Diaspora libanaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La diaspora libanaise compte entre 4 millions et 14 millions de personnes d'origine libanaise (selon la prise en compte des descendants de 1re, de 2e, de 3e, voire de 4e génération). La diaspora libanaise est composée des différentes vagues d'émigration qu'a connues le Liban depuis la fin du XIXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers la fin du XIXe siècle, le Levant fait partie intégrante de l'Empire ottoman. L'accroissement démographique et la situation politique, notamment les troubles entre druzes et chrétiens maronites en 1840-1860 dans le Mont Liban pousse de nombreux habitants de l'ensemble des provinces proches-orientales à émigrer, en particulier les chrétiens de la province autonome du Mont Liban. Ce premier mouvement d'émigration s'oriente essentiellement vers l'Amérique latine. La deuxième vague d'émigration débute à partir des années 1960, puis se poursuit durant la guerre civile libanaise (1975-1990). L'émigration touche alors l'ensemble des communautés religieuses qui composent le pays. La diaspora libanaise, souvent appelée al-intishar, est aujourd'hui particulièrement présente sur tout le continent américain, en Australie, en Europe, dans la péninsule Arabique, et en Afrique de l'Ouest.

Pays d'immigration[modifier | modifier le code]

La plus importante communauté libanaise ou d'origine libanaise est installée en Amérique latine, en particulier au Brésil (6 000 000[1]). L'Argentine (1 500 000), la Colombie (840 000) et le Mexique viennent ensuite. Aujourd'hui, ces Libanais constituent une quatrième génération parfaitement assimilée.

Il existe aussi d'importantes communautés libanaises aux États-Unis, au Canada, en Australie et en Europe, principalement en France (voir Abdallah Naaman, Histoire des Orientaux de France du Ier au XXe siècle, Ellipses, Paris, 2004) et en Suède. Au Canada, la population d'origine libanaise compte 270 000 personnes. Le Québec compterait à lui seul 150 000 citoyens d'origine libanaise, dont 90 % seraient concentrés dans la métropole, Montréal [2].

En Afrique[3], la diaspora libanaise est à majorité chiite, avec un taux non négligeable de grecs-orthodoxes. La Côte d'Ivoire est le pays africain qui compte le plus de ressortissants libanais avec 60 000 personnes, suivi de la Guinée.

Dans les Amériques et les Antipodes, la diaspora libanaise est majoritairement chrétienne avec les substantiels (issus de chiites) alaouites et druzes. Toutefois en Argentine, au Brésil, en Australie, au Canada et aux États-Unis il existe des populations libanaises d'origine .

En Europe occidentale, la diaspora est formée de musulmans, sunnites principalement, légèrement plus nombreux que les chrétiens.

Dans les pays du Golfe et d'autres pays arabes à musulmans, ce sont les musulmans sunnites qui sont majoritaires avec des minorités importantes de chrétiens.

Personnalités issues de la diaspora libanaise[modifier | modifier le code]

Hommes politiques[modifier | modifier le code]

Hommes de lettres, écrivains, historiens, essayistes, poètes, journalistes[modifier | modifier le code]

Scientifiques[modifier | modifier le code]

Hommes et femmes d'affaires[modifier | modifier le code]

Musiciens, chanteurs[modifier | modifier le code]

Sportifs[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Avocats[modifier | modifier le code]

Stylistes[modifier | modifier le code]

  • Joseph Abboud, styliste et auteur américain
  • Rabih Kayrouz, styliste et fondateur de la maison Rabih Kayrouz établie en France
  • Elie Saab, créateur de mode installé à Paris

Illustrateurs[modifier | modifier le code]

Militaires[modifier | modifier le code]

  • John Abizaid, général américain
  • Georges Challita, militaire français

Divers[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]