Niederhaslach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Niederhaslach
Niederhaslach
Mairie de Niederhaslach.
Blason de Niederhaslach
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Arrondissement Molsheim
Canton Mutzig
Intercommunalité Communauté de communes de la région de Molsheim-Mutzig
Maire
Mandat
Prosper Moritz
2014-2020
Code postal 67280
Code commune 67325
Démographie
Gentilé Niederhaslachois
Population
municipale
1 413 hab. (2015 en augmentation de 1,73 % par rapport à 2010)
Densité 213 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 37″ nord, 7° 20′ 33″ est
Altitude Min. 215 m
Max. 372 m
Superficie 6,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Niederhaslach

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Niederhaslach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Niederhaslach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Niederhaslach

Niederhaslach est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Niederhaslach est située à 40 km de Strasbourg, 15 km de Molsheim et 12 km de Schirmeck et Mutzig. Son territoire est limitrophe des communes d'Oberhaslach et de Still au nord, Muhlbach-sur-Bruche et Mollkirch au sud, Heiligenberg à l'est et Urmatt à l'ouest. Son ban est traversé, au sud, par la route expresse de la vallée de la Bruche, la RD 420 et la RD 392.

L'occupation du sol est dominée par la forêt qui représente plus de 40 % de la surface commune ; les prairies et vergers en occupent respectivement 25 % et 10 %. Le massif forestier s'étale sur le versant est. Du côté opposé, le plateau qui culmine à 311 m d'altitude est consacré à l'agriculture.

La commune de Niederhaslach connaît une situation particulière par rapport aux autres villages de la vallée de la Bruche puisqu'elle est située dans une vallée confluente de la Bruche : la vallée de la Hasel qui s'étend du nord au sud jusqu'à la Bruche. Cette particularité confère au village des lignes de reliefs plus adoucis, avec ses collines et ses plateaux, où l'agriculture a pu se développer (prés et vergers). Le village apparaît toutefois enclavé dans le massif forestier vosgien qui forme une barrière végétale en arrière-plan. Le village s'est développé le long de la rivière et de la route de desserte de la vallée (RD 218).

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Hasela, VIIe siècle ;
  • Avellana, Avellanum, XIIe siècle (latin) ;
  • Haselnuss :
  • Aveline.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monastère Saint-Florent[modifier | modifier le code]

Autrefois la vallée de la Hasel ne renfermait qu'un seul village, nommé Haslach. Il prit naissance avec le monastère de Haslach que Saint Florent y fonda au VIIe siècle selon la tradition. Lorsque Dagobert II, exilé en Irlande, fut rappelé en Austrasie après la mort de Childéric II en 674, le moine Florent le suivit accompagné du moine Fidelis et, s'arrêtant dans la vallée de la Bruche au pied de la montagne appelée Ringelsberg, y construisit plusieurs cabanes pour lui et ses disciples. Ce lieu, qui s'appelle encore Schotten, rappelle l'extraction irlandaise du pieux cénobite dont le corps, après que son âme l'eut quitté, fut enterré à Strasbourg et déposé dans l'église-crypte qui recevait les corps des prélats, plus tard nommée l'église de Saint-Thomas en l'honneur de la collégiale Saint-Thomas[1].

D'un point de vue historique, la translation des reliques de saint Florent est opérée de l'église-crypte strasbourgeoise au monastère de Haslach le 7 novembre 810 par l'évêque de Strasbourg, Rachio.

Le monastère, converti en collégiale vers le milieu du XIe siècle et célèbre pour sa fameuse tour-clocher, eut beaucoup à souffrir de la part des Suédois (1633) qui mirent le feu aux bâtiments capitulaires ainsi qu'à l'église ; ce fut alors que s'écroula, dit-on, l'élégante flèche dont quelques auteurs soutiennent que la façade occidentale était surmontée.

Le village appartient à l'évêque de Strasbourg[modifier | modifier le code]

Le monastère est converti dès le milieu du XIe siècle en collégiale. Le village passe ensuite sous la dépendance de l'évêque de Strasbourg et la cour domaniale relève de la prévôté d'Ochsenstein.

