Marcellaz-Albanais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marcellaz-Albanais
Photographie en couleurs de la mairie. Photographie en couleurs de l’église et du presbytère.
Photographie en couleurs de la Rue des Écoles. Photographie en couleurs de la Route de Montagny.
De haut en bas, de gauche à droite : la mairie, l’église et le presbytère, la Rue des Écoles et la route de Montagny.
Image illustrative de l’article Marcellaz-Albanais
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Intercommunalité Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie
Maire
Mandat
Jean-Pierre Lacombe
2020-2026
Code postal 74150
Code commune 74161
Démographie
Gentilé Marcellaziens
Population
municipale
1 930 hab. (2018 en augmentation de 6,28 % par rapport à 2013)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 52′ 32″ nord, 6° 00′ 07″ est
Altitude Min. 340 m
Max. 729 m
Superficie 14,54 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Annecy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Rumilly
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Marcellaz-Albanais
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Marcellaz-Albanais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marcellaz-Albanais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marcellaz-Albanais
Liens
Site web marcellaz-albanais.fr

Marcellaz-Albanais (prononcé [maʁselaalbanɛ], le z étant muet[Note 1]) est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Partie intégrante du pays de l'Albanais, dont elle tire son nom, elle en est la sixième commune en superficie, avec ses 14,54 km2, et la huitième plus peuplée, avec 1 906 habitants (en 2017).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte présentant les limites territoriales de Marcellaz-Albanais et les communes limitrophes.
Carte de Marcellaz-Albanais et ses communes limitrophes.

La commune de Marcellaz-Albanais se trouve dans le sud-ouest du département de la Haute-Savoie, dans le pays de l'Albanais. À vol d’oiseau, elle se situe à 10,2 km au sud-ouest d’Annecy[2], préfecture du département, et respectivement 38,6 km, 30,4 km et 66,2 km au sud-ouest des trois sous-préfectures : Bonneville[3], Saint-Julien-en-Genevois[4] et Thonon-les-Bains[5]. Le chef-lieu de canton, Rumilly[6], est quant à lui à 4,8 km au sud-ouest de la commune.

La commune se situe à l’est de la communauté de communes Rumilly Terre de Savoie et est de fait frontalière avec l’intercommunalité voisine, la communauté d'agglomération du Grand Annecy.

Marcellaz-Albanais est limitrophe de huit autres communes. La moitié est rattachée à la communauté de communes Rumilly Terre de Savoie, l’autre dépend de la communauté d’agglomération du Grand Annecy.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est marqué par plusieurs collines, comme Crêt Dieu (590 m).

La superficie de la commune est de 1 454 hectares, ce qui en fait l’une des communes les plus étendues dans l’Albanais, mais elle est loin derrière la plus imposante, la commune nouvelle d’Entrelacs, qui s’étale sur 5 190 hectares. L’altitude de Marcellaz-Albanais varie de 340 à 729 mètres[7]

Le point le plus élevé de la commune (729 m) est située au niveau du lieu-dit La Mollière, dans la forêt des Lanches qui s’étale entre Marcellaz-Albanais et Montagny-les-Lanches, tandis que le point le bas bas (340 m) se trouve dans le lit du Nant de la Verne, à quelques mètres de sa confluence avec le Fier qui se trouve sur le territoire d’Hauteville-sur-Fier. L’altitude du chef-lieu est d’environ 550 m, ce qui est correspond plus ou moins à l’altitude moyenne de la commune (534 m).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs de la rivière du Fier à Hauteville-sur-Fier.
Jusqu’en 1923, le Fier servait de limite entre Marcellaz-Albanais et Hauteville-sur-Fier.

Marcellaz-Albanais compte un certain nombre de petits ruisseaux sur son territoire. Par ordre de longueur décroissant, on trouve le Nant de la Nanche (4,4 km)[S 1], le Nant de la Verne (3,93 km)[S 2], le Nant des Bornières (2,99 km)[S 3], le Nant de Mieudry (2,47 km)[S 4], le Ruisseau des Petites Creuses (2,26 km)[S 5] et le Ruisseau de la Benoîte (1,04 km)[S 6]. Ils sont tous des affluents du Chéran (2 directs et 1 indirect) ou du Fier (1 direct et 2 indirects). Ce dernier a servi, jusqu’en 1923, de limite avec la commune voisine de Hauteville-sur-Fier[Note 2],[8]. Depuis cette date, il passe à quelques mètres au nord de la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs de la Rue des Écoles sous la neige en février 2020.
La Rue des Écoles sous la neige en février 2020.

La situation géographique de Marcellaz-Albanais soumet la commune à un climat tempéré continental[9]. Les amplitudes thermiques sont modérées, caractérisées par des étés modérément chauds et des hivers frais. La pluviométrie est assez équilibrée, mais des déficits hydriques ne sont pas à exclure selon les années, en période estivale notamment. On constate toutefois une dégradation des conditions climatiques depuis le littoral vers l’intérieur des terres. Cela se manifeste par une atténuation des vents, des hivers un peu plus froids avec des gelées plus persistantes dans certaines zones exposées, des précipitations moyennes annuelles moindres que dans le reste du département, des orages d’été plus ou moins violents.

Les données météorologiques ci-dessous sont issues de la station de Bloye, située à 7,1 km au sud-ouest de Marcellaz-Albanais.

Relevé météorologique de Bloye (375 m), période 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,8 −1,4 1,2 4,3 9,2 12,3 13,6 13,6 9,9 6,9 1,7 −1,2 5,7
Température moyenne (°C) 1,8 3,4 7,1 10,7 15,5 19,1 20,6 20,3 16 12 5,8 2,1 11,2
Température maximale moyenne (°C) 5,5 8,3 13 17,1 21,9 25,9 27,6 27 22,1 17,2 9,9 5,4 16,7
Précipitations (mm) 93,1 85,1 98,5 96,9 90,3 93,5 81 119,2 97,1 113,2 119,5 102,5 1 189,9
Source : Infoclimat, « Normales et records climatologiques 1981-2010 à Bloye », sur www.infoclimat.fr, 2001-2019 (consulté le 12 avril 2020).
Températures minimales et maximales (°C) à la station de Bloye
Mois Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
maximales 17.0 18.8 24.0 29.0 34.0 36.5 37.5 40.0 31.8 27.5 21.7 20.5
date 02/01/2003 23/02/2017 26/03/2006 21/04/2018 29/05/2001 27/06/2005 14/07/2003 13/08/2003 13/09/2016 07/10/2009 08/11/2015 07/12/2000
minimales -13.5 -16.1 -12.0 -5.5 0.0 2.0 6.0 5.0 0.3 -6.0 -12.5 -14.0
date 30/01/2004 05/02/2012 01/03/2005 08/04/2003 01/05/2006 01/06/2006 13/07/2000 30/08/1998 30/09/1995 31/10/1997 27/11/2005 20/12/2009
Source : Infoclimat, « Normales et records climatologiques 1981-2010 à Bloye », sur www.infoclimat.fr, 2001-2019 (consulté le 12 avril 2020).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Liaisons aériennes[modifier | modifier le code]

Deux aéroports sont situés à moins de 30 minutes de Marcellaz-Albanais. Au nord-est, l’aéroport d’Annecy est principalement dédié à l’aviation d’affaires, tandis que celui de Chambéry, au sud, propose des liaisons régulières vers l’international, notamment vers les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs de la Route des Creuses.
La Route des Creuses traverse la commune d’est en ouest.

La route principale est la route départementale D16, également appelée Route des Creuses, qui relie Annecy à Rumilly et traverse de ce fait la commune d’est en ouest. Trois autres routes départementales permettent de se rendre à Étercy (RD 238) et Hauteville-sur-Fier (RD 38 et RD 258). À cela s’ajoutent un certain nombre de voies communales reliant l’ensemble des hameaux et villages de la commune.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs de l’ancienne gare de Marcellaz-Hauteville.
La gare de Marcellaz-Hauteville, fermée au trafic voyageurs depuis 1993.

En 1866, une gare est construite dans le hameau de la Champagne, au nord de la ligne d'Aix-les-Bains-Le Revard à Annemasse qui est ouverte au service voyageurs le [10],[J 2]. Elle est nommée gare de Marcellaz - Hauteville en raison de son emplacement, à moins d’un kilomètre de Hauteville-sur-Fier. En , le hameau de la Champagne est rattaché à cette commune, et la gare passe de fait sur son territoire, la ligne de chemin de fer servant désormais de limite communale[8]. Elle est fermée au trafic voyageurs vers 1994 et le bâtiment est vendu à un particulier[10],[J 2]. Depuis, les gares ouvertes les plus proches sont celles de Rumilly, à 7,5 km à l’ouest, et d’Annecy, à 12 km à l’est.

Dans le cadre du projet de modernisation du tronçon Aix-les-Bains-Le Revard - Annecy, qui consiste notamment à doubler partiellement la voie, la SNCF n’exclut pas la possibilité d’ouvrir une nouvelle halte à Marcellaz[11]. Ce projet est appuyé par les élus locaux, qui déplorent l’absence de gare dans le secteur nord de l’Albanais.

Photographie en couleurs d’un car similaire à ceux exploités sur la ligne 33.
Un car similaire à ceux exploités sur la ligne 33 de Rumilly Terre de Savoie.

La commune est desservie par une ligne de car, organisée par la communauté de communes Rumilly Terre de Savoie. Numérotée 33, elle relie Rumilly à Annecy par la Route des Creuses, traversant de fait Marcellaz-Albanais, où elle dessert cinq arrêts, dont un au chef-lieu. Selon les jours, deux à cinq départs sont proposés.

Des services scolaires sont également mis en place par l’intercommunalité pour permettre aux élèves de se rendre dans les établissements d’enseignement secondaire de Rumilly.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Marcellaz-Albanais est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[12],[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Annecy, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (81,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (57,8 %), forêts (16,7 %), prairies (15,7 %), terres arables (7,1 %), zones urbanisées (2,6 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu de Marcellaz-Albanais.

Le plan local d'urbanisme (PLU) de Marcellaz-Albanais, révisé en et modifié en , identifie un habitat communal structuré en deux groupes[Off 1],[Off 2] :

  • le chef-lieu, également appelé centre bourg, est implanté à l’origine autour de l’église Saint-Maurice, à l’ouest de la Route des Creuses (RD 16). Son agglomération s’est considérablement développée au cours des dernières décennies, essentiellement sous forme pavillonnaire, en direction des lieux-dits situés à l’ouest. Depuis le milieu des années 2010, il fait l’objet d’une revalorisation avec le lancement d’un projet d’éco-bourg[J 3], qui comporte notamment la création d’un giratoire sur la RD 16 et le réaménagement de la Place de l’Albanais (réalisés en 2016/2017 et inaugurés en )[18],[BM 1],[BM 2], le percement d’une nouvelle rue afin de permettre la mise en place d’un sens de circulation (au printemps 2019)[BM 3] et la construction de programmes immobiliers collectifs dont le premier, baptisé Le verger du Bourg, est implanté face à la mairie et inauguré en [BM 3] ;
  • une petite dizaines de hameaux, dont la taille est assez variable, pouvant aller d’une simple ferme à un ensemble de bâtiments plus important[Off 2].

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison du logement à Marcellaz-Albanais et dans l’ensemble de la Haute-Savoie en 2016, au travers de quelques indicateurs[In 1],[In 2] :

Indicateurs de logement - Marcellaz-Albanais, 2016
Marcellaz-Albanais Haute-Savoie
Part des résidences principales (en %) 92,5 70
Part des logements vacants (en %) 5,5 5,9
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 88,7 59,8

L’habitat à Marcellaz-Albanais en 2016 se caractérise par une proportion de ménages propriétaires de leur habitation supérieure à la moyenne départementale, et la part de logements vacants y est légèrement plus faible[In 1]. Le logement locatif ne représente que 8,3 % des résidences principales. Cette même année, 64,7 % des ménages résidaient dans la commune depuis 10 ans ou plus[In 1].

En 1968, on dénombrait 157 résidences principales[In 1]. Après une hausse timide sur la période 1968-1975 (+ 33 résidences), ce chiffre augmente de manière assez régulière jusqu’au début des années 2010, passant régulièrement au-dessus de la barre des 90 nouvelles habitations et frôlant la barre des 110 pour la période 1982-1990[In 1], avant de subir un arrêt brutal sur la période 2011-2016, qui n’enregistre que 47 nouvelles résidences principales, dont le nombre totale est alors de 702[In 1]. On est toutefois bien loin du chiffre de 1968, qui a été multiplié par 4 en à peine 50 ans[In 1].

