Psaume 68 (67)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Représentation des guerres de religion : le pillage des églises de Lyon en 1562, par Antoine Caron.

Le psaume 68 (67 selon la numérotation grecque) Que Dieu se montre seulement ou Psaume des Batailles est un hymne d'action de grâce[1] évoquant comme une glorieuse épopée la succession d'événements significatifs de l'histoire du peuple d'Israël[2]. Il peut être regardé comme un résumé du second livre des Psaumes et son chef-d’œuvre[3].

Le texte biblique fut traduit en français par Théodore de Bèze dont Clément Marot en tira une version en vers en 1587[4], vite dotée d'une mélodie composée par Claude Goudimel, qui fut ensuite incorporée au Psautier de Genève et à ses différentes harmonisations[5],[6]. Durant les guerres de religions et la révolte des Camisards[7], c'est cette version qui fut reprise par les colonnes en marche des armées protestantes et acquit alors son surnom de « chant de guerre des huguenots ».

Texte[modifier | modifier le code]

verset original hébreu[8] traduction française de Louis Segond[9] Vulgate[10] latine
1 לַמְנַצֵּחַ לְדָוִד, מִזְמוֹר שִׁיר [Au chef des chantres. De David. Psaume. Cantique.] [in finem David psalmus cantici]
2 יָקוּם אֱלֹהִים, יָפוּצוּ אוֹיְבָיו; וְיָנוּסוּ מְשַׂנְאָיו, מִפָּנָיו Dieu se lève, ses ennemis se dispersent, et ses adversaires fuient devant sa face. Exsurgat Deus et dissipentur inimici eius et fugiant qui oderunt eum a facie eius
3 כְּהִנְדֹּף עָשָׁן, תִּנְדֹּף:כְּהִמֵּס דּוֹנַג, מִפְּנֵי-אֵשׁ-- יֹאבְדוּ רְשָׁעִים, מִפְּנֵי אֱלֹהִים Comme la fumée se dissipe, tu les dissipes ; comme la cire se fond au feu, les méchants disparaissent devant Dieu. Sicut deficit fumus deficiant sicut fluit cera a facie ignis sic pereant peccatores a facie Dei
4 וְצַדִּיקִים—יִשְׂמְחוּ יַעַלְצוּ, לִפְנֵי אֱלֹהִים; וְיָשִׂישׂוּ בְשִׂמְחָה Mais les justes se réjouissent, ils triomphent devant Dieu, ils ont des transports d’allégresse. Et iusti epulentur exultent in conspectu Dei delectentur in laetitia
5 שִׁירוּ, לֵאלֹהִים—זַמְּרוּ שְׁמוֹ:סֹלּוּ, לָרֹכֵב בָּעֲרָבוֹת--בְּיָהּ שְׁמוֹ; וְעִלְזוּ לְפָנָיו Chantez à Dieu, célébrez son nom ! Frayez le chemin à celui qui s’avance à travers les plaines ! L’Éternel est son nom : réjouissez-vous devant lui ! Cantate Deo psalmum dicite nomini eius iter facite ei qui ascendit super occasum Dominus nomen illi et exultate in conspectu eius turbabuntur a facie eius
6 אֲבִי יְתוֹמִים, וְדַיַּן אַלְמָנוֹת-- אֱלֹהִים, בִּמְעוֹן קָדְשׁוֹ Le père des orphelins, le défenseur des veuves, c’est Dieu dans sa demeure sainte. Patris orfanorum et iudicis viduarum Deus in loco sancto suo
