Diaspora grecque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
50 largest Greek diaspora SVG.svg

La diaspora grecque, également appelée omogenia[1],[2] désigne les communautés grecques vivant en dehors des territoires traditionnellement habités par des Grecs autour des mers Noire et Méditerranée, notamment en Grèce, à Chypre, dans le sud de l'Albanie, en Turquie et en Égypte.

Il ne faut pas confondre la diaspora grecque moderne avec la colonisation grecque antique qui était un phénomène d'essaimage de cités. La diaspora moderne a principalement trois sources :

  • économique, avec l'expatriation de travailleurs, commerçants, marins, scaphandriers vers les pays industrialisés en voie de développement rapide aux XIXe et XXe siècles ;
  • politique avec l'afflux de réfugiés chassés soit par les épurations ethniques successives dans l'Empire ottoman (notamment dans l'Empire finissant et la république turque naissante, entre-autres en application du Traité de Lausanne (1912)), soit par les dictatures grecques (Metaxas, Colonels), soit par les persécutions des régimes violents instaurés dans les pays où vivaient des minorités grecques (Albanie, Égypte, bloc de l'Est) ;
  • intellectuelle avec le choix de nombreux universitaires, artistes et scientifiques grecs de s'établir dans les pays étrangers, en général occidentaux, où ils étaient venus faire leurs études ou diffuser leurs créations.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Anagnostou, Yiorgos  : Contours de l'ethnicité blanche, ethnographie populaire et la fabrication des passés utilisables en Amérique grecque - Athènes, Ohio - Ohio University Press - 2009 - p. 174. ISBN 9780821443613. « ...en offrant une alternative à l'imputation d'omogenia (de la même race), un terme largement utilisé par les représentants de l’État mais aussi des secteurs et médias ethniques pour désigner les populations grecques en dehors de la Grèce. »
  2. (en) Tziovas Dimitris Diaspora grecque et migration depuis 1700 Societé, politique et culture - Farnham, England : Ashgate Pub - 2009 - p. 125

Voir aussi[modifier | modifier le code]