Tell algérien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tell (Algérie))

Tell

تلّ (ar)

Image illustrative de l’article Tell algérien
Relief du Nord de l'Algérie et limites approximatives du Tell algérien
Administration
Statut politique Région géographique d'Algérie
Capitale Alger
Gouvernement
- Wilayas

Oran, Aïn Témouchent, Mascara, Mostaganem, Relizane, Sidi Bel Abbes, Tlemcen, Chlef, Alger, Tipaza, Blida, Boumerdès, Aïn Defla, Médéa, Bouira,Bejaïa, Tizi Ouzou, Constantine, Mila, Skikda, Annaba, El Tarf, Souk Ahras, Guelma et Jijel
Démographie
Langue(s) Arabe algérien

Langues berbères : Kabyle
Chenoui
Parlers des Beni Snous et des Beni Boussaid

Divers
Fuseau horaire UTC +1

Le Tell algérien (arabe: تلّ), désigne le Nord de l'Algérie, domaine où se situe la majeure partie des terres labourables et fertiles du pays, par opposition aux terres sèches des Hauts Plateaux ou aux étendues arides du Sahara. C'est une zone située entre le littoral au Nord et les hauts plateaux au Sud, qui se prolonge sur une partie du Nord-Ouest tunisien.

Bénéficiant d'un climat méditerranéen plus favorable, cette bande côtière abrite plus de deux tiers de la population algérienne et les plus grandes villes du pays.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le tell, signifie en arabe classique, une élévation de terrain. En Algérie, il définit la zone littorale méditerranéenne qui est bordée de chaînes de montagnes[1]. Ce sont surtout les populations du Sud, d'Algérie et de Tunisie, qui emploient le mot tell pour définir cette zone humide à laquelle ils n'accèdent, avec leurs troupeaux, qu'après la moisson. Ils opposent ainsi un domaine de la céréaliculture, bled el-flaḥa, à celui du mouton, bled el-ghnem ; ou encore et-tell, aux hautes plaines sèches du Sud, el-gbala[1].

Administration[modifier | modifier le code]

Sur le plan administratif, le Tell est constitué en 25 wilayas sur le total de 48 Wilayas algériennes, les wilayas sont réparties par trois zones géographiques[2] :

Les wilayas situées complètement ou principalement dans le Tell algérien

Démographie[modifier | modifier le code]

Densité de la population dans l'Algérie du Nord.

Le Tell regroupe plus de deux tiers de la population algérienne[2]. Son taux d'urbanisation est passé de près de 17% en 1906 à 40% en 1977, puis à 56% en 1993[3]. Trois espaces se différencient :

  • L'Algérois avec Alger, devient une région capitale. Elle représente un poids démographique important, depuis indépendance, avec une part constante d'un tiers de la population du pays. Alger a capté et engloutit toute l'urbanisation de sa plaine. Toutefois, le taux d'urbanisation demeure faible dans les zones de montagnes périphériques[3].
  • L'Est, est une région jeune et nataliste, représente 30% de la population du pays, l'État algérien a accompagné l'essor du peuplement dans le Constantinois en promouvant le réseau de petites villes et des agglomérations[3].
  • L'Ouest, est la région la moins peuplée du nord (17%), il bénéficie d'un réseau urbain assez fonctionnel, hérité de la colonisation quoique amoindri après l'Indépendance et connait un croissance démographique plus modérée, inférieur à la moyenne nationale[3].

Relief[modifier | modifier le code]

L'acception courante du Tell s'applique à la bande zonale de reliefs contrastés, élargie vers l'est, entre littoral et Hautes Plaines, où le climat méditerranéen, connaît une pluviosité régulière, suffisante pour entretenir une végétation forestière et permettre une culture sèche rentable[4].

Extrême Ouest (Nord-Est marocain)[modifier | modifier le code]

D'un point de vue strictement géographique le Nord-Est marocain constitue le commencement le plus occidental du Tell en deçà de la frontière algéro-marocaine, et se compose du nord vers le sud : d'un chaînon littoral (les Monts des Béni-Snassen, prolongement naturel des Monts des Traras), de la plaine d'Oujda, d'un chaînon d'arrière-pays (les Monts de Debdou, prolongement naturel des Monts de Tlemcen) et est bordé au sud par les steppes de l'Oriental (prolongement naturel des Hautes Plaines algériennes).

