Château de Binans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Binans
Image illustrative de l’article Château de Binans
Type Château fort
Propriétaire initial sires de Binans
Destination initiale Résidence seigneuriale
Coordonnées 46° 37′ 25″ nord, 5° 39′ 42″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Blason département fr Jura.svg Jura
Commune Publy

Géolocalisation sur la carte : Jura

(Voir situation sur carte : Jura)
Château de Binans

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Bourgogne-Franche-Comté)
Château de Binans

Le château de Binans est situé sur la commune de Publy dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Historique[modifier | modifier le code]

Perchées à 634 m d'altitude au sommet d’une montagne de la Côte de l'Heute, les ruines du château dominant la vallée de l’Ain et les premiers plateaux des basses chaînes du Jura, sont situées sur la commune de Publy en surplomb du hameau de Binans.

Le 1er seigneur connu de ces terres est Roland de Binans issu de la famille de Coligny vivant en 1147[2].

La Seigneurie de Binans (Bynan, Bignant ou Binant) qualifiée de baronnie, comprenait à l’origine le château et la ville de ce nom, ainsi que les bourgs de Blye, Nogna, Poitte, Verges, Publy, et Briod[3].

La date de l’édification de la place forte n’est pas connue exactement (XIIe siècle ?)[4]. Elle était défendue de murs et tours, puis de fossés creusés dans le roc vif avec accès par pont levis. Le donjon de forme carrée était imposant. Une chapelle dédiée à Notre Dame et à saint Jean-Baptiste occupait le premier étage d’une des tours. Une citerne circulaire recevait l’eau des toits du château[5].

La forteresse fut démantelée en 1668 par ordre de Louis XIV, mais le célèbre capitaine Claude Prost dit Lacuzon put en occuper les ruines en 1671 avant de se replier sur les châteaux de Saint-Laurent et Montaigu.

  • Le pouvoir des comtes de Bourgogne au XIIIe siècle, Marie-Thérèse Allemand-Gay (1988)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]