Psaume 117 (116)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le psaume 117 (116 selon la numérotation grecque) est le psaume le plus court du livre des psaumes, avec seulement deux versets. Il fait partie du Hallel, car il commence par le cri de louange Alléluia, et le tétragramme יהוה (Yahvé) se retrouve en début et fin de psaume. Par ailleurs, le premier verset est cité dans le Nouveau Testament[1].

Texte[modifier | modifier le code]

verset original hébreu[2] traduction française de Louis Segond[3] Vulgate[4] latine
1 הַלְלוּ אֶת-יְהוָה, כָּל-גּוֹיִם; שַׁבְּחוּהוּ, כָּל-הָאֻמִּים Louez l’Éternel, vous toutes les nations, célébrez-le, vous tous les peuples ! Alleluia laudate Dominum omnes gentes laudate eum omnes populi
2 כִּי גָבַר עָלֵינוּ, חַסְדּוֹ-- וֶאֱמֶת-יְהוָה לְעוֹלָם:הַלְלוּ-יָהּ Car sa bonté pour nous est grande, et sa fidélité dure à toujours. Louez l’Éternel ! Quoniam confirmata est super nos misericordia eius et veritas Domini manet in saeculum

Thème du psaume[modifier | modifier le code]

Il est question de la louange de l'Éternel par tous les peuples. Le second verset exprime la raison du premier verset : la bonté de l'Éternel a été expérimentée dans le passé, et sa fidélité durera toujours. Si l'on prend en considération tout le livre des psaumes, on voit que ce psaume vient résumer et conclure tous les psaumes du hallel, et même tous les psaumes précédents depuis le psaume 107, car ils invitent Israël et toutes les nations à louer l'Éternel.

Usages liturgiques[modifier | modifier le code]

Dans le judaïsme[modifier | modifier le code]

Comme le psaume 117 fait partie du hallel, il est lu en entier les jours de récitation du hallel[5].

Dans le christianisme[modifier | modifier le code]

Chez les catholiques[modifier | modifier le code]

Dans la règle de saint Benoît, ce psaume était attribué à l'office de vêpres du lundi. Si saint Benoît de Nursie composait généralement son office de vêpres de quatre psaumes, en raison de la brièveté de celui-ci, il y ajouta un autre psaume[6],[7].

Cependant, le psaume 117 est actuellement lu dans la liturgie des Heures chaque samedi des première et troisième[8] semaines, aux laudes.

Mise en musique[modifier | modifier le code]

Le psaume 117 a été de nombreuses fois mis en musique sous son nom latin, Laudate Dominum. Dans la période classique, des compositeurs tels que William Byrd[9],Michel-Richard de Lalande[10] ou Mozart[11], pour les Vêpres solennelles d'un Confesseur (K.339), ont composé pour ce psaume. Plus récemment, la communauté de Taizé a proposé un arrangement très populaire[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir l'épître de saint Paul aux Romains, ch. 15, v. 11.
  2. L’original hébreu provient du site Sefarim, du grand rabbinat de France.
  3. La traduction de Louis Segond est disponible sur Wikisource, de même que d'autres traductions de la Bible en français.
  4. La traduction de la Vulgate est disponible sur le Wikisource latin.
  5. D’après le Complete Artscroll Siddur, compilation des prières juives.
  6. Règle de saint Benoît, traduction de Prosper Guéranger, p. 47, Abbaye Saint-Pierre de Solesmes, réimpression 2007
  7. Psautier latin-français du bréviaire monastique, p. 498 - 499, 1938/2003
  8. Le cycle principal des prières liturgiques se déroule sur quatre semaines.
  9. Le site ChoralWiki propose une version Midi et les partitions.
  10. http://www.bibliotheques.versailles.fr/simclient/Integration/FONDS_ANCIEN/DossiersDoc/voirDossManuscrit.asp?INSTANCE=DOSSIERSDOCS_VERSAILLES&DOSS=BKDD_BMVMsmus_000002_MSMUS14 p.46
  11. Le site ChoralWiki propose une version Midi et les partitions.
  12. Le site de la communauté propose une version Midi et les partitions.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nombreux sont les auteurs qui ont commenté les psaumes. Voici quelques ouvrages parmi les plus connus, classés par ordre chronologique :

Liens externes[modifier | modifier le code]