Financement participatif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Crowdfunding)
Aller à : navigation, rechercher
Ne pas confondre avec la finance participative, terme pour la finance islamique au Maroc.

Le financement participatif, crowdfunding ou encore sociofinancement au Canada, est une expression décrivant tous les outils et méthodes de transactions financières qui font appel à un grand nombre de personnes afin de financer un projet.

Ce mode de financement se fait sans l'aide des acteurs traditionnels du financement, il est dit désintermédié. L'émergence des plateformes de financement participatif a été permise grâce à internet et aux réseaux sociaux, complétant ou remplaçant la traditionnelle souscription. Cette tendance s'inscrit dans un mouvement plus global : celui de la consommation collaborative et de la production participative.

Le financement participatif comprend différents secteurs tels que le don (donation crowdfunding), la récompense (ou don avec contrepartie), le prêt (aussi appelé credit crowdfunding, crowdlending,  peer-to-peer lending ou prêt participatif) et le capital-investissement.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le financement communautaire et participatif est né au XVIIIe siècle dans le domaine des actions de charité. Un des premiers projets notables financés par le financement participatif fut la Statue de la Liberté[1].

Certaines formes de financement plus anciennes comme les business angels, investisseurs providentiels, sont une des sources d'inspiration probable à la base du financement participatif. Il s'agit effectivement d'un cas où une somme d’individus extérieurs au projet va investir dans celui-ci[réf. nécessaire].

Il s'est diversifié avec l'apparition d'Internet, dès le milieu des années 1990.

  • Par exemple, alors que la botanique n'était presque plus enseignée dans les universités, faute de financement de postes d'enseignant et de laboratoires, la communauté francophone des botanistes a en 1999 crée Tela Botanica.
  • En 1997, le groupe de musique rock anglais Marillion a bénéficié d'une campagne de financement participatif à l'initiative de ses fans américains, sans l’implication des membres du groupe, pour financer une tournée aux États-Unis[2],[3]. Quarante-sept mille dollars avaient alors été réunis. Le groupe proposa à ses fans de pré-financer leur prochain album, avant même qu'il ne soit enregistré. Douze mille cinq cents fans financèrent ainsi l'album Anoraknophobia [4](2001). Les souscripteurs reçurent un double CD spécialement illustré. Les noms des personnes ayant pré-commandé l'album suffisamment tôt y étaient indiqués. Marillion a par la suite utilisé cette méthode avec succès[5],[6],[7] pour les albums Marbles (2004), Happiness is the Road (2009), et Sounds That Can't Be Made (2012).
  • Dans le domaine du cinéma, le premier exemple structuré de campagne de financement participatif basée sur l'utilisation d'internet est dû aux producteurs et entrepreneurs Guillaume Colboc et Benjamin Pommeraud de la société Guyom Corp., pour les besoins de la production de leur film Demain la veille, en août 2004. Les producteurs, avaient alors lancé le premier système de souscription du genre, via un site internet dédié sur lequel les internautes avaient la possibilité d'être crédités au générique, d'assister au tournage ou de recevoir un DVD en échange de leur apport. La campagne connut un succès fulgurant et leur permit de lever en quelques jours près de la moitié du financement nécessaire à la fabrication du film.
  • Le film finlandais Iron Sky, projet lancé en 2006, a bénéficié des contributions des internautes[8] pour financer la réalisation. Le film est sorti en 2012.
  • Ce type d'investissement collectif a ensuite été stimulé par la crise du disque et l'essor du téléchargement. Dans ce cas, il offre une solution à la mainmise des majors de la production musicale.

Le site néerlandais Sellaband fut le premier à appliquer le modèle à l'industrie du disque, en août 2006. En France, plusieurs sites du même type sont ensuite apparus rapidement, parmi lesquels Spidart (depuis, en faillite), Akamusic (site belge), Buzzmyband (anciennement NoMajorMusik), Stationtubes (édité par le label Digital Alien Prod), My Witty Games (maison d'édition de jeux de société participative), ou encore My Major Company (label participatif).

  • L'énorme succès rencontré par Grégoire – le premier artiste produit par My Major Company – a largement contribué à populariser ce nouveau mode de production.

Ce type de financement s'est ensuite diversifié à plusieurs domaines avec l’apparition de Indiegogo (janvier 2008) et de Kickstarter (avril 2009 ; élue meilleure invention 2010 par Time Magazine). Cette méthode de financement a par la suite été légiférée aux États-Unis par Barack Obama qui a mis en place le Jumpstart Our Business Startups Act (JOBS Act) le 5 avril 2012. Cet ensemble de lois fait la distinction entre le financement participatif à visée caritative et celui avec un retour sur investissement.

Selon une étude de la FPF[9], 56 % des Français connaissent le financement participatif, et 7 % ont déjà contribué à un projet. Ils seraient 43 % à être prêts à participer à une campagne participative d'ici cinq ans[10].

En 2014, un projet complètement fantaisiste de réalisation d'une salade de pommes de terre prend des proportions inattendues et collecte plus de 55 000 dollars. Son créateur promet de reverser l'argent à une œuvre caritative tandis que des critiques estiment que cela décrédibilise le financement participatif[11].

Typologie[modifier | modifier le code]

Les plateformes d'intermédiation s'appuyant sur le principe du financement participatif comportent différentes modalités et formes de transactions. On peut distinguer six grandes familles :

Don[modifier | modifier le code]

Le don consiste à donner à un projet, souvent associatif, sans contrepartie. Le don est désintéressé et intemporel. Cependant, pour faire honneur au don, l’association bénéficiaire peut faire un geste symbolique en retour, qu'on appelle le contre-don. Il ne s'agit pas d'un acte d'échange de valeurs comme la vente ni le troc. Les associations collectent ainsi chaque année plusieurs milliards d'euros[12].

Des acteurs se proposent de faire l’intermédiaire entre les donateurs et les associateurs. HelloAsso, une des plateformes françaises de financement participatif, déclare collecter près d'un million d'euros par mois[13],[14].

Don avec contrepartie[modifier | modifier le code]

Le don avec contrepartie consiste à donner à un projet, en échange d'un retour, appelé la contrepartie. Cet échange est proche de la vente ou du troc.

Kickstarter, entreprise leader sur ce modèle aux États-Unis, a levé plus de 320 millions d'euros en 2012. Les estimations pour 2013 sont de plus de 900 millions de dollars pour Kickstarter seul. En Europe, Ulule (média, jeux) et Kisskissbankbank (projets créatifs) sont les plateformes les plus connues.

