PewDiePie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le joueur de hockey sur glace suédois homonyme, voir Patric Kjellberg.
PewDiePie
Vidéaste Web
PewDiePie au PAX 2015.
Informations
Genre Jeu vidéo, blog vidéo
Nom de naissance Felix Arvid Ulf Kjellberg
Naissance (29 ans)
Göteborg, Suède
Vidéos populaires

A Funny Montage
FUNNY MONTAGE.. #2
TSeries Diss Track
KO (Scare Pewdiepie S1 E7)
Jabba the Hutt (PewDiePie Song) by Schmoyoho


The Ruby Playbutton
Nombre d'abonnés 77 millions ()
Site internet pewdiepie.com
Chaîne PewDiePie

Felix Arvid Ulf Kjellberg (prononcé [ˈfiːlɪks ˈʃɛlbɜːrɡ] en anglais et [feliks ɕɛlːbærj] en suédois), dit PewDiePie ([ˈpjuːdipaɪ]), né le à Göteborg, est un vidéaste et comédien suédois. Il réalise principalement des vidéos humoristiques de type let's play, souvent consacrées aux memes, qu'il publie sur le site de partage YouTube depuis le 29 avril 2010. Il est spécialisé dans les jeux d'horreur, d'action et les jeux indépendants. Totalisant plus de 3 675 vidéos, 76 millions d'abonnés et plus de 19 milliards de vues, sa chaîne YouTube est la plus suivie au monde en 2018.

Ses vidéos sur la série Amnesia: The Dark Descent ont singulièrement contribué à sa notoriété. La majorité de ses vidéos sont publiées en anglais, cependant, en raison de son succès, de nombreux vidéastes traduisent ses vidéos, notamment en français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Felix Arvid Ulf Kjellberg grandit à Göteborg[1]. Il est diplômé de Göteborgs Högre Samskola (en) en 2009. Ensuite, il étudie en Économie Industrielle et Gestion de Technologie à l'École polytechnique Chalmers qu'il quitte finalement en 2011 pour se consacrer entièrement à sa carrière de vidéaste[2],[3]. À propos de cette décision, il déclare que « à bien y penser, c'était absolument absurde. Pour entrer à Chalmers en Économie Industrielle, il faut carrément n'avoir que des A, pourtant j'étais plus heureux à vendre des hot dogs et faire mes propres vidéos de jeu vidéo[4]. »

Carrière de vidéaste[modifier | modifier le code]

Logo « brofist » de PewDiePie

PewDiePie s'inscrit une première fois sur YouTube sous le nom de Pewdie. Cependant, après avoir oublié son mot de passe, il crée le 29 avril 2010 un nouveau compte nommé PewDiePie[5],[6].

Sa chaîne propose des vidéos de commentaires et de réactions aux jeux testés. Sa peur et les cris qu'il pousse, ainsi que sa manière de jouer, ont fait sa réputation[7],[8].

Le , il annonce dans sa vidéo « Goodbye Forever Comments » la fermeture définitive des commentaires en dessous de ses vidéos. Il explique qu'il en avait assez des spams postés par les utilisateurs, des messages provocants ainsi que de l'ambiance morose qui y régnait[9]. Cependant, fin 2014, certains commentaires ont été postés après cette fermeture, puis leur nombre a augmenté. Au départ maussades, ces derniers sont devenus de plus en plus positifs au fur et à mesure que les vidéos de PewDiePie retrouvaient leur humour. Peu après, les commentaires ont été réactivés par PewDiePie[réf. nécessaire].

En 2014, les gains annuels de sa compagnie PewDiePie Productions s'élèvent à 7.4 millions d'euros, contre 4 millions d'euros en 2013[10].

Il fait de nombreuses vidéos avec d'autres vidéastes. Il réalise certaines vidéos en compagnie de CutiePieMarzia, sa petite amie, sur sa chaine à lui ou celle de Marzia. Il lance, fin 2015-début 2016, son propre jeu où l'on retrouve certains de ses amis youtubeurs, ses chiens et sa compagne qui l'aide à avancer dans sa quête. Le jeu se nomme PewDiePie: Legend of the Brofist[11]. Un deuxième jeu intitulé PewDiePie's Tuber Simulator sort en septembre 2016 sur mobile[12].

