Antonio Sacchini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antonio Sacchini

Description de cette image, également commentée ci-après

Antonio Sacchini

Naissance 14 juin 1730
Florence, Drapeau de l'Italie Italie
Décès 6 octobre 1786 (à 56 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur

Œuvres principales

45 opéras, 8 oratorios

Antonio Maria Gasparo Sacchini est un compositeur italien de l'école napolitaine né à Florence le 14 juin 1730 et mort à Paris le 6 octobre 1786.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Florence, Sacchini passa son enfance près de Naples. Le hasard ayant conduit le compositeur Francesco Durante à Pouzzoles, le maître entendit des airs populaires par le jeune Sacchini et fut si satisfait de la justesse de ses intonations et de son intelligence animée qu'il le demanda à sa famille et le fit entrer au conservatoire de San Onofrio ou, selon Piccinni, au conservatoire de Santa Maria di Loreto que Durante dirigeait depuis 1742. Sous sa direction, il étudia le clavecin, l'orgue et la composition et son maître prédit qu'il serait le meilleur compositeur du siècle.

Il commença sa carrière à Padoue et la poursuivit à Rome, à Venise et à Stuttgart et Munich en Allemagne. En 1772, Sacchini s'installa à Londres où il vécut dix ans. C'est là qu'il rencontra Tommaso Traetta.

Poussé par des ennuis d'argent, il quitta l'Angleterre en 1781 et vint s'installer à Paris où ses opéras l'avaient déjà rendu célèbre, à la grande satisfaction du parti piccinniste, qui voyait en lui un rival possible de Gluck. Cela n'empêcha pas Sacchini d'être le musicien favori de Marie-Antoinette. Cette même année il est initié franc-maçon à la loge parisienne Saint-Jean du Contrat social [1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sacchini a composé 45 opéras, 8 oratorios, de la musique sacrée (messes, motets, psaumes, cantates, arias...), 2 symphonies, de la musique de chambre.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Œdipe à Colone, premier enregistrement mondial, 2005. Manon Feubel, soprano, Fabrice Mantegna, Tenor, Daniel Galvez-Valejo, tenor, Sviatoslav Smirnof, Basse. La Camérata de Bourgogne, Chœur et orchestre, Jean-Paul Penin, Direction.

" six trios pour 2 violons et basse" op.1, premier enregistrement mondial, trio Stauffer, 1996

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Guillaumin du Breuillat, Dans les bosquets illuminés, plane encore l'ombre de Sacchini, Éditions Osmondes,‎ 2005 (ISBN 2915036845)
  • Georges Sauvé, Antonio Sacchini (1730-1786) - Un musicien de Marie-Antoinette, L'Harmattan, coll. « Univers Musical »,‎ 2007, 147 p. (ISBN 2-296-01994-3)
    Un dossier inédit jusqu'ici: correspondances, partitions, documents sur les circonstances de sa mort, la musique de chambre dans l'intimité du Trianon, des témoignages directs sur la Reine (archives familiales)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le cosmopolitisme musical à Paris à la fin du XVIIIe siècle », par Pierre-François Pinaud, Chroniques d'histoire maçonnique no 63

Liens externes[modifier | modifier le code]