Denis Langlois (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Denis Langlois.
Denis Langlois
Denis Langlois en juin 2018.jpg
Denis Langlois en juin 2018.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Conjoint
Autres informations
Mouvement
Site web

Denis Langlois, né le à Étréchy dans l'Essonne, est un écrivain et avocat français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le militant et l'avocat[modifier | modifier le code]

Il fait ses études au collège-lycée d'Étampes, puis à la faculté de droit de Paris.

Membre du syndicat étudiant UNEF, il participe aux manifestations contre la guerre d'Algérie et celle du Vietnam.

Il écrit des articles pour La Marseillaise de Seine-et-Oise et Liberté, le journal de l'anarchiste-pacifiste Louis Lecoin.

Objecteur de conscience, refusant d'effectuer son service militaire alors obligatoire, il est condamné en 1966 pour insoumission et refus d'obéissance. Emprisonné à la Maison d'arrêt de Fresnes, il y écrit son premier livre "Le Cachot" [1]. À sa libération, il devient conseiller juridique de la Ligue des Droits de l'Homme de 1967 à 1971, participant aux événements de Mai 68 et assurant aux côtés notamment de Jean-Jacques de Felice et Henri Leclerc la défense des victimes de violences policières[2].

Après avoir vu sa candidature rejetée par le Conseil de l'Ordre, du fait de sa condamnation pour insoumission, il devient, à la suite d'une manifestation en mai 1968 du Mouvement d'action judiciaire, avocat au barreau de Paris. Il y exerce de 1968 à 1993, spécialisé dans les affaires pénales et celles concernant les droits de l'homme. (Il est notamment le défenseur de la famille Seznec qui souhaite obtenir la révision d'un procès considéré comme le symbole de l'erreur judiciaire[3],[4].) Il s'implique aussi dans l'Affaire Thévenin et l'Affaire Saint-Aubin[5]. (Il écrira par la suite des livres sur ces trois affaires.)

Il participe en 1970 avec l'ancien ministre Eugène Claudius-Petit et un ex-relégué René Boloux, qui entame une grève de la faim, à la suppression de la relégation, peine complémentaire frappant principalement les petits délinquants multirécidivistes[6].

En 1971, il fait partie avec Michel Foucault et Gilles Deleuze de la Commission d'enquête sur l'affaire Alain Jaubert, journaliste blessé lors d'une manifestation [7],[8],[9]. Il interviendra en 1983 dans une autre affaire où la gendarmerie est en cause : l'Affaire des Irlandais de Vincennes[10] et sera requis comme témoin en avril 1991 dans l'Affaire Urba concernant le financement occulte des partis politiques[11].

Sur le plan international, il remplit les fonctions d'observateur judiciaire de procès politiques en Grèce (où il suit notamment le procès d'Alekos Panagoulis, condamné à mort en novembre 1968 pour un attentat contre le colonel Papadopoulos)[12],[13], en Espagne où il s'intéresse aux procès des nationalistes basques[14],[15],[16], en Algérie, en Tunisie, au Koweït et au Mali.

En 1990-1991, il est le porte-parole de l'«Appel des 75» contre la guerre du Golfe qui réunit des personnalités de gauche comme René Dumont, Albert Jacquard, Paul Milliez, Jacques Gaillot ou le chanteur Renaud. L'Appel des 75 organise les principales manifestations et multiplie les démarches et actions pour empêcher la guerre qui sera cependant menée par l'armée français aux côtés des États-Unis et de la Grande-Bretagne[17],[18],[19].

De 1998 à 2000, Denis Langlois séjourne en Yougoslavie[20], en Irak, au Liban[21],[22] et à Djibouti[23], afin de témoigner des conséquences dramatiques des guerres sur les plans politique, économique et psychologique.

L'écrivain[modifier | modifier le code]

En tant qu'écrivain, il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages (des essais, des livres-documents et des romans).

Concevant son travail d'écrivain comme un accompagnement de son activité de militant de gauche n'ayant jamais appartenu à aucun parti, il a notamment publié un "Guide du militant" (1972), un "Nouveau guide du militant" (1978) et un "Guide du citoyen face à la police" (1980) qui donnent des conseils juridiques et pratiques pour s'opposer à la répression[24],[25].