Le 8 décembre 2016, PewDiePie annonce qu'il va supprimer sa chaîne à 17 heures le lendemain, après avoir passé le cap des 50 millions d'abonnés[13]. Il accuse Youtube de vouloir « tuer sa chaîne » en désabonnant certains comptes automatiquement et en ne faisant pas « apparaître les (nouvelles) vidéos de [sa] chaîne »[13]. Il annonce finalement dans une vidéo postée le 9 à 17 h que c'était un canular, n'ayant supprimé qu'une chaîne secondaire ne contenant que deux vidéos[14].

Depuis , PewDiePie est en rivalité avec la chaîne T-Series appartenant à un puissant label musical indien, cette dernière ayant une croissance du nombre d'abonnés très forte, passant de 27 millions en à presque 70 millions un an après. Il mobilise alors ses fans pour permettre à sa chaîne de rester numéro un en terme d'abonnés. Cette mobilisation se traduit par des incitations à s'abonner à sa chaîne sur ses vidéos et de l'aide d'autres vidéastes comme MrBeast qui a utilisé une campagne publicitaire dans cet objectif. De plus, de nombreux médias (Les Échos[15], BBC News[16], Forbes[17] ou Le Monde) relaient cette rivalité lui donnant encore plus d'échos. Cette stratégie fonctionne car PewDiePie est passé de 855 000 abonnements mensuels en à 2,19 millions en octobre et cela ne cesse d'augmenter. Des chaînes sur YouTube suivent en temps réel le comparatif d'abonnés entre les deux chaînes[18]. À la fin du mois de novembre, un fan du vidéaste va jusqu'à pirater cinquante mille imprimantes au Canada et aux États-Unis pour demander à leurs utilisateurs de s'abonner à la chaîne de PewDiePie, qui atteint alors les 72 millions d'abonnés[19],[20], et un autre, Justin Roberts, a acheté un panneau publicitaire géant à Times Square[21] pour le prix d'un million de dollars[22]. PewDiePie explique dans une vidéo publiée le que le phénomène lui est désormais « hors de contrôle », et que, même si cela l'« amuse », il « ne mérite pas tout ça »[23].

Causes et volontariat[modifier | modifier le code]

PewDiePie s'est impliqué dans plusieurs œuvres de charité telles que la WWF et Saint Jude Children's Research Hospital[24][réf. insuffisante]. En 2013, il lance une action avec l'association Charity: Water en s'engageant à donner 1 dollar pour toutes les 500 vues qu'il a générées sur la vidéo de lancement[25],[26].

PewDiePie a également fait un don de 50 000 dollars, le 31 mai 2016, pour la recherche sur la maladie d'Alzheimer.

En , en plein buzz sur sa confrontation avec la chaîne indienne T-Series pour conserver la première place au classement des chaînes avec le plus d'abonnés, PewDiePie lance un cagnotte pour la scolarisation des enfants indiens. L'argent reçu est renversé à l'association Childs Rights and You. Cet acte de charité fait suite à des propos haineux ciblant l'Inde et ses habitants postés par plusieurs fans du vidéaste suédois. En un jour, il récolte 86 000 euros[23].

Prix et nominations[modifier | modifier le code]

Année Remise des prix Catégorie Résultats
2013 Starcount Social Star Awards L'émission la plus populaire Lauréat
Sweden Social Star Award Lauréat
Shorty Awards #Gaming Lauréat
2014 Guldtuben Chaîne gaming de l'année Lauréat
2015 Guldtuben Gamer de l'année Lauréat
2016 Guldtuben Gamer de l'année Lauréat

Vie privée[modifier | modifier le code]

Felix Kjellberg est en couple avec la youtubeuse italienne Marzia Bisognin (alias CutiePieMarzia)[3] depuis 2011. Il la demande en mariage le 27 avril 2018 au Japon. Il a deux chiens (deux carlins), Maya (parfois Puga Chan, jeu de mot avec pug, « carlin », et chan, suffixe japonais affectif) et Edgar (en référence au poète Edgar Allan Poe)[27].

Salaire[modifier | modifier le code]

PewDiePie annonce avoir gagné plus de six millions d'euros en 2014[28]. En 2016, selon le magazine Forbes, il aurait gagné 15 millions de dollars. Il se place ainsi sur la première marche du podium des vidéastes du Web les mieux payés[29],[30],[31].