7 אֱלֹהִים, מוֹשִׁיב יְחִידִים בַּיְתָה-- מוֹצִיא אֲסִירִים, בַּכּוֹשָׁרוֹת;אַךְ סוֹרְרִים, שָׁכְנוּ צְחִיחָה Dieu donne une famille à ceux qui étaient abandonnés, il délivre les captifs et les rend heureux ; les rebelles seuls habitent des lieux arides. Deus inhabitare facit unius moris in domo qui educit vinctos in fortitudine similiter eos qui exasperant qui habitant in sepulchris
8 אֱלֹהִים—בְּצֵאתְךָ, לִפְנֵי עַמֶּךָ; בְּצַעְדְּךָ בִישִׁימוֹן סֶלָה Ô Dieu ! quand tu sortis à la tête de ton peuple, quand tu marchais dans le désert, [Pause] Deus cum egredereris in conspectu populi tui cum pertransieris in deserto [diapsalma]
9 אֶרֶץ רָעָשָׁה, אַף-שָׁמַיִם נָטְפוּ-- מִפְּנֵי אֱלֹהִים:זֶה סִינַי-- מִפְּנֵי אֱלֹהִים, אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל La terre trembla, les cieux se fondirent devant Dieu, le Sinaï s’ébranla devant Dieu, le Dieu d’Israël. Terra mota est etenim caeli distillaverunt a facie Dei Sinai a facie Dei Israhel
10 גֶּשֶׁם נְדָבוֹת, תָּנִיף אֱלֹהִים; נַחֲלָתְךָ וְנִלְאָה, אַתָּה כוֹנַנְתָּהּ Tu fis tomber une pluie bienfaisante, ô Dieu ! Tu fortifias ton héritage épuisé. Pluviam voluntariam segregabis Deus hereditati tuae et infirmata est tu vero perfecisti eam
11 חַיָּתְךָ יָשְׁבוּ-בָהּ; תָּכִין בְּטוֹבָתְךָ לֶעָנִי אֱלֹהִים Ton peuple établit sa demeure dans le pays que par ta bonté, ô Dieu ! tu avais préparé pour les malheureux. Animalia tua habitant in ea parasti in dulcedine tua pauperi Deus
12 אֲדֹנָי יִתֶּן-אֹמֶר; הַמְבַשְּׂרוֹת, צָבָא רָב Le Seigneur dit une parole, et les messagères de bonnes nouvelles sont une grande armée : Dominus dabit verbum evangelizantibus virtute multa
13 מַלְכֵי צְבָאוֹת, יִדֹּדוּן יִדֹּדוּן; וּנְוַת-בַּיִת, תְּחַלֵּק שָׁלָל Les rois des armées fuient, fuient, et celle qui reste à la maison partage le butin. Rex virtutum dilecti dilecti ; et speciei domus dividere spolia
14 אִם-תִּשְׁכְּבוּן, בֵּין שְׁפַתָּיִם:כַּנְפֵי יוֹנָה, נֶחְפָּה בַכֶּסֶף; וְאֶבְרוֹתֶיהָ, בִּירַקְרַק חָרוּץ Tandis que vous reposez au milieu des étables, les ailes de la colombe sont couvertes d’argent, et son plumage est d’un jaune d’or. Si dormiatis inter medios cleros pinnae columbae deargentatae et posteriora dorsi eius in pallore auri
15 בְּפָרֵשׂ שַׁדַּי מְלָכִים בָּהּ-- תַּשְׁלֵג בְּצַלְמוֹן Lorsque le Tout-Puissant dispersa les rois dans le pays, la terre devint blanche comme la neige du Tsalmon. Dum discernit Caelestis reges super eam nive dealbabuntur in Selmon
16 הַר-אֱלֹהִים הַר-בָּשָׁן: הַר גַּבְנֻנִּים, הַר-בָּשָׁן Montagnes de Dieu, montagnes de Basan, montagnes aux cimes nombreuses, montagnes de Basan, Mons Dei mons pinguis mons coagulatus mons pinguis
