Ustica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une [[commune <adjF>]] image illustrant italien image illustrant la Sicile
Cet article est une ébauche concernant une commune italienne et la Sicile.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ustica
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Sicily (revised).svg Sicile 
Province Palerme 
Code postal 90010
Code ISTAT 082075
Code cadastral L519
Préfixe tel. 091
Démographie
Gentilé usticesi ou usticani
Population 1 332 hab. (31-12-2010[1])
Densité 167 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 43′ 00″ nord, 13° 11′ 00″ est
Altitude Min. 49 m – Max. 244 m
Superficie 800 ha = 8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sicile

Voir sur la carte administrative de Sicile
City locator 14.svg
Ustica

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Ustica

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Ustica
Liens
Site web http://www.comune.ustica.pa.it

Ustica est une commune italienne de la province de Palerme de la Sicile. Son territoire est situé sur l'Île d'Ustica. Environ 1300 personnes y habitent.

Ustica panorama del porto e del paese vista dal castello

Géographie[modifier | modifier le code]

Ustica, dont la forme rappelle une tortue, est située au nord de la Sicile, dans la Mer Tyrrhénienne, à environ 67 kilomètres au nord-ouest de Palerme. Sa superficie est 8,65 km2 et sa circonférence approche les 12 km avec 3,5 km de longueur pour 2,5 km de largeur.

Le relief est constitué de collines basses, les pics les plus importants sont Punta Grande (244 m) et Monte Guardia dei Turchi (238 m), ils sont les restes de l'ancien cratère d'un volcan. Géologiquement, l'ancien volcan Ustica n' est pas bien liée aux volcanisme des Îles Éoliennes. En fait, l'île est située sur un plateau sous-marin à environ 2000 mètres sous la mer, et elle est plus proche au mont sous-marin Anchise , qui est situé à environ 16 miles à l'ouest de Ustica à une profondeur d'environ 600 mètres[2]. Comme interprété par le géologue Franco Foresta Martin: Ustica est le seul volcan dans la mer Tyrrhénienne comparable à un point chaud. Les magmas d'Ustica étaient en fait alimenté par un panache de magma monté directement des profondeurs du manteau de la Terre. Cela rend l'île très différent, du point de vue des études sur le magma, aux îles Éoliennes, et beaucoup plus semblable, sur le plan conceptuel, à l'Etna ou à Hawaï. [3]

Entre les deux collines se trouve un petit plateau, dans la partie centrale de celui-ci sont présents des restes d'un village préhistorique du Chalcolithique.

Torre dello Spalmatore - Ustica

Les côtes sont élevées et rocailleuses, sauf pour Punta Spalmatore, où il y a une ancienne tour, et la petite crique de Cala Santa Maria, où se trouve le port commercial, ainsi que l'ancienne Torre Santa Maria.

Torre Santa Maria ad Ustica

Tous deux ont été construits pour la garde contre les corsaires et pirates barbaresques.

Environnement[modifier | modifier le code]

L'île d' Ustica est caractérisée par des sources réduites d'eau, dans le passé, il y avait des Gorgo ( cavités du sol presque circulaire, en fait, un étang,naturel ou semi-naturel, généralement temporaire, avec l'hiver et le printemps inondé et phase sèche d'été ) dans lequel on a recueilli l'eau de pluie et de ruissellement, et dont l'utilisation était destinée principalement à l'agriculture et à l'élevage des animaux domestiques. Ils étaient, au départ du village (d'est en ouest): Gorgo Salato, Gorgo Gaezza, Gorgo Baggiano , Gorgo del mauvais temps, Maltese Gorgo, Gorgo de Bartolicchio, Les trois Gorghi. La végétation naturelle est modeste, cependant, elle a été largement perturbée par la présence de l'homme et de ses cultures. Prés de la Réserve Naturelle de Ustica ("Riserva Naturale Orientata Isola di Ustica")[4] les espèces de la flore et plus présente: Artemisia arborea, Mastic, Calicotome spinosa et genêts. Il y a aussi un maquis méditerranéen très répandue. Maintenant, les besoins en eau potable sont garantis par une usine de dessalement d'eau de mer dans la localité Arso environ 85 m S.M., bati en 1995 et remis à l'Ente Acquedotti Siciliani (E.A.S.). L'usine de dessalement d'eau de mer est divisée en n. 2 unités pour un taux de 25.600 m3 de production horaire.

