Psaume 132 (131)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le psaume 132 est attribué à David.

Texte[modifier | modifier le code]

verset original hébreu [1] traduction française de Louis Segond[2] Vulgate[3] latine
1 שִׁיר, הַמַּעֲלוֹת:זְכוֹר-יְהוָה לְדָוִד-- אֵת, כָּל-עֻנּוֹתוֹ [Cantique des degrés.] Éternel, souviens-toi de David, de toutes ses peines ! [Canticum graduum] Memento Domine David et omnis mansuetudinis eius
2 אֲשֶׁר נִשְׁבַּע, לַיהוָה; נָדַר, לַאֲבִיר יַעֲקֹב Il jura à l’Éternel, il fit ce vœu au puissant de Jacob : Sicut iuravit Domino votum vovit Deo Iacob
3 אִם-אָבֹא, בְּאֹהֶל בֵּיתִי; אִם-אֶעֱלֶה, עַל-עֶרֶשׂ יְצוּעָי Je n’entrerai pas dans la tente où j’habite, je ne monterai pas sur le lit où je repose, Si introiero in tabernaculum domus meae si ascendero in lectum strati mei
4 אִם אֶתֵּן שְׁנַת לְעֵינָי; לְעַפְעַפַּי תְּנוּמָה je ne donnerai ni sommeil à mes yeux, ni assoupissement à mes paupières. Si dedero somnum oculis meis et palpebris meis dormitationem
5 עַד-אֶמְצָא מָקוֹם, לַיהוָה; מִשְׁכָּנוֹת, לַאֲבִיר יַעֲקֹב Jusqu’à ce que j’aie trouvé un lieu pour l’Éternel, une demeure pour le puissant de Jacob. Et requiem temporibus meis donec inveniam locum Domino tabernaculum Deo Iacob
6 הִנֵּה-שְׁמַעֲנוּהָ בְאֶפְרָתָה; מְצָאנוּהָ, בִּשְׂדֵי-יָעַר Voici, nous en entendîmes parler à Éphrata, nous la trouvâmes dans les champs de Jaar... Ecce audivimus eam in Efrata invenimus eam in campis silvae
7 נָבוֹאָה לְמִשְׁכְּנוֹתָיו; נִשְׁתַּחֲוֶה, לַהֲדֹם רַגְלָיו Allons à sa demeure, prosternons-nous devant son marchepied !... Introibimus in tabernacula eius adorabimus in loco ubi steterunt pedes eius
8 קוּמָה יְהוָה, לִמְנוּחָתֶךָ: אַתָּה, וַאֲרוֹן עֻזֶּךָ Lève-toi, Éternel, viens à ton lieu de repos, toi et l’arche de ta majesté ! Surge Domine in requiem tuam tu et arca sanctificationis tuae
9 כֹּהֲנֶיךָ יִלְבְּשׁוּ-צֶדֶק; וַחֲסִידֶיךָ יְרַנֵּנוּ Que tes sacrificateurs soient revêtus de justice, et que tes fidèles poussent des cris de joie ! Sacerdotes tui induentur iustitia et sancti tui exultabunt
10 בַּעֲבוּר, דָּוִד עַבְדֶּךָ-- אַל-תָּשֵׁב, פְּנֵי מְשִׁיחֶךָ À cause de David, ton serviteur, ne repousse pas ton oint ! Propter David servum tuum non avertas faciem christi tui
11 נִשְׁבַּע-יְהוָה, לְדָוִד אֱמֶת-- לֹא-יָשׁוּב מִמֶּנָּה:מִפְּרִי בִטְנְךָ-- אָשִׁית, לְכִסֵּא-לָךְ L’Éternel a juré la vérité à David, il n’en reviendra pas ; je mettrai sur ton trône un fruit de tes entrailles. Iuravit Dominus David veritatem et non frustrabit eum de fructu ventris tui ponam super sedem tuam
12 אִם-יִשְׁמְרוּ בָנֶיךָ, בְּרִיתִי-- וְעֵדֹתִי זוֹ, אֲלַמְּדֵם:גַּם-בְּנֵיהֶם עֲדֵי-עַד-- יֵשְׁבוּ, לְכִסֵּא-לָךְ Si tes fils observent mon alliance et mes préceptes que je leur enseigne, leurs fils aussi pour toujours seront assis sur ton trône. Si custodierint filii tui testamentum meum et testimonia mea haec quae docebo eos et filii eorum usque in saeculum sedebunt super sedem tuam
13 כִּי-בָחַר יְהוָה בְּצִיּוֹן; אִוָּהּ, לְמוֹשָׁב לוֹ Oui, l’Éternel a choisi Sion, il l’a désirée pour sa demeure : Quoniam elegit Dominus Sion elegit eam in habitationem sibi
14 זֹאת-מְנוּחָתִי עֲדֵי-עַד: פֹּה-אֵשֵׁב, כִּי אִוִּתִיהָ C’est mon lieu de repos à toujours ; j’y habiterai, car je l’ai désirée. Haec requies mea in saeculum saeculi hic habitabo quoniam elegi eam
15 צֵידָהּ, בָּרֵךְ אֲבָרֵךְ; אֶבְיוֹנֶיהָ, אַשְׂבִּיעַ לָחֶם Je bénirai sa nourriture, je rassasierai de pain ses indigents ; Viduam eius benedicens benedicam pauperes eius saturabo panibus
16 וְכֹהֲנֶיהָ, אַלְבִּישׁ יֶשַׁע; וַחֲסִידֶיהָ, רַנֵּן יְרַנֵּנוּ Je revêtirai de salut ses sacrificateurs, et ses fidèles pousseront des cris de joie. Sacerdotes eius induam salutari et sancti eius exultatione exultabunt
17 שָׁם אַצְמִיחַ קֶרֶן לְדָוִד; עָרַכְתִּי נֵר, לִמְשִׁיחִי Là j’élèverai la puissance de David, je préparerai une lampe à mon oint, Illic producam cornu David paravi lucernam christo meo
18 אוֹיְבָיו, אַלְבִּישׁ בֹּשֶׁת; וְעָלָיו, יָצִיץ נִזְרוֹ Je revêtirai de honte ses ennemis, et sur lui brillera sa couronne. Inimicos eius induam confusione super ipsum autem efflorebit sanctificatio mea