Région Ouest[modifier | modifier le code]

Plaine de Ghriss

La région ouest se caractérise par trois grands ensembles naturels[5] :

Le Tell occidental est plus aride que ceux de l'Algérois ou des Kabylies. Les précipitations ne dépassent 500 mm annuellement. La région se trouve relativement abritée des flux d'air atlantique par les hautes montagnes du Maroc et de l'Espagne méridionale[6].

Région Centre[modifier | modifier le code]

Paysage du Djurdjura

Le Tell Central est constitué par une chaîne de massifs prolongeant le Tell Occidental et qui se compose du Dahra oriental, l'Ouarsenis, de l’Atlas blidéen, le Titteri et les massifs du Djurdjura en Kabylie. La bordure littorale est dominée par une grande dépression formant la plaine alluviale de la Mitidja et le Sahel algérois[7],[8].

Il englobe également la moyenne vallée du Chelif. Les montagnes sont humides et boisées, fraîches en été et enneigées en hiver, s'opposent au littoral, dont le climat est très doux, et aux plaines, plus sèches et mal drainées en hiver, qui sont des riches régions agricoles[6].

Région Est[modifier | modifier le code]

Massif de Collo

Le Tell oriental est dominé par les montagnes, ne laissant qu'une place très réduite à de petites plaines littorales (Bejaia, Djidjelli, Skikda, Annaba) ou à des bassins intérieurs[6]. C'est la région, la plus densément montagneuse de toute l'Algérie, et la plus humide. Des forêts de cèdres occupent les plus hauts sommets, et la futaie de chênes-lièges couvre les pentes des montagnes[6].

La petite Kabylie couvre une partie de la région, elle est constituée du Bassin de l'oued Sahel et de deux chaines montagneuses : la chaine des Babor et la chaine des Bibans. Les deux chaines se prolongent, par le massif de Collo, les monts de Constantine et l'Edough[6] qui côtoient les bassins de Constantine et de Guelma.

La côte est accidentée et présente plusieurs ports. Elle est constituée de trois golfes : golfe de Béjaïa ; golfe de Skikda et golfe d'Annaba. Les principaux cours d'eau sont : l'Oued-el-Kebir, la Seybouse, le Soummam et l’Oued Safsaf[9].

Extrême Est (Nord-Ouest tunisien)[modifier | modifier le code]

Le Nord-Ouest tunisien compose la partie la plus orientale du Tell algéro-tunisien. Les derniers plis des montagnes du Tell sur la frontière tunisienne sont les monts de la Medjerda et les monts de Kroumirie[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jacques/Jawhar Vignet-Zunz, Sociétés de montagnes méditerranéennes : Ouarsenis (Algérie), Jabal Al-Akhdar (Libye), Rif (Maroc), Éditions L'Harmattan, (ISBN 978-2-14-003169-4, lire en ligne), p. 16-17
  2. a et b Etude parue au JO 21/10/2010.
  3. a b c et d Aziz Belkhatir, « Villes et territoires en Algérie », Méditerranée, vol. 91, no 1,‎ , p. 75 (DOI 10.3406/medit.1999.3089, lire en ligne, consulté le 25 octobre 2020)
  4. Encyclopædia Universalis, « TELL ALGÉRIEN », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 31 octobre 2020)
  5. Mohamed Berrayah, Analyse de la dynamique des systèmes et approche d'aménagement intégrée en zones de la montagne - Cas des montagnes des Trara (wilaya de Tlemcen), Université de Tlemcen.
  6. a b c d et e Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - Algérie : géographie physique », sur www.larousse.fr (consulté le 27 octobre 2020)
  7. Présentation de l'Algérie sur le site du FAO.
  8. Géographie militaire - Algérie et Tunisie - 2e édition - 1890, chapitre : région du centre (Province d'Alger).
  9. a et b GÉOGRAPHIE MILITAIRE - ALGÉRIE et TUNISIE - 2e édition - 1890, chapitre : RÉGION DE L’EST (PROVINCE DE CONSTANTINE.).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]