Les résidences secondaires ou logements occasionnels représentent 2 % des habitations de Marcellaz-Albanais[In 1], valeur très nettement inférieure à la moyenne du département qui s’élève à près de 25 % (24,1 %)[In 2].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d’un mur de soutènement le long de la Route des Creuses.
Un mur de soutènement le long de la Route des Creuses.

Marcellaz-Albanais est soumise à quatre risques naturels : inondations, glissements de terrain, chute de pierre et zones humides. Ces risques ne concernent pas l’ensemble de la commune mais seulement certains lieux, qui ont été cartographiés par le département[P 1],[P 2],[P 3]. Des travaux ont également été entrepris par endroits afin de limiter les risques[P 4],[P 5]. La commune est classée, comme l’ensemble du département, en zone de sismicité 4 (moyenne)[MI 1].

Toutefois, malgré l’existence de ces risques, on ne dénombre que trois arrêtés reconnaissant l’état de catastrophe naturelle sur les 40 dernières années : un premier en pour « tempête »[MI 1], un second en pour « inondations, coulées de boue et mouvements de terrain »[MI 1], et le troisième qui est le plus récent, date d’[MI 1]. Il fait suite au tremblement de terre de magnitude 5.4 qui a secoué la région le matin du [19],[J 4],[20].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise au risque de pollution liées au transport de matières dangereuses sur la Route des Creuses (RD 16) et la ligne d’Aix-les-Bains à Annemasse[MI 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[21],[7].


  • Marselaz en 1307 ;
  • Cura de Marsolaz vers 1344 ;
  • Marselay au XIVe siècle ;
  • Marcellas en 1793.
  • Marcellaz (ou Marcellaz en Genevois) en 1801.
  • Marcellaz-Albanais depuis 1921.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La commune porte le nom de Marcellaz-Albanais depuis le début des années 1920, suite au décret du qui lui accole le nom du pays de l’Albanais afin de la différencier de la commune homonyme, située dans la province du Faucigny[8].

Avant cette date, elle se nomme Marcellaz, quelquefois étendu à Marcellaz-en-Genevois, du nom de la province du Genevois où elle est située, afin de la distinguer de la commune de Marcellaz, dans le Faucigny.

Le nom de Marcellaz semble être un dérivé du nom romain Marcellus, ce qui laisse à penser qu’une villa gallo-romaine s’y trouvait dans l’antiquité[21].

En francoprovençal, le nom de la commune s’écrit Marslâ (graphie de Conflans) ou Marcèlaz (ORB)[22].

Microtoponymes[modifier | modifier le code]

La commune regroupe près de deux-cents lieux-dits et hameaux[Off 2],[23] :

  • A Crottaz
  • A Denise
  • A Rives
  • A Salins
  • A Thieully
  • Au Cret
  • Au Plat
  • Aux Neigeux
  • Aux Planchettes
  • Aux Rochins Nord
  • Aux Rochins sud
  • Aux Steppes
  • Bofflon
  • Bois aux loups
  • Bois Ronds
  • Champ au Moulin
  • Champ au Peuplier
  • Champ de la Croix
  • Champ de la Raie et Coutaine
  • Champ des Morts
  • Champ Feti et Le Bois
  • Champ rochers et les gardées
  • Chaunu
  • Chavanne
  • Chenane Est
  • Chenane Ouest
  • Chennevrier
  • Chertaz
  • Chesnay
  • Chez Nanche
  • Chez Regod
  • Chonu
  • Col Bossu
  • Combe et La Morale
  • Contentenaz
  • Coutasse Nord
  • Coutasse Sud
  • Crêt Cernay
  • Crêt Dieu
  • Cretet
  • Creton
  • Creux Saint-Bernard
  • Dioson
  • Dessous la Ville
  • Dioson
  • Faramaz
  • Fareuse Est
  • Fareuse Ouest
  • Faucigny
  • Fenieres Nord
  • Fenieres Sud
  • Germagny
  • Gleufoy
  • Goulta
  • Gruffat
  • Guinniti
  • Joudrain
  • La Barre
  • La Champagne (jusqu’en 1923)[Note 2]
  • La Cote
  • La Courbe
  • La France
  • La Galle
  • La Glenaz
  • La Golta
  • La Guene
  • La Lama
  • La Lama et Les Creuselets
  • La Maladière
  • La Molière
  • La Pièce
  • La Pièce à Bras Courants
  • La Pièce à Dalex
  • La Pièce de Derrière
  • La Pièce de Gleufoy
  • La Praz
  • La Radia
  • La Radia et la Galata Nord
  • La Radia et la Galata Sud
  • La Ravoire
  • La Tailla
  • La Tire
  • La Violette
  • Le Bois
  • Le Château et La Violette
  • Le Châtelet
  • Le Chêne
  • Le Chennevrie
  • Le Crêt
  • Le Faubourg
  • Le Marais à Praille Nord
  • Le Marais à Praille Sud
  • Le Marais de Germagny
  • Le Mely
  • Le Morceau
  • Le Morceau et Entremont
  • Le Noir
  • Le Noyer
  • Le Paradis et Les Tissotes
  • Le Piémont
  • Le Plan
  • Le Plant
  • Le Pré de la maison
  • Le Pré du zou
  • Le Rouet
  • Les Airs
  • Les Arderes
  • Les Biaules
  • Les Blanches
  • Les Bougres et Potringat
  • Les Bruyères
  • Les Bruyères et Carrières
  • Les Cambrosses
  • Les Carouges
  • Les Champs de Piau
  • Les Champs du Buisson
  • Les Combes
  • Les Combes et Chalanche
  • Les Creuselets
  • Les Creuses
  • Les Erenes Nord
  • Les Erenes Sud
  • Les Essaies et Camp Batail
  • Les Fesses
  • Les Fourrages
  • Les Foux Nord
  • Les Foux Sud
  • Les Gargues
  • Les Glermes
  • Les Gonnetes
  • Les Grandes Vignes Est
  • Les Grandes Vignes Ouest
  • Les Grands Champs
  • Les Hevernes
  • Les Hutins
  • Les Landrourets
  • Les Marais à Prailles
  • Les Menons
  • Les Mouilles
  • Les Muets
  • Les Ouches
  • Les Planchettes
  • Les Plates
  • Les Prailles
  • Les Prés
  • Les Prés aux Biches
  • Les Quarts
  • Les Raies
  • Les Sablons
  • Les Songeons et la Golta
  • Les Teppes
  • Les Teppes Blanches
  • Les Trembles
  • Les Vaux Nord
  • Les Vaux Sud
  • Les Vernes
  • Les Vignes à Barraut
  • Les Vignes de Chonu
  • Les Volas
  • Les Vorges
  • Lot des Sorlies
  • Malbrande
  • Marcellaz Village
  • Maruf
  • Mollassie
  • Montmasson
  • Oilly
  • Pallud
  • Peignat
  • Piémont
  • Pieuillet
  • Potringat
  • Pré Charnet
  • Pré Charnier
  • Pré Cleuzet
  • Pré Giroux
  • Pré Renault et Prailles
  • Prés au nez et à La Ravoire
  • Prés aux jouets
  • Prés Chertaz
  • Revins et La Maure
  • Romane Touvières et les Ga
  • Ruy
  • Sofieux
  • Sourives
  • Sous Coutasse
  • Sous Guinnili
  • Sous la ville
  • Sous le bois et Grandes Ra
  • Sous Metry
  • Sous Montmasson
  • Sous Pieuillet
  • Sur la Champagne
  • Sur la Rue
  • Sur le Fier
  • Sur le Nant
  • Sur les haies et le boule
  • Sur les Vignes
  • Teppes Vertes
  • Touvières
  • Vers con
  • Vers Glace

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le passé antique de la commune est assez peu connu. L’étymologie du mot Marcellaz semble être un dérivé du nom romain Marcellus, ce qui laisse à penser qu’une villa gallo-romaine s’y trouvait dans l’antiquité[21].

Cette occupation du territoire communal dès l’époque romaine est appuyé par la découverte, dans les années 1850/1860, d’une médaille en cuivre dans le jardin du presbytère[24]. Frappée d’une tête avec l’inscription « IMP. MAXIMIANO AUG. » sur une face[24] et, sur l’autre, d’une représentation du génie romain tenant une couronne dans la main droite et une branche de palmier ou de laurier dans la gauche, le tout accompagné de la légende « GENIO POPULI ROMANI »[24], elle semble avoir été réalisée en l’honneur de Maximien Hercule, nommé Auguste par Dioclétien en 286[24]. La mort du premier en 310 permet de dater cette médaille du dernier quart du IIIe siècle[24].

Époque médiévale[modifier | modifier le code]

Comme pour la période antique, le passé médiéval de Marcellaz-Albanais est assez flou. La découverte, au XIXe siècle, de tombeaux en molasse au lieu-dit Crêt-Dieu laisse penser qu’un cimetière était installé sur le territoire communal à l’époque des Burgondes.

La paroisse de Marcellaz[modifier | modifier le code]

La paroisse de Marcellaz est placée sous le patronage de saint Maurice.

Une paroisse est créée à Marcellaz au XIe ou XIIe siècle. Dédiée à saint Maurice, elle dépend du décanat d’Annecy, qui en nomme le curé, et d’un vicaire[25]. François Croisollet signale qu’un Pierre de Corsinge en est le curé en 1307[F 1]. Une première église est construite à peu près à la même époque. Quatre chapelles y sont fondées, dédiées à saint Jean-Baptiste, saint Sébastien, au Saint-Esprit et à Notre-Dame[25]. Les trois premières sont ruinées au XVIIe siècle et détruites, tandis que la dernière est entretenue par la famille Randollet, puis par les nobles Roget au siècle suivant[25].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, la majeure partie du territoire communal dépend de la seigneurie d’Hauteville[25], propriété des Montfalcon de Rogles jusqu’en 1717. Malgré cette appartenance, l’élection du syndic de Marcellaz est soumis à l’accord du châtelain de Montagny[25]

Le cadastre de 1730 dénombre 19 nobles propriétaires à Marcellaz, tous établis après le XVIe siècle[25]. À la veille de la Révolution française, les droits seigneuriaux versés par les habitants s’élèvent à 14 073 livres pour la période allant de 1783 à 1792[25]. Ils sont perçus par neuf nobles et cinq institutions ecclésiastiques, dont la cathédrale de Chambéry, qui perçoit le plus important revenu[25].

Visite de saint François de Sales[modifier | modifier le code]

Le , la paroisse de Marcellaz reçoit la visite de l'évêque François de Sales en personne[F 2]. Il est reçu par le curé Georges Cohendet et les trois syndics Claude Viollet, Claude Paccard et Dominique Crosat ainsi que par plusieurs notables. L'évêque constate que l'église est en mauvais état et demande aux paroissiens de faire réparer les murs de la nef et du clocher, de faire fermer à clef les fonts baptismaux et de fournir une bannière et un parement d'autel. Le curé est également invité à s'occuper de la réparation de la toiture du presbytère, de la couverture du tabernacle. Les réparations doivent être effectuées dans un délai de deux mois sous peine d'interdit, entraînant la fermeture de l'église et la privation des sacrements. À cette époque, les chapelles de Saint-Jean-Baptiste et Saint-Sébastien, ruinées, avaient été rasées depuis longtemps. La chapelle du Saint-Esprit sera unie au maître-autel faute d'avoir pu trouver un recteur. La chapelle Notre-Dame doit être restaurée par les Randollet.

Révolte paysanne du village de Faramaz[modifier | modifier le code]

En 1696, constatant que ses favetiers ne payent pas leurs impôts, le comte d’Hauteville, François de Montfalcon de Rogles, décide d’effectuer un inventaire de son fief, en définissant les limites des parcelles et leurs propriétaires[25],[26],[27]. Le au matin, il se rend, en compagnie d’une petite troupe composée de son fils, son fermier, deux valets, deux commissaires à terriers et deux indicateurs, dans la campagne afin de poursuivre le travail entamé[26]. Au cours de celui-ci, ils malmènent un paysan qui refuse de donner le nom de la parcelle sur laquelle il travaille[25],[26]. L’après-midi même, le groupe est pris à partie par une centaine d’habitants du hameau de Faramaz armés de pierres, de frondes ou de serpes[25],[26],[27]. Le groupe prend alors la fuite, mais l’un des indicateurs est rattrapé par la foule, qui le frappe et lui retire ses vêtements avant de le laisser rentrer nu au château[25],[26],[27]. La justice s’empare de l’affaire et fait convoquer le seigneur et son fermier à Chambéry, tandis que six paysans sont emprisonnés[26].

