True crime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le film de Clint Eastwood, True Crime, sorti en 1999, voir Jugé coupable.

Le true crime (littéralement la « criminalité réelle », les « histoires criminelles vraies ») est un genre littéraire et, dans une moindre mesure, cinématographique et radiophonique qui trouve son origine aux États-Unis. Il vise à dépeindre la réalité des crimes et des criminels. Certains auteurs décrivent ces faits criminels le plus fidèlement possible, d'autres ne s'interdisent pas d'y mêler une dose de fiction.

La parenté du genre avec le nouveau journalisme est revendiquée par Meyer Levin (avec le roman Crime, 1956, sur l'affaire Leopold et Loeb, adapté à l'écran par Richard Fleischer sous le titre Le Génie du mal), par Truman Capote avec De sang-froid (1966) ou par Norman Mailer avec Le Chant du bourreau (1979), tandis que d'autres auteurs, comme Vincent Bugliosi (avec La Tuerie d'Hollywood sur l'affaire Charles Manson) ou Ann Rule (avec Un tueur si proche sur l'affaire Ted Bundy), ont recours aux techniques narratives du roman policier pour relater des faits authentiques. Ces cinq livres, représentatifs du true crime, sont des best-sellers.

Popularité du genre[modifier | modifier le code]

Depuis ses débuts, le true crime remporte un succès constant auprès du public, quel que soit le type de lectorat. Joyce Carol Oates observe à ce propos : « Les récits de true crime ont toujours été extrêmement populaires auprès des lecteurs. Apparemment, le genre a de quoi séduire aussi bien le public cultivé que le public à faible niveau d'instruction, aussi bien les femmes que les hommes. Le chroniqueur le plus célèbre dans ce domaine est le criminologue amateur William Roughead, un avocat écossais qui, de 1889 à 1949, a assisté à tous les grands procès criminels de la haute cour de justice d'Édimbourg et leur a consacré des essais [...]. Son influence a été considérable, et depuis son époque le true crime est devenu un secteur florissant, surpeuplé, encore qu'il n'ait pas attiré beaucoup d'écrivains de talent[1]. »

Description[modifier | modifier le code]

Ce genre s'oppose au genre dit fiction crime (littéralement la « criminalité romanesque », les « histoires criminelles imaginaires ») ou en français le roman policier, qui raconte des affaires criminelles de pure imagination.

Genre narratif de type Non-fiction, le true crime est étroitement apparenté au journalisme. Même si certains écrivains de la réalité criminelle viennent de la police (Pierre Bouchardon, Marcel Guillaume, Roger Le Taillanter, Charles Diaz), de la bande dessinée (Jean Teulé) ou de la littérature générale (André Gide, Jean Giono, Didier Decoin, Daniel Boulanger, Jean-Marie Rouart, Morgan Sportès), nombre d'entre eux sont d'ailleurs des journalistes : Benoît Collombat, Paul Lefèvre, Pierre Bellemare, Roger Colombani, Gilles Perrault, Frédéric Pottecher.

On distingue deux grandes sortes de livres de true crime :

  • ceux décrivant des affaires criminelles ayant défrayé la chronique quelques années, voire quelques mois plus tôt, affaires qui ne sont, d'ailleurs, parfois pas encore jugées, ni même élucidées ;
  • ceux s'attachant à des affaires anciennes, restées plus ou moins célèbres, ce que l'on appelait autrefois les « causes célèbres ».

La forme narrative du true crime est variée, allant de la forme courte de la nouvelle au long récit.

Souvent, le traitement du faits criminel est proche du roman-feuilleton du XIXe siècle ou de la nouvelle policière, par le biais d'une narration au présent de l'indicatif, de la présence de dialogues, de la restitution du regard des protagonistes, du registre langagier du roman policier, d'une organisation du récit visant à entretenir le suspense. L'auteur peut adopter soit la posture du témoin direct du fait-divers criminel, soit celle d'un enquêteur. L'éventuel choix de la novellisation autorise l'écrivain à prendre le parti pris d'un narrateur relatant la réalité criminelle à la première personne du singulier. Ainsi, l'éventuelle mention des sources varie selon le choix narratif de l'auteur.

Principales collections éditoriales en langue française[modifier | modifier le code]

Principaux écrivains de true crime (liste à compléter)[modifier | modifier le code]

Auteurs anglophones[modifier | modifier le code]

Auteurs francophones[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Prix littéraires (liste à compléter)[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Accounts of true crime have always been enormously popular among readers. The subgenre would seem to appeal to the highly educated as well as the barely educated, to women and men equally. The most famous chronicler of true crime trials in English history is the amateur criminologist William Roughead, a Scots lawyer who between 1889 and 1949 attended every murder trial of significance held in the High Court of Justiciary in Edinburgh, and wrote of them in essays [...]. Roughead's influence was enormous, and since his time true crime has become a crowded, flourishing field, though few writers of distinction have been drawn to it. » Joyce Carol Oates, The Mystery of Jon Benét Ramsey, The New York Review of Books, Vol. 46, No. 11, 24 juin 1999.
  2. Sur l'affaire Leopold et Loeb, qui inspira le film La Corde à Alfred Hitchcock. Le livre de Meyer Levin a été quant à lui adapté à l'écran par Richard Fleischer sous le titre Le Génie du mal.