Psaume 85 (84)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le psaume 85 (84 selon la numérotation grecque) est attribué aux fils de Coré[1]. Les versets 11 et 12 du psaume sont parmi les plus connus dans tout le répertoire des psaumes ; ils sont intemporels.

Texte[modifier | modifier le code]

verset original hébreu[2] traduction française de Louis Segond[3] Vulgate[4] latine
1 לַמְנַצֵּחַ לִבְנֵי-קֹרַח מִזְמוֹר [Au chef des chantres. Des fils de Koré. Psaume.] [In finem filiis Core psalmus]
2 רָצִיתָ יְהוָה אַרְצֶךָ; שַׁבְתָּ, שבות (שְׁבִית) יַעֲקֹב Tu as été favorable à ton pays, ô Éternel ! Tu as ramené les captifs de Jacob ; Benedixisti Domine terram tuam avertisti captivitatem Iacob
3 נָשָׂאתָ, עֲו‍ֹן עַמֶּךָ; כִּסִּיתָ כָל-חַטָּאתָם סֶלָה Tu as pardonné l’iniquité de ton peuple, tu as couvert tous ses péchés ; [pause] Remisisti iniquitates plebis tuae operuisti omnia peccata eorum [diapsalma]
4 אָסַפְתָּ כָל-עֶבְרָתֶךָ; הֱשִׁיבוֹתָ, מֵחֲרוֹן אַפֶּךָ Tu as retiré toute ta fureur, tu es revenu de l’ardeur de ta colère. Mitigasti omnem iram tuam avertisti ab ira indignationis tuae
5 שׁוּבֵנוּ, אֱלֹהֵי יִשְׁעֵנוּ; וְהָפֵר כַּעַסְךָ עִמָּנוּ Rétablis-nous, Dieu de notre salut ! Cesse ton indignation contre nous ! Converte nos Deus salutum nostrarum et averte iram tuam a nobis
6 הַלְעוֹלָם תֶּאֱנַף-בָּנוּ; תִּמְשֹׁךְ אַפְּךָ, לְדֹר וָדֹר T’irriteras-tu contre nous à jamais ? Prolongeras-tu ta colère éternellement ? Numquid in aeternum irasceris nobis aut extendes iram tuam a generatione in generationem
7 הֲלֹא-אַתָּה, תָּשׁוּב תְּחַיֵּנוּ; וְעַמְּךָ, יִשְׂמְחוּ-בָךְ Ne nous rendras-tu pas à la vie, afin que ton peuple se réjouisse en toi ? Deus tu conversus vivificabis nos et plebs tua laetabitur in te
8 הַרְאֵנוּ יְהוָה חַסְדֶּךָ; וְיֶשְׁעֲךָ, תִּתֶּן-לָנוּ Éternel ! fais-nous voir ta bonté, et accorde-nous ton salut ! Ostende nobis Domine misericordiam tuam et salutare tuum da nobis
9 אֶשְׁמְעָה-- מַה-יְדַבֵּר, הָאֵל יְהוָה:כִּי, יְדַבֵּר שָׁלוֹם--אֶל-עַמּוֹ וְאֶל-חֲסִידָיו; וְאַל-יָשׁוּבוּ לְכִסְלָה J’écouterai ce que dit Dieu, l’Éternel ; car il parle de paix à son peuple et à ses fidèles, pourvu qu’ils ne retombent pas dans la folie. Audiam quid loquatur in me; Dominus Deus quoniam loquetur pacem in plebem suam et super sanctos suos et in eos qui convertuntur ad cor
10 אַךְ קָרוֹב לִירֵאָיו יִשְׁעוֹ; לִשְׁכֹּן כָּבוֹד בְּאַרְצֵנוּ Oui, son salut est près de ceux qui le craignent, afin que la gloire habite dans notre pays. Verumtamen prope timentes eum salutare ipsius ut inhabitet gloria in terra nostra
11 חֶסֶד-וֶאֱמֶת נִפְגָּשׁוּ; צֶדֶק וְשָׁלוֹם נָשָׁקוּ La bonté et la fidélité se rencontrent, la justice et la paix s’embrassent ; Misericordia et veritas obviaverunt sibi ; iustitia et pax osculatae sunt
12 אֱמֶת, מֵאֶרֶץ תִּצְמָח; וְצֶדֶק, מִשָּׁמַיִם נִשְׁקָף la fidélité germe de la terre, et la justice regarde du haut des cieux. Veritas de terra orta est et iustitia de caelo prospexit
13 גַּם-יְהוָה, יִתֵּן הַטּוֹב; וְאַרְצֵנוּ, תִּתֵּן יְבוּלָהּ L’Éternel aussi accordera le bonheur, et notre terre donnera ses fruits. Etenim Dominus dabit benignitatem et terra nostra dabit fructum suum
14 צֶדֶק, לְפָנָיו יְהַלֵּךְ; וְיָשֵׂם לְדֶרֶךְ פְּעָמָיו La justice marchera devant lui, et imprimera ses pas sur le chemin. Iustitia ante eum ambulabit et ponet in via gressus suos

Usages liturgiques[modifier | modifier le code]

Dans le judaïsme[modifier | modifier le code]

Le verset 8 du psaume 85 fait partie de la Hoshia et Amecha dans les zemirot[5].

Dans le christianisme[modifier | modifier le code]

Chez les catholiques[modifier | modifier le code]

Depuis le haut Moyen Âge, ce psaume était traditionnellement exécuté lors de la célébration de matines du jeudi[6], une fois que saint Benoît de Nursie établit vers 530 sa distribution des psaumes, par ordre numérique concernant les matines[7],[8].

D'après le contexte théologique de ce psaume qui symbolise le peuple chrétien racheté de la mort et du péché par le Christ Sauveur, la liturgie de l'Église se consacrait aux semaines de l'Avent et au temps de Noël avec la lecture du psaume 85 (84)[6].

Dans la liturgie des Heures actuelle, le psaume 85 est récité ou chanté aux laudes le mardi de la troisième[9] semaine. Dans la liturgie de la messe, il est lu le dimanche de la 19e semaine du temps ordinaire de l’année A[10], et pour l’année B le second dimanche de l’avent et le 15e dimanche du temps ordinaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nombreux sont les auteurs qui ont commenté les psaumes. Voici quelques ouvrages parmi les plus connus, classés par ordre chronologique :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les fils de Coré sont des lévites qui furent parmi les premiers à se rallier au roi David. Ils reçurent les fonctions liturgiques de chantres et de portiers dans le Temple de Jérusalem. Onze psaumes leur sont attribués.
  2. L’original hébreu provient du site Sefarim, du grand rabbinat de France.
  3. La traduction de Louis Segond est disponible sur Wikisource, de même que d'autres traductions de la Bible en français.
  4. La traduction de la Vulgate est disponible sur le Wikisource latin.
  5. D’après le Complete Artscroll Siddur, compilation des prières juives.
  6. a et b Psautier latin-français du bréviaire monastique, p. 308, 1938/2003
  7. Règle de saint Benoît, chapitre XVIII, traduction de Prosper Guéranger, p. 46, Abbaye Saint-Pierre de Solesmes, réimpression 2007
  8. http://www.abbaye-montdescats.fr/?page_id=1887
  9. Le cycle principal des prières liturgiques se déroule sur quatre semaines.
  10. Le cycle de lecture des messes du dimanche de déroule sur trois ans.