Le crâne de Marcellaz[modifier | modifier le code]

On note, au cours des siècles passés, l’existence d’un crâne et de deux tibias scellés dans une niche grillagée à l’intérieur du clocher de l’église Saint-Maurice[27],[28]. Ces reliques appartiennent au seigneur d’Hauteville, Montfalcon de Rogles, qui dispose, au chef-lieu de Marcellaz-Albanais, d'un castel où il réside pendant la période de la chasse[28],[29],[30].

La légende raconte que le seigneur s’éprend de la fille de son fermier, mais que celle-ci repousse ses avances, peut-être selon les conseils du vicaire[25],[28],[29],[F 3]. Alors qu’il récite son bréviaire au lieu-dit « Vers Prailles », ce dernier est abattu d’un coup de fusil par Montfalcon de Rogles, qui le considère comme responsable de la position de la fille[25],[27],[28],[29],[30],[F 3]. Arrêté, le seigneur est jugé par le Sénat de Savoie et condamné à mort en étant pendu sur la place de l’église communale[25],[27],[28],[29],[30],[F 3]. L’arrêté qui affirme la sentence précise que la tête du meurtrier doit être « clouée à l’endroit le plus apparent de l’église » afin d’y rester à perpétuité[25],[27],[28],[29],[F 3]. Initialement installée sur la fenêtre qui surmonte le porche de l’église, elle est déplacée vers 1843 dans une niche conçue à cet effet dans le clocher[29],[30].

La date précise de cet événement est assez floue[29] et varie selon les sources : Cl.-Fr. Servettaz, instituteur à Marcellaz-Albanais, avance la date de 1631 dans sa Monographie de la commune de Marcellaz-Albanais[27], tandis que François Croisollet indique la date de 1712 dans son Histoire de Rumilly[F 3]. Au cours de recherches, il s’avère que les archives paroissiales de la commune ne mentionnent aucun décès d’un ecclésiastique au cours de l’année 1631, et celles du Sénat de Savoie, de même que le nobiliaire de Savoie, ne fournissent aucune information sur cet événement[27].

Le crâne, encore présent dans le clocher au milieu du XXe siècle, est volé en [27]. Cet événement fait ressurgir deux autres légendes[27]. L’une d’elles complète simplement la principale en disant que le corps du seigneur a été brûlé dans un lieu-dit situé en dessous de l’église, tandis que la seconde propose une version totalement différente selon laquelle le seigneur a été exécuté par les paysans à coups de hache et de feu, avant que sa tête ne soit intégrée au ciment frais tandis que son corps est jeté dans un tas de fumier[27].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

marque le début de la Révolution française. Si la Savoie n’est pas directement concernée car, à cette date, elle dépend du Royaume de Sardaigne, la proximité de la frontière et la venue d’émigrés entrainent des troubles dans la province[H 1]. Le , celle-ci est envahie par l’armée française et devient, le suivant, le département français du Mont-Blanc[H 2]. Quelques semaines plus tard, Marcellaz élit alors son premier maire, Louis Longeray, et est intégrée, selon le découpage de l’administration française, au canton de Rumilly et au district d’Annecy[H 3],[7]. La commune perd dans le même temps son curé, Claude Duret, qui refuse la Constitution civile du clergé imposée par la France[H 4] et émigre à Alby-sur-Chéran[31].

Soulèvement anti-révolutionnaire[modifier | modifier le code]

Passé l’engouement révolutionnaire, la population savoyarde se sent lésée par le mouvement, qui lui retire d’anciens impôts au profit de nouveaux, et divers événements font monter l’opposition à la nouvelle administration[25],[H 5]. L’interdiction du culte catholique est également mal perçu[25] et certaines localités passent outre cette mesure. C’est le cas à Marcellaz, puisque la maison de Jean-François Violet, installée dans le hameau de Germagny, est utilisée comme lieu de culte clandestin, où il est assuré par des prêtres réfractaires[32].

Au début du mois d’, le maire de Marcellaz, Louis Longeray, échafaude un projet de soulèvement de plusieurs paroisses qui consisterait à prendre Rumilly, Annecy et Seyssel, puis de se rattacher au Jura[33]. Le , une centaine de royalistes, armés de fourches et de bâtons, se regroupent dans l’église, avant d’abattre l’arbre de la liberté[32]. Ils se dirigent ensuite Sales, où ils sonnent le tocsin et abattent également l’arbre de la liberté[25], afin de se rendre à Rumilly. Toutefois, contrairement à leurs attentes, ils ne sont pas rejoints par les autres paroisses[32],[33] et font face à des gardes nationaux en plus grand nombre et armés. Effrayés, ils prennent la fuite[32],[33]. Une douzaine d’entre eux est arrêtée et emprisonnée au palais de l’Isle[32],[33].

Quatre jours plus tard, les contre-révolutionnaires marcellaziens mènent un deuxième soulèvement à Rumilly à l’occasion d’une insurrection menée par le royaliste François Collomb[F 4]. Les détenus sont libérés[25], l’hôtel de ville est pillé afin de voler les procédures engagées contre les meneurs du mouvement précédent[25], et le parti pris pour la royauté est affiché[F 4].

Suite à ces deux événements, un certain nombre de personnes est arrêté à Marcellaz, dont le maire Louis Longeray qui passe six mois en détention à Chambéry[25],[F 4]. Il est remplacé par à son poste par Antoine Viollet[F 5].

La construction de la nouvelle église[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La commune paye un lourd tribut à la Première Guerre mondiale[J 5]. Celle-ci est déclarée le , et les Marcellaziens en âge de combattre sont mobilisés deux jours plus tard à la caserne de Rumilly avant d’être envoyé au front[J 5].

Le premier à perdre la vie est Jean Viollet, âgé de 23 ans et engagé au 133e régiment d’infanterie sous le no 06403–165[J 5]. Il décède le , moins d’une semaine après son arrivée en Alsace, à l’hôpital civil de Cernay suite à des blessures de guerre[J 5].

Au total, sur un peu plus de 1 000 habitants au début du conflit (1 036 au recensement de 1911), Marcellaz-Albanais perd 62 habitants au front[J 5] (soit près de 6 %), dont plus de la moitié au cours des deux premières années[34], ainsi que son vicaire et son instituteur[J 6].

La municipalité, comme la plupart des communes de France, décide de construire un monument aux morts. Le projet est validé par le conseil municipal le , et le mémorial, installé devant l’église, est inauguré moins d’un an plus tard, le [34]. Au total, sur les 75 noms gravés sur le monument, 64 sont liés à la Première Guerre mondiale, ce qui en fait le conflit le plus meurtrier pour Marcellaz-Albanais[34].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale est, avec six victimes identifiées[34], beaucoup moins meurtrière pour la commune que le précédent conflit mondial. 1940 est l’année la plus fatale pour les Marcellaziens : quatre décès sont recensés[34], et autant sont faits prisonniers de guerre par l’armée allemande entre mi-août et décembre[35],[36],[37],[38]. Les prisonniers faits au cours de ce dernier mois sont déportés au camp de concentration de Neubrandenbourg[37],[38]. 1941 verra deux autres soldats capturés, un en février et le second en avril, qui sont respectivement transférés à Sandbostel et Moosburg[39],[40].

Le reste de la guerre se déroule sans pertes pour la commune jusqu’au , lorsque André Germain est abattu par la Milice à Doussard en compagnie d’autres résistants[41]. Né à Marcellaz-Albanais le et réfractaire au S.T.O., il s’était engagé dans la Résistance auprès du maquis des Glières et avait intégré la section « Leclerc », sous les ordres du lieutenant Robert Jouglas[41].

Un dernier décès lié à la commune au cours du conflit est celui de Roger Germain en 1945[34].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune de Marcellaz-Albanais est rattachée administrativement à l’arrondissement d'Annecy. Elle fait partie du canton de Rumilly depuis la création de ce dernier en 1860 et de la première circonscription de la Haute-Savoie.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

L’électorat marcellazien semble voter majoritairement à droite.

Le taux d’abstention est en général autour des 50 % pour tous les suffrages, excepté les présidentielles où il tombe à moins de 20 %. Il atteint un record jusqu’alors inégalé pour une élection, dépassant les 65 %, à l’occasion des municipales de 2020, le premier tour ayant eu lieu dans un contexte sanitaire dégradé en raison de la pandémie de Covid-19 en France. Le résultat de ce premier tour est toutefois sans surprise : Jean-Pierre Lacombe, le maire sortant, étant seul candidat, il est réélu pour un second mandat de six ans.

Élections présidentielles, résultats des seconds tours[modifier | modifier le code]

Année 1er score 2e score Blancs ou nuls Participation
2017[MI 2] 64,37 % pour Emmanuel Macron (EM) 35,63 % pour Marine Le Pen (FN) 9,61 % 81,32 %
2012[MI 3] 61,75 % pour Nicolas Sarkozy (UMP) 38,25 % pour François Hollande (PS) 6,64 % 85,98 %
2007[MI 4] 63,65 % pour Nicolas Sarkozy (UMP) 336,35 % pour Ségolène Royal (PS) 4,66 % 88,41 %
2002[MI 5] 77,41 % pour Jacques Chirac (RPR) 22,59 % pour Jean-Marie Le Pen (FN) 3,92 % 84,4 %

Élections cantonales et départementales, résultats des seconds tours[modifier | modifier le code]

Année 1er score 2e score Blancs ou nuls Participation
2015[MI 6] 64,87 % pour Fabienne Duliege et Christian Heison (BC-DVD) 35,13 % pour Marie Favre et Denis Lemaitre (BC-FN) 4,19 % 49,08 %

Avant le redécoupage des cantons en 2014, on parle d’élections cantonales.

Année 1er score 2e score Blancs ou nuls Participation
2011 Données manquantes
2008[MI 7] 65,44 % pour Christian Heison (DVD) 34,56 % pour André Feppon (UMP) 5,25 % 50,40 %
2004 Données manquantes
2001 Données manquantes

Élections municipales, résultats des premiers tours[modifier | modifier le code]

Année 1er score Blancs ou nuls Participation
2020[MI 8] 100,0 % pour Jean-Pierre Lacombe (SE) 2,42 % 32,85 %
2014[MI 9] 100,0 % pour Jean-Pierre Lacombe (SE) 10,54 % 53,69 %
2008[MI 10] Maire élu par le conseil municipal 3,75 % 74,36 %
2001 Données manquantes

Administration locale[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs de la mairie.
La mairie en avril 2020.

Le nombre d’habitants au dernier recensement étant compris entre 1500 et 2499, le conseil municipal est composé de 19 membres élus pour six ans[42]. La dernière élection s’est déroulée le .

Conseil municipal de Marcellaz-Albanais (mandat 2020-2026)[MI 8],[MI 11].
Liste Tendance Tête de liste Siège Statut
« Bien vivre à Marcellaz-Albanais » SE Jean-Pierre Lacombe 19 Majorité
Le siège de Rumilly Terre de Savoie, dont Marcellaz-Albanais est membre depuis 1999.

À la fin des années 1990, Marcellaz-Albanais fait partie des 17 communes fondatrices de la Communauté de Communes du Canton de Rumilly, qui voit le jour par arrêté préfectoral le [A 1]. Celle-ci est renommée Rumilly Terre de Savoie en . La commune en est encore membre actuellement et est représentée au conseil communautaire par deux élus, dont le maire. L’intercommunalité dispose de nombreuses compétences : le développement économique, l’aménagement du territoire, la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations, des aires d’accueil pour les gens du voyage, de l’eau potable et de l’assainissement, la collecte et le traitement des déchets, la protection et mise en valeur de l’environnement, la politique du cadre de vie et du logement, la gestion des équipements culturels et sportifs, ainsi que l’accessibilité et le transport[A 2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Vingt personnes se sont succédé à la mairie de Marcellaz-Albanais depuis la Révolution française[43]. Si on parle de maire pour la plupart d’entre eux, quatre sont des syndic, un poste dont les fonctions sont similaires à celles de l’édile français mais propre à l’administration du Royaume de Sardaigne puisque la commune est rattachée à celui-ci, comme l’ensemble du Duché de Savoie, avant 1792 puis de 1815 à 1860[44].

Le maire actuel est Jean-Pierre Lacombe, qui occupe ce poste depuis le [J 7]. Il remplace Martine Manin, première femme maire de la commune et édile de juin 1995 à mars 2014[J 8]. Elle a l’une des mandatures de la commune, avec 18 ans au poste de maire, n’étant dépassée que par Louis Juge (26 ans, de 1892 à 1918) et Joseph Tissot (43 ans, de 1801 à 1844)[43].

