Val-d'Épy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du département du Jura
Cet article est une ébauche concernant une commune du département du Jura.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Val-d'Épy
Image illustrative de l'article Val-d'Épy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Saint-Amour
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Saint-Amour
Maire
Mandat
Michel Ganneval
2014-2020
Code postal 39160, 39320
Code commune 39209
Démographie
Population
municipale
295 hab. (2013)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 01″ Nord 5° 23′ 56″ Est / 46.3836, 5.3989
Altitude Min. 285 m – Max. 620 m
Superficie 22,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte administrative du Département du Jura
City locator 14.svg
Val-d'Épy

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Département du Jura
City locator 14.svg
Val-d'Épy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Val-d'Épy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Val-d'Épy

Val-d'Épy est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Elle devient le une commune nouvelle en fusionnant avec ses voisines Florentia, Nantey et Senaud[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Val-d'Épy fait partie du Revermont.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Nanc-lès-Saint-Amour Thoissia
Andelot-Morval
Rose des vents
Coligny (Ain)
Saint-Jean-d'Étreux
N La Balme-d'Épy
Villechantria
O    Val-d'Épy    E
S
Salavre (Ain) Bourcia

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le village de Poisoux a été en grande partie détruit par les Nazis le 18 juillet 1944. Dans le monument aux morts du village, il est inscrit sur une plaque : « Passant, souviens-toi le 18 juillet 1944, Poisoux a été incendié par les troupes allemandes ». Actuellement, il est possible de remarquer que les maisons sont toutes récentes, ce qui n'est pas le cas dans les autres villages.
Article connexe : Freiwilligen-Stamm-Division.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 réélu en 2008[2] Michel Ganneval    

Jusqu'aux prochaines élections municipales de 2020, le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de tous les conseillers municipaux issus des conseils des anciennes communes. Le maire de chacune d'entre elles devient maire délégué[1].

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Val-d'Épy 39209 CC du pays de Saint-Amour 22,38 150 (2013) 6,7
Florentia 39226 CC Petite Montagne 3,18 31 (2013) 9,7
Nantey 39382 CC du Pays de Saint Amour 6,50 64 (2013) 9,8
Senaud 39509 CC du Pays de Saint Amour 4,06 50 (2013) 12

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 150 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
343 108 127 123 170 171 168 171 201
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
189 200 201 176 178 164 158 156 146
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
140 134 141 130 127 106 104 103 89
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
78 85 150 139 117 134 131 142 150
2013 - - - - - - - -
150 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Recueil des actes administratifs de la préfecture du Jura, n° 57 »,‎
  2. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.