Toyota F1 Team

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Toyota (homonymie).
Toyota F1 Team
Logo
Localisation Drapeau de l'Allemagne Cologne
Dirigeants et pilotes
Directeur Drapeau du Japon Tsutomu Tomita
Drapeau du Japon Tadashi Yamashina
Directeur technique Drapeau de l'Autriche Gustav Brunner
Drapeau du Royaume-Uni Mike Gascoyne
Drapeau de la France Pascal Vasselon
Pilotes Drapeau de la Finlande Mika Salo
Drapeau du Royaume-Uni Allan McNish
Drapeau de la France Olivier Panis
Drapeau du Brésil Cristiano da Matta
Drapeau du Brésil Ricardo Zonta
Drapeau de l'Italie Jarno Trulli
Drapeau de l'Allemagne Ralf Schumacher
Drapeau de l'Allemagne Timo Glock
Drapeau du Japon Kamui Kobayashi
Caractéristiques techniques
Châssis Toyota
Moteurs Toyota
Pneumatiques Bridgestone
Résultats
Début Grand Prix d'Australie 2002
Dernière course Grand Prix d'Abou Dabi 2009
Courses disputées 139
Points marqués 278,5
Titres constructeurs 0
Titres pilotes 0
Podiums 13
Pole positions 3
Meilleurs tours en course 3

Panasonic Toyota Racing, initialement dénommée Toyota F1 Team, est une ancienne branche de Toyota Motorsport GmbH, dépendante de Toyota Motorsport, filiale sportive du constructeur automobile japonais Toyota. Panasonic Toyota Racing a été engagée en championnat du monde de Formule 1 entre 2002 et 2009.

Au cours de sa participation en Formule 1, Toyota fournit également ses moteurs à d'autres écuries. Jordan en 2005, Midland en 2006, et Williams entre 2007 et 2009, en furent équipées, signant quatre podiums.

Histoire de l'écurie[modifier | modifier le code]

La naissance de l'écurie[modifier | modifier le code]

Après les 24 Heures du Mans, Toyota annonce son engagement en Formule 1 en 1999 afin de rajeunir son image [1]. Hiroshi Okuda, le président de Toyota, déclare : « Grâce à la Formule 1, nous voulons promouvoir le plaisir de conduire, en pensant surtout aux jeunes »[1]. André de Cortanze, directeur technique de Toyota Motorsport en endurance, se voit confier la direction technique[1]. En août 2000, Toyota officialise l'arrivée des pilotes Mika Salo et Allan McNish[2].

Début janvier 2001, Panasonic devient le sponsor principal de Toyota[3]. Quelques semaines plus tard, Michelin annonce fournir les pneumatiques de l'écurie japonaise[4].

Le 23 mars, Ove Andersson présente la Toyota TF101, la première Formule 1 du constructeur qui va servir aux essais privés durant la saison[5]. En mai, Toyota remplace André de Cortanze par Gustav Brunner, en provenance de la Scuderia Minardi[6],[7].

2002-2004 : les débuts[modifier | modifier le code]

Allan McNish au volant de la TF102
Olivier Panis réalise la meilleure performance de Toyota lors de la saison 2004 aux États-Unis

Toyota réalise ses débuts en Formule 1 en 2002. Ses pilotes sont Mika Salo et Allan McNish. Profitant d'un carambolage, Mika Salo inscrit un point dès le premier Grand Prix, à Melbourne. Il confirme à Sepang où il s'élance dixième et roule parmi les huit premiers avant un souci technique qui le fait chuter au douzième rang. À Interlagos, il inscrit un second point. La suite est plus difficile malgré quelques belles performances comme à Monaco où les voitures occupent la cinquième ligne. McNish détruit sa voiture et se blesse lors des qualifications de Suzuka et ne prend pas part à la dernière course de la saison tandis que Salo termine huitième. Pour sa première saison, Toyota termine dixième avec deux points, à égalité avec Minardi. À l'intersaison, Toyota se sépare de ses deux pilotes.