Liste des syndics et maires successifs[43]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793 ? Louis Longeray    
? 1801 Antoine Viollet    
1801 1844 Joseph Tissot   syndic
1844 1848 Aimé Tissot   syndic
1848 1858 Claude Viollet   syndic
1858 1871 Claude Juge   syndic
1871 1874 Étienne Rubellin    
1874 1885 Claude Veiry    
1885 1892 Claude-Marie Beauquis    
1892 1918 Louis Juge    
1918 1923 Camille Veiry    
1923 1927 François Degeorges    
1927 10 septembre 1944 Jean Montmasson    
10 septembre 1944 22 mars 1959 Jean Veiry    
22 mars 1959 27 mars 1971 Louis Coster    
27 mars 1971 25 janvier 1974 Marius Fantin    
25 janvier 1974 25 mars 1983 Maurice Vuachet    
25 mars 1983 23 juin 1995 Fernand Demotz    
23 juin 1995 28 mars 2014 Martine Manin   Vice-présidente de la Communauté de communes du canton de Rumilly (C3R)[J 8]
Vice-présidente départementale de l’Association des maires de Haute-Savoie
28 mars 2014[45],[J 7] En cours Jean-Pierre Lacombe    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs du palais de justice d’Annecy.
Marcellaz-Albanais est rattaché judiciairement aux tribunaux d’Annecy.

Dans le domaine judiciaire, Marcellaz-Albanais ne dispose d’aucune instance sur son territoire. De fait, elle relève d’Annecy pour le conseil de prud’hommes et la plupart des tribunaux : commerce, judiciaire, paritaire des baux ruraux et pour enfants. Seules les cours d’appel sont situées à l’extéieur du département, la commune étant rattaché à celles de Chambéry et Grenoble[MI 12].

Excepté La Poste, qui gère une agence postale communale[46] au sein de la mairie de Marcellaz-Albanais depuis [Off 3], les autres services publics ne disposent pas d’antenne sur la commune, mais sont implantés à Rumilly. Parmi ceux-ci, on relève la présence de la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM)[47], la Caisse d'allocations familiales (CAF)[48], un centre des finances publiques[49] et d’une mission locale[50].

Les services d’intervention sont également installés à Rumilly, avec une brigade de gendarmerie[51] et un centre de secours[52].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, la communauté de communes Rumilly Terre de Savoie assure la gestion des réseaux d’eau et d’assainissement[A 3]. L’alimentation en eau de la population de Marcellaz-Albanais est assurée par un syndicat mixte, le Syndicat Intercommunal des Utilisateurs du Point d’Eau de chez Grillet (SIUPEG)[A 4],[53], qui la fore dans des nappes phréatiques.

L’assainissement est également assuré par la communauté de communes[A 3]. Le traitement des eaux usées est assuré par une station d’épuration à macrophytes installée sur la commune et mise en service le [A 5],[S 7].

Traitement des déchets[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d’un camion-poubelle.
Un camion-poubelle du Sitoa à Rumilly en avril 2020.

Le traitement des déchets ménagers à Marcellaz-Albanais a été assuré par le Syndicat Interdépartemental pour le Traitement des Ordures de l’Albanais (SITOA) de 1973 au [A 6]. À cette date, il est dissout suite à la Loi NOTRe, et le ramassage des déchets ménagers devient une compétence de Rumilly Terre de Savoie[A 6]. Une collecte hebdomadaire des ordures ménagères, des emballages ménagers et des biodéchets est assurée le lundi[A 7]. Des conteneurs pour le verre et les journaux-revues-magazines sont disposés à cinq endroits sur la commune[A 8], ainsi qu’un point d’apport volontaire pour la collecte des vêtements[A 9].

Les habitants de Marcellaz-Albanais peuvent également se procurer auprès de l’intercommunalité, sous conditions et à tarif préférentiel, des bacs pour le compostage de leurs déchets végétaux[A 10]. La déchèterie la plus proche est celle de Broise, située à Rumilly, à 9 km de la commune[A 11].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente quelques éléments des finances locales de Marcellaz-Albanais, sur une période de dix-huit ans. Les données sont exprimées en €/habitant. La strate[Note 5] considérée est celle des communes de 500 à 2 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé pour l’ensemble de la période :

Comptes de la commune de Marcellaz-Albanais de 2000 à 2018[MI 14]
Années Résultat comptable Besoin (Besoin) ou capacité (Capacité) de
financement des investissements
Capacité
d’autofinancement (CAF)
Marcellaz-Albanais Moyenne de
la strate
Marcellaz-Albanais Moyenne de
la strate
Marcellaz-Albanais Moyenne de
la strate
2000
133 130 Capacité 21 Capacité 1 133 132
2001
154 134 Capacité 77 Besoin 3 154 136
2002
130 131 Besoin 13 Capacité 9 130 132
2003
90 140 Capacité 37 Capacité 3 90 141
2004
68 142 Capacité 13 Capacité 2 68 144
2005
96 149 Capacité 172 Capacité 10 97 150
2006
64 160 Capacité 3 Besoin 4 97 161
2007
204 163 Besoin 263 Besoin 4 206 167
2008
134 162 Besoin 31 Capacité 3 134 166
2009
125 157 Capacité 154 Besoin 2 126 162
2010
200 166 Besoin 78 Capacité 10 202 173
2011
93 186 Besoin 123 Capacité Besoin 0 96 194
2012
135 186 Capacité 101 Capacité 17 143 197
2013
126 177 Capacité 95 Besoin 16 131 187
2014
166 176 Capacité 24 Capacité 11 176 188
2015
167 140 Capacité 55 Capacité 29 174 149
2016
175 138 Capacité 6 Capacité 4 184 147
2017
183 143 Besoin 275 Capacité Besoin 0 189 153
2018
146 147 Capacité 158 Besoin 6 151 156

Quelques tendances générales, toujours en comparant Marcellaz-Albanais avec la moyenne de sa strate (communes de 5 000 à 10 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé), se dégagent à l'examen de ces données[Note 6].

On constate, à l’examen de ces comptes, que la capacité d’autofinancement[Note 7] et le résultat comptable[Note 8] de la commune sont la plupart du temps inférieurs à la moyenne de la strate. Toutefois, l’écart se réduit depuis 2014, et la commune passe au-dessus de la moyenne pour les exercices 2015, 2016 et 2017.

La capacité de financement des investissements[Note 9], à quelques exceptions près (2002, 2007, 2008, 2010, 2011 et 2017), est toujours nettement supérieure à la moyenne de la strate dans laquelle évolue Marcellaz-Albanais.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Marcellaziens[8].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1564. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[54]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[55].

En 2018, la commune comptait 1 930 habitants[Note 10], en augmentation de 6,28 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +6,11 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1564 1608 1743 1783 1793 1800 1806 1821 1836
9896006837177776406619841 125
1846 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
1 1851 1231 0891 1881 2251 3011 3641 3671 409
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
1 4061 2151 1281 036913816767772719
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010
6936705996498391 2261 4011 6291 775
2015 2018 - - - - - - -
1 8611 930-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[56] puis Insee à partir de 2006[57].)
Histogramme de l'évolution démographique

Marcellaz-Albanais était jusqu’en 2015 la 2e commune la plus peuplée du canton de Rumilly. Depuis le redécoupage cantonal de 2014 en France, qui a vu le canton passé de 18 à 29 communes, et la création de la commune nouvelle d’Entrelacs en 2016, la commune occupe la 8e place.

Après une forte progression au cours de la première moitié du XIXe siècle, la démographie de la commune se stabilise autour de 1 360 habitants dans les années 1880, et dépasse de peu les 1400 au cours de la décennie suivante. À partir de 1900, la courbe démographique de la commune s’effondre, diminuant de près de la moitié en un demi-siècle : sur les 1 406 habitants recensés en 1896, Marcellaz-Albanais n’en compte plus que 719 en 1946. Ce chiffre va continuer de descendre jusqu’à la fin des années 1960, puisqu’on ne dénombre que 599 habitants en 1968, ce qui équivaut à la population de la commune au début du XVe siècle. Cette baisse peut s’expliquer par différents facteurs : les deux guerres mondiales, au cours desquelles Marcellaz-Albanais perd 70 habitants (pour les deux conflits réunis)[34], le rattachement du hameau de la Champagne à Hauteville-sur-Fier en 1923 ou encore l’exode rural, notamment vers Annecy qui voit sa population doublée dans les 25 ans qui suivent la fin de la Seconde Guerre mondiale. À partir du début des années 1970, le phénomène s’inverse puisque la courbe de la population s’envole, en étant pratiquement multipliée par 3 entre 1975 et 2017. Il s’explique par un solde migratoire excédentaire et un solde naturel positif, marqué par un taux de natalité et de mortalité plus ou moins stable[In 1].

Soldes de variation annuelle de la population de Marcellaz-Albanais
exprimés en pourcentages[In 1]
1968 - 1975 1975 - 1982 1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2006 2006 - 2011 2011 - 2016
Taux de variation annuel de la population + 1,2 + 3,7 + 4,9 + 1,5 + 2,3 + 1,8 + 1
Solde naturel + 0,2 + 0,3 + 0,8 + 0,5 + 0,6 + 0,9 + 0,4
Solde migratoire + 0,9 + 3,5 + 4 + 1 + 1,7 + 0,9 + 0,5

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La pyramide des âges établie pour Marcellaz-Albanais en 2016 est assez proche de celle établie pour l’ensemble du département. On note toutefois une présence relativement inférieure de résidents compris dans les catégories d’âges de 15 à 29 ans et au-delà de 75 ans, et corollairement une présence légèrement supérieure pour la population ayant entre 45 et 74 ans.

Pyramide des âges à Marcellaz-Albanais en 2016 en pourcentages[In 1].
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ans ou +
0,6 
3,9 
75 à 89 ans
4,1 
17,6 
60 à 74 ans
15,9 
24,3 
45 à 59 ans
23,7 
19,7 
30 à 44 ans
22,6 
14 
15 à 29 ans
12,2 
20,5 
0 à 14 ans
21 
Pyramide des âges de la Haute-Savoie en 2016 en pourcentages[In 2]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,3 
5,3 
75 à 89 ans
7,6 
13,7 
60 à 74 ans
14,7 
20,6 
45 à 59 ans
20,2 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
17,8 
15 à 29 ans
16,2 
20,2 
0 à 14 ans
18,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Marcellaz-Albanais est rattachée à l’académie de Grenoble. Cette académie fait partie de la zone A pour son calendrier de vacances scolaires[58].

Elle administre une école primaire publique, située au chef-lieu, qui ne porte pas de nom spécifique et accueille, à la rentrée 2019, 126 élèves, à raison de 46 maternelles et 80 élémentaires répartis en 5 classes[MI 16],[59]. Le bâtiment, dont la construction remonte à 1854[F 1], a été rénové à plusieurs reprises. La dernière remonte au début des années 2010 et fait suite à un incendie criminel qui a eu lieu dans la nuit du [J 9],[J 10]. Une école primaire privée, nommée Léon Marie, est présente sur la commune depuis 1932[J 11]. Située à quelques mètres de l’école publique, elle accueille 78 élèves en 2019, dont 23 en maternelle et 55 en classe élémentaire, regroupés en 3 classes[MI 17],[60],[61].

En revanche, aucune structure destinée à l’enseignement secondaire ou supérieur n’est présente sur le territoire communal. Les écoliers sont donc envoyés au collège de proximité, le Clergeon[MI 18],[59], qui est situé à Rumilly. Cette commune dispose également d’un lycée général et technologique (Albanais[MI 19]) et d’un lycée professionnel (Portes des Alpes[MI 20]), ainsi qu’une structure privée (Demotz de la Salle[MI 21],[MI 22]) accueillant les élèves du CM2 au lycée.

Afin de permettre aux écoliers de la commune de se rendre dans ces établissements, la communauté de communes Rumilly Terre de Savoie met en place des services scolaires reliant Marcellaz-Albanais à Rumilly[A 12]

Santé[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs du presbytère, transformé en local médical.
Le presbytère, transformé en local médical.

La commune dispose de deux médecins généralistes, de deux infirmières libérales, de trois ostéopathes, d’un orthophoniste, d’un kinésithérapeute, et de deux kinésithérapeutes[Off 4]. Une partie d’entre eux dispose d’un cabinet au sein du presbytère, qui a été transformé en local médical en [J 12].

Les habitants de Marcellaz-Albanais ont également accès aux hôpitaux de Rumilly et d’Annecy.

