Conservatoire San Pietro a Majella de Naples

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir San Pietro a Majella.
Façade du Conservatoire San Pietro a Majella de Naples.

Le Conservatoire San Pietro a Majella de Naples (aussi connu en France sous Conservatoire de musique de Naples) (en italien Conservatorio di San Pietro a Majella ou Conservatorio di musica San Pietro a Majella, ou Conservatorio statale di musica « San Pietro a Majella ») est une institution musicale installée à Naples (Italie).

Il a son siège dans les bâtiments de l’ancien couvent des Célestins, une annexe de l'église San Pietro a Majella (it), dans le centre historique de Naples.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les quatre conservatoires historiques de Naples (XVIe s. – 1806)[modifier | modifier le code]

Depuis le XVIe siècle Naples était dotée de quatre institutions musicales illustres :

Le conservatoire de Santa Maria di Loreto

Le conservatoire Santa Maria di Loreto (it), fondé en 1537, a compté parmi ses élèves Francesco Durante, Domenico Cimarosa et Nicola Porpora. Durant l'occupation de la région par la Maison de Bourbon, le Roi Ferdinand Ier des Deux-Siciles décréta sa fermeture en 1797 afin d'en faire un hôpital militaire pour sa soldatesque.

Le conservatoire des Poveri di Gesù Cristo

Le conservatoire Poveri di Gesù Cristo (it) fut fondé en 1589 et fermé par le Roi en 1774. Alessandro Scarlatti et Giovanni Battista Pergolesi en furent les élèves les plus illustres.

Le conservatoire de Sant'Onofrio a Capuana

Le conservatoire Sant'Onofrio a Capuana (it) fut fondé en 1578 comme institution caritative pour la prise en charge des orphelins et enfants abandonnés. Il devint une école de musique en 1653. Il fut dissous en 1806.

Le conservatoire de la Pietà dei Turchini

Enfin, le conservatoire Pietà dei Turchini (it) fut fondé en 1583. Il forma notamment Francesco Provenzale, Giovanni Paisiello et Gaspare Spontini. Ce fut le seul qui échappa à la politique des Bourbons en matière d'institutions caritatives et musicales et dès lors ce fut là que convergèrent les enseignants et élèves des autres institutions au fur et à mesure de leur fermeture.

En 1806, la Pietà dei Turchini reçut donc les élèves et enseignants du Sant'Onofrio ce qui donna naissance au Conservatoire de San Sebastiano.

Le conservatoire San Sebastiano (1806 - 1826)[modifier | modifier le code]

Le Conservatoire de San Sebastiano, aussi appelé Real Collegio di Musica, fut dans un premier temps abrité dans les bâtiments du conservatoire de la Pietà dei Turchini dans des conditions d'exiguïté extrêmes. En 1808 et le Real Collegio fut déplacé dans l'église San Sebastiano, plus spacieuse, d'où son nom. C'est là que Vincenzo Bellini étudia et présenta ses premières œuvres[1].

En 1826, le Conservatoire fut déplacé vers son emplacement actuel sur décision de François Ier des Deux-Siciles.

Le conservatoire San Pietro a Majella (depuis 1826)[modifier | modifier le code]

À l’occasion de son installation dans ses nouveaux locaux, le monastère de San Pietro a Majella (ou Maiella), le conservatoire de San Sebastiano changea de nouveau de nom. Parmi ses directeurs les plus illustres on citera Gaetano Donizetti, Saverio Mercadante et Francesco Cilea.

Activités et enseignement actuels[modifier | modifier le code]

Vitrine d'anciens instruments au Conservatoire..

De nos jours, le conservatoire de San Pietro a Majella dispense un enseignement complet des arts musicaux. Les cours offerts sont en principe les suivants :

Musée et bibliothèque[modifier | modifier le code]

Le musée du conservatoire possède une collection très fournie de portraits de musiciens, parmi lesquels un Gioachino Rossini de Domenico Morelli, un Richard Wagner de Francesco Saverio et un Saverio Mercadante de Francesco Palizzi. La collection comprend des instruments anciens, des manuscrits autographes, des éditions musicales remontant au XVIe siècle et des livrets d'opéra.

Parmi les instruments anciens se trouvent des harpes Erard, des violons Gagliano, des clavecins, des épinettes, et des pièces uniques comme la petite harpe construite par Stradivarius.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La scuola musicale napoletana e i suoi quattro Conservatori », sur ilportaledelsud.org (consulté le 26 octobre 2010) (it)