Opera seria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’opera seria est un opéra de tradition et de langue italienne pratiqué au XVIIIe siècle.

Son caractère est noble et « sérieux » ce qui l’oppose à l'opera buffa, de caractère comique et enjoué, héritier de la tradition de la commedia dell'arte.

L’opera seria fut très en vogue dans presque toute l'Europe pendant le XVIIIe siècle - à l'exception notable de la France. Ce terme est plus récent et souvent synonyme de dramma per musica (dramma in musica, dramma musicale) : celui-ci apparaît en frontispice des livrets et il est chronologiquement antérieur. Cependant l'operia seria est une forme évoluée du dramma per musica, une forme dont les caractères se définissent de façon plus précise, plus régulière et se stabilisent plus ou moins au cours du XVIIIe siècle.

Structure[modifier | modifier le code]

L' opera seria est construit de façon stricte sur les conventions du dramma per musica en vogue pendant la période du haut baroque. Il utilise l'aria da capo avec successivement : thème principal, thème secondaire et retour du thème principal avec vocalises et ornementations ad libitum par le chanteur. Les arias sont séparés par les récitatifs (recitativo secco[1] ou, plus rarement recitativo accompagnato[2]) pendant lesquels progresse l'action. L'œuvre peut aussi comprendre quelques ensembles (duos, trios etc).

L'opera seria traditionnel débute généralement par une ouverture orchestrale en trois mouvements (allegro-largo-allegro)[3] précédant les trois actes répartis en scènes. Celles-ci se composent de récitatifs entrecoupés d'arias à caractère virtuose exprimant le plus souvent des sentiments, réflexions, émotions du chanteur. À la fin de son air, en principe, le chanteur quitte la scène, suscitant les applaudissements des spectateurs. Le compositeur se doit de doser subtilement le nombre et le caractère des arias entre les différents solistes, en fonction de l'importance de leur rôle dans la distribution, de leur notoriété et de leurs exigences parfois capricieuses. Le dernier acte se termine par un chœur entonné par les solistes, mais généralement homophone et peu développé.

La dramaturgie de l'opera seria fut développée en réponse notamment à une critique faite par les auteurs français qui considéraient que les livrets d'opéras italiens avaient le défaut de mélanger les genres et d'introduire dans la tragédie des éléments comiques ou populaires : cet aspect prédomine dans l'opéra de tradition vénitienne. En réponse à cette accusation d'infériorité au modèle grec antique, les membres de l'Académie d'Arcadie cherchèrent à se rapprocher de cet idéal classique, en accord avec la règle aristotélicienne des trois unités, en éliminant les éléments vulgaires ou comiques et par une exaltation des valeurs morales propre (selon l'adage « placere et docere »).

Cependant la fin souvent tragique du drame classique est évitée en faveur d'un dénouement plus heureux exaltant la vertu. Le grand spectacle et les ballets si communs en France à la même époque dans le genre contemporain de la tragédie lyrique sont exclus.

Les plus fameux librettistes sont Apostolo Zeno et Métastase ; leurs livrets sont souvent mis en musique à de maintes reprises par de nombreux compositeurs.

Argument[modifier | modifier le code]

Les livrets ont diverses sources d'inspiration : la mythologie et la légende gréco-romaines, l'histoire - surtout celles de Rome et du haut Moyen Âge (mais les exceptions sont nombreuses), les épopées de la Renaissance telles La Jérusalem délivrée ou Roland furieux, les romans de chevalerie tel Amadis de Gaule ... Tous ces thèmes sont abondamment transformés et adaptés pour satisfaire aux règles du genre de l'opera seria.

En effet, l'intrigue se noue généralement autour d'amours contrariés qui finissent par triompher lors du dénouement.

1720–1740[modifier | modifier le code]

L' opera seria acquit sa forme définitive au début des années 1720. Apostolo Zeno et Alessandro Scarlatti ouvrirent la voie, mais ce fut véritablement avec Métastase et des compositeurs plus jeunes que le genre devint réellement populaire. La carrière de Métastase débuta avec la sérénade Gli Orti Esperidi (Les jardins des Hespérides). Nicola Porpora mit le poème en musique et le succès fut tel que la fameuse prima donna romaine Marianna Bulgarelli dite "La Romanina" remarqua Métastase et en fit son protégé. Sous son égide, Métastase écrivit livret après livret, et ceux-ci furent bientôt mis en musique par les plus grands compositeurs d'Italie et d'Autriche, établissant le style international de l'opera seria : Didone abbandonata, Catone in Utica, Ezio, Alessandro nell' Indie, Semiramide riconosciuta, Siroe et Artaserse. Après 1730 il se fixa à Vienne et écrivit de nouveaux textes pour le théâtre impérial jusqu'au milieu des années 1740 : Adriano, Demetrio, Issipile, Demofoonte, Olimpiade, La clemenza di Tito, Achille in Sciro, Temistocle, Il re pastore et celui qu'il considérait comme son meilleur livret, Attilio Regolo. Pour ses textes, Métastase et ses sectateurs concevaient le plus habituellement des drames mettant en scène des personnages connus de l'Antiquité pétris de valeurs chevaleresques et morales confrontés aux conflits intérieurs entre l'amour, l'honneur et le devoir, dans un langage élégant et orné : ceux-ci pouvaient convenir aussi bien à la transposition en opéra qu'à la représentation purement théâtrale. On doit noter que Haendel, compositeur d'opéras des plus prolifiques et géniaux de cette époque, resta éloigné de la tendance générale et n'utilisa que trois livrets de Métastase pour ses ouvrages londoniens, préférant varier la provenance de ses textes.

Les principaux compositeurs métastasiens furent Hasse, Caldara, Leonardo Vinci, Porpora et Pergolèse. Les compositions de Vinci pour Didone abbandonata et Artaserse eurent un grand succès pour leurs récitatifs stromento ; il eut une part essentielle dans la fixation du nouveau style mélodique. Hasse, en revanche, introduisit un accompagnement plus puissant et fut considéré comme le plus original des deux. Pergolèse fut remarqué pour son lyrisme. Pour tous, l'enjeu primordial était de produire de la variété et de s'échapper du modèle recitatif-aria da capo. Les ambiances diverses des livrets de Métastase y aidèrent, de même que les innovations des compositeurs. Pendant cette période, le choix de la tonalité pour décrire certains sentiments et certaines émotions se standardisa : par exemple le ré mineur pour évoquer la colère, do majeur pour la pompe et la bravoure, sol mineur pour les atmosphères pastorales, mi bémol pour les effets pathétiques etc.

Compositeurs (tableau chronologique)[modifier | modifier le code]

Wolfgang Amadeus Mozart Antonio Salieri Domenico Cimarosa Josef Mysliveček Johann Christian Bach Gian Francesco de Majo Giuseppe Sarti Niccolo Piccinni Domenico Traetta Christoph Willibald Gluck Niccolo Jommelli Domènec Terradellas Giovanni Battista Pergolesi Francesco Araja Baldassare Galuppi Carl Heinrich Graun Johann Adolf Hasse Leonardo Leo Francesco Feo Leonardo Vinci Nicola Porpora Domenico Scarlatti Georg Friedrich Haendel Domenico Sarro Antonio Vivaldi Antonio Maria Bononcini Francesco Mancini Antonio Caldara Giovanni Bononcini Francesco Gasparini Johann Joseph Fux Alessandro Scarlatti Carlo Francesco Pollarolo

Compositeurs et œuvres d'operas serias[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans le recitativo secco, le chanteur est accompagné seulement par la basse continue.
  2. Dans le recitativo accompagnato, le chanteur est accompagné par tout ou partie de l'orchestre.
  3. Ce n'est pas une règle absolue : Haendel, par exemple, utilise généralement l'ouverture à la française.

Bibliographie[modifier | modifier le code]