Vincent Cespedes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Céspedes.
Vincent Cespedes, ici à l'université d'été du MEDEF en 2009

Vincent Cespedes, né le (42 ans) à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), est un philosophe et un essayiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Descendant d'une mère d'origine hongroise et d'un père d'origine espagnole né en Algérie, ancien professeur de philosophie, il se passionne tôt pour la musique (élève des compositeurs André Bon, François Narboni et Pedro Palacio), ainsi que pour les arts martiaux chinois, pratiquant le kung-fu pendant vingt ans[1].

Thèmes[modifier | modifier le code]

Se disant influencé par Henri Lefebvre[1], il est l'auteur d'essais portant sur des thèmes variés, et il a publié un roman en 2004 sur les préjugés racistes, le panafricanisme et Cheikh Anta Diop. Dans Mélangeons-nous. Enquête sur l'alchimie humaine (2006), il dénonce ainsi ce qu'il considère comme la plus grave forme de communautarisme observable actuellement : le « communautarisme blanc qui ébranle le modèle républicain, universel et laïc »[2]. En 2008, il a créé la collection « Philosopher » aux Éditions Larousse, qu'il a dirigée jusqu'en 2011.

Sa philosophie se présente comme un néo-vitalisme humaniste, reliant l'intime et le politique, où les notions de mélange humain, d'effectif et d'affectif, d'onde de choc et d'« onde de charme » forment une grille de lecture dynamique des relations interpersonnelles (amour, bonheur, sexisme, ambition…), des institutions (orthographe, « encouplement », aliénations…), de l'entreprise, de la création de sens, de la société et de la philosophie elle-même.

Analyste de la nouvelle jeunesse, il affirme qu'elle est aujourd'hui douée d'une « intelligence connective » qui la rend, en réseau, plus performante et plus réactive que l'intelligence individuelle la plus érudite, et que l'intelligence collective la plus solidaire[3].

Dans son livre Oser la jeunesse, il met dos à dos le « romantisme djihadiste » et le « romantisme national-raciste » : deux pièges extrêmes pour une jeunesse en mal d'héroïsme et d'utopie[4].

Après les attentats du 13 novembre 2015 en France, il lance un mouvement critique, la #neoresistance[5], fédérant les réflexions et les propositions humanistes sous un mot-dièse commun. Des personnalités comme le calligraphe irakien Hassan Massoudy[6], les philosophes Roger-Pol Droit[7] et Jacky Dahomay[8] ou le footballeur Lilian Thuram[9] sont parmi les premiers à participer à son élaboration.

Depuis 2016, il organise à raison d'environ dix fois par mois des sessions Video Facebook Live pour dialoguer directement avec les internautes connectés sur les thèmes que ces derniers suggèrent ; un exercice d'« agoravidéo en direct » qu'il baptise « balbutiement »[10]. C'est aussi grâce à l'exploration de cette technologie qu'il crée et anime le premier jeu de rôle en vidéo directe, Primate Joke[11] : une réflexion sur le futur de l'humanité et des démocraties modernes, où les émotions et la pensée sont prises en charge par des singes-cyborgs, les « Cymiens ».

En mai 2016, il expose sa nouvelle axiologie non sous la forme d'un livre, mais sous la forme de la première application pour smartphone et tablette sur les valeurs humaines : Deepro[12] (« Deep Profiling »), conçue par sa société, Matkaline.

Interventions[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, il est l'un des chroniqueurs récurrents du talk-show Le Folin Hebdô (France Ô), présenté par Sébastien Folin.

Depuis 2010, il est chroniqueur dans l'émission « On refait le monde » de RTL[13] et dans l'émission « Un jour, une question » de France Info[14].

De mai 2011 à avril 2014, il organise au Barrio Latino (Paris, 12ème) un « Abécédaire philosophique » : le « Philobarrio[15] », un cycle de 26 conférences.

En 2011-2012, il est jury pour le cycle de débats citoyens du Centre Éthique Clinique « Et si les vieux vivaient encore... »[16].

