Je suis venu te dire que je m'en vais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Je suis venu te dire que je m'en vais
Single de Serge Gainsbourg
extrait de l'album Vu de l'extérieur
Face B Vu de l'extérieur
Sortie Octobre 1973[1]
Enregistré 1973
Drapeau : Royaume-Uni Phonogram Studios, Londres
Drapeau : France Studio des Dames, Paris
Durée 3:20
Genre Chanson française, Pop
Format 45 tours
Auteur-compositeur Serge Gainsbourg
Producteur Alain Hortu
Édition Melody Nelson Publishing
Label Fontana, Philips

Singles de Serge Gainsbourg

Pistes de Vu de l'extérieur

Je suis venu te dire que je m'en vais est une chanson écrite, composée et interprétée par Serge Gainsbourg, paru sur l'album Vu de l'extérieur et en single à la fin de l'année 1973. Bien qu'ayant obtenu un succès d'estime lors de sa sortie, la chanson est devenue au fil des années un classique du répertoire de Gainsbourg[2].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1973, Gainsbourg fait un premier infarctus, frôlant la mort. Hospitalisé une semaine, il a l'inspiration de ce qui allait donner Je suis venu te dire que je m'en vais[3]. Les paroles font référence à Chanson d'automne, poème de Paul Verlaine, dont il cite certains vers, tout en en réarrangeant l'ordonnance[3]. Gainsbourg enregistre les pleurs de Jane Birkin, pour accentuer l'effet dramatique du titre[3].

Alors en couple avec Jane Birkin, celle-ci vient d'accoucher d'une fille, Charlotte. Serge Gainsbourg explique alors au journaliste Michel Lancelot : « Quand tout va mal, il faut chanter le bel amour. Quand tout va bien, chanter les ruptures et les atrocités ». La chanson s'adresse en réalité à Françoise-Antoinette Pancrazzi, sa première épouse et mère de ses deux premiers enfants[4].

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Classement (1974) Meilleure
place
Drapeau de la France France (IFOP)[5] 45
Drapeau : Québec Québec[6] 7
Classement (2011) Meilleure
place
Drapeau de la France France (SNEP)[7] 73

Premier extrait de l'album Vu de l'extérieur à sortir en single 45 tours, Je suis venu te dire que je m'en vais passe en radio, mais ne rencontre pas de véritable succès dans les hit-parades[8]. Bien qu'atteignant la 11e place du hit-parade RTL et la 20e place du hit-parade d'Europe 1 au début de l'année 1974[5] devenant un tube radiophonique, la chanson ne parvient qu'à atteindre la 45e place du classement des meilleures ventes de singles en six semaines, où il est entré le , et se vend difficilement (29 053 exemplaires en sept semaines)[5]. Il quitte le classement des meilleures ventes de singles le . Je suis venu te dire que je m'en vais rencontre un succès au Québec où il parvient à se placer en 7e position des charts[6]. Le succès d'estime lui permettra à Gainsbourg d'en faire une auto-parodie à la demande de Jacques Martin pour Le Petit Rapporteur sous le titre Je suis venu te dire que l'UDR renaît[9].

La réédition du single à l'occasion du vingtième anniversaire du décès de Gainsbourg lui permet d'atteindre la 73e position du Top 100 Singles pendant une semaine. À nouveau rééditée en 2016, il s'est vendu à 200 exemplaires[10].

Reprises[modifier | modifier le code]

En 1981, le groupe belge Jo Lemaire + Flouze reprend cette chanson sur son troisième album, Pigmy World. Sortie en 45 tours, cette reprise synthpop, sous le titre Je suis venue te dire que je m'en vais, remporte un franc succès tant en Belgique qu'en Europe.

En 1988, lors d'une émission avec Patrick Sébastien, les Petits chanteurs d'Asnières interprètent On est venus te dire qu'on t'aime bien sur l'air de Je suis venu te dire que je m'en vais, avec un verre de jus de pomme dans une main et une cigarette en chocolat dans l'autre, en hommage à Serge Gainsbourg qui n'y résiste pas et fond en larmes, entraînant l'émotion du public et du présentateur.

En 1991, Jane Birkin reprend le titre lors de son concert au Casino de Paris, deux mois après le décès de Gainsbourg[11], qui sera enregistrée pour un album live. La chanson sort en single l'année suivante et se classe cinq semaines au Top 50[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie de Serge Gainsbourg (1972-1978) : Vue de l'extérieur (page 3) », sur Universal Music,  : « Chanson prémonitoire, commencée avant son accident cardiaque, terminée dès sa sortie de convalescence, on entend dès octobre 1973 "Je suis venu te dire que je m'en vais" à la radio, puis on découvre l'album "Vu de l'extérieur" »
  2. Caroline Geskens, « Je suis venu te dire que je m'en vais », sur DH.be, (consulté le 28 octobre 2017)
  3. a, b et c http://tele.premiere.fr/News-Photos/VIDEOS-Gainsbourg-20-ans-deja-l-histoire-de-cinq-de-ses-tubes-repris-ce-soir-2506271/Je-suis-venu-te-dire-que-je-m-en-vais
  4. Yann Pougastel, « Serge Gainsbourg - Je suis venu te dire que je m'en vais », in M, le magazine du Monde, 14 décembre 2013, page 160.
  5. a, b et c http://chartssinglestop40france.blogspot.fr/
  6. a et b Classement Québec (page 142)
  7. Lescharts.com – Serge Gainsbourg – Je suis venu te dire que je m'en vais. SNEP. Hung Medien. Consulté le 2 février 2017.
  8. Bertrand Dicale, Gainsbourg en dix leçons, Éditions Fayard, 2009.
  9. « Extraits de Gainsbourg en dix leçons », sur Google Books (consulté le 17 août 2017)
  10. http://www.infodisc.fr/Ventes_Chansons_Tout_Temps.php?debut=8000
  11. « Jane Birkin — Je suis venu te dire que je m'en vais - Concert intégral au Casino de Paris », sur Discogs (consulté le 17 août 2017)
  12. « Jane Birkin - Je Suis venu te dire que je m'en vais... », sur lescharts.com, Hung Medien (consulté le 17 août 2017)