Héracléa Minoa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Héracléa Minoa
Image illustrative de l’article Héracléa Minoa
Héracléa Minoa : vue du site archéologique.
Localisation
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Commune Cattolica Eraclea, Sicile
Coordonnées 37° 23′ 38″ nord, 13° 16′ 51″ est
Géolocalisation sur la carte : Sicile
(Voir situation sur carte : Sicile)
Géolocalisation sur la carte : Italie
(Voir situation sur carte : Italie)
Le théâtre, protégé des intempéries.
Vestiges de maisons à Héracléa Minoa.

Héracléa Minoa ou Eraclea Minoa est un site archéologique de Sicile, situé à Cattolica Eraclea.

C'est une ancienne cité, située sur la côte sud de la Sicile, à l'embouchure du fleuve Halycus, près du village moderne de Montallegro et du Capo Bianco, à environ 30 kilomètres au nord-ouest d'Agrigente.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'était d'abord un avant-poste de Sélinonte (Hérodote 5, 46) appelé Minoa, car mythologiquement fondé par le roi Minos. Lorsqu'échoue l’expédition de Dorieus , les survivants spartiates s'installent à Minoa à laquelle ils ajoutent le nom de aïeul mythologique, Héraclès[1].

Agrigente s'en empare puis elle passe, à la suite du traité de -405, entre les mains des Carthaginois, puis elle est à nouveau regagnée par Denys pendant la première guerre Punique, mais repasse à Carthage en -383.

À partir de cette date, les monnaies portant le nom sémite de Ras Melkart deviennent communes : c'était évidemment une forteresse frontalière importante. C'est ici que Dion débarque en -357, lorsqu'il attaque Syracuse. Agrigente la reprend en -309, mais elle tombe bientôt au pouvoir d'Agathocle, tyran de Syracuse. Elle est rendue provisoirement à la Grèce par Pyrrhus.

Vestiges archéologiques[modifier | modifier le code]

Les fouilles ont révélé une nécropole du VIe siècle av. J.-C. ; un théâtre récemment dégagé, de la fin du IVe siècle av. J.-C.[1], orienté au sud.

Puis des vestiges de l'époque hellénistique et romaine : des fortifications à tours carrées, en calcaire et brique crue, semblable au mur de Géla, et un quartier d'habitation[1].

Le mobilier archéologique est déposé au musée national d'Agrigente.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Pierre Lévêque, « Sélinonte », La Sicile, Presses Universitaires de France, 1989, p. 121-142.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]