Psaume 43 (42)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le psaume 43 (42 selon la numérotation grecque) est attribué à David comme la plupart des psaumes. Il constitue la suite de la supplication du psaume 42.

Texte[modifier | modifier le code]

verset original hébreu[1] traduction française de Louis Segond[2] Vulgate[3] latine
1 שָׁפְטֵנִי אֱלֹהִים, וְרִיבָה רִיבִי-- מִגּוֹי לֹא-חָסִיד;מֵאִישׁ מִרְמָה וְעַוְלָה תְפַלְּטֵנִי Rends-moi justice, ô Dieu, défends ma cause contre une nation infidèle ! Délivre-moi des hommes de fraude et d’iniquité ! [Psalmus David] Iudica me Deus et discerne causam meam de gente non sancta ab homine iniquo et doloso erue me
2 כִּי-אַתָּה, אֱלֹהֵי מָעוּזִּי-- לָמָה זְנַחְתָּנִי:לָמָּה-קֹדֵר אֶתְהַלֵּךְ, בְּלַחַץ אוֹיֵב Toi, mon Dieu protecteur, pourquoi me repousses-tu ? Pourquoi dois-je marcher dans la tristesse, sous l’oppression de l’ennemi ? Quia tu es Deus fortitudo mea quare me reppulisti quare tristis incedo dum adfligit me inimicus
3 שְׁלַח-אוֹרְךָ וַאֲמִתְּךָ, הֵמָּה יַנְחוּנִי;יְבִיאוּנִי אֶל-הַר-קָדְשְׁךָ, וְאֶל-מִשְׁכְּנוֹתֶיךָ Envoie ta lumière et ta fidélité ! Qu’elles me guident, qu’elles me conduisent à ta montagne sainte et à tes demeures ! Emitte lucem tuam et veritatem tuam ipsa me deduxerunt et adduxerunt in montem sanctum tuum et in tabernacula tua
4 וְאָבוֹאָה, אֶל-מִזְבַּח אֱלֹהִים-- אֶל-אֵל, שִׂמְחַת גִּילִי:וְאוֹדְךָ בְכִנּוֹר-- אֱלֹהִים אֱלֹהָי J’irai vers l’autel de Dieu, de Dieu, ma joie et mon allégresse, et je te célébrerai sur la harpe, ô Dieu, mon Dieu ! Et introibo ad altare Dei ad Deum qui laetificat iuventutem meam confitebor tibi in cithara Deus Deus meus
5 מַה-תִּשְׁתּוֹחֲחִי, נַפְשִׁי-- וּמַה-תֶּהֱמִי עָלָי:הוֹחִילִי לֵאלֹהִים, כִּי-עוֹד אוֹדֶנּוּ-- יְשׁוּעֹת פָּנַי, וֵאלֹהָי Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémis-tu au dedans de moi ? Espère en Dieu, car je le louerai encore ; il est mon salut et mon Dieu. Quare tristis es anima mea et quare conturbas me spera in Deum quoniam adhuc; confitebor illi salutare vultus mei et; Deus meus

Usages liturgiques[modifier | modifier le code]

Dans le judaïsme[modifier | modifier le code]

Dans le christianisme[modifier | modifier le code]

Chez les catholiques[modifier | modifier le code]

Ce psaume était traditionnellement exécuté, à partir de la règle de saint Benoît fixée vers 530, lors de l'office aux laudes du mardi, à la suite du psaume 50 (51)[4]. Selon sa valeur liturgique, saint Benoît de Nursie choisit particulièrement celui-ci pour la célébration solennelle de laudes (chapitre XIII)[5],[6].

Surtout, il s'agissait du psaume que le prêtre récitait avant d'accéder à l'autel afin de célébrer la messe[4].

Dans la liturgie des Heures actuelle, le psaume 43 est récité ou chanté encore aux laudes du mardi de la deuxième semaine[7].

Mise en musique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’original hébreu provient du site Sefarim, du grand rabbinat de France.
  2. La traduction de Louis Segond est disponible sur Wikisource, de même que d'autres traductions de la Bible en français.
  3. La traduction de la Vulgate est disponible sur le Wikisource latin.
  4. a et b Psautier latin-français du bréviaire monastique, p. 220, note : « Consolation dans la liturgie. C'est ce psaume que le prêtre récite avant de monter à l'autel pour la messe. Les sentiments variés de crainte, de désir et d'espérance qu'il exprime, conviennent bien à celui qui va célébrer de si augustes et si redoutables mystères. » 1938/2003
  5. Traduction par Prosper Guéranger, p. 41, Abbaye Saint-Pierre de Solesmes, réimpression 2007
  6. http://www.abbaye-montdescats.fr/?page_id=1887
  7. Le cycle principal des prières liturgiques se déroule sur quatre semaines.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Miniature illustrant le psaume 43, Complainte du Lévite exilé, dans Les Très Riches Heures du duc de Berry, musée Condé, ms.65, f.61v. David priant Dieu devant les tables de la loi pour la libération d'un prisonnier.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nombreux sont les auteurs qui ont commenté les psaumes. Voici quelques ouvrages parmi les plus connus, classés par ordre chronologique :

Lien externe[modifier | modifier le code]