Corleone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Corleone (série télévisée).
Corleone
Corleone
Corleone
Nom sicilien Cunigghiuni
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Sicily (revised).svg Sicile 
Province Palerme 
Code postal 90034
Code ISTAT 082034
Code cadastral D009
Préfixe tel. 091
Démographie
Gentilé corleonesi
Population 11 373 hab. (31-12-2010[1])
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 49′ 00″ N 13° 18′ 00″ E / 37.81667, 13.3 ()37° 49′ 00″ Nord 13° 18′ 00″ Est / 37.81667, 13.3 ()  
Altitude Min. 600 m – Max. 600 m
Superficie 22 900 ha = 229 km2
Divers
Saint patron San Leoluca
Fête patronale 1er mars
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sicile

Voir sur la carte administrative de Sicile
City locator 14.svg
Corleone

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Corleone

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Corleone
Liens
Site web http://www.corleone.it/

Corleone (Cunigghiuni en sicilien) est une commune italienne de la province de Palerme en Sicile.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Corleone[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Quelques édifices religieux dans la ville aux cent églises :

  • Église de Santa Rosalia du XVIIe siècle
  • Église de San Andrea qui, selon la tradition, a été bâtie sur les ruines d’une ancienne mosquée
  • Église Matrice di San Martino, très riche en œuvres d’art
  • Ruines de la Tour Saracena, appelée "Castello Soprano"
  • Château Sottano reconverti en couvent franciscain

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
28 mai 2002 29 mai 2007 Nicolò Nicolosi Centro-Destra  
29 mai 2007 en cours Antonino Iannazzo Centro-Destra  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Ficuzza

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bisacquino, Campofelice di Fitalia, Campofiorito, Chiusa Sclafani, Contessa Entellina, Godrano, Mezzojuso, Monreale, Palazzo Adriano, Prizzi, Roccamena

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Corleone et la mafia[modifier | modifier le code]

Corleone est un fief de la mafia sicilienne, dont la présence remonte au XIXe siècle, à une époque où les grands propriétaires terriens laissaient l'administration de leurs terres à des hommes de main violents et cruels. Il est aussi le berceau de nombreux parrains, dont Toto Riina, Luciano Liggio, Bernardo Provenzano, Vito Ciancimino (ce dernier devenant aussi maire de Palerme). Il était aussi le lieu de recrutement de tueurs violents réputés pour le compte de la mafia américaine. La ville abrite un centre sur la mafia et la lutte contre la mafia. La mafia a ainsi fait assassiner en 1915 le maire socialiste de la ville, Bernardino Vero, qui luttait contre elle. La statue qui commémore sa mémoire est fréquemment l'objet de vandalisme de la part des mafieux[2].

Dans la littérature et les films[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville a été utilisé dans le livre de Mario Puzo et le film de Francis Ford Coppola Le Parrain (The Godfather). Vito Andolini émigre du village de Corleone et dans le film Le Parrain 2 (The Godfather, Part II), on voit le jeune Vito se faire attribuer le nom « Corleone » lorsqu'il passe les contrôles d'immigration sur Ellis Island.

Le film de Francis Ford Coppola a eu un très fort impact sur l'imaginaire collectif qui fait qu'aujourd'hui le nom de la ville est souvent associé à l'histoire de la mafia sicilienne, à tel point que le commerce de souvenirs autour du film est florissant.

La série Corleone retrace l'ascension de Salvatore Riina, alias Toto Riina, un mafioso de Corleone en Sicile à la tête de Cosa nostra.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Bernhard Pfletschinger, Une histoire de la mafia, épisode 2, docu TV Arte, 55min., 2010.