Livré-sur-Changeon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Livré-sur-Changeon
Livré-sur-Changeon
La mairie de Livré-sur-Changeon.
Blason de Livré-sur-Changeon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Fougères-1
Intercommunalité Liffré-Cormier Communauté
Maire
Mandat
Emmanuel Fraud
2014-2020
Code postal 35450
Code commune 35154
Démographie
Gentilé Livréen
Population
municipale
1 682 hab. (2015 en augmentation de 2,19 % par rapport à 2010)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 08″ nord, 1° 20′ 36″ ouest
Altitude Min. 59 m
Max. 126 m
Superficie 26,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Livré-sur-Changeon

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Livré-sur-Changeon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Livré-sur-Changeon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Livré-sur-Changeon

Livré-sur-Changeon est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 1 682 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au nord de l'Ille-et-Vilaine. Les villes les plus proches sont Vitré à 16 km, Fougères à 21 km et Rennes à 39 km.

La gare ferroviaire la plus proche est à Vitré, l'aéroport le plus proche est celui de Rennes-Saint Jacques à 45 km, l'accès autoroutier le plus proche est à 8 km.

Carte de la commune.

La Changeon, affluent de la Veuvre et sous-affluent de la Vilaine[1], d'une longueur de 12 km, prend sa source à côté du village de la Reuvre à Mecé (48°14'30.2"N 1°15'47.6"W, altitude de 116 m) et se jette dans la Veuvre à 60 m d'altitude (48°12'50.5"N 1°23'20.2"W) en limite communale sud-ouest. Il traverse après 10 km de parcours, l'étang qui porte le nom d'étang de Changeon, près du bourg de la commune. Cet étang-réservoir de 62 700 m2) de superficie a été formé par une digue pour l'alimentation d'une minoterie qui n'est plus en service.


Communes limitrophes de Livré-sur-Changeon
Saint-Aubin-du-Cormier Mecé
Liffré Livré-sur-Changeon
Dourdain Val-d'Izé

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes connues du nom de la commune sont Livriacum, en 1013[2], ecclesia de Livreio en 1142, Livreyum en 1516[réf. à confirmer][3].

La commune se nomme simplement Livré jusqu'en 1920 lorsque la municipalité fait le choix du nom de Livré-sur-Changeon[4].

En gallo, langue traditionnelle des habitants de Livré sur Changeon, la commune est appelée Livrë [5]

En breton, la commune se nomme Liverieg-Kenton[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après les invasions normandes, l'abbaye Saint-Florent de Saumur fonde le prieuré en 1023 à la suite de la donation de Geoffroy Ier. Ce prieuré est à l'origine du développement d'un bourg autour de l'église. Le prieuré est cédé en 1606 aux Jésuites de Rennes, et annexé en 1762 après leur expulsion au collège de cette ville.

La paroisse de Livré dépendait autrefois de l'ancien évêché de Rennes.

La Révolution française et les changements qu’elle apporte sont bien accueillis, comme en témoigne l’organisation de la fête révolutionnaire marquant les victoires des armées républicaines et l’annonce du traité de paix avec l’Autriche, principal ennemi de la France, en brumaire an VI[6].

Sortie de messe à Livré en 1910.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Fascé d’or et d’azur de six pièces, à la croix ancrée de gueules brochant sur le tout.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[7]
Période Identité Étiquette Qualité
février 1790 novembre 1791 Jean Douard    
novembre 1791 novembre 1795 François-Jean Bellier    
novembre 1795 Germinal an V Guillaume Gourdel    
1797 Floréal an VII Guillaume Hanry    
Floréal an VII Thermidor an VIII Guillaume Gourdel    
1800 1804 François-Jean Bellier    
1804 1808 Julien Baton    
1808 1816 Pierre Baton    
1832 1846 Jean-Louis Guérin    
1846 1848 Charles Neveu    
1848 1852 Jean-Louis Guérin    
1852 1860 Charles Neveu    
1860 1874 Pierre-Marie Travers    
1874 1876 Charles Neveu (fils)    
1876 1900 Pierre-Marie Travers    
1900 1909 Joseph Travers    
1909 1925 Pierre Neveu[8]    
1925 1935 Louis Beaugendre    
1935 1947 François Cochet    
1947 1983 Pierre Bouvet (père)    
1983[9] 1995 Joseph Havard    
1995 2001 Pierre Bouvet (fils)    
2001[9] 2008 Joseph Havard    
mars 2008[10] 2014 Jean-Michel Hurault    
2014[11] en cours Emmanuel Fraud SE Conseiller juridique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2015, la commune comptait 1 682 habitants[Note 2], en augmentation de 2,19 % par rapport à 2010 (Ille-et-Vilaine : +5,54 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4831 5531 5521 6261 7281 6141 6321 7361 683
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7181 7041 8821 8441 8151 8081 7541 6991 713
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7161 6521 5911 3471 3381 3411 3541 3061 278
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 2081 1251 0721 0781 1081 1371 3241 6121 663
2015 - - - - - - - -
1 682--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Un parc d'attraction nommé Diverty parc se situe sur la route de Dourdain.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le menhir de la Roche Picquée.

