Benetton B196

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Benetton B196

Présentation
Équipe Drapeau : Italie Mild Seven Benetton Renault
Constructeur Benetton Formula
Année du modèle 1996
Concepteurs Ross Brawn
Rory Byrne
Spécifications techniques
Châssis Monocoque en fibre de carbone en nid d'abeille
Suspension avant Poussoirs et amortisseurs
Suspension arrière Poussoirs et amortisseurs
Nom du moteur Renault RS8
Cylindrée 3 000 cm³
750 ch à 14 500 tr/min
Configuration V10 à 67°
Position du moteur Longitudinal arrière
Boîte de vitesses Benetton semi-automatique longitudinale
Nombre de rapports 7 + marche arrière
Système de freinage Freins à disque en carbone AP Racing et Carbone Industrie
Dimensions et Poids Empattement : 2990 mm
Voie avant : 1690 mm
Voie arrière : 1618 mm
Poids : 595 kg
Carburant Elf
Pneumatiques Goodyear
Partenaires Mild Seven
Histoire en compétition
Pilotes 3. Drapeau de la France Jean Alesi
4. Drapeau de l'Autriche Gerhard Berger
Début Grand Prix automobile d'Australie 1996
Courses Victoires Pole Meilleur tour
16 0 0 3
Championnat constructeur 3e avec 68 points
Championnat pilote Jean Alesi : 4e
Gerhard Berger : 6e

Chronologie des modèles (1996)

La Benetton B196 est la monoplace de Formule 1 engagée par l'écurie Benetton Formula lors de la saison 1996 de Formule 1. Elle est pilotée par le Français Jean Alesi et l'Autrichien Gerhard Berger, tous deux transfuges de la Scuderia Ferrari, en remplacement de Johnny Herbert et de Michael Schumacher, parti chez Ferrari. Les pilotes-essayeurs sont l'Italien Vincenzo Sospiri et l'Anglais Allan McNish. À partir de cette saison, Benetton Formula est sous nationalité italienne alors qu'elle courait sous licence britannique depuis sa création.

La Benetton B196 se distingue de sa devancière, la Benetton B195, championne du monde des pilotes avec Michael Schumacher et des constructeurs, par une boîte de vitesses à sept rapports plus lourde que la précédente qui entraîne une nouvelle répartition des masses de la monoplace italienne. Ce surpoids à l'arrière de la voiture est compensée par un empattement plus long, passant ainsi de 2 880 mm à 2 990 mm. La B196 est également moins rapide que la Williams FW18, équipée du même moteur V10 Renault RS8, en raison d'une boîte à air défaillante. Ces inconvénients techniques empêchent donc Benetton de conserver ses titres pilotes et constructeurs[1].

La saison commence par une quatrième place de Gerhard Berger au Grand Prix d'Australie[2]. Au Grand Prix suivant, au Brésil, le pilote autrichien abandonne à la suite d'un problème hydraulique alors que son coéquipier, Jean Alesi, parti huitième, termine deuxième alors qu'il menait pendant trois tours[3],[4]. Lors du Grand Prix d'Argentine, le Français monte à nouveau sur le podium en finissant troisième alors que Gerhard Berger abandonne au cinquante-sixième tour à la suite d'un problème de suspension[5]. L'Autrichien imite son coéquipier à Saint-Marin. À Monaco, les deux pilotes Benetton réalisent leurs meilleures qualifications de l'année en se qualifiant en troisième et quatrième place mais abandonnent sur ennuis mécaniques alors que le Français menait la course depuis dix-neuf tours[6],[7],[8]. Gerhard Berger ne rallie plus l'arrivée jusqu'au Grand Prix de France où il termine quatrième tandis que son coéquipier monte pour la troisième fois consécutive sur le podium[9].

Pour le Grand Prix de Grande-Bretagne, la Benetton B196 est dotée d'un nouveau fond plat ainsi qu'un extracteur et des suspensions modifiés. Ces ajustements permettent à Gerhard Berger de terminer deuxième[10]. En Allemagne, les deux pilotes Benetton, partis deuxième et cinquième, prennent la tête de la course dès le premier tour et mènent jusqu'au quarante-deuxième tour où l'Autrichien abandonne sur casse moteur. S'il est tout de même classé treizième pour avoir fait plus de 90 % de la course, Jean Alesi parvient à conserver sa deuxième place jusqu'à la ligne d'arrivée[11],[12]. Le Français réitère cette performance en Italie et termine troisième en Hongrie, deux manches du championnat où Berger abandonne sur ennuis mécaniques[13],[14].

À la fin de la saison, Benetton Formula termine troisième du championnat des constructeurs avec 68 points. Jean Alesi termine quatrième du championnat des pilotes avec 47 points et Gerhard Berger termine sixième avec 21 points[15].

Engagement au Trofeo Indoor di Formula 1[modifier | modifier le code]

Les 7 et 8 décembre 1996, Benetton Formula participe pour la première fois au Trofeo Indoor di Formula 1, une épreuve d'exhibition organisée en marge du Motor Show de Bologne, une exposition internationale reconnue par l'Organisation internationale des constructeurs automobiles qui se tient dans les salons de la foire de Bologne[16]. Bien que l'épreuve soit baptisée indoor, la piste, d'une longueur de 1 300 mètres, est située à l'extérieur des locaux de l'exposition[17]. Pour cette neuvième édition, Benetton affronte l'écurie Ligier dont c'est la première participation à cette compéititon, et la Scuderia Minardi, une habituée de l'épreuve.

