Psaume 20 (19)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le psaume 20 (19 selon la numérotation grecque) est attribué à David. C'est une prière communautaire pour une personne mystérieuse dont l'identité apparaît progressivement.

Texte[modifier | modifier le code]

N.B. S’il y a conflit de numérotation des versets entre l’hébreu et le latin, c’est l’original hébreu qui prévaut et la traduction française le suit. Par contre, le latin ne se plie pas à la numérotation affichée. Les numéros de versets s'appliquent au texte latin, mais la traduction est décalée par endroits.

verset original hébreu[1] traduction française de Louis Segond[2] Vulgate[3] latine
1 לַמְנַצֵּחַ, מִזְמוֹר לְדָוִד [Au chef des chantres. Psaume de David.] [in finem psalmus David]
2 יַעַנְךָ יְהוָה, בְּיוֹם צָרָה; יְשַׂגֶּבְךָ, שֵׁם אֱלֹהֵי יַעֲקֹב Que l’Éternel t’exauce au jour de la détresse, que le nom du Dieu de Jacob te protège ! Exaudiat te Dominus in die tribulationis protegat te nomen Dei Iacob
3 יִשְׁלַח-עֶזְרְךָ מִקֹּדֶשׁ; וּמִצִּיּוֹן, יִסְעָדֶךָּ Que du sanctuaire il t’envoie du secours, que de Sion il te soutienne ! Mittat tibi auxilium de sancto et de Sion tueatur te
4 יִזְכֹּר כָּל-מִנְחֹתֶךָ; וְעוֹלָתְךָ יְדַשְּׁנֶה סֶלָה Qu’il se souvienne de toutes tes offrandes, et qu’il agrée tes holocaustes ! [Pause] memor sit omnis sacrificii tui et holocaustum tuum pingue fiat [diapsalma]
5 יִתֶּן-לְךָ כִלְבָבֶךָ; וְכָל-עֲצָתְךָ יְמַלֵּא Qu’il te donne ce que ton cœur désire, et qu’il accomplisse tous tes desseins ! Tribuat tibi secundum cor tuum et omne consilium tuum confirmet
6 נְרַנְּנָה, בִּישׁוּעָתֶךָ-- וּבְשֵׁם-אֱלֹהֵינוּ נִדְגֹּל;יְמַלֵּא יְהוָה, כָּל-מִשְׁאֲלוֹתֶיךָ Nous nous réjouirons de ton salut, nous lèverons l’étendard au nom de notre Dieu ; l’Éternel exaucera tous tes vœux. Laetabimur in salutari tuo et in nomine Dei nostri magnificabimur
7 עַתָּה יָדַעְתִּי-- כִּי הוֹשִׁיעַ יְהוָה, מְשִׁיחוֹ:יַעֲנֵהוּ, מִשְּׁמֵי קָדְשׁוֹ-- בִּגְבֻרוֹת, יֵשַׁע יְמִינוֹ Je sais déjà que l’Éternel sauve son oint ; il l’exaucera des cieux, de sa sainte demeure, par le secours puissant de sa droite. Impleat Dominus omnes petitiones tuas nunc cognovi quoniam salvum fecit Dominus christum suum exaudiet illum de caelo sancto suo in potentatibus salus dexterae eius
8 אֵלֶּה בָרֶכֶב, וְאֵלֶּה בַסּוּסִים;וַאֲנַחְנוּ, בְּשֵׁם-יְהוָה אֱלֹהֵינוּ נַזְכִּיר Ceux-ci s’appuient sur leurs chars, ceux-là sur leurs chevaux ; nous, nous invoquons le nom de l’Éternel, notre Dieu. Hii in curribus et hii in equis nos autem in nomine Domini Dei nostri invocabimus
9 הֵמָּה, כָּרְעוּ וְנָפָלוּ; וַאֲנַחְנוּ קַּמְנוּ, וַנִּתְעוֹדָד Eux, ils plient, et ils tombent ; nous, nous tenons ferme, et restons debout. Ipsi obligati sunt et ceciderunt nos vero surreximus et erecti sumus
10 יְהוָה הוֹשִׁיעָה: הַמֶּלֶךְ, יַעֲנֵנוּ בְיוֹם-קָרְאֵנוּ Éternel, sauve le roi ! Qu’il nous exauce, quand nous l’invoquons ! Domine salvum fac regem et exaudi nos in die qua invocaverimus te

Structure et thème du psaume[modifier | modifier le code]

Le psaume 20 est en deux parties. La première est une énumération de souhaits qui se charge de tension dramatique. Elle est adressée par la communauté, qui se révèle au verset 6. Ensuite commence la seconde partie, pleine de confiance en Dieu. On apprend que les souhaits s’appliquent à une personne qui est appelée l’oint et le roi. Ce messie va mener un combat contre un ennemi puissant, possédant chars et chevaux. Il est porté par toute la communauté qui l’invoque.

Usages liturgiques[modifier | modifier le code]

Dans le judaïsme[modifier | modifier le code]

Le psaume 20 est très utilisé dans le judaïsme. Il est récité dans sa totalité lors de la prière quotidienne, excepté le jour du shabbat et à certaines fêtes. Les versets 2 et 10 font partie du paragraphe d'ouverture du tahanoun long du mardi et du jeudi. Le verset 10 a une grande importance : on le retrouve aussi dans le V'hu rachum de la prière de Zemirot et c'est le verset final de Yehi kivod de zemirot. On le trouve encore dans la prière uva leztion, il sert à l'introduction de maariv, et il fait partie de havdalah. Enfin, le psaume 20 est recommandé comme prière dans une situation oppressante[4].

Dans le christianisme[modifier | modifier le code]

Chez les catholiques[modifier | modifier le code]

Ce psaume était réservé à l'office de prime du samedi, depuis vers 530 selon la règle de saint Benoît[5].

Dans la liturgie des Heures actuelle, le psaume 20 est récité ou chanté aux vêpres du mardi de la première semaine[6]. Lully a mis musique ce psaume dans un Grand motet.

Mise en musique[modifier | modifier le code]

Ce psaume fut donné sa musique en 1688 par Michel-Richard de Lalande, en tant que grand motet (S.36). Malheureusement, cette œuvre fut perdue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’original hébreu provient du site Sefarim, du grand rabbinat de France.
  2. La traduction de Louis Segond est disponible sur Wikisource, de même que d'autres traductions de la Bible en français.
  3. La traduction de la Vulgate est disponible sur le Wikisource latin.
  4. D’après le Complete Artscroll Siddur, compilation des prières juives.
  5. Règle de saint Benoît, traduction de Prosper Guéranger, p. 46, Abbaye Saint-Pierre de Solesmes, réimpression 2007
  6. Le cycle principal des prières liturgiques se déroule sur quatre semaines.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nombreux sont les auteurs qui ont commenté les psaumes. Voici quelques ouvrages parmi les plus connus, classés par ordre chronologique :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]