Prêt aux entreprises[modifier | modifier le code]

Le prêt aux entreprises ou crowdlending est une forme de prêt accordé par des particuliers avec un remboursement des intérêts étalé dans le temps. En France, 14 plateformes sont actives dans ce secteur en juin 2016, parmi lesquelles Unilend, Credit.fr, Lendix (qui a acheté son concurrent Finsquare en mars 2016)[15], Lendopolis, PretUp et WeShareBonds. Le leader Lendix a un chiffre d'affaires de 25 millions d'euros en 2015[15]. En 2016, 651 projets ont été soutenus par des particuliers sur les plateformes françaises, pour un montant total collecté de 83 millions d'euros, plus du double de l'année précédente[16].

Les risques associés sont ceux de défaut des entreprises emprunteuses, même si les prestataires de paiement comme Lemon Way participent au remboursement en cas de défaillance des emprunteurs[15]. La législation française impose depuis fin 2014 aux intermédiaires d'afficher trimestriellement le taux de défaut des emprunteurs, mais le recul est faible par rapport à la durée des prêts proposés (jusqu'à 7 ans)[15]. En février 2017, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir publie une étude qui dénonce les plateformes de financement participatif, « accusées de surévaluer les rendements et d'atténuer les risques[17] ». Au même moment, on constate un ralentissement de la croissance du secteur, du fait de l'efficacité des prêts bancaires et de l'hésitation des particuliers peu convaincus par les rendements affichés[16].

Prêt aux particuliers[modifier | modifier le code]

Le prêt aux particuliers (pair-à-pair), ou peer to peer lending est possible grâce à des plateformes de prêts pour financer les particuliers. La plupart de ces plateformes mutualisent leurs portefeuilles de prêts (exemples : Prêt d’Union en France, Lending Club et Prosper aux États-Unis, Zopa au Royaume-Uni), ainsi le prêteur ne choisit pas l'emprunteur à qui il souhaite prêter mais voit son épargne répartie entre plusieurs emprunteurs. Ces plateformes exercent généralement avec l'accord d'une banque partenaire pour assurer la transparence des opérations.

Financement participatif en capital[modifier | modifier le code]

Le financement participatif en capital, aussi appelé equity crowdfunding, permet une prise de participation en actions dans les entreprises financées et une rétribution financière via les dividendes et la plus-value potentielle réalisée (exemples : SmartAngels, Bulb in Town, Investir99, Anaxago, SparkUp, Wiseed, Raizers, Sowefund, Hoolders, Happy Capital, PRE-IPO). Les investisseurs deviennent alors actionnaires. Ces plates-formes donnent accès au plus grand nombre à l'investissement dans les PME non cotées, à l'instar des réseaux de business angels. Elles sont complémentaires des autres acteurs de financement early-stage comme les organismes publics ou les business angels ou les fonds d'amorcage et de capital risque[18]. L'avantage majeur de l'equity crowdfunding est de permettre à des créateurs d'entreprise de lever des fonds très rapidement, étant donné le fort attrait que représente ce moyen de financement pour les investisseurs. Il permet également d'investir dans des entreprises qui auront un impact direct sur l'économie locale, de développer son réseau en rencontrant des entrepreneurs dynamiques.

De plus, grâce au crowdequity les résidents français ont la possibilité de réaliser des déductions fiscales sur leur impôt sur le revenu, impôt sur la fortune ou bénéficient de conditions avantageuses du PEA PME.

Par ailleurs, le financement participatif en capital profite de l'attrait de beaucoup de personnes pour le lovemoney[Quoi ?]. Ainsi, dans certains cas, les personnes investissant dans les projets ne font pas partie du réseau de la plate-forme mais du réseau étendu de l'entrepreneur: il peut s'agir de relations directes (famille, amis), mais aussi indirectes, d'où l'expression « copains, cousins, cinglés » désignant les différents types d'investisseurs[19],[20].

Financement participatif en échange de royalties[modifier | modifier le code]

Le financement en échange de royalties, aussi appelé royalty crowdfunding, permet un investissement en vue d’une contrepartie financière, sans dilution du capital. Le porteur de projet verse chaque trimestre aux investisseurs un pourcentage de ses revenus pendant 3 à 5 ans. Ce mode de financement est particulièrement adapté pour des levées de fonds en amorçage de 10 000 à 150 000 .

Aujourd’hui, en France, seulement deux plateformes proposent ce mode de financement : We do good et My Pharma Company, spécialisée dans la santé.

Production communautaire[modifier | modifier le code]

La production communautaire, modèle où les investisseurs sont aussi coproducteurs (par exemple : Myfashionline, My Major Company, Myshowproduction, Touscoprod, Fabrique d'artistes, les éditions Sandawe, et plus récemment, les éditions Méhari). Il s'agit d'un intéressement financier sous forme de redevances sur les futures recettes. Une contrepartie non financière est également souvent envisagée (album, produits dérivés, invitations, etc.).

Enfin, il convient de noter que selon les acteurs et les analystes du secteur, les segmentations de financement participatif peuvent être sensiblement différentes. Certains en distinguent seulement quatre types (le prêt, les actions, le don, les récompenses).

Domaines[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Un nombre croissant de secteurs d'activité font l'expérience de la production communautaire. Des sites spécialisés apparaissent, mais il existe des généralistes couvrant plusieurs secteurs.

Solidarité[modifier | modifier le code]

Les associations caritatives collectent depuis des années selon les principes du financement participatif. On parle dans ce cas plutôt de collecte de fonds ou de don en ligne. On peut d'ailleurs considérer que le financement participatif est une nouvelle forme de collecte de fonds, plus efficace et moins cher que la collecte de fonds traditionnel, grâce à internet. Le secteur associatif compte ses propres sites de financement participatif. En France, on peut citer notamment HelloAsso. Au Royaume-Uni, le site JustGiving fait également figure de référence.

Développement local[modifier | modifier le code]

Les commerces indépendants (bars et restaurants inclus), artisans et associations de quartier ont de plus en plus de mal à faire face aux franchises, à la montée des loyers et sont confrontés à la frilosité des banques. Depuis janvier 2013, Bulb in Town propose aux porteurs de projets à impact économique et/ou social local, aux agriculteurs, ou aux porteurs de projets des énergies renouvelables (ENR) de faire appel au grand public pour se financer, communiquer et créer une communauté d'ambassadeurs autour de leur projet et établissement (entreprises, commerces, cafés, restaurants, agriculteurs, associations).