17 לָמָּה, תְּרַצְּדוּן-- הָרִים גַּבְנֻנִּים:הָהָר--חָמַד אֱלֹהִים לְשִׁבְתּוֹ; אַף-יְהוָה, יִשְׁכֹּן לָנֶצַח Pourquoi, montagnes aux cimes nombreuses, avez-vous de l’envie contre la montagne que Dieu a voulue pour résidence ? L’Éternel n’en fera pas moins sa demeure à perpétuité. Ut quid suspicamini montes coagulatos mons in quo beneplacitum est Deo habitare in eo etenim Dominus habitabit in finem
18 רֶכֶב אֱלֹהִים, רִבֹּתַיִם אַלְפֵי שִׁנְאָן; אֲדֹנָי בָם, סִינַי בַּקֹּדֶשׁ Les chars de l’Éternel se comptent par vingt mille, par milliers et par milliers ; le Seigneur est au milieu d’eux, le Sinaï est dans le sanctuaire. Currus Dei decem milibus multiplex milia laetantium Dominus in eis in Sina in sancto
19 עָלִיתָ לַמָּרוֹם, שָׁבִיתָ שֶּׁבִי-- לָקַחְתָּ מַתָּנוֹת, בָּאָדָם;וְאַף סוֹרְרִים, לִשְׁכֹּן יָהּ אֱלֹהִים Tu es monté dans les hauteurs, tu as emmené des captifs, tu as pris en don des hommes ; les rebelles habiteront aussi près de l’Éternel Dieu. Ascendisti in altum cepisti captivitatem accepisti dona in hominibus etenim non credentes inhabitare Dominum Deus
20 בָּרוּךְ אֲדֹנָי, יוֹם יוֹם: יַעֲמָס-לָנוּ--הָאֵל יְשׁוּעָתֵנוּ סֶלָה Béni soit le Seigneur chaque jour ! Quand on nous accable, Dieu nous délivre. [Pause] Benedictus Dominus die cotidie prosperum iter faciet nobis Deus salutarium nostrorum [diapsalma]
21 הָאֵל לָנוּ, אֵל לְמוֹשָׁעוֹת: וְלֵיהוִה אֲדֹנָי--לַמָּוֶת, תֹּצָאוֹת Dieu est pour nous le Dieu des délivrances, et l’Éternel, le Seigneur, peut nous garantir de la mort. Deus noster Deus salvos faciendi et Domini Domini exitus mortis
22 אַךְ-אֱלֹהִים—יִמְחַץ, רֹאשׁ אֹיְבָיו: קָדְקֹד שֵׂעָר--מִתְהַלֵּךְ, בַּאֲשָׁמָיו Oui, Dieu brisera la tête de ses ennemis, le sommet de la tête de ceux qui vivent dans le péché. Verumtamen Deus confringet capita inimicorum suorum verticem capilli perambulantium in delictis suis
23 אָמַר אֲדֹנָי, מִבָּשָׁן אָשִׁיב; אָשִׁיב, מִמְּצֻלוֹת יָם Le Seigneur dit : Je les ramènerai de Basan, je les ramènerai du fond de la mer, Dixit Dominus ex Basan convertam convertam in profundis maris
24 לְמַעַן, תִּמְחַץ רַגְלְךָ--בְּדָם: לְשׁוֹן כְּלָבֶיךָ--מֵאֹיְבִים מִנֵּהוּ Afin que tu plonges ton pied dans le sang, et que la langue de tes chiens ait sa part des ennemis. Ut intinguatur pes tuus in sanguine lingua canum tuorum ex inimicis ab ipso
25 רָאוּ הֲלִיכוֹתֶיךָ אֱלֹהִים; הֲלִיכוֹת אֵלִי מַלְכִּי בַקֹּדֶשׁ Ils voient ta marche, ô Dieu ! La marche de mon Dieu, de mon roi, dans le sanctuaire. Viderunt ingressus tui Deus ingressus Dei mei regis mei qui est in sancto
26 קִדְּמוּ שָׁרִים, אַחַר נֹגְנִים; בְּתוֹךְ עֲלָמוֹת, תּוֹפֵפוֹת En tête vont les chanteurs, puis ceux qui jouent des instruments, au milieu de jeunes filles battant du tambourin. Praevenerunt principes coniuncti psallentibus in medio iuvencularum tympanistriarum