En 2003, Olivier Panis et Cristiano da Matta sont promus titulaires. La TF103, directement inspirée de la Ferrari F2002, marque une grosse évolution. Les résultats ne progressent pourtant pas, notamment à cause de problèmes de fiabilité. Toyota réalise quelques performances notables avec la sixième place de da Matta en Espagne et Panis terminant cinquième devant le Brésilien en Allemagne. À Silverstone, l'écurie réalise ses premiers tours en tête en Formule 1 grâce à da Matta. Toyota termine huitième du championnat. À la fin de la saison, le directeur technique Ove Andersson est remplacé par Mike Gascoyne en provenance de Renault F1 Team.

Début 2004, Toyota reste nettement le dernier des trois grands constructeurs présents derrière Ferrari et Renault. Mike Gascoyne, arrivé trop tard pour avoir une incidence sur la Toyota TF104, apporte des évolutions à chaque Grand Prix mais les performances ne décollent pas. Durant l'été, le directeur sportif Ange Pasquali et le pilote Cristiano Da Matta, malgré sa sixième place à Monaco, sont renvoyés. Ricardo Zonta remplace son compatriote puis Jarno Trulli, tout juste débarqué de chez Renault, arrive en fin de saison. Toyota n'a pas pu faire mieux qu'une cinquième en course avec Olivier Panis aux États-Unis, et stagne à la huitième place du championnat, avec moins de points qu'en 2003.

2005 : montée en puissance et arrivée du moteur client[modifier | modifier le code]

Ralf Schumacher au Grand Prix du Canada 2005

En 2005, Ralf Schumacher devient le coéquipier de Jarno Trulli et la TF105 est entièrement conçue sous la direction de Mike Gascoyne. Les performances s'améliorent nettement malgré un score vierge en Australie, Trulli finissant neuvième et Ralf Schumacher douzième. Dès la Malaisie, Trulli obtient le premier podium de Toyota en Formule 1 avec la deuxième place tandis que Ralf Schumacher est cinquième. À Bahreïn, Trulli est deuxième et Schumacher, quatrième. Après trois Grands Prix, Toyota a inscrit 25 points, mieux que ses 16 points de sa meilleure saison complète en 2003 et occupe la deuxième place du championnat des constructeurs, à onze points de Renault. Si les performances sont plus modestes à Saint-Marin avec la cinquième place de Trulli, Toyota obtient un nouveau podium à Barcelone, Trulli finissant troisième devant son coéquipier, permettant à Toyota de consolider sa deuxième place avec 40 points, et de rester au contact de Renault.

Les trois Grands Prix suivants, Toyota ne fait pas mieux que sixième en course et est reléguée à la quatrième place après le Grand Prix du Canada, huitième manche de la saison, quand Renault, toujours leader avec 76 points, s'est échappée.

À Indianapolis, où Jarno Trulli réalise la première pole position de l'écurie, Ralf Schumacher est victime d'un gros accident en essais libres à cause de la soudaine crevaison de son pneu arrière gauche, ce qui incite le manufacturier Michelin à retirer toutes ses voitures. Le doublé des Ferrari, une des trois écuries équipées de Bridgestone fait reculer l'écurie japonaise à la cinquième place du championnat. Toyota ne se montre plus à la hauteur de son début de saison, hormis en Hongrie où Schumacher termine troisième devant Trulli, et en Chine, où Schumacher finit à nouveau troisième. Si le pilote allemand obtient la pole position au Japon, il termine huitième, loin du vainqueur Kimi Räikkönen. Toyota termine la saison à la quatrième place du championnat, avec 88 points.

Cette saison 2005 a également permis à Toyota de fournir ses moteurs à une autre écurie, Jordan Grand Prix qui a notamment obtenu un podium avec son pilote Tiago Monteiro aux États-Unis.

