Elsa Godart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elsa Godart
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (39 ans)
ToulonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Elsa Godart, née le à Toulon, est une philosophe, psychanalyste et essayiste française. Elle est chercheur associé en philosophie l'université Paris Est-Créteil. Elle a soutenu une Habilitation à diriger des recherches au sein de l’UFR de psychanalyse à l’universite Paris VII-Diderot.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elsa Godart fait des études de philosophie et de psychanalyse à l’université de Nice-Sophia Antipolis[1]. Elle est nommée professeur de philosophie au lycée Albert-de-Mun (Paris, 7e) et au lycée Saint-Louis (Paris), tout en assurant une charge de cours à l’université de Paris X-Nanterre et à l’université de Paris IV-Sorbonne.

En 2005, elle soutient un doctorat de philosophie « L’Être-sincère, de l’émergence d’une métaphysique de la sincérité à sa réhabilitation », sous la direction de Pierre Magnard, à l’université de Paris-IV[2] et, en 2011, un doctorat de psychologie et psychanalyse, « La volonté inconsciente. La question d’une volonté sans sujet », sous la direction de Gérard Pommier, à l’université Louis Pasteur de Strasbourg.

Elle exerce comme psychanalyste libérale et est adhérente de la Fédération européenne pour la psychanalyse[3] et vice-présidente de l'Association pour la psychanalyse créée en 2017 [4].

Elle enseigne la philosophie à l’université depuis 2003 et dirige un diplôme universitaire (DU) d’éthique médicale et de philosophie pratique depuis 2007 à l’hôpital de Ville-Evrard. Elle fait partie depuis 2003, de l’école d’éthique de la Salpêtrière, de l’université Paris-Est.

Le 30 mai 2017 elle soutient son habilitation universitaire, en philosophie et en psychanalyse, à l’université de Paris VII- Diderot, sur Les métamorphoses du sujet à l'ère du virtuel. Du sujet philosophique au sujet psychanalytique.

Activités éditoriales et associatives[modifier | modifier le code]

À l'occasion de la sortie du livre Je selfie donc je suis. Les métamorphoses du moi à l'ère du virtuel[5],[6], elle est invitée au Petit journal de Yann Barthes et Raphaël Enthoven lui consacre une émission sur ARTE, ainsi que la télévision belge, une émission présente son travail dans « Les Sentinelles » sur la RTBF[7]. Elle assure la chronique livres dans Psychologies magazine, depuis 2005. Depuis janvier 2016, elle est experte pour l'Association progrès du management (APM)[8]. Depuis 2017, elle fait partie de l’Institut du virtuel[9].

Publications[modifier | modifier le code]

[réf. incomplète]

  • L’Être-sincère (thèse non publiée) Atelier national de reproduction des thèses, 2006.
  • Je veux donc je peux, Plon, 2007 ; Le grand livre du mois, 2008 ; Pocket 2009 – traduit en polonais. 
  • Au secours j’ai peur d’aimer, (avec M.-C. Grall), Plon, 2007 ; Pocket 2009.
  • La sincérité, ce que l’on dit, ce que l’on est, Larousse, coll. « Philosopher », 2008.
  • Edith Stein l’amour de l’autre, Les éditions de l’Œuvre, 2011 ; Réédition, les éditions du Toucan, 2014.
  • Ce qui dépend de moi, Albin Michel, 2011. – Traduit en coréen.  
  • Être mieux avec soi-même, Michel Lafon, 2012.
  • Le sentiment d’humanité, Éditions Ovadia, 2014. 
  • Je selfie donc je suis. Les métamorphoses du moi à l'ère du virtuel, Albin Michel, 2016.
  • De la bienveillance envers soi-même et autres discours, Uppr, 2017.
  • La psychanalyse va-t-elle disparaître ?, Albin Michel, 2018[10].

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Existe-t-il une Europe philosophique ?, PUG, 2006.
  • L’invention de l’autre, Les éditions du Sandre, 2008.
  • Liquider mai 68 ?, Presses de la Renaissance, 2008.
  • (dir.) Histoires de sincérité, L’Harmattan, 2010.
  • Se connaître soi-même, pourquoi ? Comment ?, L’Harmattan, 2013.
  • L’arbre à souffles, Les éditions Souffles, 2013. 

Références[modifier | modifier le code]

  1. ainsi qu’à l’universite De Paris-IV Sorbonne pour la philosophie du de Paris-VIII - Vincennes pour la psychanalyse Profil sur mon.psychologies.com
  2. Notice de theses.fr [1]
  3. Blog d'Olivier Douville [2]
  4. « Création de l’association “ Pour la psychanalyse ” », sur colblog.blog.lemonde.fr [3].
  5. « Génération selfie », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  6. Marjorie Rafécas-Poeydomenge, « Je selfie donc je suis, Elsa Godart », sur www.lacauselitteraire.fr (consulté le 6 décembre 2017)
  7. « Les Sentinelles - Elsa Godart (9/10) - 23/11/2017 » (consulté le 3 décembre 2017)
  8. « Elsa Godart | Conseil aux dirigeants, Conférencière, Sociologie des », sur Elsa Godart | Conseil aux dirigeants, Conférencière, Sociologie des (consulté le 4 décembre 2017)
  9. « Institut du virtuel – 1VS0 – l'institut du virtuel », sur 1vs0.org (consulté le 4 décembre 2017)
  10. « Comment la psychanalyse peut-elle résister à l'air du temps ? », Les Inrocks, 13.01.2018

Liens externes[modifier | modifier le code]