27 בְּמַקְהֵלוֹת, בָּרְכוּ אֱלֹהִים; אֲדֹנָי, מִמְּקוֹר יִשְׂרָאֵל Bénissez Dieu dans les assemblées, bénissez le Seigneur, descendants d’Israël ! In ecclesiis benedicite Deum Dominum de fontibus Israhel
28 שָׁם בִּנְיָמִן, צָעִיר רֹדֵם--שָׂרֵי יְהוּדָה, רִגְמָתָם; שָׂרֵי זְבֻלוּן, שָׂרֵי נַפְתָּלִי Là sont Benjamin, le plus jeune, qui domine sur eux, les chefs de Juda et leur troupe, les chefs de Zabulon, les chefs de Nephthali. Ibi Beniamin adulescentulus in mentis excessu principes Iuda duces eorum principes Zabulon principes Nepthali
29 צִוָּה אֱלֹהֶיךָ, עֻזֶּךָ: עוּזָּה אֱלֹהִים—זוּ, פָּעַלְתָּ לָּנוּ Ton Dieu ordonne que tu sois puissant ; affermis, ô Dieu, ce que tu as fait pour nous ! Manda Deus virtutem tuam confirma Deus hoc quod operatus es nobis
30 מֵהֵיכָלֶךָ, עַל-יְרוּשָׁלִָם-- לְךָ יוֹבִילוּ מְלָכִים שָׁי De ton temple tu règnes sur Jérusalem ; les rois t’apporteront des présents. A templo tuo in Hierusalem tibi adferent reges munera
31 גְּעַר חַיַּת קָנֶה, עֲדַת אַבִּירִים בְּעֶגְלֵי עַמִּים—מִתְרַפֵּס בְּרַצֵּי-כָסֶף;בִּזַּר עַמִּים, קְרָבוֹת יֶחְפָּצוּ Épouvante l’animal des roseaux, la troupe des taureaux avec les veaux des peuples, qui se prosternent avec des pièces d’argent ! Disperse les peuples qui prennent plaisir à combattre ! Increpa feras harundinis congregatio taurorum in vaccis populorum ut excludant eos qui probati sunt argento dissipa gentes quae bella volunt
32 יֶאֱתָיוּ חַשְׁמַנִּים, מִנִּי מִצְרָיִם; כּוּשׁ תָּרִיץ יָדָיו, לֵאלֹהִים Des grands viennent de l’Égypte ; l’Éthiopie accourt, les mains tendues vers Dieu. Venient legati ex Aegypto Aethiopia praeveniet manus eius Deo
33 מַמְלְכוֹת הָאָרֶץ, שִׁירוּ לֵאלֹהִים; זַמְּרוּ אֲדֹנָי סֶלָה Royaumes de la terre, chantez à Dieu, célébrez le Seigneur ! [Pause] Regna terrae cantate Deo psallite Domino [diapsalma] psallite Deo
34 לָרֹכֵב, בִּשְׁמֵי שְׁמֵי-קֶדֶם-- הֵן יִתֵּן בְּקוֹלוֹ, קוֹל עֹז Chantez à celui qui s’avance dans les cieux, les cieux éternels ! Voici, il fait entendre sa voix, sa voix puissante. Qui ascendit super caelum caeli ad orientem ecce dabit voci suae vocem virtutis
35 תְּנוּ עֹז, לֵאלֹהִים: עַל-יִשְׂרָאֵל גַּאֲוָתוֹ; וְעֻזּוֹ, בַּשְּׁחָקִים Rendez gloire à Dieu ! Sa majesté est sur Israël, et sa force dans les cieux. Date gloriam Deo super Israhel magnificentia eius et virtus eius in nubibus
36 נוֹרָא אֱלֹהִים, מִמִּקְדָּשֶׁיךָ:אֵל יִשְׂרָאֵל-- הוּא נֹתֵן עֹז וְתַעֲצֻמוֹת לָעָם;בָּרוּךְ אֱלֹהִים De ton sanctuaire, ô Dieu ! tu es redoutable. Le Dieu d’Israël donne à son peuple la force et la puissance. Béni soit Dieu ! Mirabilis Deus in sanctis suis Deus Israhel ipse dabit virtutem et fortitudinem plebi suae benedictus Deus