Vie culturelle et associative[modifier | modifier le code]

On dénombre, selon le site de la mairie, 14 associations basées à Marcellaz-Albanais[Off 5].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Quelques événements ponctuent la vie de la commune. Le premier est le nettoyage de printemps, qui a lieu vers la mi-avril[J 13]. Organisé par la commission environnement, il consiste, sur une matinée, à ramasser les détritus dans la commune[J 13]. En 2019, il est doublé d’une chasse aux œufs pour les enfants[J 13].

L’été est marqué par un à deux événements : la Fête de la Musique, qui se déroule vers la mi-juin sur l’esplanade du hangar communal[J 14] (ou au centre rural en cas de mauvais temps)[J 15], et (selon les années) une séance du Ciné d’Été, organisé par la communauté de communes, qui consiste à diffuser un film en plein air à la nuit tombée[J 16].

On note ensuite la tenue d’un marché des créateurs, qui se tient à la mi-octobre et dont la première édition a eu lieu en 2018[J 17],[J 18], suivi d’un Salon du Livre qui se tient tous les ans depuis 2009 vers la mi-novembre[J 19].

Enfin, un marché de Noël doublé d’une bourse aux jouets se déroule début décembre. Cet événement en était à sa 23e édition en 2019, ce qui en fait un des plus vieux de la commune[J 20].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

La commune dispose d’une bibliothèque, installée au centre-bourg[Off 6]. Initialement installée à la mairie lors de sa création en 1986[J 21], elle rejoint par la suite un bâtiment adjacent, qui dispose d’une garderie au rez-de-chaussé. Celui-ci est endommagé par un incendie volontaire, qui touche également l’école publique, dans la nuit du [J 9],[J 10],[J 21].

À l’automne 2019, une boîte à livres a été installée au centre-bourg, en fac du portail des écoles[62].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune de Marcellaz-Albanais dispose de quelques infrastructures permettant la pratique sportive. Pour les activités intérieures, la commune gère une salle polyvalente, localement nommée centre rural d’animation, depuis 2008[MI 23]. Installée au centre-bourg[Off 7], elle est utilisée par différentes associations pour plusieurs sports, dont le judo, la gymnastique, ou encore le tennis de table[63]. Les activités extérieures disposent d’un terrain de basket au chef-lieu, mais aussi d’un terrain de football à la sortie du chef-lieu[MI 24], auquel est accolé un skate-parc depuis l’été 2010[Off 8]. On note également la présence, depuis l’été 2019, d’un boulodrome et d’un parcours gymnique, installés entre le bâtiment des services techniques et l’étang[BM 3].

Le site de la mairie recense trois associations sportives[Off 5].

Pour ce qui est du judo club il est affilié à la FFJ (Fédération Française de Judo) et en rentrée 2019 se présente avec 2 professeurs : Eric Leroy ainsi que Alexandre Diedihou et la présidente du club se nomme Chantal André. Le club a été créé en 19.. et continue à enseigner la belle discipline du judo créée par Jigoro Kano au Japon.

Médias[modifier | modifier le code]

Les quotidiens régionaux Le Dauphiné libéré et L'Essor savoyard consacrent quelques articles à l’actualité de la commune[64],[65]. Au niveau local, on note l’existence de l’hebdomadaire L'Hebdo des Savoie, qui couvre l’ensemble de l’Albanais[66]. La mairie publie un bulletin rétrospectif annuel[Off 9] et une feuille d’informations trimestrielle, baptisée Marcellaz-Albanais - Ma commune[Off 10].

Dans le domaine des médias audiovisuels, deux chaînes de télévision de télévision numérique terrestre (TNT) sont accessibles à tous les habitants de Marcellaz-Albanais et relaient les informations locales : France 3 Auvergne-Rhône-Alpes et 8 Mont-Blanc[67],[68]. Parmi les nombreuses stations de radio disponibles, on peut citer la station de Radio France Bleu Pays de Savoie[69], ainsi qu’un certain nombre de petites stations locales.

Un compte Facebook, Mairie Marcellaz-Albanais, relaye également les informations de la commune[70].

Culte[modifier | modifier le code]

Marcellaz-Albanais dépend de la paroisse Notre-Dame de l’Aumône en Albanais de Rumilly, qui fait partie du diocèse d’Annecy[71]. Mgr Yves Boivineau est l’évêque de ce diocèse depuis [72].

Un lieu de culte est présent à Marcellaz-Albanais, l’église Saint-Maurice[73],[74]. Le culte catholique y est célébré par le père Michel Marullaz, qui y officie depuis le [J 22], en alternance avec les autres églises de la paroisse.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2016, le revenu fiscal médian par ménage était de 26 019 €[In 1].

Emploi[modifier | modifier le code]

Les deux tableaux ci-dessous présentent les chiffres-clés de l’emploi à Marcellaz-Albanais et leur évolution[In 1] :

Structure de la population active à Marcellaz-Albanais
2011 2006
Population de 15 à 64 ans 1227 1238
Actifs (en %) 77,5 79,7
dont :
Actifs ayant un emploi (en %) 73,5 75,7
Chômeurs (en %) 4 4
Évolution de l'emploi à Marcellaz-Albanais
2011 2006
Nombre d’emplois dans la zone 198 195
Indicateur de concentration d’emploi 21,8 20,7

Durant ces cinq années, la population potentiellement active (habitants âgés de 15 à 64 ans) de Marcellaz-Albanais a légèrement augmenté, de même que son taux d’emploi, ce qui a eu pour effet de faire légèrement baissé le taux de chômage. Le nombre d’emplois dans la zone et l’indicateur de concentration d'emploi ont suivi la même tendance que le taux de chômage.

En 2016, les actifs résidant à Marcellaz-Albanais travaillent en très grande majorité dans une autre commune du département (84,1 %)[In 1]. Ils ne sont donc que moins de 16 % à occuper un emploi dans la commune[In 1]. La présence des bassins d’emploi d’Annecy et Rumilly à proximité et, dans une moindre mesure, de Chambéry et Aix-les-Bains draine une importante partie de la population active de Marcellaz-Albanais, d’autant plus qu’il faut ajouter à ceux-là la relative proximité de la frontière suisse.

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous détaille les établissements actifs à Marcellaz-Albanais par secteur d'activité au regard du nombre de salariés[In 1] :

Établissements actifs par secteur d'activité au
Total % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 158 100,0 137 20 1 0 0
Agriculture, sylviculture et pêche 18 11,4 15 3 0 0 0
Industrie 7 4,4 7 0 0 0 0
Construction 26 16,5 18 8 0 0 0
Commerce, transports, services divers 88 55,7 81 7 0 0 0
dont commerce et réparation automobile 17 10,8 17 0 0 0 0
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 19 12 16 2 1 0 0
Champ : ensemble des activités.

En 2018, treize entreprises ont été créées à Marcellaz-Albanais, dont dix par des micro-entrepreneurs (ou auto-entrepreneur). Deux d’entre elles s’inscrivent dans le domaine de l’industrie, et les onze autres dans celui des services marchands. Parmi ces dernières, sept sont tournées vers les entreprises, les quatre restantes s’adressant aux particuliers[In 1].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Marcellaz-Albanais, observées sur une période de 22 ans[MI 25] :

Évolution de l’agriculture à Marcellaz-Albanais entre 1988 et 2010
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 54 34 30
Équivalent Unité de travail annuel (UTA) 38 31 36
Surface Agricole Utile (SAU) (ha) 853 896 978
Cheptel (nombre de têtes) 609 568 698
Terres labourables (ha) 137 172 183
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 15,8 26,4 32,6

On note que, bien que le nombre d’exploitations diminue de décennies en décennies, la surface agricole a tendance à croître, atteignant les 978 ha en 2010, soit près de 70 % du territoire communal[MI 25]. Le cheptel, après une légère baisse en 2000, est remonté en 2010 au point de dépasser le chiffre de 1988[MI 25]. Au dernier recensement agricole, celui-ci se compose en majorité de vaches (575), à raison de 408 destinées à la production de lait et 167 nourrices, ainsi que de chèvres, au nombre de 123[MI 25]. L’agriculture se compose uniquement de céréales, dont près de 40 % de maïs et 10,6 % de blé[MI 25].

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Marcellaz-Albanais dispose de sept entreprises, n’employant aucun salarié, classifiées comme industries par l’Insee[In 1].

Quelques habitants font de l’artisanat, notamment de la création de sacs et de la poterie sur grès[Off 4].

Commerces et services[modifier | modifier le code]

L’offre communale de commerces et services en 2020 est assez restreinte. Les habitants disposent, depuis décembre 2019, d’une boucherie au centre-bourg[75],[BM 3]. On trouve également deux traiteurs, une épicerie fine, ainsi que trois exploitations agricoles et un apiculteur proposant de la vente sur place[Off 4]. Dans le domaine des services, on note la présence d’un salon de coiffure, d’un styliste ongulaire et d’un magnétiseur[Off 4]. Un marché, tourné vers les produits locaux, se tient tous les samedis matins au bourg[Off 11].

9 assistantes maternelles sont agréées sur le territoire de Marcellaz-Albanais[Off 12]. On note également la présence d’un centre de loisirs intercommunal[Off 13] et, depuis la fin de l’année 2019, d’une micro-crèche au centre-bourg[BM 3].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Au , la commune de Marcellaz-Albanais ne dispose d’aucune structure d’hébergement collectifs (hôtel, camping, résidence de tourisme...)[In 1]. Toutefois, on note la présence d’une maison d’hôtes et de trois gîtes[Off 14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune ne compte aucun lieu ou monument répertorié à l’inventaire des monuments historiques ou à celui du patrimoine culturel.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

De style néo-classique sarde, l’église Saint-Maurice a été construite entre 1842 et 1844, selon les plans de l’architecte diocésain Ignace Monnet[76],[77]. Consacrée le par l’évêque d’Annecy, Monseigneur Louis Rendu[F 1], elle se situe à la place d’une précédente église[78], datée du XVIIe siècle, qui se trouvait perpendiculairement à l’actuelle. Elle est l’une des plus grandes églises rurales de l’Albanais[76]. Son clocher, rehaussé dans les années 1830, est le seul vestige du précédent bâtiment[76].

Plusieurs croix de chemin et oratoires sont recensés sur le territoire communal.

Patrimoine civil et culturel[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs du château de Pieuillet.
Le Château de Pieuillet en avril 2020.

Concernant le patrimoine bâti, quatre maisons-fortes ont survécu aux affres du temps et sont toujours visibles aux lieux-dits suivants[Off 15] :

  • Marcellaz. Datée du XVe siècle, la maison forte a plusieurs fois changé de nom en fonction de ses propriétaires successifs : Conzié, Montfort, Rogles.
  • Pieuillet[79]. La date de construction n’est pas connue avec précision. On sait que, à la fin du XVIe siècle, domaine et maison forte appartiennent à un seigneur de Thônes, Philippe Critain[79]. Le , son fils vend l’ensemble à son cousin, François de Juge, qui est avocat au Sénat de Savoie[79]. La famille de Juge, devenue par la suite Juge de Pieuillet[80], s’y installe. La maison forte est aujourd’hui une propriété privée[79].
  • Faramaz.
  • Vernay.

D’un point de vue culturel, la commune dispose d’un musée sur son territoire, le musée de la fausse monnaie et des faux monnayeurs[81],[82]. Géré par un particulier, Christian Porcheron, et ouvert sur rendez-vous, il présente une collection de faux billets et de monnaies du monde entier, provenant de plus de 100 pays[83]. Dans le passé, il a également existé un musée de l’Art de l’Enfance, conservant des objets ayant trait à l’enfance : jeux, jouets, livres, matériel pédagogique[84]. Également fondé et géré par un particulier, Yves Rifaux[85],[86], il est fermé au public à son décès en [84],[87] et mis en sommeil[88].

Mémorial[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs du monument aux morts de Marcellaz-Albanais.
Le monument aux morts de Marcellaz-Albanais.

Le monument aux morts, situé devant l’église, est inauguré le , près d’un an après le vote du conseil municipal qui valide l’approbation du projet[34], et trois ans après la signature de l’Armistice. Réalisé par Benoît Darbion, maître-carrier[34], il prend la forme d’un obélisque posé sur un socle[34], conçu en pierre de taille de calcaire[89]. Différentes sculptures sont taillées dans la pierre : une couronne mortuaire traversée par une branche de laurier sur le piédestal, tandis que la colonne est ornée du blason de la Savoie et de la Croix de guerre[34]. L’inscription « 1914-1918 Marcellaz[Note 11] a ses enfants morts pour la France » est également gravée sur la colonne[34].