Controverses[modifier | modifier le code]

Publicité dissimulée[modifier | modifier le code]

En 2014, lors de la sortie de La Terre du Milieu : L'Ombre du Mordor, la société Warner Bros. rémunère de nombreux vidéastes, dont PewDiePie, jusqu'à plusieurs dizaines de milliers de dollars pour promouvoir le jeu sur YouTube et les réseaux sociaux[32]. L'accord interdit la mention de bugs ou de problèmes liés au logiciel. La Federal Trade Commission rapporte en 2016 que la plupart des vidéos ne sont pas signalées comme sponsorisées, plusieurs de ces vidéastes mentionnent seulement avoir reçu un accès anticipé au jeu[33]. Cependant, PewDiePie avait signalé dans la description de la vidéo qu'il était sponsorisé, contrairement à plusieurs autres vidéastes, remettant en cause les différents blogs et annonces[Lesquels ?] utilisant son nom pour attirer l'attention.

Accusations de racisme et d'antisémitisme[modifier | modifier le code]

J'ai fait des blagues que les gens n'aiment pas. Et vous savez quoi ? Que les gens n'aiment pas mes blagues, je le respecte. Je le comprends tout à fait. Je reconnais que je suis allé trop loin, et c'est quelque chose que je garderai assurément en tête en avançant, mais les réactions et l'indignation n'ont été rien d'autre que de la folie.

PewDiePie, My Response (2017)

En , les vidéos non-let's play de PewDiePie font l'objet de critiques. Dans l'une d'elles, le vidéaste emploie le terme nigger, unanimement considéré comme injure raciste[34]. En conséquence, le hashtag #PewDiePieIsOverParty entre dans les tendances mondiales sur Twitter[35].

Le 11 janvier, PewDiePie, voulant montrer l'absurdité du principe du service Fiverr (consistant à donner de l'argent à des gens s'ils font ce qu'on leur demande), publie une vidéo où l'on peut voir deux Indiens, qu'il a payés 5 dollars via le service Fiverr pour être filmés portant un panneau « Mort à tous les Juifs » et en prononçant la phrase « Abonnez-vous à Keemstar »[36]. Immédiatement à la suite de ce passage de la vidéo, PewDiePie s'excuse : « Je suis désolé. Je ne pensais pas qu'ils le feraient vraiment. Je me sens en partie responsable ». Il ajoute : « Je ne me sens pas bien. Je ne me sens pas fier de tout ça. Je ne vais pas mentir. Je ne suis pas antisémite,[...] ne vous faites pas d'idées fausses. C'était un mème drôle, et je ne pensais pas que ça marcherait, okay. Je jure que j'aime les Juifs, je les aime. Je suis tellement désolé. Je ne sais pas quoi dire d'autre »[34]. À la suite de la publication de la vidéo, PewDiePie et les deux Indiens ont tout trois été bannis du site Fiverr, les obligeant chacun à poster une vidéo d'excuses au site et à la population visée[37].

La vidéo suscite des réactions négatives auprès de son public, et plusieurs médias[Lesquels ?] commencent à l'accuser d'antisémitisme[34].

Le 18 janvier, PewDiePie se défend « Les médias veulent faire de moi une espèce de méchant […]. Tout ce qui leur importe, c’est de faire du clic, parce que c’est comme ça qu’ils sont payés »[38]. Il illustre ses propos en montrant, vidéo à l'appui, que les titres et articles des journaux le concernant n'ont rien à voir avec le contenu de ses vidéos.

Quelques semaines plus tard, le Wall Street Journal fait un récapitulatif de l'affaire, mentionnant de surcroît 9 autres vidéos contenant des blagues et des images se référant à la Shoah[39]. Une vidéo, désormais supprimée, montre un homme déguisé en Jésus expliquant calmement qu'Hitler n'a « rien fait de mal »[40]. Le contenu de cet article a été considéré comme pris hors contexte par une majorité de la communauté de PewDiePie, et par une partie de la communauté YouTube. Parmi ses défenseurs figurent des vidéastes connus, tels qu'Ethan Klein d'h3h3, Philip DeFranco et Markiplier. Ceux-ci critiquent la façon dont les médias ont géré l'affaire. Par la suite, PewDiePie a également publié une vidéo réponse à ce qu'il considère comme une « attaque personnelle ».

