Monastère Saint-Alexandre-Nevski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Russie image illustrant une abbaye ou un monastère
Cet article est une ébauche concernant la Russie et une abbaye ou un monastère.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

59° 55′ 16″ N 30° 23′ 17″ E / 59.921, 30.388

Vue actuelle du monastère
Une vue sur le monastère, peinte au début du XIXe siècle

Le monastère de la Sainte-Trinité-Alexandre-Nevski à Saint-Pétersbourg a été fondé par Pierre le Grand en 1710 à Saint-Pétersbourg, pour abriter les reliques de saint Alexandre Nevski, protecteur de la nouvelle capitale de la Russie. Ces reliques furent transférées depuis Vladimir le .

Le monastère prend alors le titre de « laure » pour que Pétersbourg n'ait rien à envier ni à Kiev, ni à Moscou. Il manifeste la volonté d'enraciner la nouvelle capitale dans le prestigieux passé de la « sainte Russie ».

Fondation[modifier | modifier le code]

« En cette année 1710, Sa Majesté [Pierre le Grand], étant à Saint-Pétersbourg, [...] examina les terrains à bâtir et trouva un bel emplacement au-dessus de la Neva, près de Saint-Pétersbourg, à l'estuaire de la rivière Noire, lieu qui était dénommé Victoires et où il ordonna de bâtir le monastère de la Sainte-Trinité-et-Saint-Alexandre-Nevski[1]. »

La perspective Nevski est construite pour relier le monastère à l'Amirauté.

Trois cimetières dépendent de la laure :

Cimetière Saint-Lazare[modifier | modifier le code]

Le cimetière Saint-Lazare (Lazarevskoïe) attenant à la laure abrite les tombeaux de personnages célèbres, dont le tombeau du mathématicien suisse Leonhard Euler, qui passa une grande partie de sa vie en Russie, à la cour de l'impératrice Catherine II, et celui de Jean-François Thomas de Thomon, architecte français de l'Empire russe, ou encore celui du comte Serge Witte.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wladimir Berelowitch et Olga Medvedova, Histoire de Saint-Pétersbourg, Paris, Fayard, 1996, p. 78.

Lien externe[modifier | modifier le code]