Plus loin des villes, les citoyens français peuvent soutenir les agriculteurs et leur usage du territoire à travers la plateforme Miimosa[21],[22],[23].

Transition écologique[modifier | modifier le code]

Le financement participatif et le développement durable « partagent des valeurs identiques de traçabilité et de proximité[24] ». En France, la stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable (SNTEDD) de février 2015[25] précise :

« La finance participative pourrait constituer un levier de la transition écologique. La diversité de modalités de financement combinée à l’appropriation de l’investissement par le citoyen est aujourd'hui à l’origine de son essor. Les montants investis à travers la finance participative sont en nette augmentation, passant de 25 millions d’euros en 2012 à 33 millions en 2013[26]. Elle s’incarne au travers de plateformes internet, chacune spécialisée dans un type d’investissement spécifique (capital investissement, émissions d’obligations, dons…) ou un secteur (énergies renouvelables, infrastructures…). Il s’agit d’accompagner l’émergence de ce nouveau modèle d’investissement, qui contribue, en partie, à la transition écologique, en facilitant l’accès à ces plateformes tout en garantissant la sécurité des investissements des citoyens. »

La France a en 2016 un projet de label « Financement participatif pour la croissance verte » visant notamment à garantir une vraie qualité environnementale aux projets, ainsi qu'une transparence (via l'implication et la participation des citoyens, un suivi sur la durée...)[27]. À partir du 1er juillet 2016, la loi de transition énergétique autorise les sociétés développant des projets d'énergie renouvelable à faire participer financièrement les particuliers et les collectivités proches des installations, de façon directe ou en passant par des professionnels du financement participatif[28]. En 2017, les projets d'installations photovoltaïques bénéficient d'un bonus de 3 par MWh au-dessus du tarif réglementé si plus de 20 particuliers participent au financement du projet ou s'ils représentent 40 % du capital[29].

Ainsi, des plateformes d'investissement participatif dédiées à accompagner la transition énergétique existent depuis fin 2014, permettant d'apporter aux investisseurs un double rendement financier et écologique, parmi lesquelles Lendosphere, Lumo, Enerfip[30] et GreenChannel (fermé fin 2016[31],[29]). Des projets de technologie mature (solaire, éolien, biomasse, efficacité énergétique...) peuvent être financés via des obligations « vertes », grâce auxquelles l'investisseur perçoit un rendement financier chaque année, ou par des prêts aux développeurs de centrales, voire des parts de société investissant elle-même dans les projets[32]. Ces participations peuvent être encouragées à l'échelon local, par exemple à travers un taux plus élevé pour les riverains du projet[32],[33]. En 2016, la plate-forme française Lumo permet aux particuliers qui souscrivent pour un projet d'énergie solaire de recevoir un SolarCoin pour chaque MWh produit, participant ainsi à une initiative mondiale d'incitation à la production d'énergie solaire[34]. Les particuliers qui investissent dans ces projets sont souvent attirés par des articles dans les médias, et pas toujours experts du domaine de l'énergie ni de la finance[35]. Ils sont notamment rassurés par la stabilité des revenus assurée par les obligations de rachat de l'électricité produite[35].

Des projets liés à la transition écologique peuvent aussi être financés grâce à des plateformes plus généralistes, comme le record de 2015 établi par une centrale hydroélectrique avec 1 million d'euros en 45 jours auprès de particuliers du département du projet via Bulb in Town[36]. En 2016, les plateformes françaises de financement participatif ont levé 11,5 millions d'euros pour 66 projets d'installations d'énergie renouvelable[37].

Culture et divertissement[modifier | modifier le code]

Les producteurs de contenu sur internet (BD, vidéo, etc.) peuvent être soutenus par des internautes via des plate-formes les rémunérant par un pourboire (« tip » en anglais) régulier, comme l'américaine Patreon[38] et la française Tipeee[39].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La production de films en ligne.

Le cinéma compte désormais ses propres sites de production communautaire avec Touscoprod, YourMajorStudio, Movies Angels ou People for Cinema, et Mydorcel.com pour Mademoiselle de Paris. Indiegogo propose aussi des coproductions dans le cinéma. En 2012, le documentaire Inocente a été le premier film à financement participatif à recevoir un Oscar.

En 2013 a été établi le record français pour ce type de financement participatif, avec le succès de la campagne Noob d'Olydri studio, rassemblant plus d'un demi million (681 046 € pour un objectif de 35 000 €, soit 1 945 % de l'objectif). Le projet de film fut élargi à une trilogie.

Au Japon, le financement participatif commence à se présenter comme un mode de financement pour les films indépendants en 2014, avec plusieurs plateformes dédiées en japonais, telles Campfire, Makuake et Motion Gallery, mais reste marginal en 2016[40].

Spectacle vivant et musique[modifier | modifier le code]

Fin 2009, MyShowMustGoOn défrichait le terrain du spectacle vivant en proposant aux internautes de coproduire des pièces de théâtre dont Promenade de santé, avec Mélanie Laurent, Non je ne danse pas!, African Footprint. En ce qui concerne la musique, plusieurs communautés existent : MyMajorCompany, Akamusic, Kisskissbankbank, Sellaband (site hollandais) ou BlueMagicfr (dédié au Rap français). Il s'agit d'un service permettant aux musiciens et aux groupes de faire la promotion de leur travail afin que des admirateurs financent leur production et leur distribution. I Am Verity a utilisé le financement participatif pour vendre, dans 25 pays, 2 000 copies de son album avant que celui-ci ne soit produit.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Le premier jeu vidéo financé par une grande compagne de sociofinancement date de 2012 sur Kickstarter et mène à une explosion des montants collectés pour des jeux vidéo cette année-là[41]. Digital Coproductions est une plate-forme, créée fin 2010, qui permet à des créateurs de jeux vidéo de présenter librement leurs projets, et d'échanger avec le public pour l'impliquer dans la création, en sollicitant des idées, des avis, des suggestions, ou même un financement sous forme de souscription. Les souscripteurs reçoivent en échange une partie des bénéfices du jeu ainsi coproduit.

Gamesplanet Lab, créé en 2012, est une plateforme de financement participatif entièrement dédiée au jeu vidéo, conçue par des professionnels du jeu vidéo. Elle offre à la fois de réelles garanties pour les joueurs et un cadre clair et bénéfique aux professionnels du jeu vidéo. La plateforme est réalisée en partenariat par Ulule, le leader européen du financement participatif, et Gamesplanet, distributeur de jeux vidéo par téléchargement.

