La Neuville-lès-Bray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuville.
La Neuville-lès-Bray
Saint-Martin.
Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Arrondissement de Péronne
Canton Albert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Marian Budziak
2014-2020
Code postal 80340
Code commune 80593
Démographie
Population
municipale
269 hab. (2012)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 56′ 01″ N 2° 43′ 09″ E / 49.9336, 2.719249° 56′ 01″ Nord 2° 43′ 09″ Est / 49.9336, 2.7192
Altitude Min. 32 m – Max. 85 m
Superficie 4,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Neuville-lès-Bray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Neuville-lès-Bray

La Neuville-lès-Bray est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Jusque 1830, La Neuville-lès-Bray est un faubourg de Bray-sur-Somme situé sur la rive gauche de la Somme. À cette date, La Neuville a obtenu son autonomie administrative en devenant une commune sous le nom de La Neuville-lès-Bray.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

La commune de La Neuville-lès-Bray est située sur la rive gauche de la Somme juste au sud de Bray-sur-Somme située sur la rive droite.

Le sol est marécageux et tourbeux au nord, calcaire au sud. Entre La Neuville-lès-Bray et Chuignolles, on rencontre des collines calcaires incultes. Au nord, en bordure de la Somme, de nombreux étangs enserrent la commune[1].

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

L'urbanisation de la commune s'est faite le long de la route de Bray à Montdidier. Les activités de la commune sont centrées sur l'agriculture (deux exploitations agricoles et un silo de stockage) et un seul commerce-artisanat de toilettage canin. La commune offre donc très peu de services à ses administrés qui doivent se déplacer au bourg le plus proche, Bray-sur-Somme pour les achats quotidiens de proximité.

Le centre de la commune est constitué de l'église du XVIIIe siècle et de la mairie toute proche. Il n'y a pas de monument aux morts dans la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Neuville-lès-Bray
Bray-sur-Somme
Etinehem La Neuville-lès-Bray Cappy
Proyart Chuignolles

Histoire[modifier | modifier le code]

La Neuville-lès-Bray n'apparaît guère dans les textes avant le XIIe siècle, où il est fait mention de la paroisse Notre-Dame de La Neuville. L'histoire de La Neuville se confond avec celle de Bray-sur-Somme avec laquelle elle ne formait qu'une seule administration communale jusqu'en 1830, année où La Neuville devint une commune autonome[1].

Le chemin de fer Froissy-Dompierre à voie métrique joua un rôle important pendant la Première Guerre mondiale. Il servit à transporter des munitions, du matériel et des soldats sur le front de la Somme. Il servit ensuite au transport de betteraves pour la sucrerie de Dompierre-Becquincourt.

Il existait à La Neuville-lès-Bray, jusqu'en 1967, une industrie à domicile qui prit la relève de l'industrie textile. Il s'agissait de la réalisation de sacs perlés. Cette industrie s'était implantée dans la commune après la Grande guerre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Marian Budziak   Réélu pour le mandat 2014-2020[2], [3]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 269 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
108 106 133 183 195 178 200 225 218
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
235 239 261 245 239 239 215 209 180
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
182 187 167 178 193 163 175 161 194
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
186 175 201 214 215 260 272 274 269
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localité circonvoisines, tome 1, Amiens, 1865, Société des Antiquaires de Picardie.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice géographique et historique sur la commune de La Neuville-Lès-Bray, rédigée par Monsieur Paucquet, instituteur,1899, Archives départementales de la Somme.
  2. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ (consulté le 22 février 2009)
  3. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ (consulté le 9 juin 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.