Armoise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Artemisia

Armoise commune Artemisia vulgaris

Le genre Artemisia (les armoises) regroupe des herbacées, des arbrisseaux et des arbustes, généralement aromatiques, densément tomenteux, pubescents ou glabres, de la famille des Astéracées. Leurs feuilles sont pennées (rarement palmées). L’armoise a notamment des propriétés diurétiques et l’artémisinine que l'on extrait de certaines espèces, en particulier d’Artemisia annua, a plusieurs applications en médecine.

Il ne faut pas confondre ces plantes avec l'Ambroisie à feuilles d'armoise (Ambrosia artemisiifolia L.) qui est connue pour être la cause de redoutables allergies respiratoires.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Plusieurs espèces étaient utilisées depuis l'Antiquité et sont encore utilisées pour diverses propriétés thérapeutiques (l'armoise commune était autrefois dite « la mère des herbes » ou « la mère des simples » ; « Si tu connaissais les vertus de l'artémise, tu la porterais dedans ta chemise », disait-on)[1], notamment Artemisia annua et Artemisia afra pour la lutte contre le paludisme. Il est important de noter que cette utilisation n'est cependant pas prouvée comme efficace et n'est donc pas recommandée[2]. Certaines espèces aromatisent des alcools ou sont utilisées comme condiment[1].

En Europe, les espèces les plus utilisées pour l'alimentation et/ou les médecines traditionnelles sont l'absinthe, l'aurone (ou arquebuse), les génépis (armoises des montagnes), l'estragon, l'armoise annuelle[1].

Principales espèces[modifier | modifier le code]

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (17 janvier 2018)[3] :

Calendrier[modifier | modifier le code]

Le septième jour du mois de thermidor du calendrier républicain / révolutionnaire français est dénommé jour de l'armoise[4], généralement chaque 25 juillet du calendrier grégorien.

Langage des fleurs[modifier | modifier le code]

Dans le langage des fleurs, l'armoise symbolise la fidélité conjugale et le bonheur[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Éliane Astier et Bernard Bertrand, Les armoises, mères des simples : armoise commune, absinthe, génépis, aurone, estragon, armoise annuelle…, Escalquens, Terran, coll. « Le compagnon végétal » (no 24), (ISBN 978-2-35981-156-8, ISSN 1272-4025, présentation en ligne).
  2. « Recommandations Paludisme : prophylaxie », sur VIDAL (consulté le )
  3. Catalogue of Life Checklist, consulté le 17 janvier 2018
  4. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 29.
  5. Anne Dumas, Les plantes et leurs symboles, Paris, Éditions du Chêne, coll. « Les carnets du jardin », , 128 p. (ISBN 2-84277-174-5, BNF 37189295).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]