En France, la société LookAtMyGame[42] a proposé de 2010 à 2013[43] un système de financement participatif avec rétribution dans le secteur du jeu vidéo. 2 jeux ont ainsi pu être produits, Fantasy Dynasty et Hungry Flowers[44],[45] . Quelques autres projets, tous destinés au mobile à l'exception de Bsq1492, un jeu par navigateur web, n'ont pas pu parvenir à remplir leur cagnotte. Devant la difficulté à faire décoller la plateforme, tant par la recherche de projets de qualité que par le nombre d'investisseurs, la société a préféré continuer son activité en se consacrant exclusivement aux titres de son studio de développement.

Arts plastiques[modifier | modifier le code]

Fabrique d'artistes.com est une plateforme permettant d'une part aux artistes plasticiens de présenter leurs projets de promotion (expositions, participation à des foires, tirages en édition limitée...). D'autre part, elle permet aux amateurs d’art, collectionneurs et investisseurs de participer à la préparation des expositions des artistes, de financer les projets de ces artistes plasticiens et de recevoir en retour une partie des gains générés. Une fois financés, ces projets sont exécutés par des professionnels de la communication dans le marché de l'art.

Édition[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Édition participative.

Éditeurs et auteurs associés est une maison d'édition traditionnelle qui fait dorénavant appel aux internautes pour faire partie d'une nouvelle aventure éditoriale. Début 2010, les éditions Sandawe proposent de coproduire des auteurs de bande dessinée. On peut citer aussi Mymajorcompanybook.

Numalire de la société Yabé propose, depuis octobre 2013, la réédition via financement participatif de documents patrimoniaux conservés par les bibliothèques[46],[47].

Jeux de société[modifier | modifier le code]

Sur le site Kickstarter, le jeu Zombicide a, par exemple, été soutenu par plus de 5 000 donateurs.

Sport et loisirs[modifier | modifier le code]

Le sport reste un secteur encore peu exploré en France. Tennis Angels (qui propose aux internautes de financer de futurs champions de tennis classés aux environs de la 200e place mondiale) et My Poker Squad sont les premiers à proposer ce type d'offre communautaire. Mais il existait déjà des initiatives à l’étranger, comme Myfootballclub en Grande-Bretagne.

Immobilier[modifier | modifier le code]

Des plateformes de sociofinancement destinées au financement participatif de construction ou de rénovation et de financement d'un bien immobilier pour se partager les revenus locatifs se développent, en Europe et dans le monde.

  • Dans le monde, le financement participatif immobilier est en forte croissance, passant d'une collecte de 1 milliard de dollars en 2014 à 2,57 milliards de dollars en 2015[48]. La construction participative (Crowdbuilding) nécessite des fonds plus importants et peut faire appel à un grand nombre de personnes, par le biais d’internet et notamment des réseaux sociaux. Les fonds des investisseurs sont généralement remboursés à la fin de celle-ci, avec intérêts ou dans le cas d'une construction, l'investisseur peut devenir propriétaire ou détenteur d'une part.
  • En France en 2014, plus de 30 millions d'euros ont été collectés en financement participatif selon Anaxago (plateforme finançant les start-up et PME). Ils ont permis d'améliorer ou construire 2 418 logements, et financé 4 836 emplois. Le rendement moyen annuel de 7,5 % dépassait largement celui des produits d’épargne classique, des Internautes peuvent cofinancer de tels projets en complétant les fonds propres des promoteurs ou d'associations de futurs propriétaires. Plus de 46 millions d'euro aurait été collectés en 2015[réf. nécessaire][49].

Le crowdfunding immoblier :
Si ces investissements se font via souscription de titres financiers (actions ou obligations émises par des sociétés par actions, SAS, SA, SCA), les plateformes de crowdfunding immobilier doivent depuis le 1er octobre 2014 être immatriculées en tant que conseiller en investissement participatif (abrégé CIP), à l'ORIAS. Ce statut de CIP est règlementé et soumis à l'approbation de l'Autorité des Marchés Financiers[50].
Le crowdfunding immobilier est soumis à la réglementation de l'autorité des marchés financiers (AMF) qui impose aux plateformes d'exercer sous le statut CIP (conseiller en investissement participatif). Ce statut est le résultat d’un travail de réflexion mené avec l’association Financement Participatif France qui a abouti à la ratification du statut de CIP en octobre 2014. À ce jour, les plateformes agrées CIP sont Wiseed, Sowefund, Lymo, Homunity, Immovesting, Canberra Immo, Crowdfunding-immo, Anaxago, Fundimmo, Clubfunding, Stoneraise et Happy Capital.

L'investissement collectif : Des acteurs se regroupent pour acheter en commun des appartements ou des commerces afin de les louer et d'en retirer un rendement et une potentielle plus value. Ils le font généralement via une SCI ou une SAS. Ce qui implique légalement pour les SCI, une solidarité des investisseurs concernant les dettes de la société, à proportion de leur capital. L'investissement collectif est en pourparler avec les autorités compétentes pour encadrer l'activité sur le long terme et protéger ses acteurs et investisseurs.

Presse[modifier | modifier le code]

Des sites internet expérimentent la production communautaire dans le domaine de la presse. On peut citer NowPublic, le projet français en gestation Glifpix et Mediapart qui revendique notamment son indépendance financière justement grâce à ce type de modèle économique. Un nouveau statut de société de média pourrait permettre de développer le crowdfunding plus aisément dans le domaine de la presse[51].

Science[modifier | modifier le code]

Ne bénéficiant pas de l'accès aux finances publiques ou aux fonds privés pour des projets jugés non rentables ou insuffisamment intéressants par les États et les institutions, c'est le domaine des sciences citoyennes qui semble le premier s'être saisi de cette opportunité, souvent sur le mode associatif, avec un pilotage scientifique plus ou moins élargi. apply.fundscience est lancé en 2010.

Innovation et entreprenariat[modifier | modifier le code]

Les inventeurs et créateurs d'innovation ont souvent besoin de moyens supplémentaires pour développer leur concept (idée de produit, technique ou service).