De nombreuses grottes s'ouvrent le long de ses hautes côtes : la Grotta Verde, le Grotta Azzurra (la plus belle), la Grotta della Pastizza, la Grotta dell'Oro, la Grotta delle Colonne. De nombreux rochers sont présents tout autour de l'île : les rochers del Medico et della Colombara sont les plus remarquables.

Il y a une zone de protection marine, Réserve Naturelle Marine de l'île de Ustica[5], qui a été la première réserve marine protégée italienne créée en 1986 ainsi que celle de la réserve naturelle marine de Miramare ( prés le Château de Miramare à Trieste). La flore et la faune de Ustica ressemblent à certains égards à la zone tropicale. Il y a corail, les roses de la mer et une végétation colorée. La faune marine est principalement composé de homard, mérou, vivaneau, , saraghi, dorade royale, maquereau, barracuda, poisson perroquet, balistes , éponges et grande nacre

Histoire[modifier | modifier le code]

Ustica fut habitée à partir du Chalcolithique (4000 ans av. J.-C.). Les repaires provenant des grottes Azzurra et de San Francesco Vecchio, l'indiquent avec certitude. Mais les restes archéologiques plus intéressantes se trouvent près du village préhistorique dans le district agricole appelé Tramontana (âge du bronze moyen, 1400-1200 ans av. J.-C.), au nord de l'ile. Ruines, du même âge, se trouvent également sur un rocher isolé quelque 50 mètres du rivage, appelé rocher de Colombara, ce qui donne à penser que dans les temps anciens le rocher a été relié au continent. Le village est important parce qu'il révèle une similitude de styles avec la culture du Milazzese ( le village préhistorique situé sur le promontoire homonyme à Panarea (Iles Eoliennes).

Diodore de Sicile dans dans son travail Bibliothèque historique raconte que les Grecs donnèrent le nom de Osteodes, à île, c'est-à-dire "ossuaire", en souvenir des 6000 Carthaginois mercenaires que l'on laissa mourir d'inanition sur l'ile. Conquise par les Romains vers le milieu du IIIe siècle av. J.-C., ils la rebaptisèrent Ustica (ustum = brulé ) pour le noirs récifs, et, pour mieux utiliser le quai d'abordage, ils déplacèrent le village là où il se trouve maintenant. Témoignage de l'époque romaine c'est une nécropole avec environ 200 tombes et quatre tombes hypogées dont l'agglomération résista jusqu'au début du VIIe siècle. Après la chute de l'Empire romain l'île fut abandonnée jusqu'au sixième siècle quand elle fut habitée par une communauté de moines bénédictins qui, avec l'édit du pape Alexandre IV du 6 novembre 1257 , se sont installés à l'endroit maintenant appelé "case vecchie" dans le petit plateau au-dessus du village d'aujourd'hui. Saint Grégoire Ier, atteste qu’une messe fut célébrée par l'évêque de Palerme, Agatone dans l'église de "Sanctae Mariae de Insula Usticae".

Le village fut détruit par les pirates, et après elle fut habité par les Sarrasins qui ont fait une base maritime pour leurs incursions dans le sud de l'Italie. Quelques siècles après elle fut dominée par les Normands et de nouveau par les Sarracincs jusqu'au XVIIe siècle lorsqu’elle fut occupée par le Bourbons avec le roi Ferdinand Ier des Deux-Siciles en 1759.

En été de 1762, il est arrivé la dernière incursion des pirates barbaresques qui ont enlevé, à Tunis et Alger, la majorité de la population ( 86 familles des îles Éoliennes ), qui y étaient installés, attirés par les avantages fiscaux offerts par le gouvernement Bourbon. En juillet 1762 Il a été envoyé un contingent militaire de Palerme, et fut complété un système de tours d'alerte, en octobre environ 400 personnes se sont installées près de l'église de Sainte-Marie des Sept Douleurs, et en 1771 environ 77 usticani, anciens esclaves à Tunis, sont revenus à l'île. Et dans la même année 1771, Ustica a été reconnue comme une commune indépendante, a été construit l'église paroissiale de San Ferdinando Re, dirigé par les moines capucins. En 1800, une forteresse a été construite au sommet du mont Falconiera.

