Saint-Pal-de-Chalencon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pal, Pal et Chalencon.

Saint-Pal-de-Chalencon
Saint-Pal-de-Chalencon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Yssingeaux
Canton Plateau du Haut-Velay granitique
Intercommunalité Communauté de communes Marches du Velay-Rochebaron
Maire
Mandat
Pierre Brun
2014-2020
Code postal 43500
Code commune 43212
Démographie
Population
municipale
1 016 hab. (2017 en diminution de 1,07 % par rapport à 2012)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 21′ 27″ nord, 3° 57′ 27″ est
Altitude Min. 700 m
Max. 978 m
Superficie 28,95 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Pal-de-Chalencon
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Pal-de-Chalencon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pal-de-Chalencon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pal-de-Chalencon

Saint-Pal-de-Chalencon est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est labellisée"Petite cité de caractère" depuis décembre 2018.

La commune est jumelée avec la commune Italienne de Belvedere Ostrense dans la région des Marches.

Géographie[modifier | modifier le code]

Perchée au sommet d’un éperon rocheux, St-Pal-de-Chalencon se situe au sud des Monts du Forez, au cœur de la Vallée de l’Ance, à 887 m d’altitude, à mi-chemin entre Le Puy-en-Velay et Saint-Étienne.

On trouve à proximité les communes de Haute-Loire : Craponne-sur-Arzon, Tiranges, Boisset, Saint-André-de-Chalencon où siégeaient les seigneurs de Chalencon dont la ville dépend.

Les hameaux[modifier | modifier le code]

De nombreux hameaux sont rattachés à cette commune : Bost-Buisson, le Grangeon, le Pontrenard, la Fleur, Cossanges, Brandy-Haut, Epinassolles, Malbost, Brandy-Bas, le Moulin du Sap, le Sap, la Montzie, les Gouttes, Boisset-Haut, Boisset-Bas, Ricou, Pansier, Bois de Montclair, Méalet, les Garays, Combreaux, Bouffelaure, Montchany, le Vialaron, le Villard, Trespeyres, Châturanges, les Grenouilloux, le Bouchet, Montalet, Conches, Pieyres, l'Étang, Lavaur, la Grenouille, Blaise, le Betz, le Breyre, Tanlas.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au sud du village de Trespeyres, se trouve un lieu-dit le Chier Gros : il s’agit en nord-occitan d’une grosse pierre, dont la légende dit qu’elle s’ouvre les soirs de Noël, à minuit, et qu’on peut alors voir un trésor[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La maison de Chalencon est une famille féodale originaire du Velay, attestée dès 1179 en la personne de Bertrand de Chalencon. Selon Régis Valette, sa filiation est suivie depuis 12051. Sa branche ainée prit le nom de Polignac après 1349, devenant ainsi la seconde maison de Polignac.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Montalet[2],[3].

Une des branches cadettes de la famille a accédé en 1949 au trône de Monaco, sous le nom de maison Grimaldi, en la personne du prince souverain Rainier III (1923-2005), fils de Pierre de Polignac (1895-1964) et de Charlotte de Monaco (1898-1977), fille naturelle du prince souverain Louis II de Monaco (1870-1949), issu de la famille de Gouyon. La maison de Polignac conserve le trône monégasque en la personne du prince souverain Albert II de Monaco (né en 1958), fils de Rainier III.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Pal-de-Chalencon Blason Écartelé d’or et de gueules ; à la bordure de sable chargée de huit fleurs de lis d’or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cité médiévale, Saint-Pal-de-Chalencon possède plusieurs croix sculptées : calvaire du Lurou au hameau de « Boisset-Haut » (classée), croix monumentale de Trespeyres (XVe siècle), croix inscrite à l’inventaire des monuments historiques, à double face sculptée aux hameaux de .Cossanges et Bost-Buisson (XVIe), croix maltée au hameau du Villard, chapelle de Lorette.

Au village, l’enceinte fortifiée du bourg conserve encore quelques tours et trois portes (dont deux classés et une inscrite), vieilles maisons à tourelles dans le bourg ou avec fenêtres à meneaux mais aussi maison d’assemblée, four à pain du hameau de Combreaux.

Sports[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1812 1840 Jean Joseph Gabriel Martin
(1782-1852)
  Homme de loi, Notaire
1846 1848     Homme de loi, Notaire
? ? Hilaire Clément Alphonse Martin
(1817-1874) (fils du précédent)
  Notaire
mars 2001 mars 2008 Louis Petiot    
mars 2008 mars 2014 Pierre Dantony    
mars 2014 En cours Pierre Brun DVD  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2017, la commune comptait 1 016 habitants[Note 1], en diminution de 1,07 % par rapport à 2012 (Haute-Loire : +0,71 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0482 1672 3382 1922 4162 4002 4672 5162 485
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3552 5412 4742 2222 2862 1542 2532 2772 322
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1562 1262 0701 7431 7231 6351 5191 4541 368
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 3011 2061 0391 0431 0291 0461 0181 0141 009
2013 2017 - - - - - - -
1 0301 016-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Maurice Monier (1952), prélat et canoniste, pro-doyen de la Rote romaine, y est né.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 193), , 1869 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne)., p. 79, notice 1533
  2. Saint-Pal-de-Chalencon sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 20 juillet 2012.
  3. Roger Darcissac, Une municipalité sous la Terreur, Montalet, ci-devant Saint-Pal-en-Chalencon : in Cahiers de la Haute-Loire 1979, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, (lire en ligne)
  4. Route en lacets située sur les communes d'Apinac, Saint-Pal-de-Chalencon et Merle-Leignec
  5. Historique de la montée de Cacharat
  6. Montée Historique de Cacharat
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :