La Guerilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guérilla (homonymie).
La Guerilla

Chanson de Valérie Lagrange
Sortie Avril 1965
Enregistré
Durée min 52 s
Genre Pop
Format 45 tours EP
Auteur-compositeur Serge Gainsbourg
Producteur Claude Dejacques
Label Philips
Éditions Bagatelle

La Guerilla[1] est une chanson écrite et composée par Serge Gainsbourg et interprétée par Valérie Lagrange en 1965.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Thème et contexte[modifier | modifier le code]

C'est la chanson d'une femme qui s'interroge sur le comportement amoureux, mais étrange de son partenaire : « Me fais-tu l'amour ou la guerilla ? ». On n'en saura pas plus à la fin de la chanson, la belle conclut en espérant que « peut-être qu'un jour qui sait tu guériras... »

Selon l'écrivain et biographe Gérard Lenne, la construction musicale qui « ne comprend que des vers de onze pieds, est une forme poétique appréciée en Espagne et en Amérique du Sud »[2].

Gilles Verlant : « Serge Gainsbourg n'a pas attendu l'Eurovision pour se remettre au travail. Claude Dejacques [producteur de musique] lui présente Valérie Lagrange, jeune comédienne découverte à dix-sept ans dans La Jument verte de Claude Autant-Lara en 1959. […] Son premier EP avait été publié en octobre 1964. […] Son deuxième super 45 tours, qui sort en avril 1965, sur lequel elle est accompagnée par le groupe exotique sud-américain Los Incas, contient La Guerilla de Gainsbourg »[2].

Valérie Lagrange : « J'étais à l'époque dans un trip latino, vu que je chantais avec Los Incas »[2], « un groupe sud-américain. […] C'étaient d'excellents musiciens, de surcroît adorables »[3], « Serge s'y était adapté »[2]. « Je l’aimais énormément. […] À l’époque, j’étais très extravertie. J’étais timide, mais en même temps j’étais très démonstrative dans mon affection et, quand je le voyais, je lui sautais au cou je me souviens. Je lui faisais de gros bisous, et lui ça le faisait rougir, je ne sais pas s'il se sentait agressé... […] Il avait un « petit truc » pour moi... J’étais plutôt jolie à l’époque, et donc il m’a invitée à sortir un soir. Évidemment, lui, je savais très bien ce qu’il voulait, et moi ce n’était pas du tout, du tout, mon intention[4]. Et en même temps je n’osais pas lui dire, et lui n’osait rien faire. Ce qui fait qu’on a passé une soirée vraiment bizarre, où on est allé de bar en bar, on se disait pratiquement rien, parce qu’on était tous les deux coincés, tous les deux très timides. […] Alors j’ai cherché... Je me suis dit pourquoi est-ce qu'il a écrit ça, « Me fais-tu l’amour ou bien la guerilla, toi que j’ennuie à mourir sans tequila » ? Je me suis demandé si ça avait à avoir avec la relation qu’on avait eue... Je ne me suis pas posé la question très longtemps, ceci dit »[5].

Accueil[modifier | modifier le code]

Gilles Verlant : « Le lancement de Valérie rencontre un joli succès, même si le show-biz français de l'époque n'est pas prêt à accepter une aussi forte personnalité, face aux Sheila, Sylvie et Gall nettement plus malléables »[2]. Valérie Lagrange note dans ses Mémoires d'un temps où on s'aimait[3] : « La chanson que Gainsbourg m'avait écrite avait été un petit tube : je faisais plein de télés, d'interviews, de photos, de concerts… »

Reprise[modifier | modifier le code]

2003 : Valérie Lagrange reprend La Guerilla avec une orchestration totalement différente dans son album Fleuve Congo (CD Exxos /BMG).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le 21 juillet 1965, Serge Gainsbourg déclare à la Sacem la chanson au titre simplement orthographié « Guerilla ». Yves-Ferdinand Bouvier et Serge Vincendet notent à la page 231 (chanson no 134) de leur Intégrale et Cætera des œuvres de Gainsbourg, que c'est « sous le titre allongé » La Guerilla que la chanson est créée par Valérie Lagrange. Éditions Bartillat, 2005 (ISBN 2841003418).
  2. a b c d et e Gainsbourg, biographie par Gilles Verlant, 768 pages, 2001, éditions Albin Michel (ISBN 9782226120601).
  3. a et b Extrait de ses Mémoires d'un temps où l'on s'aimait, Éditions Le Pré aux clercs, Paris, 2005 (ISBN 2-84228-207-8).
  4. À l’époque, Valérie Lagrange n'est pas libre sentimentalement : « J'étais très amoureuse de Jean-Pierre Kalfon, nous venions juste de commencer à vivre ensemble ! » (in Mémoires d'un temps où l'on s'aimait).
  5. Extrait de son interview dans le documentaire télévisé Femmes de Gainsbourg réalisé par Gilbert Kahn et diffusé le 13 juin 2000 sur France 3.

Lien externe[modifier | modifier le code]