Il donne des conférences en France et à l'international, intervenant notamment dans les milieux de l'hôpital (éthique clinique, psychiatrie), de l'entreprise[17] et des institutions. Il est expert APM (Association progrès du management) depuis septembre 2013[18].

Il figure parmi « la jeune garde » dans un classement effectué par Le Nouvel Observateur sur les « 50 stars de la pensée »[19] en 2008, ainsi que parmi les neuf portraits d'« intellectuels du XXIe siècle » brossés par Le Journal du dimanche[20] en 2009. Il est aussi pianiste et compositeur[21].

Publications[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Jeu philosophique[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Contre-Dico philosophique, Milan
  • 2008 : Tous philosophes ! 40 invitations à philosopher, Albin Michel
  • 2009 : J'aime, donc je suis. À la découverte de votre philosophie amoureuse, Larousse – un cahier de vacances philosophique sur l'amour
  • 2010 : Dictionnaire de la mort (collectif), collection « In Extenso », Larousse

Concours[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Concours de professeur des écoles. Dossiers d'entretien, Vuibert, rééd. 2000

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Quéquette existentielle », Cécile Daumas, Libération, 16 octobre 2010
  2. compte-rendu de lecture par Mona Chollet, peripheries.net, avril 2006
  3. Ce soir (ou jamais !), 20 octobre 2010.
  4. Oser la jeunesse, Flammarion, 2015, pp. 81-98. « Voici l'alternative passionnelle, en forme d'étau, vers laquelle les sociétés antijeunes poussent leur jeunesse, prêtes à tout sauf à voir remis en cause leurs bien-fondés par une nouvelle génération viscéralement passionnée et légitimement pas d'accord. L'abrutissement religieux ou l'abrutissement nationaliste, la haine des mécréants ou la xénophobie. » (Ibid. p. 96).
  5. Face à l'horreur, la #neoresistance, Huffington Post, 15/11/2015).
  6. L'art pour élever l'humain. La néorésistance d'après Hassan Massoudy, Vincent Cespedes, huffingtonpost.fr, 27 novembre 2015
  7. Il y a un bon usage de la haine. La néorésistance d'après Roger-Pol Droit., Vincent Cespedes, huffingtonpost.fr, 24 novembre 2015
  8. Pour une république laïque, tolérante et intégrative, avec Jacky Dahomay., Vincent Cespedes, huffingtonpost.fr
  9. La néorésistance d'après Lilian Thuram : amour et déconditionnement., Vincent Cespedes, huffingtonpost.fr, 2 décembre 2015
  10. Les balbutiements, agoravidéo en direct.
  11. Primate Joke, fiction interactive en vidéo live.
  12. L'application Deepro sur les valeurs humaines.
  13. RTL, « On refait le monde », 16 août 2011
  14. France Info, « Un jour, une question », les questions de philosophie 2012
  15. Page Facebook du « PhiloBarrio »
  16. Jury du cycle de débats citoyens du Centre d'Éthique Clinique « Et si les vieux vivaient encore... »
  17. De 3.000 à 10.000 euros la conférence : le lucratif business des intellectuels, Le Nouvel Obs, 10 février 2016.
  18. Vincent Cespedes, expert APM
  19. Le Nouvel Observateur, 9-16 octobre 2008 : « V. C. a entre autres dénoncé l'abrutissement de la jeunesse par la télé-réalité, ainsi que l'hyper-médiatisation des violences urbaines, selon lui responsable du virage à droite d'une société terrorisée. »
  20. Le Journal du dimanche, 20 décembre 2009, « Les intellectuels du XXIe siècle ».
  21. France Musique, « Voyage en moi majeur », 29 janvier 2012.
  22. compte-rendu de lecture par Mona Chollet, peripheries.net, avril 2006
  23. compte-rendu de lecture, Vanessa Legrand, La Recherche, 23 avril 2008
  24. « Philosopher est-il jouer ? » (Libération, 02/11/2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]