Mise en vers de Clément Marot[modifier | modifier le code]

Que Dieu se montre seulement, // Et l’on verra dans un moment // Abandonner la place.
Le camp des ennemis épars, // Épouvanté de toute part // Fuira devant sa face.

On verra tout ce camp s’enfuir, // Comme l’on voit s’évanouir // Une épaisse fumée.
Comme la cire fond au feu, // Ainsi des méchants, devant Dieu, // La force est consumée.

Mais, en présence du Seigneur, // Les justes chantent sa grandeur, // Et sa gloire immortelle.
Et dans la grande joie qu’ils ont // Qu’en fuite, les méchants s’en vont, // Ils sautent d’allégresse.

Justes chantez tout d’une voix // Au Dieu des dieux, au Roi des rois, // La louange immortelle.
Car par l’orage il est porté, // Son nom est plein de majesté, // L’Éternel il s’appelle !

Réjouissez-vous devant lui, // Il est pour la veuve un appui, // Pour l’orphelin le Père.
Lui, l’Unique, est notre recours, // Lui, qu’on adore chaque jour, // Siège en son sanctuaire !

Le Dieu puissant, par sa bonté, // Apporte la fécondité, // Rend la femme fertile.
Il sort le captif de ses fers, // Il se saisit de l’homme fier, // Le chasse hors de la ville !

Usages liturgiques[modifier | modifier le code]

Dans le judaïsme[modifier | modifier le code]

Le psaume 68 est récité à la fête de shavuot dans certaines traditions. Les versets 5 et 6 sont inclus dans les prières de maariv récitées le soir qui clôt le shabbat. Le verset 20 fait partie de la Uva letzion. Enfin, les versets 35 et 36 du psaume 68 se trouvent dans les zemirot.

Dans le christianisme[modifier | modifier le code]

Chez les catholiques[modifier | modifier le code]

Auprès des monastères, ce psaume était traditionnellement exécuté, depuis le haut Moyen Âge, lors de l'office de matines du mercredi[11],[12], d'après la distribution de la règle de saint Benoît fixée vers 530[13].

Au regard de la liturgie des Heures actuelle, le psaume 68 est récité ou chanté à l’office des lectures du mardi de la troisième semaine[14]. Il est lu aussi le 22e dimanche du temps ordinaire de l’année C dans le cycle trisannuel des messes dominicales.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. Gélineau, R. Schwab & R. Tournay, Psaumes in La Bible de Jérusalem, p. 865, Éditions du Cerf, Paris, 2005.
  2. J. Gélineau, R. Schwab & R. Tournay, Psaumes in La Bible de Jérusalem, p. 943, Éditions du Cerf, Paris, 2005.
  3. A. Chouraqui, La Bible, p. 1116, Desclée de Brouwer, Paris, 1985, ISBN 2-220-02550-0.
  4. C. Marot, Cinquante deux pseaumes de David, traduictz en rithme Françoyse selon la verité hebraique. Paris : Arnould L'Angelier, 1546.
  5. Le psaume 68 sur le psautier de Genève
  6. Le psaume des Batailles sur monarchomaque.org
  7. Musée du Désert
  8. L’original hébreu provient du site Sefarim, du grand rabbinat de France.
  9. La traduction de Louis Segond est disponible sur Wikisource, de même que d'autres traductions de la Bible en français.
  10. La traduction de la Vulgate est disponible sur le Wikisource latin.
  11. Psautier latin-français du bréviaire monastique, p. 239, 1938/2003
  12. http://www.abbaye-montdescats.fr/?page_id=1887
  13. Règle de saint Benoît, chapitre XVIII, traduction de Prosper Guéranger, p. 46, Abbaye Saint-Pierre de Solesmes, réimpression
  14. Le cycle principal des prières liturgiques se déroule sur quatre semaines.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nombreux sont les auteurs qui ont commenté les psaumes. Voici quelques ouvrages parmi les plus connus, classés par ordre chronologique :

Le psaume 68 est aussi étudié du point de vue de la chanson :

  • Bertrand Dicale, Les chansons qui ont tout changé, Fayard, Paris, juin 2011, EAN13 9782213662916.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • La lecture du psaume 68 (larges extraits) avec vidéo et habillage sonore par KTOTV
  • Un commentaire du psaume sur le site BibleEnLigne, avec les parties 1, 2 et 3.
  • le psaume des batailles en canon