La Scuderia Minardi engage deux monoplaces Minardi M195B confiées à deux pilotes titulaires, l'Italien Giovanni Lavaggi et le Brésilien Tarso Marques[18],[19]. Ligier confie deux exemplaires de sa JS43 à l’un de ses pilotes titulaires, Olivier Panis, ainsi qu'au le Japonais Shinji Nakano, récemment recruté par l'écurie française[20],[21]. Enfin, Benetton fait appel aux Italiens Jarno Trulli, ancien pilote Minardi en 1996 et Giancarlo Fisichella, remplaçant de Trulli au sein de l'écurie italienne en 1997, pour piloter la Benetton B196[22],[23].

Lors du tour préliminaire, Jarno Trulli se classe premier de l'épreuve suivi de son coéquipier, Giancarlo Fisichella. Le pilote Minardi Giovanni Lavaggi prend la troisième place, suivi par le pilote Ligier Shinji Nakano. Tarso Marques et Olivier Panis terminent respectivement en cinquième et sixième positions. Bien que Nakano est qualifié pour la phase finale de l'épreuve, sa monoplace est trop endommagé et laisse sa place à Marques. Les deux pilotes Ligier sont donc éliminés. La phase finale se compose en deux manches à élimination directe, les pilotes devant remporter deux courses pour se qualifier à la manche suivante. Lors de la première manche, Giancarlo Fisichella affronte Tarso Marques, qu'il domine en remportant deux courses alors que le pilote Minardi n'en gagne aucune. Jarno Trulli perd quant à lui sa demi-finale face à Giovanni Lavaggi qui remporte deux courses alors que le pilote Benetton n'en remporte aucune. Lavaggi participe alors à la finale qui l'oppose à Fisichella, qui remporte le trophée par deux courses gagnées à zéro[17].

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats détaillés de la Benetton B196 en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Moteur Pneus Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
1996 Mild Seven Benetton Renault Renault RS8 V10 Goodyear AUS BRÉ ARG EUR SMR MON ESP CAN FRA GBR ALL HON BEL ITA POR JAP 68 3e
Jean Alesi Abd 2e 3e Abd 6e Abd 2e 3e 3e Abd 2e 3e 4e 2e 4e Abd
Gerhard Berger 4e Abd Abd 9e 3e Abd Abd Abd 4e 2e 13e* Abd 6e Abd 6e 4e

Légende : ici

  • * : Le pilote n'a pas terminé la course, mais est classé pour avoir parcouru plus de 90 % de la distance de course.

Résultats du Trofeo Indoor di Formula 1[modifier | modifier le code]

Résultats du tour préliminaire du Trofeo Indoor di Formula 1
Position Pilote Écurie Points
1 Drapeau de l'Italie Jarno Trulli Benetton-Renault 18
2 Drapeau de l'Italie Giancarlo Fisichella Benetton-Renault 14
3 Drapeau de l'Italie Giovanni Lavaggi Minardi-Ford 10
4 Drapeau du Japon Shinji Nakano Ligier-Mugen-Honda 8
5 Drapeau du Brésil Tarso Marques Minardi-Ford 6
6 Drapeau de la France Olivier Panis Ligier-Mugen-Honda 2
Demi-finales Finale
         
 Drapeau de l'Italie Giancarlo Fisichella  2
 Drapeau du Brésil Tarso Marques  0  
 Drapeau de l'Italie Giancarlo Fisichella  2
  
   Drapeau de l'Italie Giovanni Lavaggi  0
 Drapeau de l'Italie Jarno Trulli  0
 Drapeau de l'Italie Giovanni Lavaggi  2  

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Benetton B196 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  2. « Classement du Grand Prix d'Australie 1996 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  3. « Qualifications du Grand Prix du Brésil 1996 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  4. « Classement du Grand Prix du Brésil 1996 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  5. « Classement du Grand Prix d'Argentine 1996 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  6. « Qualifications du Grand Prix de Monaco 1996 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  7. « Classement du Grand Prix de Monaco 1996 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  8. « Grand Prix de Monaco 1996 : Tour par tour », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  9. « Classement du Grand Prix de France 1996 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  10. « Classement du Grand Prix de Grande-Bretagne 1996 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  11. « Qualifications du Grand Prix d'Allemagne 1996 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  12. « Classement du Grand Prix d'Allemagne 1996 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  13. « Classement du Grand Prix d'Italie 1996 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  14. « Classement du Grand Prix de Hongrie 1996 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  15. « Classements du championnat du monde de Formule 1 1996 », sur statsf1.com (consulté le 23 novembre 2012)
  16. (it) « Motorshow », sur motorshow.it (consulté le 1er janvier 2013)
  17. a et b (en) « Bologna Sprint », sur silhouet.com (consulté le 1er janvier 2013)
  18. « Fiche de Giovanni Lavaggi », sur statsf1.com (consulté le 1er janvier 2013)
  19. « Fiche de Tarso Marques », sur statsf1.com (consulté le 1er janvier 2013)
  20. « Fiche d'Olivier Panis », sur statsf1.com (consulté le 1er janvier 2013)
  21. « Fiche de Shinji Nakano », sur statsf1.com (consulté le 1er janvier 2013)
  22. « Fiche de Jjarno Trulli », sur statsf1.com (consulté le 1er janvier 2013)
  23. « Fiche de Giancarlo Fisichella », sur statsf1.com (consulté le 1er janvier 2013)