Véria (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Véria
Véria (France)
Vue du village de Véria et de son église dédiée à Saint Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Intercommunalité Communauté de communes Porte du Jura
Maire
Mandat
Marc-Antoine Gagliardi
2020-2026
Code postal 39160
Code commune 39551
Démographie
Gentilé Vériatons
Population
municipale
118 hab. (2018 en diminution de 11,94 % par rapport à 2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 07″ nord, 5° 25′ 29″ est
Altitude Min. 377 m
Max. 642 m
Superficie 10,09 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Amour
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Amour
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Véria
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Véria

Véria est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté. Les habitants se nomment les Vériatons et Vériatonnes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Véria fait partie du Revermont, une région naturelle française qui était autrefois une principauté souveraine.

Le village est appuyé contre le versant méridional d'une des basses montagnes du Jura. Les maisons sont groupées, construites en pierre et couvertes de tuiles romaines avec des toitures très saillantes. Le village a été construit au pied du versant oriental du Mont Charvet (670 m), dans l'une des premières combes du plateau du Jura.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les ruisseaux de la Doye et de la Creuse qui y prennent leurs sources.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les hameaux ou granges isolées de la commune sont les Granges-de-Noms, le Moulin, les Quatre-Bornes, la Graveleuse, la Grange Picard, le Mont Chancel et le Chanet.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Véria est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Amour, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 7 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (52,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (52,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (45,4 %), prairies (22,7 %), zones agricoles hétérogènes (15 %), terres arables (14,6 %), mines, décharges et chantiers (2,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les différentes dénominations de Véria retrouvées dans les textes anciens sont : Veyriacum, Vairié, Veyrie, Vére, Vérye et enfin Véria.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon toute probabilité, Véria avait déjà des habitants lorsque saint Bernon vint, à la fin du IXe siècle, fonder l'abbaye de Gigny dans la vallée du Suran. La dédicace de son église à saint Martin, évêque de Tours, suffirait pour appuyer cette conjecture, mais il est d'autres témoignages plus précis à invoquer. Le point appelé les Granges de Noms, les Quatre Bornes, choisi pour limite entre le duché et le comté de Bourgogne pourrait bien avoir été une enceinte druidique.

Véria et les Pirroux formaient une seigneurie particulière en haute, moyenne, et basse justice, relevant de celle de Montfleur et de Chateau-neuf. Jeanne de Marigna et Hugues son frère, fils de Guillaume de Marigna, par une charte du affranchirent les habitants de Véria de la main-morte et de toutes redevances arbitraires, leur permirent de chasser. Il est à peu près certain que Véria et les Pirroux faisaient partie de la dotation primitive de l'abbaye de Gigny et ils furent démembrés en plusieurs fiefs que par les inféodations successives, ainsi en 1244, Jean sire de Cuiseaux donna à Amédée, seigneur de Coligny, tout ce que lui et les siens pouvaient ou devaient avoir à Véria, en paiement de la somme de 100 livres qu'il lui devait pour la dot d'Alix, sa fille mariée au seigneur de Coligny, qui vendirent à la chartreuse de Montmerle moyennant 100 livres viennoises tout ce qu'ils avaient à Véria.

En 1258, Humbert de Buenc, chevalier, seigneur du fief de Veyrie, donna aux religieux de Gigny un étang et un moulin à Véria. Humbert de Brenc fit hommage de son fief, en 1264 à Jean de Chalon. Une partie du fief passa à la branche de la famille de Montmoret, établie à Saint-Julien, et l'autre à la branche de la maison de Montaigu qui possédait Moiran. La seigneurie principale appartenait à Jean, sire de Marigna, et resta à ses héritiers, qui affranchirent en 1301 les habitants de Véria.

Une modeste famille, qui possédait la prévôté de Véria, prit le nom de ce village et s'enrichit assez pour acquérir la seigneurie. Philibert de Véria fut conseiller et chambellan de Charles le Téméraire, reçut en 1503 de l'archiduc Philippe le droit de racheter la seigneurie de Saint-Julien, il acquit ensuite la seigneurie principale de Véria. Le , Jacques-Philippe de la Baume, comte de Saint-Amour, vend Véria à Joseph Marie Emmanuel Deglans de Cessia, de Saint-Amour seigneur du dit village jusqu'à la Révolution.

L'histoire de la commune de Véria provient des Archives départementales du Jura, annuaire du Jura années 1843 et 1847, par Monsieur le docteur Gaspard.

La commune a annexé celle de Granges-de-Nom en 1821[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Véria.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1959 mars 1989 Marcelin Badot    
mars 1989 mars 2008 Bernard Roussel DVD  
mars 2008 18 février 2019 Aurélien Badot DVD Agriculteur
2019 En cours Marc-Antoine Gagliardi    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2018, la commune comptait 118 habitants[Note 3], en diminution de 11,94 % par rapport à 2013 (Jura : −0,29 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
541559522420531537568576580
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
500484451439445424429411402
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
401381346306279271257276251
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
216185141135122118132139118
2018 - - - - - - - -
118--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Une des deux fontaines du village.
  • Une église signalée en 1460, rénovée en 1848
  • Un presbytère construit en 1545
  • Deux fontaines alimentées
  • Un lavoir rénové ainsi qu'une source couverte soupçonnée d'avoir des vertus médicales (soins des yeux)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.