Usages liturgiques[modifier | modifier le code]

Dans le judaïsme[modifier | modifier le code]

Le psaume 132 est récité d’après la michna entre souccot et le shabbat qui précède la pâques juive. Les versets 8 à 10 du psaume sont inclus dans la prière qui accompagne le rangement de la Torah dans l’arche sainte. Enfin le verset 13 fait partie des Zemirot : il entre dans la composition de Yehi kevod[4].

Dans le christianisme[modifier | modifier le code]

Chez les catholiques[modifier | modifier le code]

Comme saint Benoît de Nursie attribuait essentiellement les derniers psaumes aux offices de vêpres, ce psaume 132 (131) était traditionnellement exécuté lors de la célébration de vêpres du mardi, selon la règle de saint Benoît, fixée vers 530[5],[6].

Au regard de la liturgie des Heures actuelle, le psaume 132 est différentement récité à l’office des lectures le samedi de la première semaine[7], et aux vêpres le jeudi de la troisième semaine. Il est séparé en deux parties. Dans la liturgie de la messe, il est lu pour la fête de l’assomption.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nombreux sont les auteurs qui ont commenté les psaumes. Voici quelques ouvrages parmi les plus connus, classés par ordre chronologique :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’original hébreu provient du site Sefarim, du grand rabbinat de France.
  2. La traduction de Louis Segond est disponible sur Wikisource, de même que d'autres traductions de la Bible en français.
  3. La traduction de la Vulgate est disponible sur le Wikisource latin.
  4. D’après le Complete Artscroll Siddur, compilation des prières juives.
  5. Règle de saint Benoît, traduction de Prosper Guéranger, p. 47, Abbaye Saint-Pierre de Solesmes
  6. Psautier latin-français du bréviaire monastique, p. 504, 1938/2003
  7. Le cycle principal des prières liturgiques se déroule sur quatre semaines.