Allemands du Banat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Allemands du Banat, Șvabi, Švabi

Populations significatives par région
Autres
Langues

Allemand

Religions

Protestante, Catholiques

Ethnies liées

Allemands

Les Șvabi (en roumain), Svábok (en hongrois), Švabi en serbo-croate, (ou Souabes du Danube, en allemand : Donauschwaben) sont une minorité allemande de Roumanie issue des colons envoyés tout au long du XVIIIe siècle pour peupler la plaine du Banat. Ils étaient originaires pour la plupart des pays de langue germanique.

Étymologiquement, le mot « șvab » est le nom roumain, slave et hongrois pour les « Schwaben », les Souabes (le terme Suebe se rencontre aussi parfois), terme générique désignant tout migrant germanique et par extension aussi des populations issues d'autres nations comme la France : en effet, certains colons venaient de Lorraine et d'Alsace. Parmi les Lorrains, des francophones ont participé aux différentes vagues (« Schwabenzüge ») de colonisation : quelques implantations portent des noms français, telles que Seultour, Saint-Hubert et Charleville, aujourd'hui réunies dans la commune serbe de Banatsko Veliko Selo. L'actuel Banat roumain a été principalement peuplé de familles provenant du Luxembourg, de la Sarre, de la Lorraine (surtout germanophone) et de l'Alsace.

Les « Souabes » ont viabilisé des terres marécageuses cédées par les Ottomans après leurs défaites face au prince Eugène de Savoie, au XVIIe siècle. Ce dernier, grand chef de guerre autrichien d'origine française, a ainsi ouvert la voie à la colonisation « occidentale » dans cette région (actuellement partagée entre la Hongrie, la Roumanie et la Serbie). Un autre personnage important d'origine lorraine et francophone qui a le plus contribué au développement du Banat et de sa capitale Timișoara au XVIIIe siècle, a été le comte Claude Florimond de Mercy, un des officiers d'Eugène de Savoie et gouverneur du Banat.

Le français et surtout l'allemand ont continué à être parlés dans ces régions d'Europe centrale jusqu'à la fin du XXe siècle. On sait notamment que la messe se disait bien sûr en latin, mais avec sermon et chants en allemand dans certains villages ; la toponymie était aussi marquée par cette influence (noms de lieux germaniques ou germanisés). Du côté serbe, les « Souabes » ont ensuite été instrumentalisés par le Troisième Reich, pendant la Seconde Guerre mondiale (l'administration du Banat serbe leur fut confiée) tandis que du côté roumain, ils furent mobilisés non dans l'armée roumaine, mais dans la Wehrmacht. Lors de la défaite de 1944, ils furent persécutés par les soviétiques et beaucoup sont morts lors d'exécutions sommaires ou en déportation.

On trouve dans le sud de la France (Vaucluse) un village qui a accueilli les descendants de ces colons francophones malmenés par les aléas de l'histoire (La Roque-sur-Pernes). Ses habitants actuels sont pour la plupart des enfants de colons du Banat et de Hongrie, « rapatriés » après guerre suite à l'intervention de Robert Schuman.

Parmi les personnalités importantes qui étaient d'origine « souabe de Banat » on peut retenir le poète autrichien Nikolaus Lenau, l'écrivain allemand Herta Müller, le compositeur hongrois Béla Bartók (par sa mère) et l'acteur américain Johnny Weissmuller.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]