Paulo Rocha (réalisateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paulo Rocha.
Paulo Rocha
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités

Paulo Soares da Rocha est un réalisateur portugais, né le à Porto, mort le (à 77 ans) à Vila Nova de Gaia[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Paulo Rocha a étudié le cinéma à l'IDHEC de 1959 à 1961. Lors de son séjour en France, il est l'assistant stagiaire de Jean Renoir[3]. Après son retour au Portugal, il tient le même rôle auprès de Manoel de Oliveira sur le tournage de son film Le Mystère du printemps (O Acto da Primavera)[1],[2].

Inspiré par la Nouvelle Vague et le Néoréalisme, Paulo Rocha est considéré comme un précurseur du Novo Cinema portugais. Il réalise en 1963 Les Vertes années (Os Verdes Anos), l'un des films importants de ce mouvement[2],[4].

En 1982, son film L'Île des Amours (A Ilha dos Amores) est présenté au festival de Cannes[1],[2]. Il y retourne en 1998 avec Le Fleuve d'or (O Rio do Ouro), présenté dans la section Un certain regard[4].

Il dirige le Centre du cinéma portugais (pt) entre 1973 et 1974. De 1975 à 1983, il occupe le poste d'attaché culturel à Tokyo[5],[6]. Durant les années 1990, il réalise deux documentaires de la collection Cinéastes de notre temps, consacrés à Manoel de Oliveira et Shōhei Imamura[7].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (pt) Mário Jorge Torres, « Paulo Rocha: o realizador que "viveu" cinema », Público,
  2. a, b, c et d « Le cinéaste portugais Paulo Rocha est mort », AFP,
  3. Charles Tesson, « Paulo Rocha, grandeur du cinéma portugais », Cahiers du cinéma, n° 686, février 2013, pp. 58-59
  4. a et b Olivier Séguret, « L'or aveuglant de Paulo Rocha », Libération,
  5. (pt) Joana Amaral Cardoso, Cláudia Carvalho, « Morreu o cineasta Paulo Rocha », Público,
  6. Olivier Séguret, « "Je suis dévoré par certaines rencontres" », Libération,
  7. Frédéric Bonnaud, « Paulo Rocha – Par monts et par vaux », Les Inrockuptibles,

Liens externes[modifier | modifier le code]