Psaume 36 (35)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vitrail de la porte d'entrée de l'église Saint Grégoire VII (Bündheim, Allemagne), illustrant le verset 9 du Psaume 36

Le psaume 36 (35 selon la numérotation grecque) est un psaume qui met en opposition la méchanceté du pêcheur et la bonté de Dieu.


Texte[modifier | modifier le code]

verset original hébreu[1] traduction française de Louis Segond[2] Vulgate[3] latine
1 א לַמְנַצֵּחַ לְעֶבֶד-יְהוָה לְדָוִד. Au chef des chantres. Du serviteur de l’Éternel, de David. in finem servo Domini David
2 ב נְאֻם-פֶּשַׁע לָרָשָׁע, בְּקֶרֶב לִבִּי; אֵין-פַּחַד אֱלֹהִים, לְנֶגֶד עֵינָיו. La parole impie du méchant est au fond de son cœur ; la crainte de Dieu n’est pas devant ses yeux. dixit iniustus ut delinquat in semet ipso non est timor Dei ante oculos eius
3 ג כִּי-הֶחֱלִיק אֵלָיו בְּעֵינָיו; לִמְצֹא עֲו‍ֹנוֹ לִשְׂנֹא. Car il se flatte à ses propres yeux, pour consommer son iniquité, pour assouvir sa haine. quoniam dolose egit in conspectu eius ut inveniatur iniquitas eius ad odium
4 ד דִּבְרֵי-פִיו, אָוֶן וּמִרְמָה; חָדַל לְהַשְׂכִּיל לְהֵיטִיב. Les paroles de sa bouche sont fausses et trompeuses ; il renonce à agir avec sagesse, à faire le bien. verba oris eius iniquitas et dolus noluit intellegere ut bene ageret
5 ה אָוֶן, יַחְשֹׁב--עַל-מִשְׁכָּבוֹ: יִתְיַצֵּב, עַל-דֶּרֶךְ לֹא-טוֹב; רָע, לֹא יִמְאָס. Il médite l’injustice sur sa couche, il se tient sur une voie qui n’est pas bonne, il ne repousse pas le mal. iniquitatem meditatus est in cubili suo adstetit omni viae non bonae malitiam autem non odivit
6 ו יְהוָה, בְּהַשָּׁמַיִם חַסְדֶּךָ; אֱמוּנָתְךָ, עַד-שְׁחָקִים. Éternel ! ta bonté atteint jusqu’aux cieux, ta fidélité jusqu’aux nues. Domine in caelo misericordia tua et veritas tua usque ad nubes
7 ז צִדְקָתְךָ, כְּהַרְרֵי-אֵל--מִשְׁפָּטֶיךָ, תְּהוֹם רַבָּה; אָדָם וּבְהֵמָה תוֹשִׁיעַ יְהוָה. Ta justice est comme les montagnes de Dieu, tes jugements sont comme le grand abîme. Éternel ! tu soutiens les hommes et les bêtes. iustitia tua sicut montes Dei iudicia tua abyssus multa homines et iumenta salvabis Domine
8 ח מַה-יָּקָר חַסְדְּךָ, אֱלֹהִים: וּבְנֵי אָדָם--בְּצֵל כְּנָפֶיךָ, יֶחֱסָיוּן. Combien est précieuse ta bonté, ô Dieu ! À l’ombre de tes ailes les fils de l’homme cherchent un refuge. quemadmodum multiplicasti misericordiam tuam Deus filii autem hominum in tegmine alarum tuarum sperabunt
9 ט יִרְוְיֻן, מִדֶּשֶׁן בֵּיתֶךָ; וְנַחַל עֲדָנֶיךָ תַשְׁקֵם. Ils se rassasient de l’abondance de ta maison, et tu les abreuves au torrent de tes délices. inebriabuntur ab ubertate domus tuae et torrente voluntatis tuae potabis eos
10 י כִּי-עִמְּךָ, מְקוֹר חַיִּים; בְּאוֹרְךָ, נִרְאֶה-אוֹר. Car auprès de toi est la source de la vie ; par ta lumière nous voyons la lumière. quoniam apud te fons vitae in lumine tuo videbimus lumen
11 יא מְשֹׁךְ חַסְדְּךָ, לְיֹדְעֶיךָ; וְצִדְקָתְךָ, לְיִשְׁרֵי-לֵב. Étends ta bonté sur ceux qui te connaissent, et ta justice sur ceux dont le cœur est droit ! praetende misericordiam tuam scientibus te et iustitiam tuam his qui recto sunt corde
12 יב אַל-תְּבוֹאֵנִי, רֶגֶל גַּאֲוָה; וְיַד-רְשָׁעִים, אַל-תְּנִדֵנִי. Que le pied de l’orgueil ne m’atteigne pas, et que la main des méchants ne me fasse pas fuir ! non veniat mihi pes superbiae et manus peccatoris non moveat me
13 יג שָׁם נָפְלוּ, פֹּעֲלֵי אָוֶן; דֹּחוּ, וְלֹא-יָכְלוּ קוּם. Déjà tombent ceux qui commettent l’iniquité ; ils sont renversés, et ils ne peuvent se relever. ibi ceciderunt qui operantur iniquitatem expulsi sunt nec potuerunt stare

Thème du psaume[modifier | modifier le code]

Ce Psaume nous montre dans une première partie le mal personnifié, et son pouvoir. La seconde partie à partir du verset 6 montre Dieu dans sa bonté et son pouvoir plus grand encore.

Usages liturgiques[modifier | modifier le code]

Dans le judaïsme[modifier | modifier le code]

Le verset 7 fait partie de la Tzidkatcha[4]. On le trouve aussi en répétition de la Amidah pendant la célébration de Rosh Hashana[5].

Les versets 8 à 11 sont récités suite au pliage du Talit lors des offices du matin[6].

Dans le christianisme[modifier | modifier le code]

Chez les catholiques[modifier | modifier le code]

Le Psaume 36 (35) est actuellement chanté dans la liturgie des Heures à l’office de Laudes le mercredi de la semaine I.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’original hébreu provient du site Sefarim, du grand rabbinat de France.
  2. La traduction de Louis Segond est disponible sur Wikisource, de même que d'autres traductions de la Bible en français.
  3. La traduction de la Vulgate est disponible sur le Wikisource latin.
  4. D’après le Complete ArtScroll Siddur, compilation des prières juives, p. 525
  5. The Complete Artscroll Machzor for Rosh Hashanah page 351
  6. D’après le Complete ArtScroll Siddur, compilation des prières juives, p. 4

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nombreux sont les auteurs qui ont commenté les psaumes. Voici quelques ouvrages parmi les plus connus, classés par ordre chronologique :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le commentaire du psaume sur le site Bible En Ligne