La guerre de Trente Ans[modifier | modifier le code]

Les Suédois mirent le feu, en 1633, aux bâtiments capitulaires ainsi qu'à l'abbaye de Haslach et détruisirent aussi le château du Haut-Koenigsbourg, Saint-Pierre-Bois, Thanvillé, Hohwarth et Hundswiller (village aujourd'hui disparu). Le 12 décembre 1632 les Suédois avaient déjà pris Sélestat. Ce fut à cette époque que s'écroula, dit-on, l'élégante flèche dont quelques auteurs soutiennent que la façade occidentale était surmontée. La guerre de Trente Ans a fait tellement de ravages que sur 35 bourgeois que comptait le village en 1630 on n'en retrouvait plus que 13 en 1660.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Niederhaslach

Les armes de Niederhaslach se blasonnent ainsi :
« D'azur à saint Florent évêque, habillé pontificalement, mitré et crossé, le tout d'or. »[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Prosper Moritz    
mars 2008 en cours Prosper Moritz[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2015, la commune comptait 1 413 habitants[Note 1], en augmentation de 1,73 % par rapport à 2010 (Bas-Rhin : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7287297769049721 0411 0721 1321 109
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 0991 1041 1101 000964975907869826
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
825812794752795830848891934
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 0221 0481 1031 0551 0881 1821 3911 3891 413
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cette église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1846[8]. Elle possède une architecture, un mobilier et des vitraux remarquables[9] ainsi qu'un orgue de Martin et Joseph Rickenbach[10].
  • Ancien cimetière[11]. Dalles funéraires des chanoines des XIIIe et XIVe siècles.
  • Chapelle de la Vierge, Marxkapelle[12].
  • Chapelle du Marxhof[13].
  • Fontaine Saint-Florent[14] .
  • Moulin et ferme Helmbacher[15] et ancien moulin de l'abbaye (moulin Lauber dit encore Schnellemuehl) dont la roue à aube a été enlevée vers 1900 et le canal d'alimentation avec le barrage détruit dans les années 1950.
  • Maison de receveur aux dîmes[16].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Événements et fêtes à Niederhaslach[modifier | modifier le code]

  • Premier weekend du mois de juillet : Messti du village.
  • Solstice à la collégiale : Les rayons du soleil qui se reflètent sur les vitraux de l'Eglise Saint Jean Baptiste révèlent la beauté de ces derniers. Les verrières qui ont l'air ordinaires toute l'année voient leurs couleurs s'intensifier durant la Solstice d'été et offrent une vue magnifique à tous les spectateurs. Pour rendre ce moment encore plus agréable, les spectateurs peuvent apprécier et commenter cet événement accompagnés de chants et de musique[17].
  • La Saint-Florent : Depuis 12 siècles, un événement est commémoré chaque année sur la place de l'Eglise de Niederhaslach : La translation des reliques de Saint Florent (neuvième évêque de Strasbourg) par l'évêque Rachio. La cérémonie a lieu le dimanche qui suit le 6 novembre[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lucien Baumann (1910-2012), avocat, homme de lettres et poète, résident du village.
  • Johannes Burckard (v.1450-1506), maître des cérémonies de cinq papes dont Xystus IV, Innocent VIII, Alexandre VI (Borgia), Pie III et Jules II.
Colloque organisé par Pierre P. Meyer à l'occasion du 500e anniversaire du décès de Johannes Burckard en présence de M. Adrien Zeller ancien ministre et président de la région Alsace avec les professeurs des Universités de Strasbourg et de Paris[19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de saint-Florent, Paris, 1638
  2. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009)
  3. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. Notice no PA00084831, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Le patrimoine architectural et mobilier de la commune : l’église Saint-Florent sur le site officiel du ministère français de la Culture.
  10. Niederhaslach, St Jean-Baptiste, orgue de Martin et Joseph Rickenbach, 1903
  11. Notice no IA67011297, base Mérimée, ministère français de la Culture Ancien
  12. Notice no IA67011303, base Mérimée, ministère français de la Culture Chapelle de la Vierge, Marxkapelle
  13. La chapelle du Marxhof
  14. Notice no IA67011306, base Mérimée, ministère français de la Culture Fontaine Saint-Florent (C)
  15. Notice no IA67011322, base Mérimée, ministère français de la Culture Moulin et ferme Helbacher
  16. Notice no IA67011309, base Mérimée, ministère français de la Culture Maison de receveur aux dîmes
  17. Le Solstice d'été à la collégiale
  18. La Saint Florent
  19. Johannes Burckard, Dans le secret des Borgia 1492 - 1503. Trad. Turmel. Introduction de Yvan Cloulas. I vol. 518 p. Tallandier, éd. 2003