Du temps des Bourbons, Ustica fut aussi un lieu de confinement pour les prisonniers politiques et le resta encore avec le Royaume d'Italie. En 1869, Ustica fut l'objet d'une visite par l'archiduc Louis-Salvador de Habsbourg-Lorraine, connu pour ses études scientifiques sur la Méditerranée et en tant que précurseur pour la conservation des zones naturelles importantes. Il a cité Ustica dans son livre monumental dédié en les îles de la Méditerranée publié en 1869.

Pendant le 1911, au moment de la conquête de la Libye 1200 patriotes libyens ont été confinés, et emprisonnés sur l'île, presque tous sont morts décimés par la maladie et la misère. Une plaque au cimetière chrétien est en souvenir de leur martyre.

Au temps du fascisme, Giuseppe Romita, Carlo Rosselli, Nello Rosselli, Antonio Gramsci, Amadeo Bordiga et Ferruccio Parri y furent détenus. Certains d'entre eux ont été libérés seulement en août 1943 par les soldats américains du capitaine Mood qui avait mis en fuite la garnison allemande. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, yougoslaves prisonniers de guerre ont été entassés sur l'île, et beaucoup d'entre eux sont morts de malnutrition et la tuberculose. Dans les années 1950, ils ont été suivis par des membres de la mafia expulsés de Sicile

En 1961, le confinement sur l'île fut aboli à cause des protestations populaires.

Architecture[modifier | modifier le code]

La Forteresse de la Falconiera (1803), la tour Santa Maria (1759-1763), la tour du Spalmatore (1763), et le Demi-lune "Rivellino de San Giuseppe" (1804), construites sous la dynastie des Bourbons, faisaient partie du système de défense: Tours côtières de Sicile qui a été conçu en 1583 par Camillo Camilliani (fils de Francesco Camilliani auteur de la célèbre fontaine " Pretoria" de Palerme).

L'église paroissiale de "San Ferdinando Re" a été construite de 1771 à 1777 sur les fondations de l'ancienne église d'un monastère médiéval, dédié à "Sainte Maria dei Sette Dolori", dans la nouvelle église, ont été transporté les fonts baptismaux de l'ancienne église.

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture et le tourisme sont les principales activités de l'île. Dans le hameau Tramontana il y a des cultures intensives des Lentille cultivée à agriculture biologique, produit DOP (Denominazione di origine protetta) de l'île, aussi reconnu comme "Presidio" de Slow Food entre les produits en danger d'extinction, sont les plus petites lentilles en Italie, ils sont promus, en 2015, avec la la manifestation: "Anticchia i Linticchia" (traduit du sicilien : Un peu de lentilles)[6].

Les installations touristiques sont très différents, il y a des hôtels, centres de villégiature, des résidences, bed & breakfast, maisons de vacances et vacances à la ferme (il n'y a pas de terrains de camping), À la municipalité ont enregistré un total de 24 installations, et 12 restaurants et pizzerias. À Ustica , selon TripAdvisor, le prix moyen d'une nuit d'hôtel est de € 77[7].

Culture[modifier | modifier le code]

La tour Santa Maria, un fois prison, est le siège de la Réserve Naturelle de Ustica ("Riserva Naturale Orientata Isola di Ustica")

Carte des sentiers de la nature de la "Réserve Naturelle de Ustica"

Le siège du Musée Archéologique qui expose les restes et les matériaux des habitations antiques d'Ustica, datant du milieu de l'âge du bronze ainsi que les objets provenant des contacts entre les peuples préhistoriques de la Méditerranée, se trouve maintenant logé dans le village à les Case Carabozzello "Fosso" , et il est dédié à Padre Carmelo Seminara da Gangi.