De nombreux entrepreneurs ont créé leur société mais manquent de fonds (quelques dizaines de milliers d'euros) pour réaliser les investissements nécessaires et réussir la phase d'amorçage. Leurs projets n'étant pas toujours jugés assez rentables par les investisseurs institutionnels et les business angels, ils doivent trouver d'autres solutions pour se financer. Pour cela, il existe des plates-formes d'equity crowdfunding qui permettent d'investir en capital, et d'acheter des actions d'entreprises en création. Pour les porteurs de projet en France, certaines plates-formes de financement participatif vont plus loin que la seule levée de fonds, en permettant au futur entrepreneur de se constituer un véritable réseau social pour échanger, tester son idée et la porter à maturation (c'est le cas de Z'entreprendre) ; le financement participatif permet alors aussi bien d'éviter l'isolement des entrepreneurs, que de pallier la carence des modes de financement « classiques » dans cette période où les banques ne suivent plus les entrepreneurs français.

Y compris après la période d'amorçage, le financement participatif reste pour les start-ups un moyen de développer un marché pour lequel les bailleurs de fonds traditionnels sont réticents à participer, comme en Afrique[52].

Cadres légaux et chiffres[modifier | modifier le code]

Xerfi évalue à 1,6 milliard de dollars le poids du financement participatif aux États-Unis et environ 945 millions d’euros en Europe. En France, les montants levés par le financement participatif en 2014 atteignent 152 millions d'euros, soit près de deux fois plus qu'en 2013. Plus précisément, 88,4 millions d'euros ont été levés en prêts, 38,2 millions en don et 25,4 millions en equity crowdfunding. Il faut noter de grands écarts concernant les montants moyens par levée selon le mode de financement. Si pour le don ou le prêt, cela s'élève à quelques milliers d'euros, cela représente plusieurs centaines de milliers d'euros pour l'equity crowdfunding[53]. Le crowdfunding répond ainsi à différents besoins sous ses différentes formes, ce qui explique le succès de ce mode de financement. Les perspectives sont d'ailleurs très réjouissantes puisque la percée du financement participatif n'est pas près de s'arrêter selon les différentes études menées[54]

En France[modifier | modifier le code]

En France, certaines activités liées au financement participatif demeuraient très réglementées, ce qui tend à freiner le développement de ce secteur[55],[56]. François Hollande a annoncé le 29 avril 2013, lors de la clôture des assises de l'entrepreneuriat, l'établissement avant septembre 2013 d'un cadre juridique sécurisé pour le développement de la finance participative en France. En mai 2013, l'Autorité des marchés financiers et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution ont rédigé un guide permettant aux porteurs de projet de connaître les différentes réglementations actuellement en vigueur[57].

Une consultation publique sur le futur texte de loi régissant le financement participatif a été ouverte en France entre septembre et décembre 2013. L'ordonnance 2014 559 du 30 mai 2014[58], relative au financement participatif a été publiée au journal officiel du 31 mai 2014[59]. Elle introduit de nouveaux articles au code monétaire et financier, en posant deux statuts pour l'exercice des métiers du financement participatif[60] : l'intermédiaire en financement participatif (IFP), article L. 548-2 du code monétaire et financier et le conseiller en investissement participatif (CIP), article L. 547-1 du code monétaire et financier. Ces deux statuts d'accès et d'exercice nécessitent une immatriculation au Registre des intermédiaires de l'assurance, de la banque et de la finance, tenu par l'ORIAS, de façon obligatoire à compter du 1er octobre 2014. L'Autorité des marchés financiers et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution ont préparé un dossier spécial[61].

Les investisseurs peuvent ainsi consulter le Registre pour vérifier que l'opérateur de financement participatif auquel ils s'adressent est bien immatriculé et supervisé en tant que professionnel de ce métier.

Une étape importante a encore été franchie dans la normalisation du financement participatif en France avec le décret du 23 septembre 2014[62].

Le financement participatif tend donc à devenir une place forte en France, ce qui est logique vu l'intérêt prononcé des français pour cette activité. En effet, un Français sur deux se dit prêt à investir dans une entreprise, en particulier si elle est près de chez lui. Il faut voir dans ces chiffres un véritable engouement pour le financement participatif, engouement accru dans le cas de l'equity crowdfunding par plusieurs incitations à l'investissement. Ainsi, depuis le 1er janvier 2015, tout particulier investissant dans une entreprise par ce biais bénéficient d'une déduction de 18 % de leur investissement de leurs impôts. De plus, la loi fixant un nombre limite de 49 actionnaires au sein d’une même holding afin de bénéficier de la défiscalisation est supprimée, tout comme l’obligation pour une holding d’embaucher au moins deux salariés l'année suivant ces investissements[63].

Observant que plusieurs plateformes de crowdlending contournent la limitation des 1 000 par prêteur en utilisant des bons de caisse, le gouvernement français crée en 2016 le minibon, titre nominatif émis pour 5 ans, plus souple que le prêt initialement organisé par la loi[64].

Au Québec[modifier | modifier le code]

Au Québec, le terme « sociofinancement » est utilisé[65]' [66] pour désigner le financement participatif. Le néologisme est créé en 2010 par Audrey Benoît et Thomas Duperré, cofondateurs[67] de la première plateforme de sociofinancement au Québec, Haricot[68], mise en ligne, en août 2011[69]. Le nom commun est privilégié par l'Office québécois de la langue française[70] et le verbe est d'usage courant dans les principaux médias[71] ' [72].

Au Québec, l'idée du « love money » [73] remonte à une trentaine d'années. En 1983, l'association Love Money pour les PME est créée pour permettre aux entrepreneurs de rencontrer des particuliers désireux d'investir dans un projet et de participer ainsi à une aventure passionnante. Si cette initiative a connu du succès, les sites de sociofinancement ne se sont pas pour autant développés dans la foulée au Québec. Ils ont pris du temps à sortir de terre[74]. Mais aujourd'hui, le sociofinancement est bien plus développé dans la province. Un des principaux sites, ayant levé pas moins de 500 000 $CA en à peine 6 mois, est Yoyomolo[75].

En Belgique[modifier | modifier le code]

En Belgique, les sites de financement participatif sont actifs depuis 2011 et l'organe de contrôle des organismes financiers belges (FSMA) a édicté certaines règles dès 2012 [76] mais il aura fallu attendre avril 2014 pour que les premières modifications de la loi soient effectuées. Ces modifications n'étant que partielles, les gouvernements régionaux du pays sont convenus de consolider l'environnement législatif au cours de la législature s'étalant entre 2014 et 2019. Cela a récemment été entériné dans l'accord du gouvernement flamand [77] Le premier acteur du marché belge spécialisé en financement participatif au travers de participation dans le capital et au travers de prêts est le site MyMicroInvest.com [78] qui a permis de lever plus de 4 millions d'EUR en 3 ans [79].

Limites[modifier | modifier le code]

Plusieurs limites existent au Crowdfunding. Alors que la législation de différents pays tend à cadrer et parfois limiter le financement participatif, certains estiment qu'il faudrait changer ou adapter le business model du crowdfunding [80] et/ou le professionnaliser au sein de modèles classiques ou des nouveaux modèles de l’économie collaborative[81] :

  • Un statut spécifique peut être nécessaire (ex : Conseiller en investissement participatif (CIP) pour les activités d’investissement ou Intermédiaire en financement participatif (IFP) pour les activités de financement, statuts exclusif de toute autre activité, ou société de gestion, d’entreprise d’investissement, société de financement dans les pays où la loi permet à ces statuts de faire du crowdfunding) pour ouvrir une plate-forme de don contre don ou de Financement participatif [81]. Certains seuils de financement peuvent exister (variables selon les législations nationales)
  • Une autre limite est la quantité d'argent que les investisseurs / prêteurs sont prêts à apporter[81]

Devant le succès de cette nouvelle forme de financement, les acteurs de la finance de marché s’intéressent à leur tour à ce phénomène, au point parfois de conduire certains acteurs historiques de la finance alternatives à transformer leur modèle[82].

Avantages et inconvénients[modifier | modifier le code]

[pourquoi ?]Le financement participatif est un service en ligne reprenant la pratique du terrain de la plupart des associations et des créateurs d'entreprises : un moyen de se faire entourer, conseiller et soutenir. La levée de fonds est la dernière étape d'une stratégie de mobilisation communautaire[83].

L'un des atouts du financement participatif est de permettre des transactions mettant en relation des personnes physiques, ce qui permet une relation financière basée sur d'autres critères que la recherche unique de profit. Ainsi, le financement participatif est parfois un bon moyen de favoriser l'entraide, ou bien pour une entreprise, de communiquer tout en levant des fonds[84],[85]. Le financement participatif vient en aide à des porteurs de projet, qui ont une idée ou une entreprise à développer, mais qui sont incapables de réunir par leurs propres moyens les fonds nécessaires au lancement. C'est donc un service complémentaire aux autres moyens de financement que sont les prêts bancaires et les investisseurs institutionnels.

Certaines plateformes de financement participatif vont plus loin que la simple levée de fonds, et constituent un moyen de tester son idée auprès d'une communauté d'internautes. Ainsi le porteur de projet aura des éléments sur la faisabilité de son projet et pourra pré-vendre ses produits ou services auprès d'une communauté qui saura le soutenir.

Pour les projets qui disposent déjà de leur propre réseau, les sites de financement participatif ne sont pas toujours utiles car la commission prélevée par ces nouveaux intermédiaires peut être importante. Ainsi par exemple la plateforme MyMajorCompany prélève auprès du porteur de projet une commission de 10 % des montants collectés, sur lesquels ont déjà été déduits des frais de transaction (non remboursables), dégressifs mais pouvant dépasser 4 % sur les petites contributions[86],[87]. Certaines plateformes, comme HelloAsso, proposent des modèles alternatifs et gratuits, en laissant par exemple aux contributeurs la possibilité de donner un pourboire volontaire et optionnel[88]. Il est néanmoins compliqué de comparer les différentes plates-formes de financement participatif.[pourquoi ?]

Évènements[modifier | modifier le code]

Il existe des évènements en France visant à promouvoir le financement participatif, à débattre de sujets d'actualités et à faire avancer le cadre législatif comme ceux organisés par l'association parisienne FPF[89]( Financement Participatif France) avec les assises de la finance participative[90], la Fête du crowdfunding[91] ou encore le Tour de France de la finance participative[92]. À Marseille, les Rencontres euro-méditerranéennes du crowdfunding, organisée par l'Association Popfinance[93] lors de la Semaine économique de la Méditerranée[94] font office de débats, de tables rondes et de discours focalisés sur les enjeux entre l'Europe l'Afrique et le Moyen-Orient et des grandes évolutions futures de la finance alternative avec notamment les Finance-fiction[95] où des invités comme l'économiste François Morin[96]; l'ex-trader Jérôme Kerviel[97], ou encore l'écrivain Alain Damasio[98] réagissent et imaginent des évolutions possibles ou souhaitables du financement participatif dans un format grand public.

Technologie de financement participatif[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs technologies existantes permettant aux acteurs de la finance alternative ou aux fintechs de créer leur plateforme de financement. Ces technologies existantes facilitent l'émergence des acteurs dont la vocation première est de favoriser l'émerge d'innovations.

Ces solutions de création de plateforme de financement participatif sont souvent proposées soit en marque blanche soit par l'intermédiaire d'interface de programmation applicative.

