Saint-Morillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Morillon
La mairie (août 2015).
La mairie (août 2015).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Canton La Brède
Intercommunalité Communauté de communes de Montesquieu
Maire
Mandat
Jean-Michel Benesse
2014-2020
Code postal 33650
Code commune 33454
Démographie
Gentilé Saint-Morillonais
Population
municipale
1 606 hab. (2014 en augmentation de 9,33 % par rapport à 2009)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 02″ nord, 0° 30′ 05″ ouest
Altitude Min. 15 m
Max. 67 m
Superficie 20,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Morillon

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Saint-Morillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Morillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Morillon
Liens
Site web saint-morillon.fr/

Saint-Morillon est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le vignoble des Graves, sur le Gat mort.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont La Brède au nord, Saint-Selve à l'est, Saint-Michel-de-Rieufret au sud-est, Landiras à l'extrême sud-est sur environ 500 mètres, Cabanac-et-Villagrains au sud et Saucats à l'ouest.

Communes limitrophes de Saint-Morillon[1]
La Brède
Saucats Saint-Morillon[1] Saint-Selve
Cabanac-et-Villagrains Saint-Michel-de-Rieufret
Landiras

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient du nom de l’évêque d’Angers Maurille (423-453), en latin Maurilius[2].

Le nom gascon de la commune est Sent Maurilhon.

Histoire[modifier | modifier le code]

A l’aube du XVe siècle, le village est coupé en deux, non seulement par le ruisseau du Gat Mort – ou Gua Mort -, mais aussi par deux seigneuries qui s’octroient une rive chacune

  • la rive gauche acquise depuis toujours à la baronnie de La Brède,
  • la rive droite rattachée avec huit autres paroisses à la prévôté de Barsac.

C’est Montesquieu qui, en 1746, achète la partie de Barsac pour l’intégrer à sa baronnie, réalisant ainsi l’unité du village.

Jeanne de Lestonnac, canonisée en 1949, y effectue plusieurs séjours. Née en 1540, cette nièce de Michel de Montaigne est l’épouse du seigneur de Montferrand, baron de Landiras. À la mort de celui-ci, elle reprend son nom de jeune fille. Depuis la maison noble de Lusié, bâtie sur une rive du Gat Mort – et dont il reste aujourd’hui les vestiges de l’ancien moulin -, elle organise la fondation d’un ordre de religieuses chargées de l’éducation des jeunes filles, la compagnie des religieuses de Notre Dame. Elle meurt à Bordeaux en 1640.

En 1789, les habitants de la commune assistent aux violences de la Révolution :

  • la vente des biens de leur église et de deux familles locales importantes,
  • l’exécution du marquis de Lajararte, propriétaire du Domaine de Bel Air.
  • La paroisse Saint-Morillon forme la commune de Saint-Morillon[3].

Pour plus d'information sur la situation de la commune au XVIIIe siècle, voir l'ouvrage de Jacques Baurein[4].

Au XIXe et XXe siècle, la commune mène une vie essentiellement rurale, basée sur l’exploitation de la vigne et de la forêt.

Au début du XXe siècle, la commune avait donné à ses rues et places les noms des héros de la Guerre des Boers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
 ?  ? Alexandre Desbarrats    
 ?  ? André Boyreau    
 ?  ? Paul Boyreau    
 ?  ? Jean Depiot    
 ? mars 2001 Brigitte Videau    
mars 2001 mars 2014 Danielle Secco PS  
mars 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Jean-Michel Benesse[5] DVG Retraité Fonction publique

Aux élections municipales de 2014, les résultats ont été :

  • Liste Jean-Michel Benesse = 57,43%
  • Liste Danielle Secco = 42,57%

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Saint-Morillonais[6].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2014, la commune comptait 1 606 habitants[Note 1], en augmentation de 9,33 % par rapport à 2009 (Gironde : +6,37 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
731 661 722 689 791 776 793 820 829
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
857 919 940 880 862 814 805 793 742
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
738 736 694 576 545 544 499 435 508
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
539 507 566 722 846 1 083 1 318 1 517 1 606
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Véritable icone de la vie nocture saint-morillonnaise. Ce jeune prodige est capable d'enchainer les levées de coude plus rapidement que Rick ne tue de zombies.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Morillon sur Géoportail, consulté le 20 août 2015.
  2. Saint-Morillon sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 20 août 2015.
  3. Historique des communes, p. 57, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 20 août 2015.
  4. Jacques Baurein, Variétés Bordeloises, t. 3, Bordeaux, , 2e éd. (1re éd. 1786) (lire en ligne), article 5.IV, pages 38-48
  5. Commune de Saint-Morillon sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 25 septembre 2012.
  6. Nom des habitants de la commune sur le site Habitants.fr, consulté le 20 août 2015.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  11. « Notice MH de l'église Saint-Morillon », notice no PA00083792, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Notice MH du château de Bel-Air », notice no PA00083791, base Mérimée, ministère français de la Culture