Dans ses trois Dossiers noirs parus dans les années 1970 (Les Dossiers noirs de la police, de la justice et du suicide[26]), il expose des cas concrets, considérant que ce qu'on appelle les faits-divers est un important révélateur politique.

Son livre "Les Dossiers noirs de la police française" paru en 1971 est l'objet de cinq plaintes de la part du ministre de l'Intérieur Raymond Marcellin pour "diffamation envers la police". Ce "procès-marathon" dure trois ans. Denis Langlois et Paul Flamand, directeur des éditions du Seuil, qui ont notamment fait appel aux témoignages de Michel Foucault, Pierre Vidal-Naquet, Hubert Beuve-Méry, directeur du "Monde", Claude Gallimard, Jean-Marie Domenach, Jean-Jacques de Felice et Pierre-Henri Simon, sont relaxés pour les deux principales affaires en cause : l'Affaire Thévenin et celle des tortures au quai des Orfèvres[27],[28],[29].

En 1989, Denis Langlois accepte pour son livre "L'affaire Seznec" le Prix littéraire des droits de l'homme, remis par le Président de l'Assemblée nationale, Laurent Fabius, ce qui lui permet de critiquer l'action politique de celui-ci.

Ses deux livres destinés aux enfants ("L'Injustice" et "La Politique") partent du principe que les enfants ne sont pas seulement de futurs citoyens, mais déjà des citoyens en devenir, qui méritent d'être informés pour se forger des opinions personnelles et agir éventuellement[30],[31].

Ses romans abordent aussi des problèmes politiques : la peine de mort dans "Un assassin très ordinaire", les tueries de la guerre 1914-1918 dans "La Mort du Grand Meaulnes" et "Un Amour de Meaulnes" (où il parle de la mort de l'écrivain Alain-Fournier), la guerre du Liban dans "Le Déplacé" et le problème des réfugiés dans "L'Aboyeuse de Djibouti".

Espérant toujours une société plus juste et plus libre, il a publié en 2018 "Et si la révolution était possible"[32].

Aujourd'hui avocat honoraire. Il vit depuis une vingtaine d'années en Auvergne.

