Kroumirie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

36° 35′ 00″ N 8° 25′ 00″ E / 36.5833, 8.41667

Paysage de Kroumirie (Tunisie)

La Kroumirie ou Khroumirie (جبال خمير) est une région montagneuse de l'Atlas qui couvre en partie les gouvernorats tunisiens de Jendouba et de Béja, la wilaya d'El Tarf (Algérie) ainsi que, pour une part infime, le gouvernorat de Bizerte.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Elle tire son nom des Kroumirs, une confédération berbère qui vivait dans la région et rassemblait plusieurs tribus : Ouchtata, M'rassen, Khezara, Ouled Soltan, Chiachia, Selloul, Atatfa, Debabsa, Ouled Amer, Mekna, Nefzi, Fatnassa, Hedhil, Amdouni, etc. Les tribus du côté algérien se sont dispersées et séparées pendant la colonisation française.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est délimitée au nord par la mer Méditerranée, au sud par le cours de la Medjerda, à l'ouest par la région d'El Kala dans la wilaya algérienne d'El Tarf et à l'est par la région de Sejnane dans le gouvernorat de Bizerte.

La région est couverte de forêts extensives de chênes-lièges et de chênes zéens. Elle compte deux parcs nationaux où la faune, la flore et le milieu naturel sont protégés : le parc national d'El Feija dans le gouvernorat de Jendouba et le parc national d'El-Kala dans la wilaya d'El Tarf.

C'est l'une des régions les plus humides d'Afrique du Nord avec une pluviométrie de 1 000 à 1 500 millimètres par an[1].

Économie[modifier | modifier le code]

Les organismes de développement de Tunisie font la promotion du tourisme de randonnée en raison de sa richesse botanique et biologique ainsi que du thermalisme. Les villes de Sejnane (dans le massif voisin des Mogods qui s'étend entre les gouvernorats de Béja et de Bizerte), d'Aïn Draham ou de Beni M'Tir figurent parmi les pôles de ce développement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Roger Genoud, L'évolution de l'économie tunisienne, éd. Faculté des sciences économiques et sociales de l'Université de Genève, Genève, 1965, p. 17