Les noms des morts sont, à l’origine, probablement gravés selon la même méthode. Toutefois, au cours d’une rénovation, des plaques de granite sont fixés sur le monument original, recensant les décès de plusieurs conflits : guerre de 1870, Première et Seconde Guerres mondiales, ainsi que la guerre d'Algérie[34].

À l’automne 2014, le monument est entièrement restauré par les élèves Première Bac Pro Intervention sur le Patrimoine Bâti (IPB) du lycée Porte des Alpes de Rumilly[J 23].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Marcellaz-Albanais dispose d’un espace protégé, le Marais et (les) zones humides des Vorges, de Chez Rigod et de Fareuse Est, reconnu par un arrêté préfectoral depuis et qui s’étale sur une superficie officielle de 28 hectares, soit un peu moins de 2 % du territoire communal[90]. L’INPN y recense 9 espèces, dont trois végétales[91].

On dénombre également cinq zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), dont quatre de type 1 et une de type 2. Classées par superficie décroissante, on trouve les Zones humides du nord de l’Albanais (type 2, 4 146 ha)[92], le Marais de Chez Rigaud (type 1, 10 ha)[93], le Marais des Vorges (type 1, 8 ha)[94], les Prairies humides du Gambé (type 1, 3 ha)[95] et le Marais de la Mulatière (type 1, 20 ha)[96]. À l’exception de la zone dite du Marais des Vorges, les autres s’étendent sur au moins deux communes.

Sur l’ensemble de ces zones, on dénombre 274 espèces[97], dont neuf introduites, parmi lesquelles quatre sont considérées comme envahissantes[98]. 12 espèces sont considérées comme menacées[99] à différentes échelles : trois au niveau régional, et neuf au niveau national.

Patrimoine gastronomique[modifier | modifier le code]

Le territoire de Marcellaz-Albanais est intégré aux aires de productions de 6 produits, dont cinq fromages, bénéficiant d’une indication géographique protégée (IGP) : l’Emmental, à la fois de Savoie[MI 26] et français est-central[MI 27], le Gruyère[MI 28], les pommes et poires de Savoie[MI 29], la Raclette[MI 30] et la Tomme de Savoie[MI 31].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Logotype[modifier | modifier le code]

Logo Dates d’utilisation Description
Logo Marcellaz-Albanais 2016.jpg
Depuis 2017[BM 1] Le logo prend la forme du contour de la ville, qui englobe une croix de Savoie[BM 1]. Le nom de la commune est inscrit au milieu de celle-ci, et le premier A de Marcellaz et Albanais, commun aux deux mots, les relie avec sa barre horizontale, qui sert de trait d’union[BM 1]. Cette même lettre est inscrite en vert afin de rappeler la nature et l’environnement[BM 1].
Ancien logo Marcellaz-Albanais.jpg
Avant 2016 Ce logo se décompose en trois couleurs principales : du vert clair, qui symbolise les champs, du vert foncé pour les montagnes environnantes, et du bleu pour le ciel. La silhouette d’une église est visible devant la montagne, tandis que le nom de la commune signe l’ensemble.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Si Marcellaz m'était Conté, publication de l'école privée Léon-Marie, 1998
  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 367-376, « Le canton de Rumilly », p.431-433, « Marcellaz-Albanais ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Le -az final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe[J 1],[1].
  2. a et b Par décret du , le hameau de la Champagne, jusqu’alors dépendant de Marcellaz-Albanais, est rattaché à la commune voisine d’Hauteville-sur-Fier
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Le terme « strate » est utilisé en France pour catégoriser les communes, l’administration française utilise également le terme de « groupe de référence » et en définit une liste de 31[MI 13]
  6. Ces remarques ne résultent pas d'une étude statistique des données présentées ; elles n'ont qu'une valeur indicative.
  7. La « capacité d’autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement ; cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus (CAF - remboursements de dettes) s’ajoute aux recettes d’investissement (dotations, subventions, plus-values de cession) pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[MI 15]
  8. Le résultat comptable est la différence entre produits et charges de fonctionnement.
  9. Le besoin ou capacité de financements des investissements est la différence entre les ressources et les emplois d’investissement ; si les ressources sont supérieures aux emplois, on parle de capacité de financement ; des emplois supérieurs aux ressources expriment un besoin de financement.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  11. La commune ne prend le nom de Marcellaz-Albanais par décret que le 25 octobre 1921. Avant cette date, elle porte le simple nom de Marcellaz.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 15 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Toponymie arpitane : les noms en -oz, -az, -ex, -ix », sur arpitan.com (consulté le 13 avril 2020).
  2. Lionel Delvarre, « Orthodromie entre "Marcellaz-Albanais" et "Annecy" », sur www.lion1906.com (consulté le 12 avril 2020).
  3. Lionel Delvarre, « Orthodromie entre "Marcellaz-Albanais" et "Bonneville" », sur www.lion1906.com (consulté le 12 avril 2020).
  4. Lionel Delvarre, « Orthodromie entre "Marcellaz-Albanais" et "Saint-Julien-en-Genevois" », sur www.lion1906.com (consulté le 12 avril 2020).
  5. Lionel Delvarre, « Orthodromie entre "Marcellaz-Albanais" et "Thonon-les-Bains" », sur www.lion1906.com (consulté le 12 avril 2020).
  6. Lionel Delvarre, « Orthodromie entre "Marcellaz-Albanais" et "Rumilly" », sur www.lion1906.com (consulté le 12 avril 2020).
  7. a b et c Claude Motte (dir.) et Marie-Christine Vouloir (dir.), « Notice communale », sur cassini.ehess.fr, EHESS (consulté le 1er mai 2020).
  8. a b c et d Assemblée des Pays de Savoie (dir.), « Marcellaz-Albanais », sur www.sabaudia.org, Assemblée des Pays de Savoie (consulté le 19 avril 2020).
  9. « Les climats du monde », sur www.larousse.fr (consulté le 12 avril 2020).
  10. a et b Louis Merminet, Wolfgang Martin et Jean-Pierre Déplante, Les marques postales et timbres à date de Rumilly au 18e et 19e siècle, Annecy, Amicale Philatélique d’Annecy, , 38 p. (lire en ligne), p. 34-37.
  11. Dossier de concertation : Modernisation de la ligne ferroviaire entre Aix-les-Bains et Annecy, SNCF Réseau, , 24 p. (lire en ligne), p. 19.
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  15. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Annecy », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 15 avril 2021)
  18. « Inauguration des travaux du carrefour giratoire et de l'aménagement de la place de l'Albanais à Marcellaz-Albanais », sur www.syane.fr, SYANE, (consulté le 2 mai 2020).
  19. Alain De L’Harpe, « La faille du Vuache et ses conséquences : étude du séisme du 15 juillet 1996 », Le Globe, no 136,‎ , p. 85-94 (ISSN 0398-3412, lire en ligne, consulté le 20 avril 2020).
  20. Bertrand Labilloy (dir.), « Séisme d'Annecy en juillet 1996 », sur catastrophes-naturelles.ccr.fr, Caisse centrale de réassurance, (consulté le 20 avril 2020).
  21. a b et c Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs », sur henrysuter.ch, (consulté le 19 avril 2020).
  22. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué (préf. Louis Terreaux, président de l’Académie de Savoie), Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 13
    Publié au Parlement européen à l’initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  23. Éric Blanchais (dir.), « Liste des lieux-dits de la commune 74161 », sur www.memorialgenweb.org, Acam-Mémorial (consulté le 3 mai 2020).
  24. a b c d et e Jules Philippe, « Chronique », Revue Savoisienne, no 6 - 1re année,‎ , p. 48 (lire en ligne, consulté le 6 mai 2020).
  25. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0)..
  26. a b c d e et f Jean Nicolas, La Savoie au XVIIIe siècle : noblesse et bourgeoisie, Montmélian, La Fontaine de Siloé, coll. « Le Champ régional », , 1242 p. (ISBN 2-84206-222-1, lire en ligne), p. 521-522.
  27. a b c d e f g h i j k et l Jean Nicolas, « Le village et ses mémoires », Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, nos 11-1-2,‎ , p. 101-113 (lire en ligne, consulté le 4 mai 2020).
  28. a b c d e f g h et i Joseph Berlioz, Le Val de Fier et ses environs : souvenirs & légendes, Annecy, impr. de J. Dépollier, , 134 p. (lire en ligne), p. 12-14.
  29. a b c d e f et g A. Lecoy de la Marche, « La légende de Marcellaz », Revue Savoisienne, no 9 - 3e année,‎ , p. 74-76 (lire en ligne, consulté le 6 mai 2020).
  30. a b c et d J. Replat, « Bois et vallons XXVII », Revue Savoisienne, no 4 - 5e année,‎ , p. 40 (lire en ligne, consulté le 6 mai 2020).
  31. François Coutin, Histoire d’Alby : les sept châteaux, la commune, la paroisse, Annecy, Impr. commerciale, , 302 p. (lire en ligne), p. 121.
  32. a b c d et e Aimé Burdet, Le palais de l’Isle à Annecy : récit historique des deux premières années de la Révolution française, suivi de pièces justificatives, Chambéry, F. Abry, , 344 p. (lire en ligne), p. 238-242.
  33. a b c et d Victor Flour de Saint-Genis, Histoire de Savoie : d’après les documents originaux, t. 3, Chambéry, Bonne, Conte-Grand et Cie, 1868/1869, 622 p. (lire en ligne), p. 166.
  34. a b c d e f g h i j k l et m « Marcellaz-Albanais (74150) », sur monumentsmorts.univ-lille.fr, Lycée Porte des Alpes, (consulté le 13 avril 2020).
  35. Centre national d’information sur les prisonniers de guerre, Liste officielle... des prisonniers de guerre français : d’après les renseignements fournis par l’autorité militaire allemande : nom, date et lieu de naissance, unité / Centre national d’information sur les prisonniers de guerre, Paris, , 32 p. (lire en ligne), p. 3.
  36. Centre national d’information sur les prisonniers de guerre, Liste officielle... des prisonniers de guerre français : d’après les renseignements fournis par l’autorité militaire allemande : nom, date et lieu de naissance, unité / Centre national d’information sur les prisonniers de guerre, Paris, , 64 p. (lire en ligne), p. 16.
  37. a et b Centre national d’information sur les prisonniers de guerre, Liste officielle... des prisonniers de guerre français : d’après les renseignements fournis par l’autorité militaire allemande : nom, date et lieu de naissance, unité / Centre national d’information sur les prisonniers de guerre, Paris, , 64 p. (lire en ligne), p. 4.
  38. a et b Centre national d’information sur les prisonniers de guerre, Liste officielle... des prisonniers de guerre français : d’après les renseignements fournis par l’autorité militaire allemande : nom, date et lieu de naissance, unité / Centre national d’information sur les prisonniers de guerre, Paris, , 64 p. (lire en ligne), p. 63.
  39. Centre national d’information sur les prisonniers de guerre, Liste officielle... des prisonniers de guerre français : d’après les renseignements fournis par l’autorité militaire allemande : nom, date et lieu de naissance, unité / Centre national d’information sur les prisonniers de guerre, Paris, , 64 p. (lire en ligne), p. 6.
  40. Centre national d’information sur les prisonniers de guerre, Liste officielle... des prisonniers de guerre français : d’après les renseignements fournis par l’autorité militaire allemande : nom, date et lieu de naissance, unité / Centre national d’information sur les prisonniers de guerre, Paris, , 64 p. (lire en ligne), p. 39.
  41. a et b Michel Germain et Dominique Tantin, « GERMAIN André, dit Mousse » (consulté le 3 mai 2020).
  42. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  43. a b et c Grégory Vacher (dir.), « Les Maires de Marcellaz-Albanais », sur www.annuaire-mairie.fr, ADVERCITY (consulté le 5 mai 2020).
  44. p. 440-442, 509-514, 608-614.
  45. Christiane Daunis, « Compte-rendu de la séance du conseil municipal du vendredi 28 mars 2014 », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais, (consulté le 12 avril 2020).
  46. Nathalie Collin (dir.), « La Poste agence communale - Marcellaz-Albanais », sur www.laposte.fr, La Poste (consulté le 13 avril 2020).
  47. Anne Duclos-Grisier (dir.), « Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de Haute-Savoie - accueil de Rumilly », sur lannuaire.service-public.fr, Direction de l’information légale et administrative, (consulté le 13 avril 2020).
  48. Anne Duclos-Grisier (dir.), « Caisse d’allocations familiales (Caf) de Haute-Savoie - accueil de Rumilly », sur lannuaire.service-public.fr, Direction de l’information légale et administrative, (consulté le 13 avril 2020).
  49. Anne Duclos-Grisier (dir.), « Trésorerie de Rumilly - Alby », sur lannuaire.service-public.fr, Direction de l’information légale et administrative, (consulté le 13 avril 2020).
  50. Anne Duclos-Grisier (dir.), « Mission locale pour l’insertion professionnelle et sociale des jeunes (16-25 ans) - Rumilly », sur lannuaire.service-public.fr, Direction de l’information légale et administrative, (consulté le 13 avril 2020).
  51. Anne Duclos-Grisier (dir.), « Brigade de gendarmerie - Rumilly », sur lannuaire.service-public.fr, Direction de l’information légale et administrative, (consulté le 13 avril 2020).
  52. Jean-Marc Chaboud (dir.), « Carte interactive du département », sur www.sdis74.fr, Service Départemental d'Incendie et de Secours de la Haute-Savoie (SDIS 74) (consulté le 13 avril 2020).
  53. « Eau potable Marcellaz-Alabanais », sur www.eaupotable.net (consulté le 30 avril 2020).
  54. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  55. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  56. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  57. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  58. Hélène Insel (dir.), « Calendrier des vacances scolaires », sur www.ac-grenoble.fr, Académie de Grenoble (consulté le 30 avril 2020).
  59. a et b Hélène Insel (dir.), « École primaire publique », sur bv.ac-grenoble.fr, Académie de Grenoble (consulté le 30 avril 2020).
  60. Hélène Insel (dir.), « École primaire publique », sur bv.ac-grenoble.fr, Académie de Grenoble (consulté le 30 avril 2020).
  61. Céline Carrey (dir.), « Présentation », sur ecole-leon-marie.wifeo.com, École privée Léon Marie, (consulté le 20 avril 2020).
  62. « Marcellaz-Albanais », sur boite.a.livres.zonelivre.fr, (consulté le 1er mai 2020).
  63. Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Les associations : Marcellaz Loisirs Culture », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 1er mai 2020).
  64. Christophe Tostain (dir.), « Le Dauphiné Libéré », sur www.ledauphine.com, SA Le Dauphiné Libéré (consulté le 30 avril 2020).
  65. Alain Bodart (dir.), « L’Essor savoyard », sur www.lessorsavoyard.fr, SA Le Messager (consulté le 30 avril 2020).
  66. Stéphane Ducret (dir.), « Hebdo des Savoie », sur www.hebdo-des-savoie.com, SAS Imprimerie Ducret (consulté le 30 avril 2020).
  67. Delphine Ernotte Cunci (dir.), « France 3 Auvergne-Rhône-Alpes », sur france3-regions.francetvinfo.fr, France Télévisions, © 2020 (consulté le 30 avril 2020).
  68. Thierry Paulme (dir.), « 8 Mont-Blanc », sur 8montblanc.fr, TV 8 MONT BLANC (consulté le 30 avril 2020).
  69. Sibyle Veil (dir.), « France Bleu Pays de Savoie », sur www.francebleu.fr, Radio France, (consulté le 30 avril 2020).
  70. « Mairie Marcellaz-Albanais », sur www.facebook.com, Facebook (consulté le 30 avril 2020).
  71. « Paroisse Notre-Dame de l'Aumône en Albanais », sur www.diocese-annecy.fr, Diocèse d'Annecy (consulté le 20 avril 2020).
  72. « Évêque », sur www.diocese-annecy.fr, Diocèse d'Annecy (consulté le 20 avril 2020).
  73. « Marcellaz-Albanais », sur www.patrimoine-religieux.fr, Observatoire du patrimoine religieux (consulté le 20 avril 2020).
  74. « Eglise St Maurice », sur www.patrimoine-religieux.fr, Observatoire du patrimoine religieux (consulté le 13 avril 2020).
  75. « Une boucherie sur la commune », Le Dauphiné libéré,‎ (ISSN 0220-8261, lire en ligne, consulté le 1er mai 2020).
  76. a b et c Pierre Beauquis et Michel Marullaz, Église Saint-Maurice de Marcellaz-Albanais, .
  77. Paul Guichonnet (dir.), Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie, Montmélian, La Fontaine de Siloé, coll. « Une terre, des hommes », , 399 p. (ISBN 978-2-84206-374-0, lire en ligne), p. 363.
  78. Michel Germain, Personnages illustres des Savoie : "de viris illustribus", Lyon, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-915688-15-3), p. 394.
  79. a b c et d « Château de Pieuillet », sur famille.metral.free.fr (consulté le 13 avril 2020).
  80. Henri Jougla de Morénas, Grand armorial de France, vol. 7, Paris, Éditions héraldiques, , p. 327.
  81. Christian Porcheron, « Musée de la fausse monnaie », sur www.fausse-monnaie.com, Association « La monnaie dans tous ses états » (consulté le 13 avril 2020).
  82. Claudie Blanc (dir), « Musée de la fausse monnaie et des faux monnayeurs », sur www.savoie-mont-blanc.com, Savoie Mont Blanc (consulté le 14 avril 2020).
  83. Dominique Cheul, « Marcellaz-Albanais : par ici la fausse monnaie », Le Dauphiné libéré,‎ (ISSN 2274-5793, lire en ligne, consulté le 14 avril 2020).
  84. a et b Jean-Marc Canova (dir.), « Message important », Chapô, Club de la presse des Pays de Savoie,‎ , p. 8 (lire en ligne, consulté le 14 avril 2020).
  85. Cosandey Roland, « Yves Rifaux : À propos de l’invention du cinéma d’animation. Annecy, Journées internationales du cinéma d’animation, 1990 » (compte-rendu), 1895, revue d’histoire du cinéma, AFRHC, no 10,‎ , p. 119-120 (lire en ligne, consulté le 14 avril 2020).
  86. a et b Jean-Paul Gourevitch, « Yves Rifaux, chroniqueur de l’art de l’enfance », sur www.ricochet-jeunes.org, Institut suisse Jeunesse et Médias (consulté le 14 avril 2020).
  87. a et b Gilles Bordes (dir.), « Information sur Rifaux Yves », sur www.cimetieres-de-france.fr, Groupe ELABOR, (consulté le 14 avril 2020).
  88. Sophie Rifaux, « Yves Rifaux », sur www.libramemoria.com, SAS Société de Publications L’Alsace, (consulté le 14 avril 2020).
  89. « Rénovation du Monument aux Morts de Marcellaz-Albanais par la classe de Première Bac Pro IPB », sur www.ac-grenoble.fr, Université de Lille, (consulté le 13 avril 2020).
  90. MNHN (dir.), « Marais Et Zones Humides Des Vorges, De Chez Rigod Et De Fareuse Est : Description », sur inpn.mnhn.fr, INPN (consulté le 1er mai 2020).
  91. MNHN (dir.), « Marais Et Zones Humides Des Vorges, De Chez Rigod Et De Fareuse Est : Espèces », sur inpn.mnhn.fr, INPN (consulté le 1er mai 2020).
  92. MNHN (dir.), « Zones humides du nord de l’Albanais : Description », sur inpn.mnhn.fr, INPN (consulté le 1er mai 2020).
  93. MNHN (dir.), « Marais de "Chez Rigaud" : Description », sur inpn.mnhn.fr, INPN (consulté le 1er mai 2020).
  94. MNHN (dir.), « Marais des Vorges : Description », sur inpn.mnhn.fr, INPN (consulté le 1er mai 2020).
  95. MNHN (dir.), « Prairies humides du Gambé : Description », sur inpn.mnhn.fr, INPN (consulté le 1er mai 2020).
  96. MNHN (dir.), « Marais de la Mulatière : Description », sur inpn.mnhn.fr, INPN (consulté le 1er mai 2020).
  97. MNHN (dir.), « Liste des espèces recensées », sur inpn.mnhn.fr, INPN (consulté le 1er mai 2020).
  98. MNHN (dir.), « Statistiques sur le statut biologique des espèces recensées », sur inpn.mnhn.fr, INPN (consulté le 1er mai 2020).
  99. MNHN (dir.), « Liste des espèces menacées », sur inpn.mnhn.fr, INPN (consulté le 1er mai 2020).
  100. Henry Tracol, 60 ans de photographies (1946-2006) : L’album de Rumilly, capitale de l’Albanais, Montmélian, La Fontaine de Siloé, coll. « Pour mémoire », , 287 p. (ISBN 2-84206-310-4, lire en ligne), p. 141.
  101. « Ordre national du mérite : décret du 14 mai 1997 portant promotion et nomination », Journal officiel de la République française, no 112,‎ , p. 7299 (ISSN 0242-6773, lire en ligne, consulté le 14 avril 2020).