La commune abrite deux monuments historiques :

  • La Roche Piquée, menhir situé à la Beaudouinais, classé par arrêté du [15] ;
  • l'église Notre-Dame (XIe, XVIe, XVIIIe et XIXe siècles) est une remarquable illustration de l'art roman breton[16],[17]. L'église est celle du prieuré bénédictin fondé en 1023 et dépendant de l'abbaye Saint-Florent de Saumur. Le transept et le chœur datent des XIe et XIIe siècles. Le clocher est remanié au XVIIIe siècle. La sacristie est modifiée en 1847. Le chœur est modifié en 1863 et 1864. Le portail date de 1515. Le collatéral sud date de 1537. Le collatéral nord date de 1887. On y trouve une tapisserie de Bruxelles datée du XVe siècle et qui représente l'apparition du Christ à Marie Madeleine. L’église a été inscrite en totalité par arrêté du 6 janvier 1926 ; l’abside et les deux absidioles ornées de peintures murales ont été classées par arrêté du [18].

Autres monuments et lieux notables :

  • la chapelle Saint-Mauront ou Saint-Modéran (XVe au XVIIe siècles). Cette chapelle est, dès le XIIe siècle, la propriété du prieuré de Livré. Elle est reconstruite plus tard et passe entre les mains des jésuites de Rennes en 1626 ;
  • la chapelle Sainte-Anne (1631-fin XIXe siècle)[19], fondée par Jeanne du Feu, dame de La Chevalerie. L'ancien manoir de la Chevalerie était la propriété des familles Lescouët (en 1502), Ivette (en 1513), du Feu (en 1638), Cochet (en 1722), Blot (en 1789) ;
  • l'ancienne chapelle de Saint-Mathurin. Elle était aux Templiers, puis aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Il ne reste que des ruines ayant fait l'objet de recherches archéologiques.
  • la maison (XVe au XVIIe siècles), située au lieu-dit la Heurterie ;
  • la ferme (XVIe, XVIIe et XIXe siècles), située au lieu-dit la Basse-Rivière ;
  • la maison (XVIe au XXe siècles), située 9 place du Prieuré ;
  • la maison (XVIIe siècle), située 12 place du Prieuré ;
  • la maison (XVIIIe et XIXe siècles), située au lieu-dit la Garnais ;
  • l'ancienne mairie (1885) ;
  • deux moulins à eau : de Changeon, du Bas-Changeon ;
  • l'ancien prieuré fondé en 1023. La maison priorale du XVe siècle est démolie en 1887. Le prieuré avait un droit de haute justice ;
  • l'ancien manoir du Désert ;
  • l'ancien manoir de la Marchelais ou de la Maréchalaye. Propriété successive des seigneurs de Bourgbarré, puis des familles Paynel, la Corbinaye (en 1513), Léziart (en 1560 et 1789) ;
  • Étang de Changeon, un des étangs mésotrophes initiaux d'Ille-et-Vilaine[20].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • René Lefeuvre (1902 à Livré-sur-Changeon - 1988), éditeur et militant politique.
  • Pierre du Colombier (1889-1975), historien d'art, aimait passer des vacances studieuses au manoir de l'Aubriais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015, légale en 2018.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Changeon (J7074600) »
  2. a et b « La base de donnée KerOfis - Office public de la langue bretonne », sur www.fr.brezhoneg.bzh (consulté le 27 avril 2016)
  3. « Etymologie et Histoire de Livré-sur-Changeon », infobretagne
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. le jardin graphique, « ChubEndret — Dictionnaire de noms de lieux - institu Chubri - Du galo pourr astourr », sur www.chubri-galo.bzh (consulté le 9 novembre 2018)
  6. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 397
  7. Livré-sur-Changeon, une communauté rurale dans l'histoire, ouvrage collectif, août 1992.
  8. Les élections des maires : arrondissement de Rennes, L'Ouest-Éclair du 11 décembre 1919, no 7269 (lire en ligne).
  9. a et b « Livré-sur-Changeon : Joseph Havard raccroche », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 avril 2018)
  10. « Les élections Municipales 2008 », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 avril 2018)
  11. « Élu maire, Emmanuel Fraud s'entoure de cinq adjoints », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 avril 2018)
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. Notice no PA00090618, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « L'église de Livré-sur-Changeon, admirablement restaurée, est l'un des plus beaux joyaux de l'art roman breton (seconde moitié du XIIe siècle). » Nous, Vous, Ille, février-mars 2007.
  17. Notice no IA35009359, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Notice no PA00090617, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Notice no IA35009498, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, p. 64.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]