Le , PewDiePie se défend dans une publication Tumblr, et justifie ses propos ambigus par le fait qu'ils seraient sarcastiques : « Je crois que le contenu que je crée est du divertissement, et pas l'endroit pour n'importe quel commentaire politique sérieux. Je sais que mon public le comprend et que c'est pour ça qu'ils viennent sur ma chaîne. Bien que cela n'ait pas été mon intention, je comprends que ces plaisanteries aient en définitive été choquantes »[41].

Le , PewDiePie perd plusieurs partenariats commerciaux. Le réseau multichaîne Maker Studios, propriété de The Walt Disney Company, met fin à sa collaboration avec le vidéaste : « il est allé trop loin en l'occurrence, et les vidéos qui en résultent sont inappropriées »[42],[43]. Google réagit également, retirant PewDiePie du programme Google Preferred, et annulant la deuxième saison de la série Scare PewDiePie prévu pour YouTube Red[44],[45]

Le , PewDiePie lance une insulte raciste pendant une partie en ligne de PlayerUnknown's Battlegrounds. Peu après les événements, Sean Vanaman, un développeur du studio Campo Santo Games (Firewatch) appelle publiquement d'autres studios sur Twitter à rompre leurs partenariats commerciaux avec PewDiePie[46],[47]. Le 12 septembre, PewDiePie publie la vidéo « My Response » dans laquelle il admet avoir été stupide. Il explique que ces actions sont inexcusables, et que l'insulte fut prononcée malencontreusement alors qu'il cherchait « le pire mot [qu'il] puisse trouver ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lars Lindström, « COLUMN Pewdiepie rules, now one million subscribers », Expressen, (consulté le 7 mai 2015)
  2. (en) Paul Gallagher, « Meet Felix Kjellberg - the new 'King of the Web' », sur The Independent, (consulté le 7 mai 2015).
  3. a et b « Qui est Félix Kjellbreg, l'inconnu qui a lancé la chaîne PewDiePie sur Youtube », sur DirectMatin.fr, (consulté le 2 octobre 2015).
  4. (en) Sian Boyle, « The King of YouTube: How 25-year-old makes £2.6m a year just from playing computer games in Brighton flat he shares with girlfriend (and yes, they did meet over the internet) », The Daily Mail, (consulté le 7 mai 2015)
  5. (en) Danny Wadeson, « Gamertube: PewDiePie and the YouTube commentary revolution », Polygon, (consulté le 2 octobre 2015)
  6. (en) Wayne Drehs, « How PewDiePie gamed the world », ESPN, (consulté le 2 octobre 2015)
  7. Guillaume Poquet, « PewDiePie, le gamer devenu multi-millionnaire grâce à sa chaîne YouTube », Minute Buzz, 22 août 2013.
  8. « Le numéro un mondial sur YouTube est un gamer, il s’appelle PewDiePie », 20 Minutes, 20 août 2013.
  9. (en) Yannick LeJacq, « Even YouTube's Most Popular Gamer Is Sick Of The Comments », Kotaku, (consulté le 21 septembre 2014)
  10. « « PewDiePie », le Youtubeur millionnaire, répond aux critiques sur ses gains », sur Le Monde, (consulté le 8 juillet 2015)
  11. (en-US) Sam Gutelle, « PewDiePie’s Video Game Soars To #1 On The App Store Charts », Tubefilter,‎ (lire en ligne)
  12. (en) Andrew Webster, « PewDiePie is starring in a new game about being a YouTube star », sur The Verge, (consulté le 2 août 2017)
  13. a et b « PewDiePie menace de fermer sa chaîne, YouTube se défend », sur TV5 Monde, (consulté le 9 décembre 2016).
  14. Corentin Lamy, « Pourquoi PewDiePie, superstar de YouTube, a menacé de fermer sa chaîne », sur Le Monde, (consulté le 10 décembre 2016).
  15. Nicolas Richaud, « Le roi de YouTube sur le point d'être détrôné », sur Les Échos, (consulté le 4 décembre 2018).
  16. (en) Zoe Kleinman, « PewDiePie battles to keep top YouTube spot », sur BBC News, (consulté le 4 décembre 2018).
  17. (en) Bedatri Choudhury, « The Strange See-Saw Of The PewDiePie-T Series YouTube Tussle », sur Forbes, (consulté le 4 décembre 2018).