Il est marié à la poétesse Chantal Dupuy-Dunier.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Cachot, récit, Maspero, 1967.
  • Panagoulis, le sang de la Grèce, Maspero, 1969.
  • Les Dossiers noirs de la police française, Le Seuil, 1971.
  • Guide du militant, Le Seuil, 1972.
  • Les Dossiers noirs de la justice française, Le Seuil, 1974.
  • Les Dossiers noirs du suicide, Le Seuil, 1976.
  • Un assassin très ordinaire, roman, Le Seuil, 1976.
  • Nouveau guide du militant, Le Seuil, 1978.
  • Et vous êtes de gauche, Galilée, 1979.
  • Guide du citoyen face à la police, Le Seuil, 1980, La Découverte, 1989.
  • Les Diables rouges, roman, Syros, 1986.
  • L'Affaire Seznec, Plon, 1988 et 1992 (Prix des droits de l'homme 1989).
  • Les Partageux ne meurent jamais, Les Belles Lettres, 1992.
  • Le Mystère Saint-Aubin, Flammarion, 1993.
  • Récit édifiant des activités d'un nommé Jésus, roman, Balland, 1997.
  • L'Injustice racontée aux enfants, dessins de F. Boudignon, L'Atelier, 1997 (Prix des Enfants du Livre 2003).
  • L'Aboyeuse de Djibouti, roman, Éditions Acoria-Afrique, 2001.
  • La Mort du Grand Meaulnes, roman, Le Miroir, 2001.
  • La Politique expliquée aux enfants (et aux autres), dessins de Plantu, L'Atelier, 2002.
  • Un Amour de Meaulnes, roman, Éditions Cairn, 2002.
  • L’utopie est morte ! Vive l’utopie !, Éditions Michalon, 2005.
  • Slogans pour les prochaines révolutions (nouveaux slogans d'aujourd'hui et de demain dans l'esprit de mai 68), Éditions du Seuil, 2008.
  • Le Déplacé (récit concernant la guerre du Liban), Éditions de l'Aube, 2012.
  • La Maison de Marie Belland, roman, Éditions de la Différence, 2013.
  • Pour en finir avec l'affaire Seznec, Éditions de la Différence, 2015.
  • La Politique expliquée aux enfants (et aux autres), dessins de Plantu, SCUP, (édition actualisée), février 2017.
  • Et si la révolution était possible, SCUP, janvier 2018.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Casamayor, revue Esprit, juin 1967, « Honneur et préjugé ».
  2. Michel Auvray, CAES Magazine, printemps 2008, « Denis Langlois : L'esprit de Mai 68 ? Oui, je persiste et signe ».
  3. Yann Bouchez, Le Monde, mars 2018, « Affaire Seznec : les os de la discorde ».
  4. Denis Langlois, Journal du Dimanche, 29 mai 2018, « Pour la vérité dans l'affaire Seznec ».
  5. Marie-Thérèse Guichard, Le Point, 20 septembre 1997, « Affaire Saint-Aubin: les langues se délient »
  6. Denis Langlois, brochure, juin 1970, « La relégation »
  7. Le Monde, 4 juin 1971, « Affaire Jaubert : Plusieurs personnalités créent une commission d'enquête. »
  8. Michel Foucault, éditions Gallimard,2014, « Dits et écrits (1970-1975) »
  9. Le Monde, 22 juin 1971, « "La police cherche à nous imposer une raison de police" déclare la Commission d'information sur l'affaire Jaubert. ».
  10. Le Monde, 22 octobre 1983, « Une démarche à l'Élysée en faveur des [[Irlandais de Vincennes]] ».
  11. L'Humanité, 9 avril 1991, « Le dossier tabou ».
  12. Le Monde, 15 novembre 1968, « Me Denis Langlois dénonce les irrégularités du procès d'Alekos Panagoulis »
  13. Le Monde, 5 mai 1970, « Un nouvel appel en faveur d'Alekos Panagoulis ».
  14. Herriz Herri, pages 16-21, janvier 1990, « Denis Langlois parle du Pays Basque »
  15. Enbata info, 29 avril 2013, « L'implication française dans le conflit basque »
  16. Pedro Carrasquedo, La Commune, juillet 2014, « Basques : 30 années de combat pour le droit d'asile »
  17. Le Monde, 24 janvier 1991, « Rassemblement pacifiste à Paris. "Non à la guerre pétrolée !" »
  18. Le Monde, 27 février 1991, « "Halte au massacre !" »
  19. Le Monde, 30 avril 1991, « Chez les pacifistes Me Denis Langlois appelle à un 1er mai unitaire ».
  20. Le Monde, 8 janvier 1993, « Bosnie : un appel à une manifestation contre la guerre ».
  21. Bernard Baissat, Union pacifiste, pages 12 et 13, novembre 2012, « Liban : les stigmates de la guerre ».
  22. Philippe Vallet, France info, 10 mars 2012, « "Le déplacé" de Denis Langlois ».
  23. Lutte ouvrière, 30 novembre 2001, « "L'Aboyeuse de Djibouti" ».
  24. Le Conflit, 15 juin 2018, « Autour des guides de défense du militant »
  25. Thierry Pfister, Le Monde, 30 novembre 1972, « Guide du militant ».
  26. Jean-Marc Theolleyre, Le Monde, 13 février 1978, « L'auteur des "dossiers noirs" devant les "assassins de la société" ».
  27. Le Monde, 12 août 1971, « Dix passages du livre de Me Denis Langlois sont visés par cinq inculpations pour diffamation »
  28. Bruno Dethomas, Le Monde, 9 mars 1973, « La difficulté de prouver le vraisemblable »
  29. Le Monde, 17 novembre 1972, « Affaire Thévenin : M. Paul Flamand et Me Denis Langlois sont relaxés en appel ».
  30. Sandra Franrenet, Le Figaro, 2 avril 2017, « Comment parler de politique aux enfants ».
  31. Le Monde, 9 avril 2012, « "Dis maman, pourquoi il y a des riches et des pauvres ?" ».
  32. Patrice L.H., Le Libertaire, 7 janvier 2018, « La révolution possible ? ».