Michel Lobrot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michel Lobrot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse

Michel Lobrot, né le et mort le est un psychopédagogue et universitaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Lobrot est né le 22 janvier 1924 à Paris. À partir de 1958, il enseigne la psychologie de l'enfant au Centre national de pédagogie spéciale de Beaumont-sur-Oise (CNPS), créé en 1947 et disparu en 2002. Cette institution apportait une formation aux enseignants sur les enfants inadaptés. Il participe à un des courants, animé par Raymond Fonvieille, sur la Pédagogie institutionnelle, avec Georges Lapassade et René Lourau. Son premier ouvrage publié en 1966, aux éditions Gauthier-Villars, est consacré à ce sujet, et s'intitule La Pédagogie institutionnelle. L'école vers l'autogestion, avec une préface de Jacques Ardoino[1],[2].

En 1974, il soutient une thèse de doctorat d'État, dirigée par Gaston Mialaret, à l'université de Caen[3]. Il est nommé professeur à l'université de Paris 8. Il a été l'un des membres du centre universitaire expérimental de Vincennes, ne se consacrant plus à la Pédagogie institutionnelle, mais à l'animation non-directive de groupes[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La pédagogie institutionnelle. L'école vers l'autogestion, Paris, Gauthier-Villars, 1966, 282 p.
  • L'Animation non-directive des groupes, Paris, Payot , 1979, 255 p. disponible sur Gallica
  • L'anti-Freud, Paris : Presses universitaires de France, 1996, 192 p. disponible sur Gallica
  • Les forces profondes du moi, Paris : Economica , 1983, 322 p. disponible sur Gallica
  • Priorité à l'éducation; Paris, Payot, 1973, 173 p.[5]
  • Articles publiés dans les revues Enfance, Raison présente, Revue française de pédagogie[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maria Antonia Santandreu Caldentey, Michel Lobrot : une aventure humaine, thèse de doctorat en lettres, sciences humaines et sociales, sous la direction de Patrick Boumard, 2002, Paris 7[7].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Michel Lobrot », Radio télévision suisse,‎ (lire en ligne)
  2. Noëlle Gérôme, « Lobrot M., La pédagogie institutionnelle. L'école vers l'autogestion. ; Vasquez A., Oury F., Vers une pédagogie institutionnelle. », Revue française de sociologie,, vol. 9, no 1,‎ , p. 117-118 (lire en ligne)
  3. Thèse de doctorat d'État, Université de Caen, 1973, notice du Sudoc [1].
  4. Rémi Hess, Le temps des médiateurs : le socianalyste dans le travail social, Anthropos, (lire en ligne), « Vincennes (1973-1981) »
  5. Avanzini Guy, « Lobrot (Michel). — Priorité à l'éducation », Revue française de pédagogie, vol.27, 1974. p.75-77. [lire en ligne].
  6. « Lobrot, Michel (1924-) », sur persée.fr
  7. « Michel Lorot, une aventure humaine », sur theses.fr