  18. Pierre Trouvé, « PewDiePie contre T-Series : « le roi de YouTube » concurrencé par des stars de Bollywood », sur Le Monde, (consulté en novembre 2018).
  19. (en) Patricia Hernandez, « Someone hacked printers worldwide, urging people to subscribe to PewDiePie », sur The Verge, (consulté le 4 décembre 2018).
  20. « PewDiePie : Un fan a hacké 50 000 imprimantes pour soutenir son YouTubeur favori », sur 20 minutes, (consulté le 4 décembre 2018).
  21. (en) Megan Farokhmanesh, « PewDiePie urges his fans to donate to charity as T-Series battle rages on », sur The Verge, (consulté le 4 décembre 2018).
  22. (en) Louise Griffin, « Justin Roberts buys $1m Times Square billboard to help PewDiePie beat T-Series », sur Metro, (consulté le 4 décembre 2018).
  23. a et b Perrine Signoret, « PewDiePie est prêt à tout pour conserver sa place de numéro 1 sur YouTube, y compris à un peu de charité », sur Numerama, (consulté le 4 décembre 2018).
  24. (en) « Pewdiepie Video Game Youtuber Reaches 2,000,000 Subscribers », PRWeb, 21 septembre 2012.
  25. (en) « PewDiePie : Water campaign », Charity: Water.
  26. (en) Joshua Cohen, « Top YouTuber PewDiePie Raising 250 000 $ For Charity: Water », TubeFilter, 14 juillet 2013.
  27. (en) « MA NEW DOGE -YouTube », sur YouTube, (consulté le 2 janvier 2015) : « His name is Edgar, Edgar Allan, after the poet. »
  28. « PewDiePie, le roi de YouTube qui assume son gigantesque salaire », sur L'Express, (consulté le 4 janvier 2017)
  29. « PewDiePie, à nouveau le YouTuber le mieux payé », sur Datanews, (consulté le 4 janvier 2017).
  30. Emeric, « Les youtubers les mieux payés de 2016 : PewDiePie reste en tête avec 15 millions de dollars », sur Gridam, (consulté le 4 janvier 2017).
  31. (en) « Meet the Forbes 2016 highest earning YouTube celebrities », sur Your story, (consulté le 4 janvier 2017)
  32. « Warner averti par les instances américaines pour avoir payé des Youtubers », Jeuxvideo.com, (consulté le 23 juillet 2016)
  33. Sylvain Trinel, « Warner Bros accusé d'avoir payé PewDiePie sans le dire », IGN, (consulté le 23 juillet 2016)
  34. a b et c Staff Reporter, « YouTube's biggest star PewDiePie causes controversy with 'Death to all Jews' video », International Business Times UK,‎ (lire en ligne)
  35. (en) « "You Can't Say That!" - Everyone's At The #PewDiePieIsOverParty After He Dropped Some Really Racist Words! », Capital,‎ (lire en ligne)
  36. (en) Jack Joseph, « Pewdiepie Fiverr - Re-Upload FULL VIDEO », sur YouTube, (consulté le 3 août 2017)
  37. (en) « PewDiePie walks back his anti-Semitic prank amid fallout », The Daily Dot,‎ (lire en ligne)
  38. « PewDiePie s’explique après une nouvelle vidéo controversée », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  39. Rolfe Winkler, Jack Nicas et Ben Fritz, « Disney Severs Ties With YouTube Star PewDiePie After Anti-Semitic Posts », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne)
  40. « La superstar de YouTube PewDiePie se vautre avec l'antisémitisme », sur Libération, .
  41. Thierry Noisette, « Images antisémites : PewDiePie perd son contrat Disney », sur Le Nouvel Observateur, .
  42. (en-US) Janko Roettgers, « Disney’s Maker Studios Drops PewDiePie Because of Anti-Semitic Videos », Variety,‎ (lire en ligne)
  43. « Le YouTubeur star PewDiePie perd un contrat en or avec Disney pour antisémitisme », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  44. (en-US) « YouTube, Disney come down hard on PewDiePie after anti-Semitic stunt », Ars Technica,‎ (lire en ligne)
  45. (en) « YouTube cancels PewDiePie's original series following Nazi controversy », sur theverge.com,
  46. (en) « YouTube star PewDiePie uses racial slur », sur BBC.com,
  47. (en) Dalton Cooper, « Game Industry Turning on PewDiePie After Latest Incident »,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]