Ces solutions permettent aux acteurs du financement participatif de focaliser leurs efforts sur la qualité du service offert aux entrepreneurs et aux investisseurs.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Site du National Park Service
  2. (en) Dean Golemis, « British Band's U.S. Tour Is Computer-generated », The Chicago Tribune, 23 septembre 1997. Consulté le 14 février 2014.
  3. (en) Tim Masters, « Marillion 'understood where the internet was going early on' », BBC News online, 31 août 2013. Consulté le 14 février 2014.
  4. (en) Tim Masters, « Marillion fans to the rescue », BBC News online, 11 mai 2001. Consulté le 14 février 2014.
  5. Pierre Lefebvre et Antoine Nivard, « Le crowdfunding : À quoi ça sert ? », congrès du réseau Capital 2013, Montréal, Québec, 21 février 2013. Consulté le 14 février 2014.
  6. (en) « Interview de Mark Kelly par Phil Simon », The Huffington Post, 24 mai 2013. Consulté le 14 février 2014.
  7. (en) Mark Kelly, « The birth of crowd funding », 15 juin 2013. Consulté le 14 février 2014.
  8. ironsky.net
  9. Observatoire du Crowdfunding, FPF, oct. 2014
  10. « Les FinTech de plus en plus présentes dans le quotidien des Français », sur usine-digitale.fr (consulté le 19 octobre 2015)
  11. « La salade de patates récolte finalement 55 500 $ sur Kickstarter », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  12. « Les Français ont donné 3,3 milliards d'euros à des associations en 2009 », 20 minutes,‎
  13. « "De plus en plus de petites associations vont lever des fonds" », sur RTL.fr, (consulté le 11 août 2015)
  14. « HelloAsso aide les associations à collecter des fonds sur Internet », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  15. a, b, c et d Delphine Dechaux, « La vérité sur… la folle croissance du crowdlending », sur challenges.fr, (consulté le 22 juin 2016).
  16. a et b Lionel Garnier, « Le Crowdlending, déjà à la croisée des chemins », sur lerevenu.com, (consulté le 3 avril 2017).
  17. « Faut-il vraiment avoir peur du Crowdlending ? », Banques-en-ligne.fr,‎ (lire en ligne)
  18. Florence Moulin et Daniel Schmidt, Les fonds de capital investissement : principes juridiques et fiscaux, Gualino / Lextenso éditions, 3e édition (à jour de la Directive AIFM), décembre 2014, préface Gérard Rameix (Président de l'AMF), 800p (ISBN 978-2-297-00582-1).
  19. « Love money », sur Le nouvel Economiste | Politique & Economie, Entreprises & Management, Art de vivre & Style de vie (consulté le 17 juin 2015)
  20. « La love money ou capital de proximité » (consulté le 17 juin 2015)
  21. Virginie Garin, « Salon de l'Agriculture 2016 : Miimosa, la plateforme de financement participatif qui aide les agriculteurs », sur rtl.fr, (consulté le 4 juillet 2016).
  22. Vincent Puren, « #AGRITECH ː La startup Miimosa mise sur le crowdfunding pour aider l’agriculture française », sur maddyness.com, (consulté le 4 juillet 2016).
  23. Pascale Krémer, « MiiMOSA, la plate-forme de financement pour agriculteurs », M le magazine du Monde,‎ (lire en ligne).
  24. Christine Lejoux, « Crowdfunding et développement durable, deux philosophies qui vont bien ensemble », sur latribune.fr, (consulté le 2 mai 2016).
  25. stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable (SNTEDD) ; PDF, 138 pages et résumé
  26. Finance Participative France, « Baromètre du crowdfunding en France », , indique 58 millions en 2013 contre 18 millions en 2012 ; la citation semble donc fausse.
  27. Projet de décret relatif au label « Financement participatif pour la croissance verte » et projet d’arrêté avec ses annexes portant homologation du référentiel et du document de procédures mis en consultation en France du 30/09/2016 au 10/11/2016
  28. Sophie Fabrégat, « Energies / climat : les nouvelles obligations au 1er juillet », sur actu-environnement.com, (consulté le 4 juillet 2016).
  29. a et b Lionel Garnier, « Vents porteurs pour le crowdlending environnemental », sur lerevenu.com, (consulté le 30 mars 2017).
  30. « Les opérateurs partenaires », sur TousNosProjets.bpifrance.fr (consulté le 1er avril 2016).
  31. Anne-Claire Poirier, « Financement participatif : GreenChannel arrête l’aventure », sur greenunivers.com, (consulté le 2 février 2017).
  32. a et b Sophie Fabrégat, « Les citoyens de plus en plus sollicités pour financer les énergies renouvelables », sur actu-environnement.com, (consulté le 9 août 2016).
  33. AFP, « EDF EN boucle son premier financement participatif pour un parc éolien », sur lexpansion.lexpress.fr, (consulté le 9 août 2016).
  34. Dominique Pialot, « Quand le crowdfunding s’allie à l’énergie solaire et à la blockchain », sur latribune.fr, (consulté le 12 décembre 2016).
  35. a et b Anne-Claire Poirier, « Crowdfunding et transition énergétique : qui sont les prêteurs-citoyens ? », sur greenunivers.com, (consulté le 5 janvier 2016).
  36. « Jackpot participatif pour la centrale », sur ladepeche.fr, (consulté le 31 janvier 2017).
  37. Anne-Claire Poirier, « 11,5 M€ prêtés par les citoyens aux énergies renouvelables en 2016 », sur greenunivers.com, .
  38. (en) Levitz, Dena, « Donation, Patron Services Help Fans Support Their Favorite Authors », PBS,‎ (lire en ligne)
  39. Tiphaine Thuillier, « Tipeee rémunère les artistes au pourboire », sur lentreprise.lexpress.fr, (consulté le 6 janvier 2016).
  40. (en) Mark Schilling, « Crowdfunding offers freedom to filmmakers », sur japantimes.co.jp, (consulté le 17 septembre 2017).
  41. GameStatistics, « Financement participatif et Jeux vidéo - Rapport d’étude quantitative », (consulté le 7 juillet 2016).
  42. « LookAtMyGame (informations sur la société) », sur AFJV (consulté le 26 décembre 2015)
  43. « Look At My Game : Une nouvelle plate-forme de financement participatif », sur Jeuxvideo.com, https://plus.google.com/105261500849864742219/ (consulté le 26 décembre 2015)
  44. « Hungry Flower (2013) - Jeu vidéo - SensCritique », sur www.senscritique.com, https://plus.google.com/+senscritique (consulté le 26 décembre 2015)
  45. « Look At My Game : Mama Farm et Finding Teddy présentés en vidéo », sur JeuxActu, https://plus.google.com/100799617286751458733 (consulté le 26 décembre 2015)
  46. Clarisse Normand, « Rééditer avec le financement participatif », Livres-Hebdo, 13 décembre 2013 (accès payant).
  47. Mathieu Andro, Pauline Rivière, Anaïs Dupuy-Olivier, Filippo Gropallo, Denis Maingreaud « Numalire, une expérimentation de numérisation à la demande du patrimoine conservé par les bibliothèques sous la forme de financements participatifs (crowdfunding)», Bulletin des Bibliothèques de France, 2 octobre 2014.