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • François Croisollet, Histoire de Rumilly : abrégé chronologique des principaux faits municipaux, militaires, ecclésiastiques et littéraires de la ville de Rumilly (Haute-Savoie), depuis l’époque romaine jusqu’à la fin de l'année 1866, Chambéry, Impr. de F. Puthod, , 430 p. (lire en ligne).

La référence est notée « F » dans le texte.

  1. a b et c p.311.
  2. p.86/87.
  3. a b c d et e p.132.
  4. a b et c p.199-201.
  5. p.245-247.
  6. p.355-357.

La référence est notée « H » dans le texte.

  1. p. 431-435.
  2. p. 435-442.
  3. p. 443-450.
  4. p. 450/451.
  5. p. 450-458.

Site de l’Insee[modifier | modifier le code]

La référence est notée « In » dans le texte.

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s « Dossier complet : Commune de Marcellaz-Albanais (74161) », sur www.insee.fr, INSEE, (consulté le 20 avril 2020).
  2. a b et c « Dossier complet : Département de la Haute-Savoie (74) », sur www.insee.fr, INSEE, (consulté le 20 avril 2020).

Sites gouvernementaux[modifier | modifier le code]

La référence est notée « MI » dans le texte.

  1. a b c d et e « Rapport : Marcellaz-Albanais », sur www.georisques.gouv.fr, Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 20 avril 2020).
  2. Ministère de l’Intérieur, « Résultats de l’élection présidentielle 2017 », sur www.interieur.gouv.fr, Délégation à l’Information et à la Communication du ministère de l’Intérieur (consulté le 12 avril 2020).
  3. Ministère de l’Intérieur, « Résultats de l’élection présidentielle 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, Délégation à l’Information et à la Communication du ministère de l’Intérieur (consulté le 12 avril 2020).
  4. Ministère de l’Intérieur, « Résultats de l’élection présidentielle 2007 », sur www.interieur.gouv.fr, Délégation à l’Information et à la Communication du ministère de l’Intérieur (consulté le 12 avril 2020).
  5. Ministère de l’Intérieur, « Résultats de l’élection présidentielle 2002 » [xls], sur www.interieur.gouv.fr, Délégation à l’Information et à la Communication du ministère de l’Intérieur (consulté le 12 avril 2020).
  6. Ministère de l’Intérieur, « Résultats des élections départementales 2015 », sur www.interieur.gouv.fr, Délégation à l’Information et à la Communication du ministère de l’Intérieur (consulté le 12 avril 2020).
  7. Ministère de l’Intérieur, « Résultats des élections cantonales 2008 », sur www.interieur.gouv.fr, Délégation à l’Information et à la Communication du ministère de l’Intérieur (consulté le 12 avril 2020).
  8. a et b Ministère de l’Intérieur, « Élections municipales et communautaires 2020 », sur www.interieur.gouv.fr, Délégation à l’Information et à la Communication du ministère de l’Intérieur (consulté le 12 avril 2020).
  9. Ministère de l’Intérieur, « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur www.interieur.gouv.fr, Délégation à l’Information et à la Communication du ministère de l’Intérieur (consulté le 12 avril 2020).
  10. Ministère de l’Intérieur, « Résultats des élections municipales et communautaires 2008 », sur www.interieur.gouv.fr, Délégation à l’Information et à la Communication du ministère de l’Intérieur (consulté le 12 avril 2020).
  11. Ministère de l’Intérieur, « Élections municipales et communautaires 2020 », sur www.interieur.gouv.fr, Délégation à l’Information et à la Communication du ministère de l’Intérieur (consulté le 19 avril 2020).
  12. Délégué à l’information et à la communication (dir.), « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur www.justice.gouv.fr, Ministère de la Justice (consulté le 13 avril 2020).
  13. « Les groupes de référence utilisés pour les comparaisons » [PDF], sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 29 avril 2020).
  14. Cécile Vandamme (dir.), « Fiche détaillée de la commune : Marcellaz-Albanais - Haute-Savoie » [PDF], sur www.impots.gouv.fr, Ministère de l’Action et des Comptes publics (consulté le 29 avril 2020).
  15. « Mémento financier et fiscal du maire » [PDF], sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 29 avril 2020).
  16. Clélia Morali (dir.), « École primaire publique Marcellaz-Albanais », sur www.education.gouv.fr, Ministère de l’Éducation nationale (consulté le 20 avril 2020).
  17. Clélia Morali (dir.), « École primaire privée Léon Marie Marcellaz-Albanais », sur www.education.gouv.fr, Ministère de l’Éducation nationale (consulté le 20 avril 2020).
  18. Clélia Morali (dir.), « Collège Le Clergeon », sur www.education.gouv.fr, Ministère de l’Éducation nationale (consulté le 20 avril 2020).
  19. Clélia Morali (dir.), « Lycée général et technologique de l’Albanais », sur www.education.gouv.fr, Ministère de l’Éducation nationale (consulté le 20 avril 2020).
  20. Clélia Morali (dir.), « Lycée professionnel Porte des Alpes », sur www.education.gouv.fr, Ministère de l’Éducation nationale (consulté le 20 avril 2020).
  21. Clélia Morali (dir.), « Collège privé Demotz de la Salle », sur www.education.gouv.fr, Ministère de l’Éducation nationale (consulté le 20 avril 2020).
  22. Clélia Morali (dir.), « Lycée polyvalent privé Demotz de la Salle », sur www.education.gouv.fr, Ministère de l’Éducation nationale (consulté le 20 avril 2020).
  23. « Fiche de l’équipement : salle polyvalente », Ministre des sports (consulté le 1er mai 2020).
  24. « Fiche de l’équipement : Stade de football », Ministre des sports (consulté le 1er mai 2020).
  25. a b c d et e AGRESTE, « Les exploitations ayant leur siège dans Marcellaz-Albanais commune », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr, Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, (consulté le 30 avril 2020).
  26. Marie Guittard (dir.), « Fiche produit », sur www.inao.gouv.fr, INAO, (consulté le 1er mai 2020).
  27. Marie Guittard (dir.), « Fiche produit », sur www.inao.gouv.fr, INAO, (consulté le 1er mai 2020).
  28. Marie Guittard (dir.), « Fiche produit », sur www.inao.gouv.fr, INAO, (consulté le 1er mai 2020).
  29. Marie Guittard (dir.), « Fiche produit », sur www.inao.gouv.fr, INAO, (consulté le 1er mai 2020).
  30. Marie Guittard (dir.), « Fiche produit », sur www.inao.gouv.fr, INAO, (consulté le 1er mai 2020).
  31. Marie Guittard (dir.), « Fiche produit », sur www.inao.gouv.fr, INAO, (consulté le 1er mai 2020).

