Bundesheer autrichienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La garde de la Bundesheer au pas lors des cérémonies de la fête nationale le 26 octobre 2008
Emblème de souveraineté de l'armée fédérale autrichienne
Bataillon de la garde autrichienne au défilé du 14 juillet 2007 à Paris
Passage en revue de nouvelles recrues le 26 octobre 2006

L’Österreichisches Bundesheer (Armée fédérale autrichienne en allemand) est l'armée nationale de la République d’Autriche depuis 1955.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'armée autrichienne.

Durant peu de temps, entre 1918 et 1921 l'armée semi-régulière fut appelée Volkswehr (défense du peuple) : elle n’a qu’une campagne à son actif, contre les Slovènes en Carinthie. Depuis, exceptée durant la période 1938-1945 où l'Autriche fut, après l'Anschluss, partie intégrante de l'Allemagne nazie, elle se nomme « Bundesheer ».

Elle est une partie prenante de la guerre civile autrichienne en 1934 contre les socialistes.

L'armée autrichienne développa un plan de défense en 1938 contre l'Allemagne, mais celui-ci ne fut jamais mis en place suite à différentes décisions politiques.

En 1955, l'Autriche se déclara comme pays neutre et entérina sa neutralité par une loi constitutionnelle. La principale fonction de l'armée autrichienne tient dans la protection de la neutralité du pays. Depuis la dernière réforme structurelle les principales forces armées sont :

  • l'armée de terre (Kommando Landstreitkräfte; KdoLaSK)
  • l'armée de l'air (Kommando Luftstreitkräfte; KdoLuSK)
  • la force d'intervention internationale (Kommando Internationale Einsätze; KdoIE)
  • les forces spéciales (Kommando Spezialeinsatzkräfte; KdoSEK)
  • le Kommando Einsatzunterstützung (KdoEU)
  • le Kommando Führungsunterstützung (KdoFüU)

Avec la fin de la guerre froide, l'armée autrichienne aide de plus en plus la police frontalière à limiter l'entrée des immigrés clandestins. Les guerres de Yougoslavie a contraint à la levée des restrictions sur l'arsenal militaire autrichien, imposées par un traité international en 1955.

Dans les années 1990, suite en autre aux guerres en Yougoslavie, à moderniser son arsenal. Des Leopard 2A4, des Ulan, des Pandur, des Dingo 2, 3 transporteurs C-130 Hercules d’occasion , 9 Sikorsky S-70 et 15 Eurofighter Typhoon ont été réceptionné dans les années 1990/2000. Dans les années 2010, suite aux fortes coupes dans le budget de la défense qui représente, en 2014, 0,5 % du PNB, nombres de ces matériels sont en réserve ou à vendre dont la grande majorité des engins de combat chenillés[1], ou un quota d'utilisation réduit[2],[3],[4].

Traditions[modifier | modifier le code]

Certaines traditions de l'ancienne armée austro-hongroise sont toujours maintenues dans la Bundesheer. Par exemple, le plus célèbre régiment de la Bundesheer est le « Hoch und Deutschmeister Regiment », maintenant appelé « Jägerregiment Wien » et basé à la « Maria Theresien Kaserne » (Marie-Thèrèse fut une impératrice d'Autriche). En outre presque tous les autres régiments de la Bundesheer doivent perpétuer des traditions issues des célèbres régiments austro-hongrois comme le « Kaiserjäger », le « Rainer », etc.

Quelques chiffres[modifier | modifier le code]

Service obligatoire 18 ans
Service volontaire 16 ans
Durée du service militaire 8 mois (réduit à 6 mois en 2007)
Hommes réquisitionnables (18-49 ans) 1 914 800[5]
Femmes réquisitionnables (18-49 ans) 1 870 134[5]
Hommes préparés (18-49 ans) 1 550 441[5]
Femmes préparées (18-49 ans) 1 515 365[5]
Aptes au service par année 48 967[5]
Aptes au service par année 46 633[5]
Dépenses annuelles (en €) 2,25 milliards (2007)
Pourcentage du PIB dédié 0,9 %[5]

Structure[modifier | modifier le code]

Structure de la Bundesheer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Chapleau, « Autriche: des coupes claires dans le parc blindé », sur Ouest-France,‎ 15 décembre 2010 (consulté le 23 août 2014).
  2. « L’Autriche n’assurera que quatre heures de police du ciel ! », sur Avia News,‎ 21 août 2014 (consulté le 23 août 2014).
  3. (en) Georg Mader, « Austria cuts a third of its Typhoon pilots », sur IHS Janes,‎ 15 mai 2014 (consulté le 23 août 2014).
  4. (en) Georg Mader, « Austria further reduces QRA capabilities », sur IHS Janes,‎ 20 août 2014 (consulté le 23 août 2014).
  5. a, b, c, d, e, f et g D'après les estimations de la CIA disponibles dans le CIA World Factbook

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]