Pierre-Louis Basse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Basse.
Pierre-Louis Basse
Image illustrative de l'article Pierre-Louis Basse
Pierre-Louis Basse, à Rennes le 27 janvier 2011

Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Paimbœuf
Nationalité Française
Émissions Le temps de le lire
Chaîne Sport365

Pierre-Louis Basse, né le à Paimbœuf[1] (Loire-Atlantique), est un journaliste et écrivain français, passionné de sport, notamment de football, et aussi d'histoire, notamment sur la période d'occupation. Depuis le , il est le conseiller « Grands Événements » du Président de la République François Hollande[2].

Journaliste[modifier | modifier le code]

Né dans une famille communiste, « élevé au son de l'Internationale »[3] selon le quotidien Libération Pierre-Louis Basse entre en classe préparatoire et devient professeur de français.

Grande figure du journalisme sportif, il fait l'essentiel de sa carrière au service des sports d'Europe 1. Sa voix est bien connue des amateurs de sport puisqu'il a notamment commenté pendant 30 ans les Jeux Olympiques, les Coupes du Monde de football et la Ligue 1. Il est remercié par Jérôme Bellay en 2004. Il est ensuite chroniqueur à Canal+, collabore aussi à Marianne et au Figaro. Il a été rédacteur en chef de l'émission Cult sur France 5. En , rappelé par Jean-Pierre Elkabbach, il rejoint de nouveau Europe 1. Jusqu'en , il y présente À l'air libre, une émission traitant de l'actualité.

À partir de septembre 2007, il anime la tranche d'information de la mi-journée du week-end et le magazine de débat Faites comme chez vous[4],[5] ainsi que Bienvenue au Club jusqu'en mai 2009[6], une émission d'échanges avec des invités sur l'actualité du football, le lundi soir.

À la rentrée 2009, il anime sur Europe 1 Le Temps de le Dire, un talk show culturel et philosophique, le samedi et le dimanche de 12 h à 13 h.

Le 10 juin 2010, Pierre-Louis Basse anime de nouveau Bienvenue au Club sur Europe 1 pour parler de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Dans son émission, il invite en même temps politiques, écrivains, philosophes, économistes, journalistes, sportifs et responsables des hautes instances du football français. La coupe du monde est alors prétexte à des digressions qui emmènent l'auditeur vers des horizons tout à fait éloignés de l'image traditionnelle du football. Entre septembre 2010 et juin 2011, il anime l'émission Bienvenue chez Basse de 20 h à 22 h sur Europe 1 en semaine. Cette émission n'est pas reconduite à la rentrée 2011[7]. Il dit alors déplorer que les émissions consacrées à la réflexion soient réduites au profit des humoristes. En 2012 à l'occasion d'une interview dans le journal L'Humanité, il estime que « les journalistes doivent s’engager »[8].

Depuis septembre 2012, Pierre-Louis Basse officie sur Sport365 d'abord à la présentation d'A domicile puis du Temps de le lire (émission Sport & Littérature).

Depuis 2013, il tient également une chronique hebdomadaire dans l'Humanité.

En août 2014, Pierre Louis Basse est nommé conseiller chargé des Grands événements auprès du Président François Hollande.

Écrivain[modifier | modifier le code]

Pierre-Louis Basse est également écrivain. Longtemps journaliste sportif, il est l'auteur d'une biographie d'Éric Cantona, Un rêve modeste et fou, et de plusieurs ouvrages sur le football et sur des événements sportifs comme Séville 82 France-Allemagne : le match du siècle, sur la célèbre demi-finale de coupe du monde entre la France et l'Allemagne de 1982 ou en octobre 2007 de 19 secondes 83 centièmes, un livre qui raconte la finale du 200 mètres des Jeux olympiques d'été de 1968 avec les athlètes américains Tommie Smith et John Carlos qui protestèrent sur le podium contre les discriminations des noirs aux États-Unis. En 2012, il publie chez Robert Laffont Gagner à en mourir sur le match de la mort de 1942.

Il est également l'auteur de Guy Môquet, une enfance fusillée en 2000. Pierre-Louis Basse est le fils d'Esther Gaudin qui, jeune militante communiste, s'était vu confier la mission en 1941 d'aller récupérer les planches sur lesquelles les fusillés de Châteaubriant, dont Guy Môquet, avaient écrit, en plus de leurs lettres, leurs dernières volontés[9]. Son grand-père maternel, Pierre Gaudin[10], également militant communiste fut interné dans le même camp que Guy Môquet dont il s'évada le 23 novembre 1941[11]. Repris, il fut déporté à Dachau, puis au Loibl Pass[12],[13].

Romancier, Pierre-Louis Basse a écrit Ma ligne 13, un roman remarqué, croisant le reportage, la poésie et l'introspection. Son deuxième roman, Ça va mal finir, écrit après avoir été licencié de son poste de grand reporter à Europe 1[1], raconte la vie d'un journaliste connu qui se retrouve au chômage et qui n'a plus rien à faire qu'à se sentir vivant. Son personnage passe des arcanes de l'ANPE aux studios de Canal +, des communautés arabe et juive au canapé d'une lepéniste et escorté d'une belle étrangère, pense à Nougaro et à Aragon. À l'automne 2007, il publie un pamphlet : Guy Môquet au Fouquet's.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Scénariste

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Pierre-Louis Basse le passeur », Le Monde, 13 février 2008
  2. « Nominations de A. AZOULAY, P.-L. BASSE et F. TOMÉ-LELIÈVRE », sur www.elysee.fr,‎ (consulté le 25 août 2014)
  3. Des pages d'exploits. Cicatrices d'un 8 juillet, DINO DI MEO, liberation.fr, 26 décembre 2005
  4. « Faites comme chez vous – Pierre-Louis Basse », sur le site europe1.fr, consulté le 7 avril 2009
  5. « Tous les programmes – Les émissions », sur le site europe1.fr, consulté le 7 avril 2009
  6. « Bienvenue au club – Pierre-Louis Basse », sur le site europe1.fr, consulté le 7 avril 2009
  7. « Pierre-Louis Basse : “Mon éviction est complètement politique” », Le Monde, 22 octobre 2011.
  8. Interview. Dans notre société, les journalistes doivent s'engager. L'Humanité 21 decembre 2012
  9. Pierre-Louis Basse, Guy Môquet, une enfance fusillée, Stock, 2000, p. 20-21.
  10. Pierre-Louis Basse, Guy Môquet, une enfance fusillée, Stock, 2000 ; rééd. Stock, 2007 (ISBN 978-2-234-05271-0), page de dédicace, p. 79-81, 118 et 177.
  11. Pierre-Louis Basse, Guy Môquet, une enfance fusillée, Stock, 2000 ; rééd. Stock, 2007 op. cit., p. 119 et 122-124.
  12. Pierre-Louis Basse, Guy Môquet, une enfance fusillée, Stock, 2000 ; rééd. Stock, 2007 op. cit., p. 120.
  13. « Je n’oublie pas Châteaubriant », L'Humanité, 24 mai 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :