Psaume 82 (81)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le psaume 82 (81 selon la numérotation grecque) fait partie du troisième recueil du livre des psaumes. Il traite à la fois le thème de la seigneurie de Dieu sur tous les dieux, les idoles des païens, et le thème de l'iniquité des juges.

Texte[modifier | modifier le code]

verset original hébreu[1] traduction française de Louis Segond[2] Vulgate[3] latine
1 מִזְמוֹר, לְאָסָף:אֱלֹהִים, נִצָּב בַּעֲדַת-אֵל; בְּקֶרֶב אֱלֹהִים יִשְׁפֹּט [Psaume d’Asaph.] Dieu se tient dans l’assemblée de Dieu ; il juge au milieu des dieux. [Psalmus Asaph] Deus stetit in synagoga deorum in medio autem Deus deiudicat
2 עַד-מָתַי תִּשְׁפְּטוּ-עָוֶל; וּפְנֵי רְשָׁעִים, תִּשְׂאוּ-סֶלָה Jusques à quand jugerez-vous avec iniquité, et aurez-vous égard à la personne des méchants ? [Pause] Usquequo iudicatis iniquitatem et facies peccatorum sumitis [diapsalma]
3 שִׁפְטוּ-דַל וְיָתוֹם; עָנִי וָרָשׁ הַצְדִּיקוּ Rendez justice au faible et à l’orphelin, faites droit au malheureux et au pauvre, Iudicate egenum et pupillum humilem et pauperem iustificate
4 פַּלְּטוּ-דַל וְאֶבְיוֹן; מִיַּד רְשָׁעִים הַצִּילוּ Sauvez le misérable et l’indigent, délivrez-les de la main des méchants. Eripite pauperem et egenum de manu peccatoris liberate
5 לֹא יָדְעוּ, וְלֹא יָבִינוּ-- בַּחֲשֵׁכָה יִתְהַלָּכוּ;יִמּוֹטוּ, כָּל-מוֹסְדֵי אָרֶץ Ils n’ont ni savoir ni intelligence, ils marchent dans les ténèbres ; tous les fondements de la terre sont ébranlés. Nescierunt neque intellexerunt in tenebris ambulant movebuntur omnia fundamenta terrae
6 אֲנִי-אָמַרְתִּי, אֱלֹהִים אַתֶּם; וּבְנֵי עֶלְיוֹן כֻּלְּכֶם J’avais dit : Vous êtes des dieux, vous êtes tous des fils du Très-Haut. Ego dixi dii estis et filii Excelsi omnes
7 אָכֵן, כְּאָדָם תְּמוּתוּן; וּכְאַחַד הַשָּׂרִים תִּפֹּלוּ Cependant vous mourrez comme des hommes, vous tomberez comme un prince quelconque. Vos autem sicut homines moriemini et sicut unus de principibus cadetis
8 קוּמָה אֱלֹהִים, שָׁפְטָה הָאָרֶץ: כִּי-אַתָּה תִנְחַל, בְּכָל-הַגּוֹיִם Lève-toi, ô Dieu, juge la terre ! Car toutes les nations t’appartiennent. Surge Deus iudica terram quoniam tu hereditabis in omnibus gentibus

Usages liturgiques[modifier | modifier le code]

Dans le judaïsme[modifier | modifier le code]

Le psaume 82 est récité le septième et dernier jour de la fête de souccot. Il est aussi récité le mardi, lors de la prière quotidienne du Shir shel yom. On retrouve le verset 1 du psaume dans le traité Pirke Avot et dans la mishna tamid[4].

Dans le christianisme[modifier | modifier le code]

Chez les catholiques[modifier | modifier le code]

Traditionnellement selon la règle de saint Benoît fixée vers 530[5], ce psaume était exécuté lors de la célébration de matines du jeudi[6],[7] auprès des monastères.

Dans la liturgie des Heures actuelle, le psaume 82 est chanté ou récité à l’office du milieu du jour le lundi de la quatrième[8] semaine.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le verset 6 du psaume a inspiré le titre du film Des Hommes et des dieux, de Xavier Beauvois, qui raconte la vie des moines de Tibhirine.

Mise en musique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’original hébreu provient du site Sefarim, du grand rabbinat de France.
  2. La traduction de Louis Segond est disponible sur Wikisource, de même que d'autres traductions de la Bible en français.
  3. La traduction de la Vulgate est disponible sur le Wikisource latin.
  4. D’après le Complete Artscroll Siddur, compilation des prières juives.
  5. Règle de saint Benoît, chapitre XVIII, traduction de Prosper Guéranger, p. 46, Abbaye Saint-Pierre de Solesmes, réimpression 2007
  6. Psautier latin-français du bréviaire monastique, p. 303, 1938/2003
  7. http://www.abbaye-montdescats.fr/?page_id=1887
  8. Le cycle principal des prières liturgiques se déroule sur quatre semaines.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nombreux sont les auteurs qui ont commenté les psaumes. Voici quelques ouvrages parmi les plus connus, classés par ordre chronologique :

Lien externe[modifier | modifier le code]