2006-2007 : léger déclin[modifier | modifier le code]

Jarno Trulli au Grand Prix des États-Unis 2006

En 2006, alors que Toyota passe aux pneumatiques Bridgestone, la TF106 n'est pas performante. Les premières courses sont calamiteuses et seule une hécatombe permet à Ralf Schumacher de monter sur le podium à Melbourne. En conséquence, Mike Gascoyne est renvoyé et une TF106B est mise en chantier ; elle débute à Monaco mais après huit Grands Prix, Toyota ne pointe qu'en septième position avec huit points inscrits par Ralf Schumacher.

Les pneus Bridgestone progressent durant l'été, ce qui permet à Trulli d'inscrire des points et à l'écurie de réaliser des performances encourageantes comme deux quatrièmes places consécutives aux États-Unis et en France et les places de sixième et septième à Suzuka. Toyota termine sixième, avec 35 points, très en dessous des performances de l'année précédente.

Toyota fournit son moteur à l'écurie russe Midland F1 Racing, issue du rachat de Jordan ; l'écurie ne parvient pas à inscrire le

En 2007, Pascal Vasselon, ancien de Michelin, devient le directeur technique. La TF107 n'est qu'une évolution de sa devancière et son aérodynamique paraît nettement insuffisante. Le début de saison semble encourageant avec trois entrées dans les points en trois courses dont deux septièmes places consécutives en Malaisie et à Bahreïn. Toyota rentre rapidement dans le rang et n'inscrit des points qu'à quatre autres reprises sur les quatorze Grands Prix restants. La sixième place de Jarno Trulli aux États-Unis et celle de Ralf Schumacher en Hongrie sont les meilleurs résultats. Toyota conclut sa première saison sans podium depuis 2004 à la sixième place au championnat avec 13 points en profitant de l'exclusion de McLaren.

Le bloc Toyota, équipe l'écurie Williams F1 Team qui, grâce notamment à un podium d'Alexander Wurz au Grand Prix du Canada, se classe quatrième et se place ainsi devant l'écurie d'usine.

2008-2009 : le renouveau, puis le départ[modifier | modifier le code]

Timo Glock au Grand Prix d'Italie 2008

En 2008, l'équipe se sépare de Ralf Schumacher qui est remplacé par Timo Glock, le champion allemand du Championnat de GP2 Series 2007. Si la TF108 s'avère plus performante que sa devancière, la saison commence difficilement, avec un double abandon en Australie.

Jarno Trulli termine quatrième en Malaisie puis sixième à Bahreïn et huitième en Espagne. Aucune voiture n'inscrit ensuite de points sur les deux Grands Prix suivants, faisant reculer l'écurie à la septième place du championnat.

Toyota se ressaisit au Canada avec la quatrième place de Timo Glock qui inscrit ses premiers points de la saison et la sixième de Trulli. En France, l'Italien monte sur le premier podium de Toyota depuis deux ans. Il est septième place lors du pluvieux Grand Prix de Grande-Bretagne et, comme son coéquipier, ne marque pas de point en Allemagne. L'Allemand connaît d'ailleurs un gros accident au cours de ce Grand Prix après un souci avec sa suspension arrière droite. Après dix Grands Prix, Toyota occupe la quatrième place, avec 25 points.

Glock termine deuxième en Hongrie et monte sur son premier podium en Formule 1 alors que Trulli est septième. Après une autre double arrivée dans les points en Europe avec Trulli cinquième et Glock septième, les deux Grands Prix suivants se soldent par des scores vierges alors que Renault progresse. La quatrième place de Glock à Singapour et celle de Trulli au Japon n'empêchent pas Toyota d'échouer dans sa quête de la quatrième place. Toyota termine cinquième avec 56 points et deux podiums.

Le moteur client Toyota de Williams, autre que ceux de l'écurie d'usine, a obtenu deux podiums, en Australie et à Singapour, avec Nico Rosberg. Fin 2008, en raison de la crise économique, plusieurs constructeurs japonais (Honda, Kawasaki, Suzuki, Mitsubishi) se retirent de leur discipline. Le nouveau PDG, Akio Toyoda, indique que Toyota fera de même s'il ne gagne pas en 2009.

Jarno Trulli signe le dernier podium de Toyota en Formule 1 au Grand Prix du Japon 2009

Dès le début de saison, la TF109 paraît performante et dispose d'un avantage aérodynamique important avec son double diffuseur. À Melbourne, malgré une disqualification le samedi, les Toyota terminent troisième (Trulli) et quatrième (Glock), Toyota accède ainsi à la deuxième place du championnat. Sous la pluie malaisienne, les monoplaces sont à nouveau troisième et quatrième, dans l'ordre inverse. La mi-course passée, Timo Glock, équipé de pneus intermédiaires, roule à un rythme nettement plus élevé que ses rivaux et semble capable d'aller chercher le leader Jenson Button quand la course est arrêtée.

En Chine, seul Glock termine et ramène les points de la septième place, faisant reculer Toyota, qui ne résiste pas au doublé des Red Bull Racing, à la troisième place. À Bahreïn, les deux Toyota sont en première ligne ; Trulli, devant Glock, mènent le début de course mais ne confirment pas, Trulli terminant troisième et Glock septième. Toyota consolide sa troisième place avec 26,5 points et reste au contact de Red Bull, deuxième force du championnat. En Espagne, Trulli est impliqué dans le carambolage du premier tour. Avant la pause estivale, seule la quatrième place de Trulli en Turquie est digne des performances des deux premières courses, et après le Grand Prix de Hongrie, dixième manche de la saison, Toyota recule à la quatrième place, avec 38,5 points.

Pour la reprise, à Spa, Trulli, qualifié en première ligne, abandonne au 21e tour sur un problème de freins. Durant trois Grands Prix consécutifs, Toyota n'inscrit pas le moindre point, une série plus vue depuis 2007, ce qui la fait reculer à la cinquième place du championnat.

Les derniers Grands Prix sont un peu plus heureux : Glock finit deuxième à Singapour, tout comme Trulli à Suzuka, le treizième et dernier podium de Toyota en Formule 1, terni par l'accident de Timo Glock aux essais libres ; l'Allemand doit renoncer à participer aux deux Grands Prix restants, ce qui permet à Kamui Kobayashi de faire ses débuts au Brésil et à Abou Dabi, récompensés par trois points obtenus sur le circuit émirati. Les cinq points inscrits (Trulli ajoutant les deux points de sa septième place) par Toyota pour ce dernier Grand Prix de la saison sont ses derniers ; le 4 novembre 2009, Toyota annonce son retrait de la Formule 1, n'ayant jamais réussi à remporter un Grand Prix après 139 tentatives. L'écurie Williams, septième et en progression par rapport à sa huitième place de 2008, se retrouve sans motoriste pour 2010.

Toyota conclut sa huitième et dernière saison à la cinquième place avec 59,5 points.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats de l'écurie Toyota F1 Team en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés Points inscrits Classement
2002 Drapeau : Japon Panasonic Toyota Racing Toyota TF102 Toyota V10 Michelin Drapeau de la Finlande Mika Salo
Drapeau du Royaume-Uni Allan McNish
17 2 10e
2003 Drapeau : Japon Panasonic Toyota Racing Toyota TF103 Toyota V10 Michelin Drapeau de la France Olivier Panis
Drapeau du Brésil Cristiano Da Matta
16 16 8e
2004 Drapeau : Japon Panasonic Toyota Racing Toyota TF104
Toyota TF104B
Toyota V10 Michelin Drapeau de la France Olivier Panis
Drapeau du Brésil Cristiano Da Matta
Drapeau du Brésil Ricardo Zonta
Drapeau de l'Italie Jarno Trulli
18 9 8e
2005 Drapeau : Japon Panasonic Toyota Racing Toyota TF105
Toyota TF105B
Toyota V10 Michelin Drapeau de l'Italie Jarno Trulli
Drapeau de l'Allemagne Ralf Schumacher
18 88 4e
2006 Drapeau : Japon Panasonic Toyota Racing Toyota TF106
Toyota TF106B
Toyota V8 Bridgestone Drapeau de l'Italie Jarno Trulli
Drapeau de l'Allemagne Ralf Schumacher
18 35 6e
2007 Drapeau : Japon Panasonic Toyota Racing Toyota TF107 Toyota V8 Bridgestone Drapeau de l'Italie Jarno Trulli
Drapeau de l'Allemagne Ralf Schumacher
17 13 6e
2008 Drapeau : Japon Panasonic Toyota Racing Toyota TF108 Toyota V8 Bridgestone Drapeau de l'Italie Jarno Trulli
Drapeau de l'Allemagne Timo Glock
18 56 5e
2009 Drapeau : Japon Panasonic Toyota Racing Toyota TF109 Toyota V8 Bridgestone Drapeau de l'Italie Jarno Trulli
Drapeau de l'Allemagne Timo Glock
Drapeau du Japon Kamui Kobayashi
17 59,5 5e
Tableau synthétique des résultats de l'écurie Toyota F1 Team en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneumatiques Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19
2002 Panasonic Toyota Racing Toyota TF102 Toyota V10 Michelin AUS MAL BRÉ SMR ESP AUT MON CAN EUR GBR FRA ALL HON BEL ITA USA JAP 2 10e
Mika Salo 6e 12e 6e Abd 9e 8e Abd Abd Abd Abd Abd 9e 15e 7e 11e 14e 8e
Allan McNish Abd 7e Abd Abd 8e 9e Abd Abd 14e Abd 11e Abd 14e 9e Abd 15e Np
2003 Panasonic Toyota Racing Toyota TF103 Toyota V10 Michelin AUS MAL BRÉ SMR ESP AUT MON CAN EUR FRA GBR ALL HON ITA USA JAP 16 8e
Olivier Panis Abd Abd Abd 9 Abd Abd 13 8 Abd 8 11 5 Abd Abd Abd 10
Cristiano da Matta Abd 11 10 12 6 10 9 11 Abd 11 7 6 11 Abd 9 7
2004 Panasonic Toyota Racing Toyota TF104 Toyota V10 Michelin AUS MAL BAH SMR ESP MON EUR CAN USA FRA GBR ALL HON BEL ITA CHI JAP BRÉ 9 8e
Cristiano da Matta 12e 9e 10e Abd 13e 6e Abd Dsq Abd 14e 13e Abd
Olivier Panis 13e 12e 9e 11e Abd 8e 11e Dsq 5e 15e Abd 14e 11e 8e Abd 14e 14e
Ricardo Zonta Abd 10e 11e Abd 13e
Jarno Trulli 11e 12e
2005 Panasonic Toyota Racing Toyota TF105 Toyota V10 Michelin AUS MAL BHR SMR ESP MON EUR CAN USA FRA GBR GER HUN TUR ITA BEL BRA JPN CHN 88 4e
Ralf Schumacher 12e 5e 4e 9e 4e 6e Abd 6e 7e 8e 6e 3e 12e 7e 7e 8e 8e 3e
Jarno Trulli 9e 2e 2e 5e 3e 10e 8e Abd Np 5e 9e 14e 4e 6e 5e Abd 13e Abd 15e
Ricardo Zonta Np
2006 Panasonic Toyota Racing Toyota TF106 Toyota V8 Bridgestone BAH MAL AUS SMR EUR ESP MON GBR CAN USA FRA ALL HON TUR ITA CHI JAP BRÉ 35 6e
Ralf Schumacher 14e 8e 3e 9e Abd Abd 8e Abd Abd Abd 4e 9e 6e 7e 15e Abd 7e Abd
Jarno Trulli 16e 9e Abd Abd 9e 10e 17e 11e 6e 4e Abd 7e 12e 9e 7e Abd 6e Abd
2007 Panasonic Toyota Racing Toyota TF107 Toyota V8 Bridgestone AUS MAL BAH ESP MON CAN USA FRA GBR EUR HON TUR ITA BEL JAP CHI BRÉ 13 6e
Ralf Schumacher 8e 15e 12e Abd 16e 8e Abd 10e Abd Abd 6e 12e 15e 10e Abd Abd 11e
Jarno Trulli 9e 7e 7e Abd 15e Abd 6e Abd Abd 13e 10e 16e 11e 11e 13e 13e 8e
2008 Panasonic Toyota Racing Toyota TF108 Toyota V8 Bridgestone AUS MAL BAH ESP TUR MON CAN FRA GBR ALL HON EUR BEL ITA SIN JAP CHI BRÉ 56 5e
Jarno Trulli Abd 4e 6e 8e 10e 13e 6e 3e 7e 9e 7e 5e 16e 13e Abd 5e Abd 8e
Timo Glock Abd Abd 9e 11e 13e 12e 4e 11e 12e Abd 2e 7e 9e 11e 4e Abd 7e 6e
2009 Panasonic Toyota Racing Toyota TF109 Toyota V8 Bridgestone AUS MAL * CHI BAH ESP MON TUR GBR ALL HON EUR BEL ITA SIN JAP BRÉ ABU 59,5 5e
Jarno Trulli 3e 4e Abd 3e Abd 13e 4e 7e 17e 8e 13e Abd 14e 12e 2e Abd 7e
Timo Glock 4e 3e 7e 7e 10e 10e 8e 9e 9e 6e 14e 10e 11e 2e Np
Kamui Kobayashi 9e 6e
Légende
Légende : ici
  • * : La moitié des points a été distribuée car moins de 75 % de la distance prévue ont été couverts.