À Ustica, il y a une école secondaire pour le secteur touristique : l' 'Istituto Tecnico per il Turismo "Saveria Profeta" '. et aussi une bibliothèque publique, qui a été inaugurée le 5 juin 2014 dans les locaux de l'ancien Settebello, en Via Refugio, et offre une variété de textes. Il y a, encore, deux salles de conférence, une à la tour Spalmatore, l'autre en rue V.Fazio (rue latérale de la Via Petriera).

À partir de 1959, à Ustica a lieu le Festival International des activités sous-marines (Festival Internazionale delle attività subacquee), qui attribue un prix : le Trident d'or. Il est promu par l'Académie internationale des sciences et techniques sous-marines (Accademia internazionale delle scienze e tecniche sottomarine), dont le président est l'archéologue Sebastiano Tusa[8].

Un rôle important dans la culture de Ustica est donnée par le Centro Studi e Documentazione isola di Ustica[9].

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
21 mars 1986 21 mai 1990 Nicolò Longo Parti communiste italien maire
21 mai 1990 10 novembre 1991 Franco Taormina Parti libéral italien maire
10 novembre 1991 13 juin 1994 Domenico Calì Démocratie Chrétienne maire
13 juin 1994 25 mai 1998 Attilio Licciardi liste civique maire
23 Août 1997 25 mai 1998 Rosolino Greco   commissaire extraordinaire
25 mai 1998 27 mai 2003 Attilio Licciardi liste civique maire
27 mai 2003 17 juin 2008 Aldo Messina liste civique maire
17 juin 2008 11 juin 2013 Aldo Messina liste civique maire
11 juin 2013 2017 Attilio Licciardi liste civique maire
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Sur l'île, il n'y a pas de réels hameaux, mais divers districts agricoles sont habités principalement en été. Les principaux sont, dans le sens antihoraire: " Tramontana sottovia", "Tramontana sopravia", "Spalmatore", "Tre Gorghi", "Arso", " Ogliastrello", "Mezzogiorno sopravia", "Mezzogiorno sottovia", "Piano dei cardoni", "San Paolo" .

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. (it)"Il vulcanesimo usticese" di Franco Foresta Martin, newsletter du Centro Studi e Documentazione Isola di Ustica; 1998
  3. (it) articolo del 29 maggio 2015 sul Corriere della Sera
  4. (it)[1]|brochure en PDF par la Province de Palerme
  5. (it) [2] site web de la Réserve marine de Ustica
  6. (it) [3]| Lien vers le blog d' Ustica "Ustica Sape"
  7. (it) [4]| lien vers le journal Travelnostop Metà delle isole italiane premiate da TripAdvisor sono in Sicilia
  8. (it) [5] site web de l' Académie internationale des sciences et techniques sous-marines.
  9. (it) [6] site web du Centro Studi e Documentazione isola di Ustica

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (it) Luigi Bernardi, Un'isola magica tra mito e storia, Rome, Logart press, 1986.
  • (it) Massimo Caporlingua, Sicilia Archeologica, Novara, Istituto Geografico de Agostini, 1990
  • (it) Anna Maria Cerioni et Tiziana Rotunno, Sicilia, Novara,Istituto Geografico de Agostini, 1989
  • (it) Denis Mack Smith Storia della Sicilia Medievale e moderna, Bari, Laterza, 1973
  • (it)A. Mazzamuto, Architettura e stato nella Sicilia del '500. I progetti di Tiburzio Spannocchi e di Camillo A. Camilliani del sistema delle torri di difesa dell'isola, Palermo, Flaccovio Editore, 1986.
  • (it) Salvatore Mazzarella, Renato Zanca, Il libro delle Torri, le torri costiere di Sicilia nei secoli XVI-XX , Palermo, Sellerio, 1985.
  • (it)AA. VV. ; Ferdinando Maurici, Adriana Fresina, Fabio Militello (a cura di:) Le torri nei paesaggi costieri siciliani (secoli XIII-XIX), Palermo, 2008 Regione Siciliana, Assessorato dei Beni culturali ed ambientali,

Voir aussi[modifier | modifier le code]