Site de la préfecture[modifier | modifier le code]

La référence est notée « P » dans le texte.

  1. IGN BD CART, « Commune de Marcellaz-Albanais : Carte des aléas naturels » [PDF], sur www.haute-savoie.gouv.fr, Préfecture de la Haute-Savoie, (consulté le 20 avril 2020).
  2. IGN BD CART, « Commune de Marcellaz-Albanais : Carte de localisation des aléas » [PDF], sur www.haute-savoie.gouv.fr, Préfecture de la Haute-Savoie (consulté le 20 avril 2020).
  3. IGN BD CART, « Commune de Marcellaz-Albanais : Tableau descriptif de la carte » [PDF], sur www.haute-savoie.gouv.fr, Préfecture de la Haute-Savoie, (consulté le 20 avril 2020).
  4. « Commune de Marcellaz-Albanais : Localisation des ouvrages de protection/prévention » [PDF], sur www.haute-savoie.gouv.fr, Préfecture de la Haute-Savoie (consulté le 20 avril 2020).
  5. MB Management, « Commune de Marcellaz-Albanais : Dossier photographique » [PDF], sur www.haute-savoie.gouv.fr, Préfecture de la Haute-Savoie, (consulté le 20 avril 2020).

Site du SANDRE[modifier | modifier le code]

La référence est notée « S » dans le texte.

  1. Christian Aubel (dir.), « Ruisseau Nant de la Nanche [V1252080] », sur www.sandre.eaufrance.fr, SANDRE, (consulté le 19 avril 2020).
  2. Christian Aubel (dir.), « Ruisseau Nant de la Verne [V1252080] », sur www.sandre.eaufrance.fr, SANDRE, (consulté le 19 avril 2020).
  3. Christian Aubel (dir.), « Nant des Bornières [V1252020] », sur www.sandre.eaufrance.fr, SANDRE, (consulté le 19 avril 2020).
  4. Christian Aubel (dir.), « Nant de Mieudry [V1252100] », sur www.sandre.eaufrance.fr, SANDRE, (consulté le 19 avril 2020).
  5. Christian Aubel (dir.), « Ruisseau des Petites Creuses [V1241340] », sur www.sandre.eaufrance.fr, SANDRE, (consulté le 19 avril 2020).
  6. Christian Aubel (dir.), « Ruisseau de la Benoîte [V1241440] », sur www.sandre.eaufrance.fr, SANDRE, (consulté le 19 avril 2020).
  7. Christian Aubel (dir.), « MARCELLAZ ALBANAIS [060974161002] », sur www.sandre.eaufrance.fr, SANDRE, (consulté le 2 mai 2020).

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

La référence est notée « Off » dans le texte.

  1. Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Urbanisme : Le plan local d’urbanisme », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 20 avril 2020).
  2. a b et c Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Plan local d’urbanisme : Commune de Marcellaz-Albanais » [PDF], sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 20 avril 2020).
  3. Jean-Pierre Lacombe (dir.), « L’agence postale communale », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 30 avril 2020).
  4. a b c et d Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Les commerces », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 30 avril 2020).
  5. a et b Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Les associations », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 1er mai 2020).
  6. Émilie Meyer (dir.), « Bibliothèque municipale », sur www.bibliotheque-marcellaz-albanais.fr, Bibliothèque de Marcellaz-Albanais (consulté le 1er mai 2020).
  7. Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Le centre rural », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 1er mai 2020).
  8. Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Équipements sportifs », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 1er mai 2020).
  9. Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Bulletins municipaux », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 30 avril 2020).
  10. Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Marcellaz - Ma Commune », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 30 avril 2020).
  11. Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Marché hebdomadaire », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 30 avril 2020).
  12. Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Assistantes maternelles », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 30 avril 2020).
  13. Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Centre de Loisirs "Cap Loisirs" », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 30 avril 2020).
  14. Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Tourisme et loisirs », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 30 avril 2020).
  15. Jean-Pierre Lacombe (dir.), « Histoire et géographie », sur www.marcellaz-albanais.fr, Mairie de Marcellaz-Albanais (consulté le 13 avril 2020).
Bulletins municipaux[modifier | modifier le code]

La référence est notée « BM » dans le texte.

  1. a b c d et e Jean-Pierre Lacombe (dir.), Marcellaz-Albanais : Rétrospective 2016, Marcellaz-Albanais, Mairie de Marcellaz-Albanais, , 28 p. (lire en ligne).
  2. Jean-Pierre Lacombe (dir.), Marcellaz-Albanais : Rétrospective 2017, Marcellaz-Albanais, Mairie de Marcellaz-Albanais, , 30 p. (lire en ligne).
  3. a b c d et e Jean-Pierre Lacombe (dir.), Marcellaz-Albanais : Rétrospective 2019, Marcellaz-Albanais, Mairie de Marcellaz-Albanais, , 32 p. (lire en ligne).

Site de la communauté de communes[modifier | modifier le code]

La référence est notée « A » dans le texte.

  1. Pierre Blanc (dir.), « Historique », sur www.rumilly-terredesavoie.fr, Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie (consulté le 19 avril 2020).
  2. Pierre Blanc (dir.), « Compétences », sur www.rumilly-terredesavoie.fr, Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie (consulté le 19 avril 2020).
  3. a et b Pierre Blanc (dir.), « Eau et assainissement », sur www.rumilly-terredesavoie.fr, Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie (consulté le 30 avril 2020).
  4. Pierre Blanc (dir.), « Patrimoine », sur www.rumilly-terredesavoie.fr, Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie (consulté le 30 avril 2020).
  5. Pierre Blanc (dir.), « Patrimoine », sur www.rumilly-terredesavoie.fr, Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie (consulté le 30 avril 2020).
  6. a et b Pierre Blanc (dir.), « Prévention et Valorisation des Déchets », sur www.rumilly-terredesavoie.fr, Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie (consulté le 30 avril 2020).
  7. Pierre Blanc (dir.), « Collecte des ordures ménagères », sur www.rumilly-terredesavoie.fr, Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie (consulté le 30 avril 2020).
  8. Pierre Blanc (dir.), « Tri en pratique », sur www.rumilly-terredesavoie.fr, Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie (consulté le 30 avril 2020).
  9. Pierre Blanc (dir.), « Collecte des textiles », sur www.rumilly-terredesavoie.fr, Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie (consulté le 30 avril 2020).
  10. Pierre Blanc (dir.), « Compostage », sur www.rumilly-terredesavoie.fr, Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie (consulté le 30 avril 2020).
  11. Pierre Blanc (dir.), « Déchèterie de Rumilly », sur www.rumilly-terredesavoie.fr, Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie (consulté le 30 avril 2020).
  12. Pierre Blanc (dir.), « Transport scolaire », sur www.rumilly-terredesavoie.fr, Communauté de communes Rumilly Terre de Savoie (consulté le 20 avril 2020).

Journaux[modifier | modifier le code]

La référence est notée « J » dans le texte.

  1. Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (ISSN 1161-2592, lire en ligne, consulté le 13 avril 2020).
  2. a et b RC, « À quand une gare à Marcellaz Hauteville-sur-Fier ? », L’hebdo des Savoie, no 1094,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le 12 avril 2020).
  3. « L’aménagement de l’éco-bourg se poursuit », L’hebdo des Savoie, no 1064,‎ (lire en ligne, consulté le 20 avril 2020).
  4. Dominique Leglu, « Annecy tremble: la faute à la faille. Le séisme n’a fait qu’un blessé léger mais de nombreux dégâts. », Libération,‎ (ISSN 0335-1793, lire en ligne, consulté le 20 avril 2020).
  5. a b c d et e « Le premier tué du village pendant la guerre de 14-18 », Le Dauphiné libéré,‎ (ISSN 0220-8261, lire en ligne, consulté le 2 mai 2020).
  6. « Aucune famille ne fut épargnée par la guerre », Le Dauphiné libéré,‎ (ISSN 0220-8261, lire en ligne, consulté le 2 mai 2020).
  7. a et b « Jean-Pierre Lacombe succède à Martine Manin », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2020).
  8. a et b « Après 25 ans au service de la commune, le maire Martine Manin ne se représente pas », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2020).
  9. a et b AFP, « Alpes: incendie criminel dans 2 écoles », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 30 avril 2020).
  10. a et b « Après l’incendie, une rentrée dans des locaux provisoires », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne, consulté le 30 avril 2020).
  11. « Une école de cœur au cœur du village », Le lien,‎ .
  12. « La municipalité cherche un médecin », Le Dauphiné libéré,‎ (ISSN 0220-8261, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020).
  13. a b et c « Nettoyage de printemps et chasse aux œufs ce samedi 20 avril », Le Dauphiné libéré,‎ (ISSN 0220-8261, lire en ligne, consulté le 1er mai 2020).
  14. « La commune a fêté la musique », Le Dauphiné libéré,‎ (ISSN 0220-8261, lire en ligne, consulté le 1er mai 2020).
  15. « La musique a été fêtée », Le Dauphiné libéré,‎ (ISSN 0220-8261, lire en ligne, consulté le 1er mai 2020).
  16. « La prochaine séance à Marcellaz-Albanais », L’Hebdo des Savoie, no 1074,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2020).
  17. « Premier marché des créateurs », L’Hebdo des Savoie, no 1035,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2020).
  18. « Belle réussite du 1er marché des créateurs », L’Hebdo des Savoie, no 1036,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2020).
  19. « Les 10 ans du salon du livre », L’Hebdo des Savoie, no 1040,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2020).
  20. « Bourse aux jouets et marché de Noël », Le Dauphiné libéré,‎ (ISSN 0220-8261, lire en ligne, consulté le 1er mai 2020).
  21. a et b EC, « Chantal Saboureau prend sa retraite », L’Hebdo des Savoie, no 1042,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2020).
  22. « Le père Michel Marullaz mis à l’honneur pour 30 ans de sacerdoce », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne, consulté le 13 avril 2020).
  23. E.J., « Une nouvelle jeunesse pour le monument aux Morts », Le Dauphiné libéré,‎ (ISSN 2274-5793, lire en ligne, consulté le 13 avril 2020).