  48. « Real Estate Crowdfunding Set to Be $2.5 Billion Industry in 2015, Finds Crowdfunding Research Firm Massolution », sur Marketwire (consulté le 20 décembre 2015)
  49. « 1er semestre 2015 », sur Financement Participatif France (consulté le 15 février 2016)
  50. « Le financement participatif ( », sur Autorité des marchés financiers (consulté le 14 décembre 2015)
  51. Voir Julia Cagé, Sauver les médias - Capitalisme, crowdfunding et démocratie, Le seuil/République des idées, 2015
  52. Christelle Marot, « Start-up - Afrique : la voie royale du financement participatif », sur afrique.lepoint.fr, (consulté le 26 avril 2016).
  53. « [INFOGRAPHIE] Le baromètre du crowdfunding en France en 2014 - », sur www.goodmorningcrowdfunding.com (consulté le 17 juin 2015)
  54. « Les chiffres du crowdfunding - Crowdfunding » (consulté le 17 juin 2015)
  55. Pourquoi la finance collaborative peine à se développer en France, Ouishare.net, juillet 2012
  56. Réglementation du crowdfunding en France
  57. Mise en ligne d’un guide du financement participatif («Crowdfunding»)
  58. « Résumé de la réforme sur le financement participatif », sur DIRECT DROIT
  59. Ordonnance 2014 559
  60. Crowdfunding : emporté par la foule !, par Laurent Denis, 3 juin 2014
  61. Dossier sur le financement participatif
  62. Financement participatif : un nouveau cadre juridique à partir du 1er octobre 2014, Service-public.fr
  63. « Crowdfunding : la moitié des français prêts à investir dans les entreprises près de chez eux | Bulb in Town, le blog du crowdfunding local », sur blog.bulbintown.com (consulté le 17 juin 2015)
  64. Fabrice Gomez, « Le minibon, nouvel outil de financement participatif des entreprises », sur business.lesechos.fr, (consulté le 26 juillet 2016).
  65. « Crowdfunding, Financement Participatif, Sociofinancement ou Kerfunding - Le Crowdfunding, ça vous chatouille ou ça vous gratouille ? », sur Le Crowdfunding, ça vous chatouille ou ça vous gratouille ? (consulté le 29 février 2016)
  66. « Le socio-financement, de quoi s’agit-il ? | AlloProd », sur www.alloprod.com (consulté le 29 février 2016)
  67. « Haricot, pionnière du sociofinancement au Québec », sur Le Lien MULTIMÉDIA :: le portail des professionnels du numérique au Québec (consulté le 29 février 2016)
  68. « RDI Économie | Facebook », sur www.facebook.com (consulté le 29 février 2016)
  69. « Le crowdfunding, vous connaissez? », sur Métro (consulté le 29 février 2016)
  70. « Le grand dictionnaire terminologique », sur gdt.oqlf.gouv.qc.ca (consulté le 29 février 2016)
  71. ICI Radio-Canada Première - Radio-Canada.ca, « Sociofinancer son projet, c’est moderne | Première PLUS | ICI Radio-Canada Première », sur Radio-Canada (consulté le 29 février 2016)
  72. « Sociofinancer sa mise de fonds pour une maison? », sur www.lesaffaires.com (consulté le 29 février 2016)
  73. Christian LeDuc, « Les Québécois deviennent de plus en plus entrepreneurs », Le Soleil, (consulté le 17 juillet 2017)
  74. http://affairesautrement.blogspot.ca/2012/06/crowdfunding-ou-financement.html#.UlMgixaFmIM
  75. « Yoyomolo.com | Yoyomolo.com - Déjà près de 500 000 $ de dons en ligne recueillis en seulement 6 mois au Québec », sur www.newswire.ca (consulté le 17 juin 2015)
  76. http://www.fsma.be/fr/in-the-picture/Article/press/div/2012/2012-07-12_crowdfunding.aspx
  77. http://www.flandre.be/fr/publications/detail/het-regeerakkoord-van-de-vlaamse-regering-2014-2019
  78. https://www.mymicroinvest.com/fr
  79. http://capitalfinance.lesechos.fr/analyses/enquetes/crowdfunding-et-non-cote-organiser-le-co-investissement-18984.php
  80. Article Pourquoi il faut changer le business model du crowfunding
  81. a, b et c Hubert de Vauplane Crowdfunding : attention aux désillusions, Alternatives économiques ; 2014/10/04
  82. Hubert de Vauplane, « Rifkin rattrapé par Adam Smith ou comment la finance de marché est en train de phagocyter l'économie collaborative ? », Alternatives Economiques,‎ (lire en ligne)
  83. TRESPEUCH Leo, ROBINOT Elisabeth, « Le Crowdfunding : une nouvelle forme de participation », Revue de Management et Stratégie, no 11,‎ (lire en ligne)
  84. lexpress.fr
  85. lesechos.fr
  86. « Lancer son projet »
  87. « MyMajorCompany - Conditions Générales d'Utilisation », sur MyMajorCompany (consulté le 13 août 2015)
  88. « HelloAsso, la plate-forme de financement solidaire qui vit des pourboires », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  89. « Financement Participatif France », sur Financement Participatif France (consulté le 11 août 2016)
  90. « Macron donne un coup de pouce à la finance participative », sur lesechos.fr, (consulté le 11 août 2016)
  91. « La Fête du Crowdfunding | lafeteducrowdfunding.fr », sur lafeteducrowdfunding.fr (consulté le 11 août 2016)
  92. « [ÉVÉNEMENT] Le Tour de France de la Finance Participative s’arrête à Caen », (consulté le 11 août 2016)
  93. « Marseille : l'anonyme, ce nouveau banquier » (consulté le 11 août 2016)
  94. « Semaine économique de la Méditerranée 2015 | Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée », sur www.econostrum.info (consulté le 11 août 2016)
  95. « [Economie] Crowdfunding : avec Finance-Fiction, « voyage dans le futur de la finance et du collaboratif » - GoMet' », (consulté le 11 août 2016)
  96. Rencontres Euro-Méditerranéennes du Crowdfunding, « L'oligopole bancaire à l'origine des crises - François Morin - Finance-Fiction », (consulté le 11 août 2016)
  97. Rencontres Euro-Méditerranéennes du Crowdfunding, « La finance par Jérôme kerviel - Finance-Fiction - Popfinance », (consulté le 11 août 2016)
  98. Rencontres Euro-Méditerranéennes du Crowdfunding, « Le crowdfunding jusqu'où ?! Novak se lève en 2030 - Alain Damasio FINANCE-FICTION », (consulté le 11 août 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marianne Iizuka, Le crowdfunding : les rouages du financement participatif, EduBanque Éditions, , 187 p., Broché (ISBN 978-2954642703).
  • « Le crowdfunding, financement de complément ou de rupture ? », Réalités Industrielles, Annales des Mines,‎ (présentation en ligne).
  • Alexandre Neuviale et Didier Voyenne, La finance participative au service des entreprises, Editions Economica, (ISBN 9782717869149, présentation en ligne).
  • Véronique Bessière et Éric Stéphany, Le crowdfunding Fondements et pratiques, De Boeck Superieur, (ISBN 9782807306783, présentation en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]