Adolfo Arrieta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adolfo Arrieta
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (75 ans)
MadridVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Adolfo Arrietta est un réalisateur et scénariste espagnol, né le 28 août 1942 à Madrid.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adolfo Arrietta est peintre de 1958 à 1964. Après avoir tourné quelques courts métrages en Espagne[1], il s'installe en France en 1967 où il réalise ses premiers longs métrages[2], participant en outre, en 1971, à la réalisation de Numéro zéro de Jean Eustache.

En 1979, il a été filmé par Gérard Courant pour son anthologie Cinématon (n° 50).

En 2009, le festival International du film Entrevues lui consacre une rétrospective.

Il est considéré, en Europe, comme l'un des pionniers du cinéma indépendant.

Il a publié, en 2016, The Thing avec le photographe Albert Monis (texte d’Enrique Vila-Matas) aux éditions de la Mangrove (Paris) avec le soutien du fonds de dotation Agnès b.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. dont Le Crime de la toupie, sa première réalisation à propos de laquelle Émile Breton note : « C'est du noir et blanc, des images parfois fuyantes tournées en Super 8, sans moyens, et c'est un des plus beaux films qu'on puisse voir sur l'ennui adolescent, entre deux âges, entre deux mondes » (Rétrospective Adolfo Arrieta au festival de Belfort, L'Humanité, 9 décembre 2009)
  2. « L'art cinématographique d'Arrieta exprime avant tout dans les affaires humaines ce qui se passe entre les mailles, ce qui file entre les dialogues », écrit Jean-Claude Biette dans Les Cahiers du cinéma, n° 290-291, juillet-août 1978
  3. « l'homme changeant son nom comme les fées immortelles de personnage et d'emploi selon les époques et leurs missions » note Florence Maillard dans les Cahiers du cinéma de janvier 2017, p. 40

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-André Fieschi, « El crimen de la pirindola », Cahiers du cinéma, n° 188, mars 1967, p. 15
  • Noël Simsolo, « Entretien avec Adolfo Arrietta », La Revue du cinéma, n° 240, juillet -août 1970, pp. 111–114
  • Raphaël Bassan, « Le cinéma selon Adolfo Arrietta », in Cinéma différent, n° 9-10, mars 1977
  • Jean-Claude Biette, « Le cinéma phénixo-logique d'Adolfo G. Arrietta », Cahiers du cinéma, n° 290-291, juillet-août 1978, p. 53
  • Jean Narboni, « Flammes », Cahiers du cinéma, n° 295, décembre 1978, p. 32
  • Cinéma 014, automne 2007, pp. 159–166 (textes d'Erik Bullot et Pierre Léon).
  • Philippe Fauvel, "Le Château de Pointilly et Pointilly d’Adolfo Arrietta : un film réduit de moitié par son auteur trente-cinq ans après", Cinéma & Cie, International Film Studies Journal, vol. IX, n°13, Carocci editore, septembre 2010
  • Vertigo n° 39, hiver 2011, pp. 84–127 (ensemble comprenant des entretiens avec A. Arrietta, Javier Grandes, Laurent Laclos, et des textes de Marcos Uzal, Frédéric Majour, Philippe Fauvel, Benjamin Esdraffo, Sandrine Rinaldi).
  • Philippe Azoury, Adolpho Arrietta. Un morceau de ton rêve... Underground Paris-Madrid 1966-1995, Capricci, 2012
  • Mathieu Macheret, « Au feu, les pompiers ! » (à propos de la sortie de Flammes dans un nouveau montage et une copie numérique restaurée), Cahiers du cinéma, n° 688, avril 2013, p. 72.
  • Ado Arrietta, Albert Monis, Enrique Vila-Matas, The thing, éditions de la Mangrove, Paris, 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]