Louis-Joseph Daumas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis-Joseph Daumas
Guerrier romain par Louis Daumas, October 12, 2012.jpg
Guerrier romain, sur le pont d'Iéna (Paris).
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Distinction

Louis-Joseph Daumas, né à Toulon le 24 janvier 1801 et mort à Paris le 22 janvier 1887, est un sculpteur et médailliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daumas étudie d'abord à l'atelier de l'arsenal de sa ville natale, puis, arrivé à Paris, il intègre l'École nationale supérieure des beaux-arts en 1826 où il a David d'Angers comme professeur. À partir de 1833 il expose régulièrement dans les Salons où ses travaux sont remarqués, il est surnommé Le Petit Puget[1]. Il obtient plusieurs médailles de récompense.Il obtient plusieurs commandes officielles mais ne parvient pas à atteindre une notoriété de premier plan. Bien qu'inspirée par la fougue romantique, sa sculpture n'arrive pas à s'extraire d'un certain académisme.

Œuvres[modifier | modifier le code]

En Argentine
  • Buenos Aires, place San Martin, Monument à José de San Martín, statue équestre en bronze (1862). Cette statue était à l'origine placée sur un simple piédestal et entourée d'une grille. L'inauguration a lieu le . En 1909 le gouvernement argentin décide de placer cette statue dans une composition plus vaste et en confie la réalisation au sculpteur allemand Gustav Eberlein. La statue équestre de Daumas est alors placée sur un piédestal en marbre rouge orné de deux bas-reliefs et devant lequel est placée une statue en bronze du dieu Mars tenant de sa jambe gauche un condor, symbole de la victoire. Ce nouvel ensemble repose sur un socle parallélépipédique, également en marbre rouge et décoré de bas-reliefs, et aux quatre coins duquel sont placées des statues de bronze représentant Le Départ, La Bataille, la Victoire et Le Retour. Cette composition sera inaugurée le . Par la suite de nombreuses copies de la seule statue sommitale équestre de Daumas sont réalisées. En 2016 on en dénombre 70 exemplaires dont 47 pour des villes d'Argentine et 13 offertes à différentes villes étrangères[2] dont : Cadix ; Madrid, parc de l'ouest[3] ; Paris, Parc Montsouris ; Bruxelles, Woluwe-Saint-Pierre ; New-York, Central Park[4] etc.
Au Chili
  • Santiago, Monument à José de San Martín, statue équestre en bronze (1860). Cette statue coulée en France en 1860 arrive au Chili en 1861 mais ne sera inaugurée que le , jour anniversaire de la bataille de Maipú. Cette statue réalisée un peu avant celle de Buenos Aires présente avec cette dernière deux différences notables. Tout d'abord le général San Martin est représenté tenant de sa main droite un drapeau, alors que dans la version de Buenos Aires il montre de son index le chemin de la liberté. L'autre différence réside dans la queue du cheval qui, au lieu d'être en panache, est abaissée jusqu'au sol afin d'assurer à la structure une meilleure stabilité nécessitée par les risques sismiques du Chili nettement plus élevés qu'à Buenos Aires[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En France

Hommage[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article sur le site Wikiphidias.fr.
  2. (es) Revues des archives générales de la nation de la république argentine, (lire en ligne), p. 18
  3. Madrid
  4. (en) Ville de New-York, Central parc - général José de San Martin (lire en ligne)
  5. (es) Revues des archives générales de la nation de la république argentine, (lire en ligne), p. 14
  6. Génie de la navigation
  7. « Charles d'Anjou », notice no IM83001231, base Palissy, ministère français de la Culture
  8. Jacques-Noël Sané, musée national de la Marine
  9. Cavalier romain
  10. « Cavalier romain », notice no AP43LE17559, base Mémoire, ministère français de la Culture
  11. Mézeray, Orsay
  12. Aurelia Victorina
  13. Joseph-dominique d'Inguimbert
  14. [1]
  15. Saint-Vincent-de-Paul
  16. Gallica
  17. Gering
  18. « Après la guerre », notice no 000SC018099, base Joconde, ministère français de la Culture
  19. « Cote LH/667/77 », base Léonore, ministère français de la Culture

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :