1991 », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  10. « Classement du Grand Prix de Belgique 1991 », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  11. « Podiums de Nelson Piquet », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  12. « Meilleur tour de Roberto Moreno », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  13. « Classement du Grand Prix d'Italie 1991 », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  14. « Classement du Grand Prix du Portugal 1991 », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  15. « Classement du Grand Prix d'Australie 1991 », sur statsf1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  16. (en) « Classement du championnat des constructeurs 1991 », sur formula1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  17. (en) « Classement du championnat des pilotes 1991 », sur formula1.com (consulté le 2 janvier 2014)
  18. « Qualifications du Grand Prix d'Afrique du Sud 1992 », sur statsf1.com (consulté le 3 janvier 2014)
  19. « Classement du Grand Prix d'Afrique du Sud 1992 », sur statsf1.com (consulté le 3 janvier 2014)
  20. « Qualifications du Grand Prix du Mexique 1992 », sur statsf1.com (consulté le 3 janvier 2014)
  21. « Classement du Grand Prix du Mexique 1992 », sur statsf1.com (consulté le 3 janvier 2014)
  22. « Podiums de Michael Schumacher », sur statsf1.com (consulté le 3 janvier 2014)
  23. « Qualifications du Grand Prix du Brésil 1992 », sur statsf1.com (consulté le 3 janvier 2014)
  24. « Classement du Grand Prix du Brésil 1992 », sur statsf1.com (consulté le 3 janvier 2014)

Sur les autres projets Wikimedia :