Palmarès des pilotes de Toyota F1 Team[modifier | modifier le code]

Palmarès des pilotes de l'écurie Toyota F1 Team en championnat du monde de Formule 1
Pilotes Grand Prix disputés Victoires Podiums Points inscrits Pole positions Meilleur tour en course
Drapeau de l'Italie Jarno Trulli 94 0 7 119,5 2 1
Drapeau de l'Allemagne Ralf Schumacher 53 0 3 70 1 1
Drapeau de la France Olivier Panis 37 0 0 12 0 0
Drapeau de l'Allemagne Timo Glock 33 0 3 49 0 1
Drapeau du Brésil Cristiano Da Matta 27 0 0 13 0 0
Drapeau de la Finlande Mika Salo 17 0 0 2 0 0
Drapeau du Royaume-Uni Allan McNish 17 0 0 0 0 0
Drapeau du Brésil Ricardo Zonta 5 0 0 0 0 0
Drapeau du Japon Kamui Kobayashi 2 0 0 3 0 0

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Toyota se lance en Formule 1 pour rajeunir son image », sur Les Échos, (consulté le 7 août 2016)
  2. (en) « Salo confirmed by Toyota », sur GrandPrix.com, (consulté le 7 août 2016)
  3. (en) « Toyota signs Panasonic as sponsor. », sur Crash.net (consulté le 7 août 2016).
  4. SAMUEL COULON, « Michelin de retour dans quatre écuries », sur Les Échos, (consulté le 8 août 2016)
  5. (en) « Toyota unveil new test car for entry into Formula One », sur GrandPrix.com, (consulté le 8 août 2016).
  6. « L'équipe Toyota de Formule 1 perd son directeur technique », sur RDS, (consulté le 7 août 2016)
  7. « L'Autrichien Gustav Brunner joint l'équipe F1 Toyota », sur RDS, (consulté le 7 août 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Toyota F1 Team.

Lien externe[modifier | modifier le code]